Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les boulonneries de l'Inventaire du patrimoine industriel du département des Ardennes (08)

Dossier IA08001443 réalisé en 2009

Fiche

Voir

Aires d'études Ardennes
Dénominations usine de décolletage

Une quarantaine d'usines ont eu pour unique activité et quelque fois comme activité complémentaire ou secondaire la production de boulons. Cette activité phare était la plus importante des vallées de la Meuse entre Charleville et Monthermé et de la Semoy entre Thilay et Hautes-Rivières (Bogny-sur-Meuse, Thilay et Hautes-Rivières concentrent à elles-seules les trois quarts des boulonneries) et employait plusieurs milliers de personnes (1900 rien qu'à Bogny en 1887). Les petites usines étaient appelées des "boutiques", dénomination provenant des ateliers antérieurs de cloutiers à main. L'assemblage par boulon (vis et écrous) se répand largement à partir du 19e siècle. Sa fabrication industrielle, permise grâce à l'apparition de nouvelles machines, est venue compenser le déclin de la clouterie à main pratiquée dans ces secteurs géographiques. Au milieu des années 1820 certains cloutiers et ferronniers commencent à forger des boulons pour les industries d'équipement, le bâtiment et la construction navale. Braux, Château-Regnault, Levrézy (communes regroupées au 20e siècle pour devenir Bogny-sur-Meuse) et Hautes-Rivières deviennent les centres de la fabrication des boulons. Les usines de boulonnerie atteignent leur apogée dans les années 1880 avec l'essor du chemin de fer. A partir de la seconde moitié du 19e siècle la boulonnerie devient complémentaire à la fabrication d'autres pièces forgées. Dans la seconde moitié du 19e siècle, certaines usines gagnent en importance, comme c'est le cas notamment de la Manufacture Ardennaise de boulons et ferrures de wagons de Levrézy (fin du 19e siècle). La Grosse Boutique de Bogny-Braux, la plus importante des Ardennes, élevée en deux fois durant le troisième quart du 19e siècle, regroupait plusieurs ateliers massés dans une étroite vallée. Actuellement, la fabrication - exclusive - de boulons et vis est centrée dans la vallée de la Semoy (Thilay et Hautes-Rivières). Et on fabrique encore des écrous à Bogny-sur-Meuse (usines Marbaise, Cousin et Malicet). La production est destinée à l'automobile, au secteur ferroviaire, à l'équipement agricole ou naval (ancrages).

Période(s) Principale : 19e siècle

Les ateliers de fabrication les plus anciens des vallées de la Meuse et de la Semoy sont construits en moellon de schiste, avec charpente apparente en bois sur lesquelles étaient fixés les axes de transmission et les poulies permettant l'entraînement des machines-outils. Les couvertures étaient en ardoise. Ces ateliers modestes ont souvent été englobés dans des agrandissements du 20e siècle aux murs en parpaings de béton ou à essentage de tôle. Les couvertures ne sont plus exclusivement en ardoise mais également en métal ou en ciment-amiante. A l'intérieur les foyers de forge ont rarement été détruits et certaines machines-outils du début du 20e siècle encore en état de marche côtoient les machines à commandes numériques. Dans la seconde moitié du 19e siècle, certaines usines gagnent en superficie. C'est le cas notamment de la Manufacture Ardennaise de boulons et ferrures de wagons de Levrézy (fin du 19e siècle), qui présentait une grande façade en brique côté Meuse au-devant d'une succession d'ateliers-modules couverts de toits à longs pans à charpente en bois. A l'inverse, la Grosse Boutique de Bogny-Braux (détruit, troisième quart du 19e siècle), regroupait plusieurs ateliers distincts en schiste.

Décompte des œuvres repérées 42
étudiées 21

Annexes

  • Ressources documentaires des boulonneries de l'Inventaire du patrimoine industriel du département des Ardennes (08)

    Bogny-sur-Meuse, Levrézy, rue Bernisseaux, Usine de décolletage (boulonnerie) Hardy-Capitaine : Arch. Nat., F12 9429, le fonds de l'OCRPI période 1940-1949 : Hardy-Capitaine, boulonnerie à Levrézy. Activité terminée. Données Basias : usine probablement existante avant 1850. - fin d'activité en 31/12/1959. Non retenu : ne reste rien.

    Bogny-sur-Meuse, Levrézy, Usine de décolletage (boulonnerie) Bosquet : Repérage sur vue aérienne IGN. Arch. Nat., F12 9429, le fonds de l'OCRPI période 1940-1949 : Bosquet : boulonnerie à Levrézy. Basias CHA0800057. Proche gare. Structure assez modeste. Non retenu : bâti subsistant trop récent.

    Bogny-sur-Meuse, Braux, Z.A de Braux, avenue des Marguerites, Usine de matériel agricole les Ateliers de Janves : Arch. Nat., F12 9429, le fonds de l'OCRPI période 1940-1949 : Ateliers de Janves, machines agricoles, estampage, à Bogny sur Meuse (Poroux) ; 32 pers. en nov. 1942. Basias : DLI, travail des métaux par chocs mécaniques, fabrique d'articles automobiles (bielles, leviers). Fondé en 1925 par Georges Sergeant. 1995 : déménagement de l'entreprise située à Château-Regnault, en bord de Meuse, pour un terrain non inondable. Le site de Château-Regnault est aujourd'hui une friche (friche des Janves). L'ancienne usine n'existe plus. L'usine, en site inondable, est rebâti dans la nouvelle zone industrielle. Le bâtiment actuel est totalement moderne.

    Bogny-sur-Meuse, Braux, Le Châtelet, Usine de décolletage (boulonnerie) et usine de traitement de surface des métaux (galvanisation) Lavialle et Prévost : Arch. Nat., F12 9429, le fonds de l'OCRPI période 1940-1949 : Lavialle, Prévost, boulonnerie et galvanisation au Châtelet, à Braux ; 27 pers. en oct. 1946. Rien trouvé.

    Bogny-sur-Meuse, Braux, Usine de décolletage (boulonnerie) Danvin : Arch. Nat., F12 9429, le fonds de l'OCRPI période 1940-1949 : Danvin, boulonnerie à Braux. Activité terminée. Rien trouvé.

    Bogny-sur-Meuse, Braux, Usine de petite métallurgie et boulonnerie Bresson : Arch. Nat., F12 9429, le fonds de l'OCRPI période 1940-1949 : Ets Bresson, boulons forgés, mécaniques et agricoles, Braux. Activité terminée. Rien trouvé.

    Bogny-sur-Meuse, Braux, rue Dolet, Usine de petite métallurgie Merveille : Arch. Nat., F12 9429, le fonds de l'OCRPI période 1940-1949 : Ets Merveille, rue Dolet à Braux : accessoires et pièces détachées d'automobile, ferrure ; 18 pers. en 1943. Rien trouvé.

    Bogny-sur-Meuse, Braux, 43 rue Victor-Hugo, Usine de petite métallurgie et boulonnerie Mernier, puis Sté Ardennaise des Techniques d'Outillage : Arch. Nat., F12 9429, le fonds de l'OCRPI période 1940-1949 : Mernier, boulonnerie ferronnerie rue Victor Hugo à Braux ; 43 pers. en 1943. L'usine Mernier a cessé son activité. S'agit-il du site de l'ancienne boulonnerie Mernier fusionnée en 1933 avec la Sté Lenoir ? Aujourd'hui : entreprise SATO (Sté Ardennaise des Techniques d'Outillage). Traitement thermique - sciage à façon - usinage - rectification - dépôt d'aciers. Propriétaire : Drumel. Bâtiments assez récents. Pas de trace de bâti ancien.

    Bogny-sur-Meuse, Château-Regnault, Usine de décolletage (boulonnerie) Guillemin et Cie : Arch. Nat., F12 9429, le fonds de l'OCRPI période 1940-1949 : Guillemin et Cie, boulonnerie à Château Regnault ; direction Guilmart ; 25 pers. en 1943. Rien trouvé.

    Bourg-Fidèle, rue Emile-Péchenard, Ancienne fonderie Péchenard : Arch. Nat., F12 9429, le fonds de l'OCRPI période 1940-1949 : Péchenard, fonte album et modèle à Bourg Fidèle ; 48 pers. en juin 1946 ; fondée en 1852 ; 2 cubilots de 3 tonnes à l'heure. Basias : début d'activité : 1866. Fin d'activité : 1952. Aujourd'hui : Système'D Auto, dépannage, casse auto. Les cité ouvrières existent toujours, de l'autre côté de la rue : la Cité Péchenard. Une quinzaine de maisons. Reconverti. Non retenu : vestiges insuffisants. Il reste une partie du bâti ancien, le reste a été détruit.

    Charleville-Mézières, 16 avenue Nationale, avenue Charles-de-Gaulle (?), Fonderie d'aluminium Moreau & Fils : Arch. Nat., F12 9429, le fonds de l'OCRPI période 1940-1949 : usines Moreau & Fils, avenue Nationale à Charleville : fonderie aluminium ; 91 pers. en nov. 1942. Basias 5275. Existence d'une photo. ancienne. L'avenue Nationale doit correspondre à l'avenue Charles de Gaulle actuelle : une usine détruite vers 2006 (entre Lidl et Aldi). Plus rien.

    Charleville-Mézières, boulevard Gambetta, Usine de décolletage (boulonnerie) Brondois & Burckard : Arch. Nat., F12 9429, le fonds de l'OCRPI période 1940-1949 : Brondois & Burckard, bd Gambetta à Charleville ; boulonnerie ; 14 pers. en 1943. Est-ce le même site que Basias 5264 : Ets BREZOL, Forge et fabrique d'outillage, bd Gambetta, déb. 1891 ? Est-ce le même site que Basias 5265 : boulonnerie 37 bd Gambetta, mentionnée en 1907 ? Rien trouvé dans la rue.

    Charleville-Mézières, 22 rue de Longueville, Usine de petite métallurgie (boulonnerie) et d'estampage et usine de traitement de surface des métaux Jubert & Cie : Arch. Nat., F12 9429, le fonds de l'OCRPI période 1940-1949 : Jubert & Cie, 22 rue Longueville : boulonnerie, estampage, ferrures à Charleville ; 63 personnes en 1943. Basias 5104 : Société de revêtement industriel des métaux ; Ets Jubert et Cie ; déb. 1952 (fonderie).

    Gespunsart, route de Pussemange, Usine de décolletage (boulonnerie) Ninin-Plismy-Lejay, actuellement usine d'emboutissage NPL : Repérage sur vue aérienne IGN. Ancienne boulonnerie Ninin-Plismy-Lejay fondée en 1852. Aujourd'hui usine de découpage, emboutissage, assemblage totalement modernisée. Raison sociale NPL depuis 1980. Bâtiments modernes. Tous les murs sont tôlés ou agrandis de parpaing de béton. Seuls quelques poteaux de fonte témoignent de l'ancienneté du site.

    Les Hautes-Rivières, L'Espérance, 14 rue de l'Espérance, Usine de décolletage (boulonnerie) et usine d'estampage Barteaux-Barré & Fils, puis Marcel Barteaux : Repérage sur vue aérienne IGN. Arch. Nat., F12 9429, le fonds de l'OCRPI période 1940-1949 : Ets Barteaux-Barré & Fils, boulonnerie à Hautes Rivières, 18 pers. en 1943.-44 En activité depuis 1904. Marcel Barteaux reprend l'entreprise en partie, en 1946. Aujourd'hui : Bernard Barteaux, gérant. Bâti sans grand intérêt architectural.

    Les Hautes-Rivières, Usine métallurgique des Ets Georges Barteaux : Repérage sur vue aérienne IGN. Activité terminée. La famille Barteaux a détenu plusieurs petites entreprises. Division entre deux frères à partir de 1946 : - Ets Marcel Barteaux, depuis 1904 : en activité. - Ets Georges Barteaux : fermé. Entre dans le cadre de l'enquête au niveau de l'ancienneté, mais pas quant au nombre d'ouvriers. Petite structure. Bâtiment abandonné. Structure en brique et baies, angles en pierre. Toiture en ardoise. Typique de la petite industrie ardennaise en milieu rural, et en particulier à Hautes-Rivières. Bâti modeste peu rénové, datant souvent du 19e siècle.

    Les Hautes-Rivières, Usine de décolletage (boulonnerie) Stévenin-Badré : Arch. Nat., F12 9429, le fonds de l'OCRPI période 1940-1949 : Stévenin-Badré, boulonnerie à Hautes Rivières, 8 pers. en 1943. Activité terminée ? Il existe plusieurs Stévenin. - Ets Rémy Stévenin, - Ets Fernand Stévenin. - Ets Stévenin-Nollevaux.

    Neufmanil, Usine de décolletage (boulonnerie) Léon Kerfs, puis Picard-Fay : Arch. Nat., F12 9429, le fonds de l'OCRPI période 1940-1949 : Léon Kerfs, boulonnerie à Neufmanil. Fermeture en 1970. Maison Picard-Fay. Reconverti. La boulonnerie a été détruite, seuls les petits logements ouvriers ont été conservés.

    Thilay, 33 rue Eva-Thomé, Usine métallurgique Faynot : Repérage sur vue aérienne IGN. Faynot 1. Basias n° ...452. Structures anciennes (brique, sheds) englobés dans un ensemble plus récent. Non retenu : vestiges anciens insuffisants.

    Thilay, Nohan, Usine de décolletage (boulonnerie) Pierre Bouquignaud : Arch. Nat., F12 9429, le fonds de l'OCRPI période 1940-1949 : Pierre Bouquignaud à Nohan par Thilay, boulonnerie ; 18 personnes en 1943. Rien dans Basias. Non identifié.

    Villers-Semeuse, 11 rue Jules-Lobet, Usine de construction métallique L'Huillier : Arch. Nat., F12 9429, le fonds de l'OCRPI période 1940-1949 : entreprise L'Huillier, constructions métalliques à Villers-Semeuse, 18 pers. en oct. 1948. Localisation de la rue dans Basias mais non retrouvé sur site (CHA 0800461). Ou bien pourrait être à l'angle des rues J. Lobet et Jules Guesde.