Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Grosse forge et usine d'estampage de la Société Wiart-Autier

Dossier IA08000455 réalisé en 2007

Fiche

  • Vue générale.
    Vue générale.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • atelier de fabrication
    • bureau
    • magasin industriel
Appellations Société Wiart-Autier
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, bureau, magasin industriel
Dénominations grosse forge, usine d'estampage
Aire d'étude et canton Ardennes - Bogny-sur-Meuse
Hydrographies Semoy la
Adresse Commune : Les Hautes-Rivières
Lieu-dit : Sorendal
Adresse : 17 rue de la Gravelle
Cadastre : 1982 AO 98, 107, 108, 111

Les Wiart, originaires de Belgique, quittent Nouzonville pour Sorendal après la fermeture en 1836 de la Manufacture Royale d'armes où ils étaient façonniers. En 1870, une Société Civile Immobilière est créée pour la construction d'un bâtiment industriel par Nicolas Wiart, qui fabriquera des armes et pièges pour les Eaux et Forêts. L'usine loue en parallèle sa force motrice pour les façonniers de la Semoy (location à l'heure des ateliers et des machines- outils pour des petits fabricants qui n'en possèdent pas). En tant que forge elle se spécialise dans les accessoires pour la marine à voile, puis les éléments automobiles. Une extension des bâtiments en façade sur la rue de la Gravelle est construite dans les années 1950, puis dans les années 1970 avec deux grands ateliers donnant sur la Semoy. Un dernier atelier est bâti dans les années 1980. Actuellement, les bureaux de la Sté Wiart-Autier sont le siège social des Usines du Pâquis-F.E.C.R. de Nouzonville. Les ateliers de fabrication, partiellement désaffectés, sont loués ponctuellement à des entreprises pour location de la force motrice. L'usine emploie 26 personnes en 1943.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Principale : 4e quart 20e siècle
Dates 1870, daté par source
1950, daté par travaux historiques

L'atelier de fabrication le plus ancien (1870), est englobé dans les constructions successives. Les murs sont en moellon de schiste et brique, la charpente apparente est en bois et la toiture en ardoise. L'atelier attenant, construit au début du 20e siècle possède une charpente apparente métallique rivetée sur deux toits à longs pans. La façade sur la rue de la Gravelle (années 1950) est en béton armé à charpente apparente en béton. Les deux plus grands ateliers de production (années 1970) comportent des murs en parpaing de béton et essentage de tôle et présentent une toiture en ciment amiante. Les bureaux sont installés dans une ancienne maison particulière, sur un étage carré.

Murs schiste
béton
fer
brique
essentage de tôle
enduit
moellon
parpaing de béton
béton armé
pan de fer
Toit béton en couverture, tôle ondulée, ardoise, ciment amiante en couverture
Étages 1 étage carré
Couvrements charpente en béton armé apparente
Couvertures toit à deux pans
toit à longs pans
toit bombé
Énergies énergie thermique
énergie électrique
achetée
Statut de la propriété propriété privée
Éléments remarquables machine de production

Références documentaires

Documents d'archives
  • AN, F12 9429, le fonds de l' OCRPI période 1940-1949.