Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Grosse forge et usine d'estampage Ronflette-Dupuy, puis Louis Albert, puis Arthur Clausse, actuellement Usine du Pâquis

Dossier IA08000501 réalisé en 2007

Fiche

Œuvres contenues

Appellations Ronflette-Dupuy, puis Louis Albert, puis Arthur Clausse, actuellement Usine du Pâquis
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, magasin industriel, entrepôt industriel, salle des machines, aire des matières premières, cour, bureau, vestiaire d'usine, logement patronal, conciergerie
Dénominations grosse forge, usine d'estampage
Aire d'étude et canton Ardennes - Charleville-Mézières 2
Hydrographies Goutelle la
Adresse Commune : Nouzonville
Adresse : rue Etienne-Dolet
Cadastre : 2008 AL 617, 756, 757

C’est en 1822 que les frères Ronflette, Nicolas Joseph (né en 1783) et Pierre Nicolas (1785-1833), forment une société en nom collectif. Marchands-fabricants de quincaillerie, ils possèdent plusieurs établissements situés à proximité de la confluence de la Goutelle et de la Meuse. Il s’agit de l’usine de L’Espérance au lieu-dit Le Macau, d’une grosse forge juste en amont pour affiner la fonte et platiner le fer, et d’un atelier servant à polir les innombrables articles (600 modèles en 1820). Ces trois établissements utilisent la force de la Goutelle grâce à des dérivations et des étangs. En 1836, cet ensemble usinier est loué à un marchand de fer, Alexis Antoine Dertelle (1810-1884), jusqu’au début des années 1850. Ensuite, il passe dans les mains, en 1869, d’un forgeron, Alexandre Albert (1841-1914), de son fils Louis Albert (1873-1930, et de son gendre Arthur Clausse (1888-1950), un ingénieur. Après la Grande Guerre, cet ingénieur oriente l’usine de forge et d’estampage vers les besoins de l’automobile. Elle est équipée d’un pilon de 7 tonnes à air comprimé. C’est son gendre Yves Bonis (1920-2012) qui lui succède. En 1980, l’usine dite du Macau rachète l'activité de forge et de levage de l'Usine du Pâquis de La Grandville (Ardennes) qui déposait son bilan. Mais cette reconversion n'empêchera pas la liquidation de la société en 1984. Le site est alors repris par les Établissements Wiart-Autier de Sorendal avec rachat des actifs par la Sté F.E.C.R. (Forge et Estampage de Château-Regnault, fondée en 1875). Les machines viendront de l'usine de La Grandville. Le site passe d'une activité essentiellement de sous-traitance pour l'automobile vers une activité de forge et estampage diversifiée. Entre 1950 et 1974, les effectifs passent de 40 à 225 employés, puis 130 en 1984.

Période(s) Principale : 19e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle

Le site représente une surface totale de 11 696 m2 bordée par la Goutelle implantés sur un ancien terrain marécageux. Les bâtiments se répartissent autour d'une cour : les ateliers de forge sont en entrée de site, prolongés à l'est par l'aire des matières premières et une seconde issue. A l'ouest, la salle des machines, actuellement occupées par les compresseurs présente des fenêtres en plein cintre et une charpente apparente métallique rivetée. Les bureaux s'élèvent sur deux étages carrés face aux forges. A l'autre extrémité, les anciens bureaux en parpaing de béton s'allongent le long de la Goutelle sur deux étages carrés, avec rez-de-chaussée occupé par un atelier. En fond de parcelle à l'ouest se situe la conciergerie et les magasins des modèles.

Murs béton
brique
enduit
parpaing de béton
Toit tuile mécanique, métal en couverture
Étages 2 étages carrés
Couvrements charpente en bois apparente
charpente métallique apparente
Couvertures toit à longs pans
lanterneau
Énergies énergie électrique
énergie thermique
achetée
Statut de la propriété propriété privée
Éléments remarquables machine de production (étudiée dans la base Palissy)

Références documentaires

Bibliographie
  • CORDIER, Pol. En passant par la Goutelle, vers 1987.