Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

maison

Dossier IA10001056 réalisé en 2016

Fiche

Voir

Parties constituantes non étudiées cour jardin, garage
Dénominations maison
Adresse

L’ancienne maison, datant de la fin du 19e siècle et connue par une photographie ancienne, fut détruite pour faire place à une nouvelle demeure, dont le permis de construire n°1979 fut accordé en 1930. Réalisée en 1930-1931, pour Monsieur Boisseau, industriel en bonneterie, elle est l'œuvre de l'architecte Adolphe Beltier et de l'entrepreneur L. Bourbon de Troyes (dates et signatures sur la façade principale).

En 1968, le décor intérieur de la salle à manger et de la cuisine, situés à droite du vestibule au rez-de-chaussée, fut entièrement remplacé et de nouvelles ouvertures vers l'extérieur furent percées.

A l'entrée de la maison, l'espace couvert par la marquise fut vitré et fermé en 1986. Les volets roulant actuels remplacent d'anciennes persiennes métalliques.

Une terrasse postérieure à la construction de la maison est ajoutée à l'arrière du corps de logis.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle , (détruit)
Principale : 2e quart 20e siècle , porte la date
Secondaire : 2e moitié 20e siècle , daté par tradition orale
Dates 1930, porte la date
1931, porte la date
Auteur(s) Auteur : Beltier Adolphe,
Adolphe Beltier (1882 - 1959)

Architecte né à Appoigny (Yonne) et installé au 12 rue Courtalon à Troyes.

Il a également réalisé des monuments aux morts.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, signature, attribution par source
Auteur : Bourbon L., entrepreneur, signature

Le corps de logis, de plan rectangulaire avec un avant-corps latéral d'une travée à la façade antérieure, est couvert par deux toitures à longs pans perpendiculaires avec avant-toit et demi-croupe. Une allée longe le corps de logis par la gauche et rejoint un garage construit en brique rouge et jaune.

Les élévations sont généralement rythmées par l'alternance de chaînes verticales en brique et de remplissage en pierre calcaire blanche. Le soubassement est composé en gros appareil de pierre calcaire, sur lequel repose une assise en brique rouge. Le premier niveau et le niveau supérieur se distingue par les linteaux, interrompant les chaînes verticales des travées, sur lequel repose l'allège en brique jaune des fenêtres du premier étage. L'avant-corps latéral se distingue par la présence d'un balcon. Le deuxième niveau est séparé de l'étage en surcroît par un entablement. Sur ce dernier niveau, le remplissage est enduit mais les chaînes en brique restent apparentes. Des bandes tracées, tracées sur l'enduit, dessinent une frise de grands carrés au-dessus de l'entablement.

L'élévation antérieure correspond au projet présenté dans le permis de construire. Le soubassement en gros appareil est percé de deux soupiraux et interrompu par un perron. La chaîne en brique de l'angle gauche du corps principal ainsi que celle de l'avant-corps latéral sont interrompues par la pose d'une pierre d'angle, alignée horizontalement aux garde-corps des fenêtres du premier étage, sur lesquelles sont gravées la date de l'édification, le nom de l'architecte pour l'une et le nom de l'entrepreneur pour l'autre.

Pour l'élévation latérale de gauche (élévation nord), l'ouverture en bas à droite n'existe pas sur le dessin du projet. De plus, le dernier niveau ne devait avoir qu'une seule ouverture au lieu des deux actuellement présentes, permettant la mise en place d'une console supplémentaire pour maintenir l'avant-toit de la demi-croupe.

L'élévation latérale de droite (élévation sud) et l'élévation postérieure ne figurent pas sur la demande de permis de construire et se distinguent des deux autres élévations.

Sur l'élévation latérale sud, les allèges en brique jaune des fenêtres disparaissent et il n'y a qu'une seule travée de fenêtre encadrée de chaînes en brique rouge. De plus, une brique plus sombre est utilisée pour recouvrir les conduits de cheminée. Trois autres fenêtres, situées au premier niveau, n'adoptent pas le même décor et ont dû être réalisées après la construction, lors de la réfection du salon et de la cuisine en 1968. N'ayant pas de pignon, l'élévation latérale sud a un niveau en moins que l'élévation latérale nord.

L'élévation postérieure se distingue nettement des autres élévations par une baie en plein cintre marquant la place de l'escalier. L'utilisation d'une brique sombre se généralise pour l'encadrement des ouvertures et s'associe avec de la brique jaune pour la corniche.

Les plans présentés avec le permis de construire nous renseignent sur la composition des étages : les pièces de réception et de vie se trouvent au rez-de-chaussée et les deux autres étages sont réservés à des chambres et salle de bain. Le salon et le bureau sont décorés, notamment par des moulures au plafond. Le salon possède une cheminée en marbre blanc sculpté, encadré par deux pilastres.

Murs brique brique avec pierre en remplissage enduit partiel
Toit tuile plate
Étages sous-sol, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, étage en surcroît, étage de comble
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans demi-croupe
noue
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en charpente, suspendu
Jardins pièce de gazon
Techniques ferronnerie
Précision représentations

Les garde-corps figurent des motifs Art Déco, différents selon les étages et les façades, composés d'un jeu abstrait de lignes verticales et horizontales combinées avec des volutes.

Statut de la propriété propriété d'une personne privée
Sites de protection zone de protection du patrimoine architectural et urbain

Références documentaires

Documents d'archives
  • AM Troyes. 3O378. Permis de construire n°1979, 1930.

    Archives municipales de Troyes : 3O378
Documents figurés
  • [Ancienne maison du n°9 Villa-Rothier]. [début XXe siècle]. 1 photogr. pos. (coll. particulière André Boisseau).

    Collection particulière
(c) Région Grand Est - Inventaire général (c) Région Grand Est - Inventaire général ; (c) Troyes Champagne Métropole – Maison du patrimoine (c) Troyes Champagne Métropole – Maison du patrimoine - Ehrhart Lionel
Lionel Ehrhart

Agent culturel de la Maison du patrimoine Troyes Champagne Métropole.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.