Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Cathédrale Saint-Pierre-et-saint-Paul

Statue : Ecce Homo ou Christ au roseau

Dossier IM10004717 réalisé en 2003

Fiche

  • Vue d'ensemble.
    Vue d'ensemble.
  • Impression

Cette statue proviendrait de l’ancien couvent des Cordeliers de Troyes ; à la fin du XVIIIe siècle, elle était dans le cloître d’où l’érosion de certaines parties. Vendue aux enchères à un aubergiste du nom de Montagne le 28 mars 1792, elle se trouve à la cathédrale depuis 1837. Livré par Pilate, Jésus debout, la taille ceinte du périzonium, porte encore le manteau de pourpre, la couronne d’épines et un roseau (perdu) en pierre ou en bois dans la main gauche, ainsi que la corde qui lui liait les poignets lors de la scène de dérision. Frontale, cette sculpture s’impose par ses dimensions (1, 70m) et par sa façon : l’élégant mouvement des jambes contraste avec la fixité du buste et le regard lointain, tandis que les détails naturalistes, les mains ridées et les veines sous la peau, en renforcent la présence. Sur la terrasse, légèrement inclinée vers le fidèle, est gravé DITAT FIDES [SERVATA] (« la foi préservée enrichit »). L’anatomie, le drapé lourd et les traits du visage, comme le nez à méplat se prolongeant dans les arcades sourcilières, les yeux aux pupilles sculptées et aux paupières ourlées, les lèvres fines et tombantes, et les mèches, incisées et symétriques, sont caractéristiques du Maître de Chaource, identifié avec Jacques Bachot. La statue est de la même main que le Christ de pitié de Saint-Julien-les-Villas et que celui de Villy-le Maréchal.

Marion Boudon-Machuel, extrait de : Les églises de Troyes. Cathédrale, collégiales et églises paroissiales, p. 54.

Dénominations statue
Titres Jésus présenté au peuple
Numérotation artificielle 24
Appellations dit Christ au roseau
Aire d'étude et canton Aube - Troyes 1
Adresse Commune : Troyes
Adresse : place Saint-Pierre
Emplacement dans l'édifice 6e chapelle nord (chapelle du Sacré-Coeur)
pilier

Provient du retable de la chapelle de la Passion au couvent des Cordeliers. Probablement déposé en 1972, lors de la vente du couvent et recueilli en 1837 par la cathédrale. Précédent emplacement dans la cathédrale : entrée de la chapelle des litanies de la Vierge (bas-côté sud). Daté fin 15e siècle par inventaire CRMH-Riand, 1998, et 1510-1520 par le Guide du patrimoine. Restauré par Maxime Chiquet, sculpteur, 1974, postérieur au devis établi en août : décapage d'une couche de peinture d'un coloris gris uniforme. Autre intervention : Dominique Martinet, 1994, restauration des jambes consécutivement à un nettoyage agressif de traces rouges de rouge à lèvres. (Ces traces de dévotion (?) subsistent ou ont été retracées depuis ...).

Période(s) Principale : 4e quart 15e siècle
Principale : 1er quart 16e siècle

Base taillée dans la masse.

Catégories sculpture
Structures revers sculpté
Matériaux calcaire
Précision dimensions

h = 170 ; la = 54,5 ; pr = 36. h = 170 ; la = 54,5 ; pr = 36

Iconographies Jésus présenté au peuple, roseau
Précision représentations

Debout, bras senestre rabattu contre le buste. Liens autour de l'avant bras.

Inscriptions & marques inscription
Précision inscriptions

Sur la base : DITAT FIDES SERVATA.

États conservations manque
traces de peinture
Précision état de conservation

Manque : doigts de la main dextre. Main dextre : paume fermée sur objet manquant ? Bordures du manteau émoussées. Traces de polychromie (ocre, noir). Traces de rouge à lèvres sur les pieds (dévotion ?).

Précédent signalement : Il sonne le plâtre.

Statut de la propriété propriété de l'Etat
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections classé au titre objet, 1975/07/23

Références documentaires

Bibliographie
  • DUCOURET, Bernard, BOUDON-MACHUEL, Marion, MINOIS, Danielle et al. Les églises de Troyes. Cathédrale, collégiales et églises paroissiales. Châlons-en-Champagne : Région Champagne-Ardenne (Inventaire général) ; Lyon : Lieux Dits, 2013 (Images du patrimoine ; 279).

    p.54