Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les usines de quincaillerie de l'Inventaire du patrimoine industriel du département des Ardennes (08)

Dossier IA08001454 réalisé en 2009

Fiche

Voir

Aires d'études Ardennes
Dénominations usine de quincaillerie

Activité traditionnelle au même titre que la clouterie, la quincaillerie était implantée dans les vallées de la Meuse, de la Semoy mais plus encore dans le bassin sedanais dans les localités de Vrigne-aux-Bois et Vivier-au-Court (d'où sortait de la quincaillerie destinée au bâtiment), et Raucourt-et-Flaba et Angecourt (où l'on produisait en masse de la bouclerie : 18 établissements signalés en 1883 à Raucourt employant 250 ouvriers, et 5 à Angecourt pour 60 ouvriers). A Vivier-au-Court et Vrigne-aux-Bois où la quincaillerie de bâtiment est souvent obtenue par fonte, les usines se sont implantées pour profiter de la finesse des sables locaux permettant de produire des petites pièces. Dans la vallée de l'Ennemane, une multitude de petites usines ont occupé les berges de la rivière afin de profiter de la force hydraulique. La mécanisation des procédés a entrainé dans ce secteur une concentration des entreprises au profit des plus importantes. C'est le cas à Raucourt où l'entreprise Turquais (fin du 19e siècle), qui a pourtant fortement souffert de la Première Guerre mondiale, perdure seule aujourd'hui dans ce domaine.

Période(s) Principale : 19e siècle

Les bâtiments de l'entreprise Turquais (fin du 19e siècle) présentent des murs en moellons couverts de shed à charpente métallique.

Décompte des œuvres repérées 19
étudiées 13

Annexes

  • Ressources documentaires des usines de quincaillerie de l'Inventaire du patrimoine industriel du département des Ardennes (08)

    Angecourt, Usines de quincaillerie : Arch. Nat., F12 4483, Situation industrielle, 3e trim 1883 : fabriques de boucles et éperons : Angecourt, 5 établ., 60 ouvriers. Non localisé.

    Bogny-sur-Meuse, Château-Regnault, Usine de décolletage (usine d'écrous) Jules Hulot : Arch. Nat., F12 9429, le fonds de l'OCRPI période 1940-1949 : Jules Hulot, fabrication d'écrous à Château-Regnault ; 4 personnes en 1942. Activité terminée. Nom complet : Hulot et Hureaux Frères ? boulonnerie. Non trouvé.

    Charleville-Mézières, Usine de quincaillerie ou magasin de commerce (?) Martinet & Laugée : Arch. Nat., F12 9429, le fonds de l'OCRPI période 1940-1949 : anciens établissements Léon Martinet & Laugée, 28 rue Thiers à Charleville ; quincaillerie en général ; directeur Gaston Tostier ; 21 personnes en 1942-43. Non trouvé.

    La Grandville, rue Jean-Moulin, Usine de quincaillerie Bourgeois Frères, actuellement maison : Arch. Nat., F12 9429, le fonds de l'OCRPI période 1940-1949 : Bourgeois Frères, quincaillerie ferronnerie à La Grandville. Actuellement en travaux pour être réhabilité en habitation privée. Reconverti. Bâtiments 19e siècle, peut-être 18e siècle.

    Vivier-au-Court, Usine de petite métallurgie Manil : Arch. Nat., F12 9429, le fonds de l'OCRPI période 1940-1949 : Manil, SA, fonderie de fer, quincaillerie et ferronnerie, Vivier au Court ; 28 pers. en déc. 1942. Première activité en 1797 ; fusion de la fonderie Manil et de la SAFI en 1970 pour fonder la Sté des fonderies Manil (Basias CHA 0801943). Non retenu : ne reste rien. Rasée récemment.

    Vrigne-aux-Bois, Fonderies et Ateliers du laminoir, actuellement FAL : Arch. Nat., F12 9429, le fonds de l'OCRPI période 1940-1949 : fonderies et Ateliers du laminoir, Vrigne aux Bois ; SA au capital de 1 800 000 francs ; fontes sur modèles ; art. ménage fer et fonte ; fonte de bâtiment ; forges portatives etc. ; directeur Maurice Pétré à Vrigne ; président du conseil : M. de Panafieu, Paris ; 52 personnes en déc. 1942. Fonderie FAL. Regroupait aussi les bâtiments de la Nouvelle Fenderie à Vrigne. Bâtiment en béton et un autre en moellon.