Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Temple, actuellement église paroissiale Saint-Charles-Borromée

Dossier IA08001496 réalisé en 2012

Fiche

Vocables Saint-Charles-Borromée
Destinations église paroissiale
Dénominations temple
Aire d'étude et canton Ardennes - Sedan 2
Adresse Commune : Sedan
Adresse : place d' Armes
Cadastre : 2013 BM 195

L'église primitive de Sedan, sous le vocable de Saint-Laurent, fut fondée sans doute dès le milieu du 15e dans le quartier du Mesnil par les La Marck en remplacement de la paroisse primitive. Les protestants qui n'avaient pas de véritable lieu de culte s'y déplacent en alternance avec les catholiques. En 1593 intervint, en bordure de la nouvelle place d´armes, le début de la construction du grand temple par le prince Henri de la Tour d'Auvergne, duc de Bouillon, prince de Sedan et son épouse Charlotte de la Marck. Les travaux, peut-être menés sous la conduite de l'architecte Salomon de la Brosse, furent achevés par la construction du clocher en 1601. En 1623 fut aménagé un caveau funéraire des La Marck, princes souverains de Sedan ; cette crypte voûtée est inaccessible et vide depuis la Révolution. L'affectation au culte protestant dura jusqu'à la révocation de l'Edit de Nantes, en 1685. En 1688, on transforma le temple en supprimant le clocheton, les tribunes, les remplages des baies et les deux absides qui furent remplacées par une nouvelle façade à deux tours et un choeur en rotonde à coupole en ressauts flanqué de deux chapelles. Furent adjoints deux grands murs-boutants à ailerons supportant à l'origine deux pinacles reconstitués grâce aux fragments retrouvés. La charpente de l'ancien temple fut préservée et assemblée à celle de la nouvelle église. Les travaux s'échelonnèrent de 1687 à 1692. La bénédiction de la nouvelle église intervint en 1692 sous le vocable de Saint-Charles-Borromée. Les plans de la nouvelle église auraient été réalisés par Robert de Cotte, architecte du roi. La nef date donc de la campagne 1593-1601, les parties orientales et la façade de celle de 1687 à 1692. En 1708, eut lieu la construction entre les deux tours de façade d'un petit clocher où l'on plaça l'horloge réalisée en 1629 pour le grand temple. En 1727, la tour sud fut surmontée d'un étage supplémentaire en charpente et d'un toit galbé. Le même travail fut réalisé en 1822-23 à celle du nord. Pendant la Révolution, en 1794, l'église fut transformée en temple de la Raison puis devint cathédrale constitutionnelle. En 1837 eut lieu la dernière modification avec la construction d'un nouveau clocheton, au centre de la façade occidentale.

Période(s) Principale : 4e quart 16e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : 19e siècle
Dates 1593, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : De la Brosse Salomon, architecte, (?), attribution par travaux historiques
Auteur : De Cotte Robert, architecte, (?), attribution par travaux historiques

L'église Saint-Charles-Borromée est implantée au coeur de la ville et est orientée au nord-ouest. Elle présente un plan allongé. La nef à trois vaisseaux de cinq travées est précédée par un massif occidental composé de deux tours de clocher aux angles encadrant un espace central occupé par la tribune d'orgue et deux escaliers en vis. Une travée d'avant-choeur est encadrée par deux chapelles allongées terminées de chaque côté par des absidioles. Le choeur en rotonde est lui-aussi encadré par deux sacristies de sorte que le plan de cette partie est rectangulaire. L'édifice est élevé en pierre de taille calcaire en grand et moyen appareil. Les faces intérieures des murs sont enduites. Le sol est couvert de carreaux à motifs géométriques. Les murs du choeur et de la travée d'avant-choeur sont percés de vastes baies en plein-cintre et ceux de la nef de grandes baies en anse-de-panier. La façade principale comporte deux tours à quatre niveaux (le dernier étant en charpente) : le premier est occupé par un portail en anse-de-panier et l'étage d'une baie de même forme ; la travée centrale se compose d'une porte en plein-cintre surmontée par un vaste oculus et se termine par un fronton triangulaire. Les vaisseaux de la nef et l'avant-choeur sont couverts de fausses voûtes à lunettes en plein-cintre et le choeur par une coupole. Les berceaux de la nef sont supportés par des colonnes toscanes. L'ensemble des couvertures de l'édifice est en ardoise. La nef et la travée d'avant-choeur sont couverts d'un toit à longs pans, les collatéraux et les sacristies de toits en appentis, le choeur par une croupe ronde et les clochers de toits à l'impériale ; un petit clocheton campé entre les deux tours est également couvert d'un toit à l'impériale.

Murs calcaire
pierre de taille
moyen appareil
grand appareil
Toit ardoise
Plans plan allongé
Étages 3 vaisseaux
Couvrements fausse voûte en berceau plein-cintre
coupole
à lunettes
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans
toit à l'impériale
flèche carrée
appentis
croupe
croupe ronde
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier en vis
États conservations état moyen, inégal suivant les parties
Techniques vitrail
Représentations ordre toscan

Temple protestant de la fin du 16e siècle remanié et converti en église paroissiale à la fin du 17e siècle.

Statut de la propriété propriété de la commune
Protections classé MH, 1980/03/25
Précisions sur la protection

Eglise Saint-Charles (cad. BM 195) : classement par arrêté du 25 mars 1980.

Annexes

  • 20130854361NUC1A : Archives départementales des Ardennes, Charleville-Mézières, 8 Fi 19

    20130854362NUC1A : Archives départementales des Ardennes, Charleville-Mézières, 8 Fi 19

Références documentaires

Bibliographie
  • Dictionnaire des églises de France. Volume 5 : Champagne, Flandre, Artois, Picardie. Paris : Robert Laffont, 1969. 144 p.

    p. 110
  • MARBY, Jean-Pierre. Les édifices cultuels catholiques d´après l´enquête épiscopale de 1919. In [Exposition. Charleville-Mézières, Archives Départementales des Ardennes. 1994]. Les Ardennes durant la Grande Guerre (1914-1918) . Charleville-Mézières : SOPAIC, 1994, p. 275-290.

    pp. 276-279
  • PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie (dir.). Le guide du patrimoine de Champagne-Ardenne. Paris : 1995. 432 p.

    pp. 332-333
  • SARTELET, Alain, PHILIPPOT, Jacques. Le patrimoine religieux de Sedan : Ardennes. Itinéraires du patrimoine 260. Langres : Dominique Guéniot, 2002, 40 p.

    pp. 9-21
  • [Exposition. Charleville-Mézières, Archives Départementales des Ardennes, 2004]. Images de verre, images de guerre. Les vitraux commémoratifs des trois guerres dans les églises des Ardennes. Réd. Jean-Pierre Marby. Charleville-Mézières : Impr. SOPAIC, 2006. 60 p.

    cahier 2, pp. 31-32
Périodiques
  • BOURGUIGNAT, H., COLLINET, P. Découverte de squelettes dans l'église Saint-Charles de Sedan. Revue d´Ardenne et d´Argonne, novembre 1897, n°1.

    pp. 20-21
  • Bulletin du Diocèse de Reims, 1893.

    samedi 23 ocotbre 1897, n°43, pp. 510-511
  • ROUY, Henry. Inscriptions et poésies gravées au 18e siècle sur les pierres de l´église Saint-Charles de Sedan. Almanach Matot-Braine, année 1899.

    pp. 172 ; 175-176
  • ROUY, Henry. Un vieux monument sedanais. Almanach Matot-Braine, année 1906.

    pp. 259-264
  • BOURGUIGNAT, H. Les cloches de l´église Saint-Charles de Sedan. Almanach Matot-Braine, années 1922-1923.

    pp. 379-382
  • SARTELET, Alain. Les origines de l´église Saint-Charles de Sedan : Le temple protestant, de 1593 à 1692. Revue historique ardennaise, année 1974, tome IX.

    pp. 151-162
  • PICARD, Jean. La chartreuse du Mont-Dieu. Horizons d'Argonne, 1985, n°50.

    pp. 9 ; 146-148
  • LUSSIEN-MAISONNEUVE, Marie-Josèphe. Le renouveau de l'architecture ardennaise au 19e siècle et l'art de Jean-Baptiste et Léon-Henri Couty. Le Pays sedanais, 1999-2000, tome 21.

    pp. 203-204
  • SARTELET, Alain. Les Watrin, maîtres charpentiers à Sedan. Terres ardennaises, octobre 2001, n°76.

    p. 51