Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Pleinchamp, ancienne grange de Chéhéry

Dossier IA08002529 réalisé en 2015

Fiche

En raison de la disparition des archives de Chéhéry, la grange de Pleinchamp (08- Châtel-Chéhéry) n’est pas documentée. Elle fut la grange la plus proche de l’abbaye (250 m) et peut-être a-t-elle tenu la fonction de grange abbatiale de Chéhéry (?), dans l’hypothèse où la basse-cour n’aurait été qu’une création moderne. Son territoire s’étendait sur la plaine alluviale de l’Aire, de la Forge en amont à Fléville en aval, ainsi que sur le plateau de rive droite jusqu’à l’ancien bois de Cuiron, au-dessus de la bien nommée Côte Notre-Dame. Les terroirs y étaient donc complémentaires (cf. carte du temporel ill. IVR21_20150800555NUCA). Lors de la vente du domaine abbatial en 1791, le revenu de la grange atteignait 1468 £, soit une valeur de celles d’Ariétal et Sérieux.

Les bâtiments actuels de la ferme semblent avoir partiellement échappé aux destructions de 1914-18 (ill. IVR21_20150800018NUCA). Le bâtiment de gauche, en retrait par rapport à la route, présente une façade évoquant fortement les styles de la Reconstruction : absent du cadastre de 1826 (section E1), il s’agit d’une construction postérieure (XXe s. ?) qui porte néanmoins dans ses murs de nombreux éléments plus anciens (appareil maçonné, fenêtre latérale moulurée XVIIIe s. ?) provenant peut-être d’édifices antérieurs. Le bâtiment de droite en revanche, contigu à la route, était bien présent au début du XIXe siècle : incontestablement plus ancien, il comporte trois contreforts au pignon ouest ainsi que deux autres, encadrant une porte charretière en façade, qui semblent médiévaux. L’étage est aveugle, revêtu d’ardoises comme en toiture du reste (rénovée). Avec ce bâtiment à fonction agricole (stockage), on est peut-être en présence de la grange proprement dite. Des investigations plus poussées pourraient s’avérer fructueuses. À l’arrière de ce dernier existait un autre bâtiment de plan et de surface analogues, qui a été détruit : il s’agissait vraisemblablement du logis contemporain.

Genre de cisterciens
Destinations grange monastique, ferme
Parties constituantes non étudiées ferme
Dénominations grange monastique
Aire d'étude et canton Grandpré
Adresse Commune : Chatel-Chéhéry
Lieu-dit : Ferme de Pleinchamp
Adresse : D 142
Cadastre : 1997 AB 7

En raison de la disparition des archives de Chéhéry, la grange de Pleinchamp (08- Châtel-Chéhéry) n’est pas documentée. Elle fut la grange la plus proche de l’abbaye (250 m) et peut-être a-t-elle tenu la fonction de grange abbatiale de Chéhéry (?), dans l’hypothèse où la basse-cour n’aurait été qu’une création moderne. Son territoire s’étendait sur la plaine alluviale de l’Aire, de la Forge en amont à Fléville en aval, ainsi que sur le plateau de rive droite jusqu’à l’ancien bois de Cuiron, au-dessus de la bien nommée Côte Notre-Dame. Les terroirs y étaient donc complémentaires (cf. carte du temporel ill. IVR21_20150800555NUCA). Lors de la vente du domaine abbatial en 1791, le revenu de la grange atteignait 1468 £, soit une valeur de celles d’Ariétal et Sérieux.

Période(s) Principale : 18e siècle , (?)

Les bâtiments actuels de la ferme semblent avoir partiellement échappé aux destructions de 1914-18 (ill. IVR21_20150800018NUCA). Le bâtiment de gauche, en retrait par rapport à la route, présente une façade évoquant fortement les styles de la Reconstruction : absent du cadastre de 1826 (section E1), il s’agit d’une construction postérieure (XXe s. ?) qui porte néanmoins dans ses murs de nombreux éléments plus anciens (appareil maçonné, fenêtre latérale moulurée XVIIIe s. ?) provenant peut-être d’édifices antérieurs. Le bâtiment de droite en revanche, contigu à la route, était bien présent au début du XIXe siècle : incontestablement plus ancien, il comporte trois contreforts au pignon ouest ainsi que deux autres, encadrant une porte charretière en façade, qui semblent médiévaux. L’étage est aveugle, revêtu d’ardoises comme en toiture du reste (rénovée). Avec ce bâtiment à fonction agricole (stockage), on est peut-être en présence de la grange proprement dite. Des investigations plus poussées pourraient s’avérer fructueuses. À l’arrière de ce dernier existait un autre bâtiment de plan et de surface analogues, qui a été détruit : il s’agissait vraisemblablement du logis contemporain.

Murs calcaire moellon enduit partiel
essentage d'ardoise
Toit tuile creuse, ardoise
Plans plan rectangulaire régulier
Étages rez-de-chaussée, 1 étage carré
Couvertures toit à longs pans croupe
toit à plusieurs pans
(c) Région Grand Est - Inventaire général (c) Région Grand Est - Inventaire général - WISSENBERG Christophe
Christophe WISSENBERG

Christophe WISSENBERG


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.