Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Usine d'armes du Moulin Leblanc, puis moulin à farine Hardy, puis usine de quincaillerie (clouterie) Lefort

Dossier IA08000370 réalisé en 1985
Précision dénomination clouterie
Appellations usine d'armes du Moulin Leblanc, puis moulin à farine Hardy, puis usine de quincaillerie (clouterie) Lefort
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, logement patronal, bief de dérivation
Dénominations usine d'armes, moulin à farine, usine de quincaillerie, affinerie
Aire d'étude et canton Ardennes - Charleville-Mézières 4
Hydrographies Vence la
Adresse Commune : Charleville-Mézières
Lieu-dit : le Moulin Leblanc
Cadastre : 1985 CX 1 à 6 Edifice détruit en 1985
Précisions anciennement commune de Mohon

Ancien moulin à blé transformé en forge au début du 17e siècle ainsi que nous l´apprend un bail du 10 juin 1625. Il devient ensuite batterie de cuivre, avant d´être racheté en 1690 pour former une des forges de la manufacture d´armes de Charleville à laquelle il reste intégré jusqu´à sa fermeture en 1836 et son rachat par Jean-Nicolas Gendarme. Ce dernier cède l´usine presque aussitôt à Charles Chayaux fabricant de clous à Mohon qui s´en sépare l´année suivante au profit de Demaison et Villers. En 1842, il redevient moulin à farine avec les Hardy. Le grand bâtiment à trois étages carrés bordant la Vence datait de cette époque. Le site est acheté en 1891 par la société Lefort qui possédait une usine en aval pour le transformer en clouterie mécanique. Le moulin ainsi que la maison de maître ont été rasés durant l´année 1985. Il ne subsistait alors que des halles de forge dont celle située près de la chute d´eau portait des tirants de fer datés de 1822. Aujourd´hui tous les bâtiments sont détruits ; seuls le bief et le vannage sont encore visibles.

Période(s) Principale : 1er quart 19e siècle
Principale : 19e siècle
Dates 1822, porte la date

L´ensemble des bâtiments était bâti en moellon calcaire et pierre de taille pour les ouvertures et les chaînages, et les charpentes étaient en bois. Les ateliers de fabrication étaient en rez-de-chaussée ou à un étage carré et étage de comble avec toits à deux pans et croupe. Le moulin s´élevait sur trois étages carrés et étage de comble et était couvert d´un toit à longs pans et croupe brisés. Le logement était à toiture en pavillon. La totalité des couvertures était en ardoise.

Murs calcaire
moellon
pierre de taille
Toit ardoise
Étages 3 étages carrés, étage de comble
Couvrements charpente en bois apparente
Couvertures toit à longs pans
toit à longs pans brisés
toit en pavillon
croupe
croupe brisée
demi-croupe
Escaliers escalier intérieur
Énergies énergie hydraulique
États conservations détruit après inventaire
Statut de la propriété propriété publique
propriété privée

Annexes

  • Bail du 10 juin 1625 (bail par Toussaint Fion, maître de la vieille et nouvelle forge) : pour faire palastres, fer battu et toutes autres étoffes de fer, construite à la place d'un moulin à blé, appelé le moulin Blanc, en la paroisse de Mohon, appartenant à la princesse de Conti, à Gilles Servais, marchand à Franchimont, au pays de Liège.

  • 20090803015NUCA : Archives du Génie, Vincennes

Références documentaires

Documents d'archives
  • AN. MC.

    XXVI R50
  • AD, série Q.

    manufacture d'armes - vente de 1836. Procès-verbaux descriptif très complet du moulin Leblanc
Bibliographie
  • MANCEAU, H.

    n° 53
  • GARAND, Jean. Un notable ardennais. Jean-Nicolas Gendarme (1769-1845). SOPAIC, 1988.

    p. 124-127
  • CART (?), Michel. Le passé industriel des Ardennes des origines à 1914. Exposition Archives départementales (?), 1982.

    n° 15