Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Ancienne collégiale actuellement église paroissiale Notre-Dame

Présentation des objets mobiliers de l'église paroissiale Notre-Dame de la commune de Carignan

Dossier IM08005758 réalisé en 2012

Fiche

Œuvres contenues

Aire d'étude et canton Ardennes - Carignan
Localisation Commune : Carignan
Adresse : place du Docteur Gairal

Fortement endommagée par les bombardements de 1940 mais reconstruite à l'identique, la collégiale Notre-Dame de Carignan possède aujourd'hui peu de meubles. Elle présente cependant dans ses bas-côtés et dans les bras du transept plusieurs tableaux peints à l'huile sur toile représentant L'Assomption (18e siècle), une Crucifixion (1750) qui proviendrait de l'abbaye d'Orval (Belgique), saint Géry évêque toile signée Joseph Bourdin (1708), et un triptyque illustrant la Passion du Christ (17e siècle). La statuaire est représentée par trois oeuvres d'époques différentes : une Vierge à l'Enfant en pierre polychrome datant du 14e siècle, un saint Géry en pierre et badigeon du 16e siècle ; non présentées mais appartenant à l'église sont deux grandes représentations en bois peint de saint Pierre et saint Paul datées du 18e siècle. Au 20e siècle on a entièrement rénové les lambris de revêtement, ajouté un confessionnal, la totalité des bancs et orné le choeur d'un Christ en croix en bois ciré. L'ancien maître-autel du 18e siècle en marbre noir subsiste, accompagné de son tabernacle en métal posé en retrait contre le mur Est du sanctuaire. On peut également voir dans le choeur deux crédences rocaille de tailles différentes, en bois peint à rehauts dorés et tablette en marbre veiné gris. Enfin, l'église est dotée de verrières décoratives à bornes et sujets allégoriques, réalisées dans le troisième quart du 20e siècle par le peintre-verrier rémois Brigitte Simon.

Annexes

  • Liste supplémentaire :

    - cloche (grosse), prénommée Jeanne Marguerite, baptisée par Mgr Marty en 1962, ayant pour parrain Vital Habran et pour marraine Marguerite Jeanjean, remplace la cloche Marie Marthe détruite en 1940, pèse 700 kgs ; fondeur : Cornille Havard Villedieu, horloger : L. Lebrun Signy L'Abbaye. (A)

    - cloche (moyenne), prénommée Olympe Gabrielle, baptisée par Mgr Marty en 1962, ayant pour parrain André Federspiel et marraine Suzanne Colle, remplace la cloche Olympe Gabrielle détruite en 1940, pèse 475 kg ; fondeur : Cornille Havard Villedieu, horloger : L. Lebrun Signy L'Abbaye. (B)

    - cloche (petite), prénommée Cécile Berthe, baptisée par Mgr Marty en 1962, ayant pour parrain le docteur Thouvenin et marraine Mme Maurice Simon, remplace la cloche Cécile Berthe détruite en 1940, pèse 360 kg ; fondeur : Cornille Havard Villedieu, horloger : L. Lebrun Signy L'Abbaye. (C)

    - 79 bancs de fidèles, chêne teinte claire, verni, fabricant : Stella, sièges d'églises, Bruguière (Tarn), h = 83 ; la = 588 ; pr = 67. (D)

    - chemin de croix (complet), bois polychrome et doré et verre translucide et coloré rouge, 20e siècle, h = 34 ; la = 21.

    - bénitier, calcaire taillé et badigeon, style néo-gothique, en trois assises, cuve et fût octogonaux, base carrée, décor de feuilles d'acanthe en large bandeau, 19e siècle, h = 81 ; la = 36. (E)

    - harmonium (n°1), électrique, à deux claviers, en état de jeu, 2e moitié 20e siècle, fabricant : Elka, h = 98 ; la = 118 ; pr = 71. (F)

    - harmonium (n°2), chêne clair verni, 20e siècle, h = 104 ; la = 120 ; pr = 67. (G)

    - plaque commémorative des morts de 1914-1918, marbre blanc taillé et gravé de 48 noms en lettres or sur deux arcades surmontées d'une rosace, 2e quart 20e siècle, h = 190 ; la = 108. (H)

    - maquette de la collégiale Notre-Dame, bois peint, réalisée en 1959 pour l'exposition sur les églises du canton de Carignan, h = 135 ; la = 210,5 ; pr = 122. (I)

    - croix de sacristie, bois ciré, Christ et titulus en bronze, base moulurée, 20e siècle, h = 81 ; la = 49. (J)

    - ciboire (du maître-autel), métal doré et argent doré, pied circulaire, noeud globulaire en verre noir, croix sommitale avec un carré au centre, pas de décor, 20e siècle, garantie gros ouvrages 1er titre Paris 1838-1973 ; poinçon de maître : Favier frères (orfèvre actif à Lyon entre 1927 et 1976), h = 14 ; d = 13 (pied) ; d = 12 (coupe). (K)

    - ostensoir, métal doré, style néo-baroque, anges sur le noeud, gerbe de blé et raisins, larges rayons de tailles inégales et plats, lunule en argent doré : garantie gros ouvrages 1er titre Paris 1838-1973 ; poinçon de maître (partiellement illisible) : losange horizontal avec initiales A, S, O et flèche dans le haut, 19e siècle, présence de la boîte de l'ostensoir, h = 67 ; la = 34. (L)

    - crucifix, métal cuivreux, doré, pied circulaire ajouré à motifs de trèfles, noeud plat, Christ couronné, extrémités ajourée, 19e siècle (?), h = 48 ; la = 11 (pied).

    - calice, métal doré, coupe seule en argent doré, fausse coupe découpée, noeud plat, décor végétal (feuilles longues), garantie gros ouvrages 1er titre Paris 1838-1973 ; poinçon de maître : Favier frères (orfèvre actif à Lyon entre 1927 et 1976), h = 21 ; d = 12 (pied) ; d = 8,5 (coupe). (M).

    - patène (isolée) n°1, argent doré, Alpha et Omega et Chrisme argenté en léger relief, garantie gros ouvrages 1er titre Paris 1838-1973 ; poinçon de maître : Lehen, d = 15,5. (N)

    - patène (isolée) n°2, argent doré et ciselé, croix pattée, bordure perlée en relief, garantie gros ouvrages 1er titre Paris 1838-1973 ; poinçon de maître : Favier frères (orfèvre actif à Lyon entre 1927 et 1976), d = 13. (O)

    - patène (isolée) n°3, argent doré à décor en relief représentant la Cène encadrée dans une frise perlée, garantie gros ouvrages 1er titre Paris 1838-1973 ; poinçon de maître : Alexis Renaud (orfèvre actif entre 1831 et 1847), 2e quart 19e siècle, d = 17,5. (P)

    - patène (isolée) n°4, argent doré, gravé, I.H.S en lettre gothiques dans un quadrilobe et cercles concentriques, frise perlée en relief, garantie gros ouvrages 1er titre Paris 1838-1973 ; poinçon de maître : B.N (orfèvre), d = 13,9. Cette patène provient de l'église de Wé. (Q)

    - tabernacle (portatif), métal doré, 19e siècle, de forme cubique, décor d'ancre marine dans un poisson. Garniture intérieure en tissu blanc, porte encadrée de colonnes cannelées, rideau sur tringle métallique, h = 31,5 ; la = 32 ; pr = 29.

    - seau à eau bénite et goupillon, laiton moulé, forme cônique, décor néo-gothique à motifs végétaux, bordure découpée, anse avec griffons, 2e moitié 19e siècle, h = 18 ; d = 14,5 ; goupillon : l = 20. (R).

  • Moulages, église de Wé :

    - sainte Apolline, plâtre peint, moyen.

    - sainte Catherine, plâtre peint, moyen.

    - saint Antoine de Padoue, plâtre peint, moyen.

    - saint curé d'Ars, plâtre peint, moyen.

    - sainte Jeanne d'Arc, plâtre peint, moyen.

    - Vierge à l'Enfant, plâtre plein et doré, moyen.

    - saint Joseph, plâtre blanc, petit.

Références documentaires

Bibliographie
  • COLLIN, Hubert. Les églises anciennes des Ardennes. Editions de l´O.D.T. des Ardennes, 1969. 178 p.

    pp.36-39.
  • GABER, Stéphane. Le chapitre et l´église collégiale Notre-Dame d´Yvois-Carignan. Histoire et guide du visiteur. Carignan : Cercle Historique et Artistique Yvoisien, 2004. 72 p.

Périodiques
  • COLLIN, Hubert (dir.). Dictionnaire historique des communes des Ardennes. Boutancourt, Carignan, Ecordal, Fagnon, Hautes-Rivières, Revin, Rocroi. Revue historique ardennaise, année 1977, tome XII.

    pp.163-254