Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Polierie Camion Daux père et fils, puis usine de quincaillerie Camion frères, puis LARA, puis fonderie Bernard Huet, actuellement D2I

Dossier IA08000627 réalisé en 1986
Précision dénomination polierie
Appellations polierie Camion Daux père et fils, puis usine de quincaillerie Camion frères, puis LARA, puis fonderie Bernard Huet, actuellement D2I
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, atelier de conditionnement, magasin industriel, bassin de retenue, logement patronal
Dénominations usine métallurgique, fonderie
Aire d'étude et canton Ardennes - Villers-Semeuse
Hydrographies Moraimont le
Adresse Commune : Vivier-au-Court
Adresse : 19, 30 rue Jules-Fuzelier , rue de l'Union
Cadastre : 2008 AH 21- 26 ; AE 281 à 283, 294 à 296, 298 à 302, 538 à 540, 678, 682 à 683

C'est en 1820 que Pierre Louis Camion-Richard achète le moulin à farine de Moraimont (lieu-dit de Thumécourt, écart de Vivier-au- Court). Ce moulin construit en 1560 est immédiatement transformé en polierie et, dans le même temps, son propriétaire fait édifier une seconde polierie 300m plus haut à Thumécourt. Les travaux des deux sites doivent être terminés vers 1826 car la vérification des installations est demandée à cette date. En 1828, la polierie de Moraimont appartient au père de Camion-Richard, Barthélemy Camion-Daux et dès lors ces deux entités seront séparées : Moraimont donnera naissance aux usines Camion et la polierie de Thumécourt (IA08000629) est vendue en 1852, après le décès de Camion-Richard, à François Moranvillé. Moraimont est ensuite rapidement gérée par les deux autres fils de B. Camion-Daux, Jean-Baptiste Camion-Huart et Louis-Dominique Camion-Gallon sous la raison Camion frères pour produire de la quincaillerie. En 1850, ils construisent en face de leur polierie une première extension, dite la Grande Boutique, qui regroupe la forge, les limeurs, les bureaux et des logements ; c'est le plus grand bâtiment de forge de l'époque. En 1856, les fils de Jean-Baptiste Camion-Huart, Barthélemy Camion-Marée et Charles Camion-Chardin reprennent l'usine et prolongent vers l'est le bâtiment de forge initial par un grand bâtiment construit dans le même style dont la partie centrale comportait un portail au-dessus duquel s'élevait un lanternon rappelant le Dijonval. En 1872 a lieu une importante extension (fonderie notamment) des bâtiments vers le nord. Charles Camion fait élever son château en 1879, le château Camion, à l'est de l'usine. L'entreprise obtient une médaille d'or à l'Exposition Universelle de 1889. En 1891, Georges Camion prend les rênes de l'entreprise familiale avec son cousin Charles (qui décède en 1897) jusqu'en 1925 ; en 1894, Georges construit son château non loin de l'usine (rasé dans les années 1980) et fait raccorder l'usine au chemin de fer en 1911. La production stoppe pendant la Première Guerre mondiale puis redémarre en 1919. En 1925, Roger Camion, le fils de Georges, et son cousin E. Renson d'Herculais prennent la direction de l'usine ; en 1933, lors d'une nouvelle extension de l'usine qui dure de 1930 à 1935, est construit le magasin en béton armé, typique de l’entre-deux-guerres, daté et toujours visible. Guy Renson d'Herculais dirige le site jusqu'à la fermeture en 1979 ; reprise par la société LARA, l'entreprise ferme ses portes en 1989 date à laquelle les bâtiments sont acquis par la fonderie mitoyenne Bernard Huet Industrie (D2I depuis 2007) dont l'activité de production de poêles perdure aujourd'hui. La surface bâtie est passée de 520m2 au temps de la polierie à 950m2 avec la construction de la Grande Boutique en 1850, puis 6360m2 avec l'important agrandissement de 1872 et 18 000m2 en 1930 avant le nouvel agrandissement des années 1930-35. Hormis l'usine qui n'a cessé d'être agrandie, on voit encore en face la polierie et la première maison d'habitation construite en 1833 par Jean-Baptiste Camion-Huart ainsi que le château Camion construit en 1874 au nord-est. La partie sud-est de l'usine (bâtiments élevés en 1877, 1892 et 1914) donnant sur la rue Fuzelier est abattue en 2001 et remplacée par un magasin en structure métallique. En 1850, une machine à vapeur de 20 ch. est achetée au constructeur ardennais Maljean. Dans la décennie de 1870, l'usine est actionnée par une chaudière et deux machines à vapeur de 150 ch. En 1918-19, l'usine est alimentée par un moteur de camion de marque Bussing, puis par une petite centrale électrique située à Mohon ; la capacité de cette dernière étant insuffisante, Georges Camion achète un moteur diesel de 200 ch. pour produire l'électricité. En 1914, Camion emploie 580 personnes et son catalogue ne comporte pas moins de 4000 articles ; en 1979, 260 personnes y travaillent encore et produisent 12 000 articles de quincaillerie.

Période(s) Principale : 1er quart 19e siècle
Principale : 2e quart 19e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Principale : 20e siècle
Dates 1835, daté par travaux historiques, porte la date
1856, daté par travaux historiques
1876, daté par source
1914, daté par travaux historiques
1897, daté par source
1930, daté par source
1933, daté par source
1935, daté par source

Les bâtiments construits en bord de la rue Fuzelier datant de 1892-95 (extrémité est et ouest de l'usine) sont à étage carré avec des murs en moellon calcaire avec refends coupe-feu, toits à longs pans à charpente apparente en bois couverts d'ardoise (celui de 1895, à l'ouest possède actuellement des sheds). L'atelier de 1880 construit au milieu de l'usine est bâti sur le même principe. Toutes les parties nord ont des murs en moellon calcaire mais sont couvertes de sheds à charpente métallique et de ciment amiante. Les ateliers et magasins sud construits dans les années 1930 sont en béton armé ; le magasin est à deux étages carrés et son intérieur ressemble quelque peu celui d'une prison avec coursive et cellule. La maison d'habitation à un étage carré et un étage de comble construite par Jean-Baptiste Camion en 1833 est élevée en moellon calcaire avec un toit à longs pans à charpente en bois apparente et ardoise ; la polierie à deux corps de bâtiment est à deux étages carrés et construite de la même manière.

Murs calcaire
béton
moellon
béton armé
Toit ardoise
Étages 2 étages carrés, étage de comble
Couvrements charpente métallique apparente
charpente en bois apparente
Couvertures terrasse
toit à longs pans
shed
demi-croupe
Escaliers escalier intérieur
Énergies énergie hydraulique
énergie thermique
énergie électrique
produite sur place
produite sur place
achetée

Site emblématique du bassin Vivier-Vrigne. Chaque époque a laissé son empreinte dans le bâti : la polierie édifiée vers 1825 est intacte, une partie des bâtiments du premier agrandissement de 1856 est encore présent et le magasin construit en 1933 est remarquable par son architecture, sa conception novatrice et l'organisation spatiale du travail qu'il engendrait. L'histoire du site est par ailleurs très bien connue grâce aux nombreux documents réunis par l'ancien directeur adjoint et petit-fils de Georges Camion, M. Michel Lang.

Statut de la propriété propriété d'une société privée
Intérêt de l'œuvre à signaler
Éléments remarquables magasin industriel

Annexes

  • 20090803016NUCA : Archives départementales des Ardennes, Charleville-Mézières, 8 Fi Vivier-au-Court 25.

    20090803017NUCA : Archives départementales des Ardennes, Charleville-Mézières, 8 Fi Vivier-au-Court 6.

    20090803018NUCA : Collection particulière

    20090803019NUCA : Collection particulière

    20090803020NUCA : Collection particulière

    20090803021NUCA : Collection particulière

    20090803024NUCA : Collection particulière

    20090803025NUCA : Collection particulière

    20090803026NUCA : Collection particulière

    20090803027NUCA : Collection particulière

    20090803028NUCA : Collection particulière

    20090803029NUCA : Collection particulière

    20090803030NUCA : Collection particulière

    20090803032NUCA : Collection particulière

    20090803033NUCA : Collection particulière

    20090803031NUCA : Collection particulière

    20090803034NUCA : Collection particulière

    20090803035NUCA : Collection particulière

    20090803022NUCA : Collection particulière

    20090803023NUCA : Collection particulière

Références documentaires

Bibliographie
  • CART (?), Michel. Le passé industriel des Ardennes des origines à 1914. Exposition Archives départementales (?), 1982.

Périodiques
  • COLINET, René, JONET, Robert. L'usine Bernard Huet à Vivier-au-Court, cinq générations d'industriels (1852-1980). Terres Ardennaises, tiré à part des n° 98-99, 2007.

    p. 1-3