Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Haut fourneau, affinerie, puis scierie, puis laminoir dit S.A. des Forges de Froncles et de Vraincourt, actuellement maison

Dossier IA52070311 inclus dans Généralités réalisé en 1989

Fiche

  • Vue générale
    Vue générale
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • hangar industriel
    • logement patronal
    • logement de contremaître

Dossiers de synthèse

Appellations dit laminoir S.A. des Forges de Froncles et de Vraincourt
Destinations maison
Parties constituantes non étudiées hangar industriel, logement patronal, logement de contremaître
Dénominations haut fourneau, affinerie, scierie, laminoir
Aire d'étude et canton Haute-Marne - Bologne
Hydrographies Marne la
Adresse Commune : Vraincourt
Adresse : C.D. 167
Cadastre : 1828 A 1439 à 1448 ; 1934 A 741

Etablissement créé en 1555 ; l'usine fonctionne comme haut fourneau et affinerie jusqu'au milieu du 19e siècle environ. Logement patronal construit au 18e siècle. Berthelin, Lespérut, Bourlon, Rozet et Duval acquièrent la forge en 1829 ; Berthelin est seul propriétaire à partir de 1841. Cessation d'activité et installation d'une scierie vers 1870 ; De Valsuzenay est propriétaire en 1873. Création d'un laminoir, constitution de la S.A. des Forges de Froncles et de Vraincourt en 1906. Cessation d'activité vers 1955. Les bâtiments visibles en 1989 (enquête initiale) sont antérieurs à l'installation du laminoir. Usine proprement dite détruite au cours du troisième quart du 20e siècle. Production fin 18e siècle : 345 tonnes de fonte et 225 tonnes de fer ; production en 1830 : 1200 tonnes de fonte et 800 tonnes de fer. Laminoir mu par une turbine hydraulique vers 1880 ; présence de deux turbines hydrauliques et d'une maquette mobile du laminoir datant du début 20e siècle. 1818 : 20 ouvriers à l'usine, 28 minerons, 90 forestiers et 40 voituriers à l'extérieur de l'usine.

Période(s) Principale : 3e quart 16e siècle , (détruit)
Principale : 18e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Dates 1555, daté par source, daté par travaux historiques, daté par tradition orale
1906, daté par source, daté par travaux historiques, daté par tradition orale

Site industriel desservi par embranchement ferroviaire. En 2013 (complément d'enquête), le logement de contremaître (C) a été trouvé détruit. Le pigeonnier présent dans l'enceinte du site a été restauré vers 2009.

Murs pierre
brique
moellon
Toit tuile plate, tuile mécanique
Étages 1 étage carré, étage de comble
Couvrements charpente en bois apparente
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans
croupe
Énergies énergie hydraulique
énergie thermique
turbine hydraulique
Typologies rectangulaire, arc plein-cintre
États conservations vestiges, établissement industriel désaffecté
Statut de la propriété propriété privée
Éléments remarquables machine de production

Annexes

  • HISTORIQUE

    1555 : La famille de Lenoncourt fait construire sur la Marne une usine métallurgique.

    Fin 18e siècle : L'usine appartient au baron de Thiers et comporte un haut-fourneau, deux affineries, un patouillet et un bocard à crasses. A cette époque, la production annuelle est de 345 tonnes de fonte et 225 tonnes de fer.

    An 9 : La forge est composée de deux feux de forges et de deux marteaux, d'un haut-fourneau, de deux halles à charbon, d'un bocard à crasses, d'une maison pour le maître de forge, d'une pour le commis et de dix logements d'ouvriers.

    1818 : Production : 700 tonnes de fonte, 460 tonnes de fer nécessitant 2330 tonnes de minerai lavé, 1800 tonnes de charbon de bois. 20 ouvriers animent l'usine, 28 minerons, 90 forestiers et 40 voituriers assurent les approvisionnements et les transports.

    1825 : Les héritiers de la dame Antoinette Louise Marie Crozat de Thiers, venue du sieur Casimir Léon de Béthune, sont autorisés à conserver et tenir en activité les usines à fer de Vraincourt consistant en un haut-fourneau, deux feux de forges ou d'affinerie, un patouillet, un bocard à crasses.

    1829 : Berthelin, Bourbon, Lespérut, Duval, Rozet propriétaires de la Vraincourt.

    1830 : Peu après cette date, deux affineries au charbon de bois sont transférées à Joinville (usine de M. Godefert) et deux fours à puddler et deux foyers de chaufferie sont installés (affinage au marteau par la méthode champenoise). La production annuelle passe à 1200 tonnes de fonte et 800 tonnes de fer.

    1834 : Berthelin, Rozet et Lesperut possèdent à Vraincourt un patouillet, un haut-fourneau au charbon de bois, un four à puddler, un foyer de chaufferie à la houille, un foyer d'affinerie au charbon de bois.

    1836 : Rozet et de Menisson demandent à rétablir dans le forge de Vraincourt les deux foyers d'affinerie qui en faisaient partie.

    1841 : Le 13 octobre, Berthelin acquiert l'usine.

    1865 : Seul le haut-fourneau est encore en service.

    11 janvier 1873 : De Valsuzenay acquiert les usines de Vraincourt de Berthelin.

    A cette date, ''les bâtiments de l'usine surtout sont dans un état de vétusté voisin de la ruine et les toitures sont même effondrées dans certains endroits (...) l'usine est depuis très longtemps en chômage et les bâtiments inhabités''. Une scierie est alors établie dans l'usine.

    Vers 1880 : Deux trains de laminoir sont actionnés par une turbine hydraulique.

    1900 : L'usine est composée de l'ancien château comprenant 10 pièces avec toutes les aisances et dépendances comprenant : une écurie pour travaux et une grange, une écurie pour bêtes à cornes et poulailler, une remise et atelier de charpentier au fond, maison occupée par le bureau, la cantine et l'économat, un bâtiment servant à la fabrication des pelles, un bâtiment servant d'atelier de maréchalerie, un bâtiment servant d'atelier de fonderie de bronze, un bâtiment servant de magasin, un bâtiment servant de logement de directeur et comprenant trois chambres au rez-de-chaussée, cave dessous et petite remise à côté, un groupe de quatre petits logements, un pigeonnier, une halle couvrant l'usine. Le matériel consiste en une turbine avec volant et engrenages de commande, deux trains à tôles minces, un train à polir les tôles, deux fours doubles à réunir les tôles avec four à vases clos, un four à réunir en vase clos, une cisaille à fer brut, deux cisailles à tôles. Une pompe actionnée par le volant, une machine à vapeur.

    1906 : Constitution de la société anonyme des forges de Froncles et de Vraincourt.

    1955 : Cessation d'activité vers cette date.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Haute-Marne : 209 M9. Industrie. Statistique industrielle. 1825, 1828, 1834.

    Archives départementales de la Haute-Marne, Chamarande-Choignes : 209 M9
  • AD Haute-Marne : Série Q. Hypothèques. Vol. 1026, art. 53 ; vol. 1125, art. 11.

  • AD Haute-Marne : 130S 241. Vraincourt. Moulins et usines.

    Archives départementales de la Haute-Marne, Chamarande-Choignes : 130S 241
Bibliographie
  • BEGUINOT, Pierre. Une grande industrie haut-marnaise disparue : la production de la fonte et du fer. Chaumont, 1979. 293 [263] pages.

    p. 100-101