Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Haut fourneau, affinerie, puis fonderie, actuellement maison

Dossier IA52070287 inclus dans Généralités réalisé en 1989

Fiche

  • Vue aérienne
    Vue aérienne
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • logement patronal
    • logement de contremaître
    • logement d'ouvriers
    • atelier de fabrication
    • pièce de stockage du combustible
    • hangar industriel

Dossiers de synthèse

Destinations maison
Parties constituantes non étudiées logement patronal, logement de contremaître, logement d'ouvriers, atelier de fabrication, pièce de stockage du combustible, hangar industriel
Dénominations haut fourneau, affinerie, fonderie
Aire d'étude et canton Wassy - Wassy
Hydrographies Blaise dérivation de la
Adresse Commune : Louvemont
Lieu-dit : le Châtelier
Cadastre : 1850 D 610 à 650 ; 1938 D 369 à 372, 375, 378, 388 à 392, 396, 398, 551, 552, 556 à 558, 600, 601

Etablissement mentionné en 1395 ; dirigé par Leblanc à la fin du 18e siècle. Construction d'un haut fourneau entre 1730 et 1750. La famille Danelle possède l'usine pendant les deux derniers tiers du 19e siècle. Construction d'un troisième haut fourneau en 1863. Reconversion en fonderie au cours du premier quart 20e siècle ; logement de contremaître (B) antérieur à 1914 ; atelier de fabrication (H) construit vers 1925. Cessation d'activité vers 1980. Maison d'habitation signalée en 1989, lors de l'enquête intiale. En 2013 (complément d'enquête), le site est privé et inaccessible. Vers 1750, usine composée de deux hauts fourneaux, deux foyers d'affinerie, un foyer de chaufferie, une fenderie et un bocard avec patouillet ; la fenderie disparaît entre 1830 et 1850. En 1865, l'usine consiste en 3 hauts fourneaux au charbon de bois, un four à puddler à la houille, deux fours à réchauffer à la houille ; présence de grues en bois. 1827 : 39 ouvriers dont 14 pour les deux hauts fourneaux, 13 pour les affineries, 1 martineur, 1 chauffeur, 10 pour la fenderie, dont 1 chef et 9 ouvriers ; 1834 : 51 ouvriers.

Période(s) Principale : 2e moitié 14e siècle , (?)
Principale : 2e quart 18e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 1ère moitié 20e siècle

Site industriel desservi par voie particulière. La rivière Blaise est canalisée au-devant de l'entrée du site (ouest). Hangar (K) en rez-de-chaussée, un étage de comble : torchis, pan de bois, enduit : anciennes écuries transformées en logement ; atelier de fabrication (H) en rez-de-chaussée : brique creuse, pan de fer, enduit, lanterneau, appentis attenant ; logement de contremaître (B) : un étage carré, un étage de comble.

Murs pierre
brique
torchis
brique creuse
pisé
enduit
moellon
pan de bois
pan de fer
Toit tuile creuse, tuile plate, tuile mécanique, ardoise, ciment amiante en couverture
Étages 1 étage carré, étage de comble
Couvrements charpente en bois apparente
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans
appentis
croupe
lanterneau
Escaliers escalier de distribution extérieur : escalier symétrique, en maçonnerie
Énergies énergie hydraulique
énergie thermique
énergie électrique
Typologies rectangulaire, arc plein-cintre
États conservations établissement industriel désaffecté
Statut de la propriété propriété privée
Éléments remarquables machine de production

Annexes

  • HISTORIQUE

    1395 : Mention de l'usine.

    1729 : L'usine de Châtelier comporte un haut-fourneau, deux foyers d'affinerie, un foyer de chaufferie, une fenderie et un bocard avec patouillet.

    1750 : Vers cette date, la forge est composée de deux hauts-fourneaux, deux foyers d'affinerie, un foyer de chaufferie, une fenderie et un bocard avec patouillet.

    1772 : L'usine est dirigée par M. Leblanc.

    An III : Leblanc est toujours propriétaire. A cette date, la forge ne fonctionne plus depuis 10 ans. Et la fenderie, qui ne fonctionne plus depuis 18 ans, devrait être remise en état.

    1820 : Le Châtelier a deux fourneaux, trois feux de forges et une fenderie.

    1827 : Production annuelle : 1200 tonnes de fonte, 360 tonnes de fer en barres, 800 tonnes de fer martiné et 200 tonnes de fer fendu ; 39 ouvriers : 14 pour les deux hauts-fourneaux, 13 pour les affineries, 1 martineur, 1 chaffeur, 10 pour la fenderie dont un chef et 9 ouvriers.

    1828 : La méthode champenoise, affinage au four à puddler et étirage au marteau, est introduite par Adrien, maitre de forges.

    1830 : Environ 10 roues hydrauliques font mouvoir l'établissement.

    1834 : Danelle est propriétaire et exploitant de l'usine. D'après la série 209M 9, l'usine se compose de deux patouillets avec bocards, deux hauts-fourneaux au charbon de bois, deux fours à puddler et un foyer de chaufferie à la houille, un marteau de 350 kg, un marteau de 250 kg, sept roues à godets force 38. D'après la série 130S 128, il y aurait trois chaufferies à la houille et la fenderie existerait toujours. 51 ouvriers sont employés à la forge.

    Vers 1850 : L'usine est alors composée de deux hauts-fourneaux au charbon de bois, d'un seul four à puddler à la houille, de deux foyers de chaufferie, de trois marteaux et d'un bocard avec patouillet.

    1863 : Un troisième haut-fourneau est construit.

    24 janvier 1864 : Le haut-fourneau est mis en feu : il a une capacité de production annuelle de 1450 tonnes de fonte, en consommant 3800 tonnes de minerai lavé et 1700 tonnes de charbon de bois. Une nouvelle soufflerie à air chaud, actionnée par une machine à vapeur, est installée pour alimenter les trois fourneaux. L'affinage s'effectue toujours par la méthode champenoise.

    1865 : L'usine des frères Danelle se compose d'un bocard avec patouillet, de trois hauts-fourneaux au charbon de bois, d'un four à puddler à la houille, de deux fours à réchauffer à la houille et des souffleries.

    1893 : Danelle frères sont maîtres de forge au Châtelier. Ils utilisent des moteurs à vapeur et hydraulique.

    1925 : Vers cette date, une nouvelle fonderie est installée.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Haute-Marne : Série J (Fonds de la Société d'Histoire, d'Archéologie et des Beaux-arts de Chaumont), 3J 93-94 (?).

    Archives départementales de la Haute-Marne, Chamarande-Choignes : 3J 93-94
  • AD Haute-Marne : 209 M9. Industrie. Statistique industrielle. 1825, 1828, 1834.

    Archives départementales de la Haute-Marne, Chamarande-Choignes : 209 M9
  • AD Haute-Marne : 226M 6. Etat des usines, manufactures, fabriques, etc., ainsi que du personnel employé. 1893.

    Archives départementales de la Haute-Marne, Chamarande-Choignes : 226M 6
  • AD Haute-Marne : 269M 1. Statistique industrielle. Renseignements. Correspondance. 1824-1862.

    Archives départementales de la Haute-Marne, Chamarande-Choignes : 269M 1
  • AD Haute-Marne : 130S 13. Attancourt. Moulins et usines.

    Archives départementales de la Haute-Marne, Chamarande-Choignes : 130S 13
  • AD Haute-Marne : 130S 128 à 131. Louvemont. Moulins et usines.

    Archives départementales de la Haute-Marne, Chamarande-Choignes : 130S 128 à 131
Bibliographie
  • BEGUINOT, Pierre. Une grande industrie haut-marnaise disparue : la production de la fonte et du fer. Chaumont, 1979. 293 [263] pages.

    p. 196-200