Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les minoteries de l'Inventaire du patrimoine industriel du département des Ardennes (08)

Dossier IA08001427 réalisé en 2009
Aires d'études Ardennes
Dénominations minoterie

Le passage du moulin à la minoterie est dû à un changement de méthode de broyage du grain (le remplacement des meules par des cylindres), et est dans le même temps marqué par l´intégration sous un même toit de toutes les tâches qui précèdent et suivent le broyage. Si les historiens s´accordent sur l´année 1870 comme date de l´invention de la machine à cylindres, ce n´est guère qu´après 1885 que cette technique est réellement entrée dans la pratique des meuniers. L'enquête a recensé 9 minoteries dans le département des Ardennes, qui toutes ont été sélectionnées et étudiées. Nous avons en effet affaire avec cette catégorie à un secteur important de l'industrie agroalimentaire. Cette activité touche essentiellement le sud du département (les minoteries s'échelonnant régulièrement entre Saint-Germainmont et Saint-Juvin), et dans une moindre mesure sa partie centre-ouest (Hannapes, Signy-l'Abbaye). La plupart des minoteries sont d'anciens moulins reconvertis. Les minoteries ardennaises se distinguent entre grandes structures industrielles et sites d'importance plus locale (Roizy, Saint-Juvin, Saint-Germainmont). La technique mise en oeuvre étant relativement récente, le bâti qui l'accueille est lui-même plutôt contemporain. Ainsi la quasi totalité des installations comportent-elles des structures de la 1ère moitié du 20e siècle, et quatre d'entre elles de la seconde moitié de ce siècle. La moitié des sites cependant possède aussi du bâti du 19e siècle.

Période(s) Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

Les datations étant assez variées, échelonnées pour l'essentiel entre le début du 19e siècle et le 3e quart du 20e siècle, les types constructifs le sont également et associent souvent brique, pierre, béton, béton armé, pan de fer ou de béton. Quelques constantes existent cependant : le béton armé est employé sur tous les sites, et la brique fréquemment utilisée (Vouziers, Hannapes, Roizy, Saint-Germainmont, Saint-Juvin). Quelques minoteries se démarquent par leur monumentalité : la minoterie Saint-Paul à Vouziers, toute en brique, élevée en 1855 et 1905 (elle devient minoterie en 1884) ; et la minoterie de Termes (1934), en béton avec voûte Caquot et habitat patronal de style art déco. Celle de Juniville, d'époque Reconstruction et partiellement en faux pan-de-bois, conserve sa machinerie complète.

Décompte des œuvres repérées 0
étudiées 9