Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Scierie et usine de parquets Poreau, puis entrepôt commercial, actuellement bureaux et logements

Dossier IA51000294 inclus dans Généralités réalisé en 1996

Fiche

Dossiers de synthèse

Précision dénomination usine de parquets
Appellations dite scierie Poreau
Destinations entrepôt commercial, immeuble de bureaux, logement
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, salle des machines, cheminée d'usine, pièce de séchage, cour, bureau, logement patronal, logement de contremaître, cité ouvrière
Dénominations scierie, usine de menuiserie
Aire d'étude et canton Marne - Châlons-en-Champagne 2
Adresse Commune : Châlons-en-Champagne
Adresse : 18 rue de l'Industrie
Cadastre : 1986 BS 80, 141, 142, 344, 345

Poreau crée une scierie avec menuiserie entre 1890 et 1895 pour fabriquer principalement des parquets à partir de bois venant de la région de Revigny (55). Des séchoirs sont ajoutés vers 1950 et une nouvelle halle en 1971, à la suite d'un incendie. Reprise par les menuiseries Lapeyre vers 1973, l'entreprise a déménagé en zone industrielle vers 1977. La cité ouvrière (porte la date 1893) a été entièrement restaurée vers 1985. En 1996 (enquête initiale), les bâtiments sont occupés par un entrepôt commercial appartenant à Miko. En 2012 (complément d'enquête), c'est une entreprise d'ambulances (bureaux et logements) qui occupe les lieux. La machine à vapeur a fonctionné jusqu'en 1977 ; elle porte une plaque ou est inscrit : anciens ateliers Le Gavrian Crépelle et Garand successeurs de V. Brasseur Lille France/machine à vapeur Corliss et Weelhock. La chaudière, portant la date 1902, était alimentée exclusivement avec les chutes de bois de scierie ; elle porte l'inscription : Mariolle, Pinguet et Fils à Saint-Quentin. Un camion au gazogène a fonctionné jusqu'en 1966. L'usine a employé jusqu'à environ 140 ouvriers (renseignements donnés par un ancien ouvrier de l'usine Poreau).

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Dates 1893, porte la date, daté par tradition orale

Cité ouvrière à un étage carré. L'ordonnance de sa façade rappelle son ancienne distribution intérieure, organisée autour de quatre couloirs donnant accès à six logements d'environ 40 m2. Le logement de contremaître, à deux étages carrés, a été édifié sur des écuries en rez-de-chaussée, converties en 1996 en garage pour automobile. En 2012, la salle des machines (C), la cheminée d'usine (D) et le bureau (E) n'existent plus. Pas d'autre modification.

Murs meulière
brique
béton
enduit partiel
parpaing de béton
Toit tuile mécanique, matériau synthétique en couverture
Étages 2 étages carrés
Couvrements charpente en bois apparente
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures terrasse
toit à longs pans
toit à longs pans brisés
Énergies énergie thermique
machine à vapeur à piston
Typologies arc plein-cintre, baie rectangulaire, arc segmentaire
États conservations établissement industriel désaffecté
Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler
Éléments remarquables machine à vapeur