Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Haut fourneau, puis pisciculture actuellement Domaine du Haut Fourneau

Dossier IA08000624 réalisé en 1984

Fiche

Appellations Domaine du Haut Fourneau
Parties constituantes non étudiées haut fourneau, bassin de retenue, pièce de stockage du combustible, bief de dérivation, atelier de fabrication
Dénominations haut fourneau
Aire d'étude et canton Ardennes - Nouvion-sur-Meuse
Hydrographies Batardeau le
Adresse Commune : Vendresse
Adresse : rue du Haut Fourneau
Cadastre : 1982 AA 149, 175, 176

Le haut fourneau de Vendresse, créé par Dehaisne, apparaît en 1564 à la place d´un moulin qui appartenait à l´abbaye d´Elan. En 1582, il devient fourneau du duc de Rethel. En 1599, le duc le donne à bail à J. Goffin d'Haraucourt, charge à lui de le rétablir suite aux dégâts commis par la guerre en 1589. Au 17e siècle, il est exploité par les frères Nicolas et Raulin Coulon. Durant une bonne partie du 18e siècle, ce sont les Poulain, maîtres des forges de Boutancourt qui le louent au duc de Mazarin ; en 1747, l'un d'eux reconstruit une nouvelle fois le haut fourneau. De 1770 à 1796, c'est Bourgeois, fermier général du domaine de Mazarin qui l'exploite puis à nouveau Poulain de 1803 à 1816. Jean-Nicolas Gendarme le prend à bail à cette date puis l'achète trois ans plus tard. Ce dernier le reconstruit entre 1822 et 1824 et son exploitation se poursuit après son décès, en 1845, sous l'autorité de sa fille. Dès 1838, Gendarme y ajoute une scierie, un bocard, des fours à carboniser et en 1839, les gaz du gueulard sont récupérés pour torréfier le charbon de bois. En 1859, Rémy Pauquet installe une chaudière et une machine à vapeur de quatre chevaux pour entraîner la soufflerie d'un cubilot et pour polir les moulages. Malgré l´arrêt de la production de fonte de première fusion en 1870, l´activité dure jusqu´à la fin du 19e siècle, grâce au cubilot installé dans le bâtiment accolé à la halle principale. Depuis 1909, le site accueille une pisciculture; cette dernière est toujours en activité sur les étangs. Les bâtiments ont été acquis en 1997 par la communauté de communes des Crêtes Préardennaises afin de présenter un spectacle permanent sur la métallurgie. Le bocard et la scierie qui se trouvait au nord du site n'existent plus. Vers 1845, 40 personnes travaillant sur ce site produisent 1000 tonnes de fonte par an dont la moitié est transformée en boulets de canon et l'autre en taques de cheminées et fers à repasser.

Période(s) Principale : 1er quart 19e siècle
Dates 1822, daté par travaux historiques

Le haut fourneau, dont la façade est appareillée, et la halle à charbon sont construits de la même manière : les murs sont en moellon calcaire excepté pour les encadrements et les chaînages en pierre de taille, les toits sont à longs pans et demi-croupe à charpente en bois apparente couverte d'ardoise. Comme pour les halles à charbon de Vrigne-aux-Bois, la halle de Vendresse est munie d'un mur de refend à redents coupe-feu. La halle est construite perpendiculairement au haut fourneau et en retrait de celui-ci de manière à ce que son déchargement se fasse au plus prêt de la porte arrière du haut fourneau afin de limiter la distance à parcourir. Des biefs partant de l'étang entouraient la halle, par le nord, pour alimenter la boquerie et la scierie et, par le sud, pour alimenter la roue hydraulique du haut fourneau qui entraînait les soufflets.

Murs calcaire
moellon
pierre de taille
Toit ardoise
Étages en rez-de-chaussée
Couvrements charpente en bois apparente
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans
demi-croupe
Escaliers escalier intérieur
Énergies énergie hydraulique
États conservations établissement industriel désaffecté, restauré
Techniques maçonnerie

Seul exemple à subsister dans les Ardennes, le haut fourneau de Vendresse est remarquable par son état de conservation. Le bâtiment qui l'abrite et la halle à charbon s'incrivent totalement dans le type d'architecture développée à la m��me époque par Gendarme à Vrigne-aux-Bois (Forge et fenderie).

Statut de la propriété propriété d'un établissement public
Intérêt de l'œuvre à signaler
Éléments remarquables atelier de fabrication, lucarne
Protections inscrit MH, 1972/03/23
Précisions sur la protection

Façades et toitures du bâtiment abritant le haut fourneau et le haut fourneau proprement dit ; façades et toitures de la halle à bois (cad. E 412) : inscription par arrêté du 23 mars 1972.

Annexes

  • 20090802530NUCA : Archives départementales des Ardennes, Charleville-Mézières, 8 Fi Vendresse 22.

    20090803104NUCA : Archives Nationales, F14, 4294 dossier 60.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AN. Série F14 : 4294.

    dossier 60
  • Archives de Monaco. Série T : 424.

Bibliographie
  • ANDRE, Louis, BELHOSTE, Jean-François, BERTRAND Patrice. La métallurgie du fer dans les Ardennes (XVIe-XIXe). Cahiers de l'Inventaire n°11, Ministère de la Culture et de la Communication, Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, Région Champagne-Ardenne, 1987.

    p. 63
  • GARAND, Jean. Un notable ardennais. Jean-Nicolas Gendarme (1769-1845). SOPAIC, 1988.

  • ROBINET, René. n° 72 : Note sur les origines du haut fourneau de Vendresse. Etudes ardennaises, avril-juin 1966, n° 45.

    p. 10-15