Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Scierie dite usine du Patouillet, puis S.N.C. Challard Frères, puis usine de meubles (chaiserie) S.A.R.L. Trampe, actuellement usine de portes et fenêtres métalliques Gp Meca

Dossier IA52070312 inclus dans Généralités réalisé en 1989

Fiche

Dossiers de synthèse

Précision dénomination chaiserie
Appellations dite usine du Patouillet, puis S.N.C. Challard Frères, puis usine de meubles S.A.R.L. Trampe, actuellement usine de construction métallique Gp Meca
Destinations usine de construction métallique
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, cour, hangar industriel, logement d'ouvriers, bureau
Dénominations scierie, usine de meubles
Aire d'étude et canton Haute-Marne - Bologne
Hydrographies Meures ruisseau de
Adresse Commune : Bologne
Lieu-dit : Marault
Adresse : rue du Moulin
Cadastre : 1980 309 AC 10

Scierie établie sur l'emplacement d'un patouillet dans le quatrième quart du 19e siècle. Incendie vers 1914, puis construction d'une usine de meubles correspondant au bâti actuel à l'exception d'un hangar détruit et d'un bureau construit après 1950. Le logement, habité par le patron en 1989, est antérieur à l'incendie. Les bâtiments ayant abrité la machine à vapeur et le bois à sécher ont disparu. Création S.N.C. Challard Frères en 1892 : faillite en 1932 ; création de la S.A.R.L. Trampe en 1951, toujours en place en 1989, lors de l'enquête initiale. Selon un témoignage oral recueilli lors du complément d'enquête (2013), l'entreprise Trampe a été rachetée par Vitrey en octobre 2012. L'entreprise locataire Gp Meca, qui fabrique des portes et des fenêtres en métal, doit quitter les lieux. En 2013, le site de l'ancienne chaiserie apparaît s'être développé. Une scie à ruban et deux scies circulaires antérieures à 1932 fonctionnent encore en 1989. La chaiserie utilisait une machine à vapeur pour sécher le bois et actionner les machines ; une turbine hydraulique faisait tourner une dynamo pour fournir de l'électricité achetée à EDF lors de l'enquête initiale. Une vingtaine d'emplois en 1989.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Principale : 2e moitié 20e siècle
Secondaire : 3e quart 20e siècle

Surface du site en m2 : 6900. Logement d'ouvriers (B) un étage de comble. Ancien hangar, détruit, en bois et tuile. En 2013, le site est trouvé développé au nord de l'atelier de fabrication (D), sur des constructions préexistantes (cf Fig. 5), et avec ajout d'un bâtiment à structure bois, bardage bois, accolé à (D). Un autre bâtiment, à structure métallique, bardage tôles bac-acier, a été ajouté au sud du bureau (A).

Murs pierre
enduit
moellon sans chaîne en pierre de taille
Toit tuile mécanique, métal en couverture
Étages en rez-de-chaussée, étage de comble
Couvrements charpente métallique apparente
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans
Énergies énergie hydraulique
énergie thermique
énergie électrique
Typologies rectangulaire, arc segmentaire
États conservations désaffecté
Statut de la propriété propriété privée
Éléments remarquables machine de production

Annexes

  • HISTORIQUE

    1860 : Lavocat, maître de forges à Bologne, exploite le patouillet de Marault.

    3e quart 19e siècle : Le vicomte Armand d'Hennezel édifie deux bâtiments en bois servant de scierie.

    1892 : Constitution de la société Challard frères.

    1893 : L'usine utilise un moteur hydraulique et thermique.

    1903 : Jules Chalard, Victor Chalard et Virgile Chalard achètent les bâtiments de la scierie à la veuve d'Hennezel.

    Vers 1914 : Incendie.

    1932 : Faillite Chalard Frères.

    1951 : Constitution S.A.R.L. Trampe qui achète les bâtiments. Les machines achetées avec les bâtiments sont : 3 bancs de scie ; 3 bancs de scie roulants ; 2 scies verticales Guillet à roulement à bille ; 2 scies verticales et leur chariot ; 1 scie à ruban ; 2 toupies ; 2 raboteuses Guillet ; 2 affuteuses ; 1 dégauchisseuse ; 1 mortaiseuse ; 1 tenonneuse ; 3 perceuses ; 1 sauteuse ; 8 tours, 1 tour à reproduire, 1 tour à métaux ; 1 meule, 1 turbulent, 10 établis et voie Decauville ; machine à percer Corlin horizontale de 40 chevaux vapeur avec générateurs de vapeur pour le séchage à bois.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Haute-Marne. Annuaire de la Haute-Marne. 1859-1860.

    Archives départementales de la Haute-Marne, Chamarande-Choignes
  • AD Haute-Marne : 226M 6. Etat des usines, manufactures, fabriques, etc., ainsi que du personnel employé. 1893.

    Archives départementales de la Haute-Marne, Chamarande-Choignes : 226M 6
  • AD Haute-Marne : 130S 140. Marault. Moulins et usines.

    Archives départementales de la Haute-Marne, Chamarande-Choignes : 130S 140
  • AD Haute-Marne : Série Q. Hypothèques. Vol. 1076, art. 38 (1903).

    Vol. 1076, art. 38 (1903) Archives départementales de la Haute-Marne, Chamarande-Choignes : Série Q
  • Archives privées. Acte de vente de l'usine en 1951.