Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les usines de traitement de surface des métaux de l'Inventaire du patrimoine industriel du département des Ardennes (08)

Dossier IA08001439 réalisé en 2009
Aires d'études Ardennes
Dénominations usine de traitement de surface des métaux

Quatorze usines se rattachent au traitement de surface des métaux. Cette activité est un corollaire à l'activité métallurgique, elle-même importante dans le nord du département. On retrouve donc logiquement les unités de traitement de surface tout au long de la vallée de la Meuse et de ses affluents. La polirie, concentrée dans la vallée de l'Ennemane et particulièrement à Raucourt-et-Flaba, constitue le secteur traditionnel de cette branche d'activité, développée dès le 18e siècle (traitement de petites pièces dans des tonneaux à polir, initialement mûs par l'énergie hydraulique). Une usine d'émaillage est à signaler à Rimogne, mais ce mode de finition est souvent intégré dans les usines de production elle-même, notamment celles produisant des appareils de chauffage (Arthur martin à Revin, Deville à Charleville). La galvanisation (qui consiste à protéger les aciers en les recouvrant d'une couche de zinc) se retrouve dans le nord, an aval de Charleville, elle est plus récente et se développe avec les activités liées à la boulonnerie et l'emboutissage. Actuellement, la technique moderne de la plastification a pris le relais des activités anciennes, sur des sites abandonnés par la petite métallurgie (APPLITEC sur le site de la Jacquemotte à Illy, usine Turquais à Raucourt, ou encore l'ancien site Alexandre et Antoine à Haraucourt occupé maintenant par la SEP de l'Ennemane).

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

Les poliries proto-industrielles étaient de petites structures dont le bâti ne se distinguait guère de l'habitat vernaculaire, à l'image de la polirie d'En-Haut à Raucourt. Dans la même commune, l'usine Thiriet (maintenant Turquais) a développé la technique dans des bâtiments à la morphologie plus révélatrice de l'époque (transition 19e - 20e siècle) que du secteur d'activité : traditionnels alignements de bâtiments en moellon couverts en sheds et ouverts de baies aux chambranles en briques.

Décompte des œuvres repérées 14
étudiées 4

Annexes

  • Ressources documentaires des usines de traitement de surface des métaux de l'Inventaire du patrimoine industriel du département des Ardennes (08)

    Bogny-sur-Meuse, Levrézy, Usine de traitement de surface des métaux (galvanisation) CIGCEM, puis usine de petite métallurgie CERI France et DRUMEL : Repérage sur vue aérienne IGN. D'après Basias (CHA0800063) : CIGCEM (galvanisation). Plusieurs unités : CERI France et DUMEL usinage (sur rue), AC Multi Services (sur Meuse).

    Bogny-sur-Meuse, Braux, Z.A de Braux, avenue des Marguerites, Usine de matériel agricole les Ateliers de Janves : Arch. Nat., F12 9429, le fonds de l'OCRPI période 1940-1949 : Ateliers de Janves, machines agricoles, estampage, à Bogny sur Meuse (Poroux) ; 32 pers. en nov. 1942. Basias : DLI, travail des métaux par chocs mécaniques, fabrique d'articles automobiles (bielles, leviers). Fondé en 1925 par Georges Sergeant. 1995 : déménagement de l'entreprise située à Château-Regnault, en bord de Meuse, pour un terrain non inondable. Le site de Château-Regnault est aujourd'hui une friche (friche des Janves). L'ancienne usine n'existe plus. L'usine, en site inondable, est rebâti dans la nouvelle zone industrielle. Le bâtiment actuel est totalement moderne.

    Fumay, route de Rocroi, Fonderie et usine de traitement de surface des métaux François et Cie : Arch. Nat., F12 9429, le fonds de l' OCRPI période 1940-1949 : François et Cie, fondeurs et émaillerie à Fumay ; 33 pers. en déc. 1942. Fonderie de fonte. En 1963, M François part à la retraite et met son usine en vente, aucune informations depuis. Information sur l'état actuel du site fournie par la mairie et par le terrain (Basias). Activité terminée : 03/07/1963. Occupation actuelle du site : habitation et espace vert.

    Nouzonville, rue Jean-Jaurès, Usine de petite métallurgie Henrot & Cie : Arch. Nat., F12 9429, le fonds de l'OCRPI période 1940-1949 : Henrot & Cie, rue Jean Jaurès à Nouzonville, colliers pour conduites d'eau ; 24 pers. en juill. 1944. Activité terminée ? Rien trouvé.

    Raucourt-et-Flaba, Moulin et polierie : AD Ardennes, 7S 5 : ruisseau de l'Ennemane, un moulin et polierie sous Raucourt, à la veuve Mathieu Danloy, 1858-1865. AD Ardennes, 7S 5 : 5, polierie Jean Mère, Vve Champeaux 1848-50. AD Ardennes, 7S 5 : 3, polierie d´En bas, Rouy Thiriet, 1848-50. AD Ardennes, 7S 5 : sur le ruisseau de l'Ennemane : moulin de Raucourt, à Rouy-Thiriet, fabricant de boucles, 1858-1860. Site non identifié. On peut penser que toutes ces entités faisaient partie de ce qui actuellement compose l'usine du site de la Roquette (Turquais).

    Rimogne, La Fosse Saint-Brice, Usine de traitement de surface des métaux (émaillerie) Louis Lens, puis Les Emaux de Rimogne : Arch. Nat., F12 9429, le fonds de l'OCRPI période 1940-1949 : les Emaux de Rimogne (anciens Ets L. Lens fils) : émaux pour fonte tôle et cuivre, Rimogne ; 12 personnes en nov. 1942. Activité terminée. Ou bien s'agit-il de l'usine désaffectée proche de l'usine de broyage ?

    Sedan, Fonderie de fer et d'acier poli : Bourgin, L'industrie sidérurgique en France au début de la Révolution, Collection de documents inédits sur l'histoire économique de la Révolution française, Paris, Imprimerie Nationale, 1920 : Sedan : fabrique de fer et d'acier poli, propriétaire Hanrot. Non identifié.

    Villers-devant-Mouzon, La Polirie, Moulin (polierie) Landart, puis Genin Person : AD 7S9 : 5, petite polierie de Villers sur le ruisseau de Villers : construction par Landart, 1823 ; Genin Person nouveau proprio 1863-66. Peut-être au lieu-dit la Polirie (entrée de village ouest) : plus de bâti. Ne reste rien.

    Villers-devant-Mouzon, Moulin (polierie) : AD 7S9 : 6, polierie au centre du village sur ruisseau de Villers, Laporte 1837-40 ; 63, veuve Laporte-Régnier en 1912. Rien trouvé.

    Villers-Semeuse, 11 rue Jules-Lobet, Usine de construction métallique L'Huillier : Arch. Nat., F12 9429, le fonds de l'OCRPI période 1940-1949 : entreprise L'Huillier, constructions métalliques à Villers-Semeuse, 18 pers. en oct. 1948. Localisation de la rue dans Basias mais non retrouvé sur site (CHA 0800461). Ou bien pourrait être à l'angle des rues J. Lobet et Jules Guesde.