Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Inventaire du patrimoine industriel du département des Ardennes (08)

Dossier IA08001406 réalisé en 2007

Fiche

  • Impression
  • Agrandir la carte

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

Ce dossier contient l'intégralité des données qui ont été recueillies par l´agence Bruno Decrock au cours de l´enquête qui lui a été confiée par la Région Champagne-Ardenne en 2006, et qui s´est déroulée sur les trois années suivantes, sous la conduite scientifique du service régional de l´Inventaire (Xavier de Massary) et avec l´aide du département Recherches, méthodes et expertise de la Direction de l´architecture et du patrimoine, Ministère de la Culture et de la Communication (Catherine Chaplain). Une partie notable de la documentation accumulée a fait l'objet d'une publication dans la collection nationale " Indicateurs du patrimoine " : Patrimoine industriel des Ardennes. Langres : Dominique Guéniot, 2009. Les enquêtes sur le patrimoine industriel des trois autres départements sont consultables sous forme d´extraits sur la base Mérimée du Ministère de la Culture et, de manière intégrale au centre de documentation du service régional de l´inventaire.

Définition L´inventaire du patrimoine industriel des Ardennes concerne les usines de fabrication et de transformation dont la production a été diffusée au-delà des limites du canton dans lequel elles étaient implantées, et dont les bâtiments sont, en tout ou en partie, antérieurs à 1960, que ces sites soient encore en activité ou qu´ils soient désaffectés. N´ont donc pas été recensés les moulins à blé à caractère artisanal qui ne répondaient qu´à la satisfaction d´un besoin purement local. De même, les usines qui ont subi de trop grandes transformations depuis cinquante ans et ne présentent plus guère de caractères anciens, n´ont pas été prises en compte par cette enquête. Les sites industriels totalement disparus ne figurent pas ici, sauf dans les quelques cas où les bâtiments ont été rasés postérieurement à l´enquête. Le repérage effectué retrace néanmoins assez fidèlement l´histoire industrielle et économique du département. Les habitats liés à l´industrie (maisons patronales, logements ouvriers) sont habituellement mentionnés avec le site industriel auquel ils se rattachent. Cependant, pour les plus importants d´entre eux, ils font l´objet d´une étude distincte. Ce travail de recherche n´a été rendu possible que grâce à l´accueil des chefs d´entreprise et des propriétaires, au témoignage d´anciens ouvriers et à l´aide précieuse d´historiens locaux. Qu´ils en soient tous ici remerciés.

Observations générales. Des archives au terrain : quelques caractéristiques du patrimoine industriel ardennais Le recensement du patrimoine industriel des Ardennes s'est appuyé sur une prospection initiale menée en archives par sondages pour les années 1780-1800, 1880-1900 et 1940. Cette prospection a abouti à l'identification de 1117 sites. L'industrie métallurgique y apparaît nettement prédominante. Elle concerne en effet près de la moitié des industries mentionnées. Les moulins arrivent en seconde place dans les sources ; cette donnée doit cependant être relativisée : s'ils sont nombreux, les moulins sont situés à la frontière de l´artisanat et emploient peu de main-d´oeuvre. Vient ensuite l'industrie textile, qui par contre est la première employeuse au milieu du 19e siècle ; elle occupe alors plus de 16 500 ouvriers contre 13 000 pour le secteur métallurgique. Puis, par ordre décroissant de mentions dans les sources, viennent les industries agroalimentaires (sucreries, brasseries, laiteries), celles du bois, les sites d'extraction (surtout des ardoisières), et les industries céramiques (briqueteries et tuileries).

Sur ces 1117 sites repérés dans les archives, 339 ont été retenus et sont le sujet d'une étude complète. Pour ceux-ci chaque notice propose une synthèse de la documentation trouvée : textuelle, et en images : anciennes (cartes postales, papiers à entête, extraits de catalogues ...) ou actuelles et incluant une couverture photographique aérienne. Toutes les notices sont accompagnées d'une plan de site. Ces 339 sites étudiés se répartissent assez inégalement sur le territoire départemental : l'arrondissement le plus au nord (Charleville-Mézières) en abrite plus de la moitié, pour l´essentiel répartis le long des vallées ; l'arrondissement de Sedan un tiers, dont les trois-quarts à Sedan et dans sa périphérie ; les deux cantons du sud ne comptant chacun que pour 6,5% des sites étudiés. A l´intérieur du département les territoires apparaissent nettement spécialisés. Si dans le nord plus de la moitié des entreprises étudiées relèvent de la métallurgie, et si celle-ci concerne encore plus d'un tiers des sites retenus dans le Sedanais, elle ne compte que pour 15% dans le Rethélois et n'est plus présente que de manière anecdotique dans l'arrondissement de Vouziers. Inversement, les activités agro-alimentaires ou liées aux ressources du sol sont prédominants dans le Rethélois. La répartition de l'activité textile connaît le même déséquilibre : elle n'est présente pour ainsi dire que dans le nord et surtout dans l'arrondissement de Sedan où elle intéresse un site sur deux. Globalement, l'industrie est cependant disséminée sur l´ensemble du territoire ; les sites étudiés sont dispersés sur cent seize communes, soit une sur quatre du département. A titre de comparaison, le patrimoine industriel étudié dans la Marne se répartissait sur seulement 10% des communes. Les 778 notices des sites non retenus pour étude présentent une documentation inégale, parfois succincte (une mention d'archive et un constat de visu), mais qui dans certains cas peut aussi être fournie (historique complet). Tous ces sites non retenus ont été prospectés, et figurent ici, certains sont illustrés par une photographie.

Aires d'études Ardennes

L'enquête a été réalisée de 2006 à 2008 par :

- Maya Bennani : nord, nord-ouest, les vallées ; hors pointe de Givet. - Bruno Decrock : sud - François Griot : ouest et nord-ouest dont Sedan et environs. - Julien Marasi : est et nord-est dont Charleville-Mézières et environs.

Une aide à l'exploitation des documents d'archives a été apportée par Michel Philippe et Isabelle Havard.