Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Usine de peignage de laines Holden, puis Société de peignage de Reims, puis usine de matériel électroménager Electrolux, actuellement entreprise de transports Caillot logistique, bureaux, immeubles à logements et station service

Dossier IA51000298 inclus dans Généralités réalisé en 1995

Fiche

Dossiers de synthèse

Précision dénomination usine de peignage de laines
Appellations dite usine textile Holden, puis Société de peignage de Reims, puis usine de matériel électroménager Electrolux
Destinations édifice commercial, immeuble de bureaux, immeuble à logements, station service
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, magasin industriel, bureau, cour, salle des machines, logement patronal, conciergerie
Dénominations usine textile, usine de matériel électroménager
Aire d'étude et canton Marne - Reims 7
Adresse Commune : Reims
Adresse : 61 boulevard Dauphinot , 3 rue d' Archiac , 15 rue Arthur Décès
Cadastre : 1974 CT 4, 14, 27

L'industriel du textile rémois Holden installe un peignage de laine boulevard Dauphinot vers 1900. Celui-ci est détruit pendant la Première Guerre mondiale et reconstruit peu après sous la raison sociale Société de peignage de Reims. La salle des machines porte la date 1922. La société Electrolux s'installe dans l'usine à partir de 1957 et fait édifier de nouveaux bâtiments, pour fabriquer notamment des réfrigérateurs. Depuis 1972-1973, cette unité d'Electrolux sert au stockage et à la distribution de divers matériels électroménagers. En 1995 (enquête initiale), la salle des machines abrite encore un pont-roulant ayant servi à installer des machines à vapeur ainsi qu'une chaudière Babcock et Wilcox datée 1968 et portant le numéro 37 700354 000, et une dynamo "société Rateau à Paris". En 2013 (complément d'enquête), il ne subsiste que l'atelier de fabrication situé au nord (A), occupé par une entreprise de transports (Caillot Logistique) et une partie des locaux situés au sud, servant à la municipalité de Reims. Les autres bâtiments ont été détruits pour laisser place à une station-service et à des immeubles d'habitation.

Période(s) Principale : limite 19e siècle 20e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Dates 1922, porte la date

Site desservi par embranchement ferroviaire et voie particulière. L'ancienne salle des machines (D), élevée en parpaings de béton, était composée de quatre bâtiments couverts de terrasse, longs pans ou toit bombé.

Murs pierre
meulière
brique
béton
métal
enduit
parpaing de béton
Toit ardoise, tuile mécanique, tôle ondulée, matériau synthétique en couverture
Étages 1 étage carré, étage de comble
Couvrements charpente métallique apparente
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures terrasse
toit en pavillon
toit à longs pans
shed
toit bombé
croupe
lanterneau
Énergies énergie thermique
énergie électrique
Typologies baie rectangulaire, arc segmentaire, arc plein cintre
États conservations établissement industriel désaffecté, vestiges
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Marne : Fi. Iconographie.

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : Fi
  • AD Marne : 31X 408. Logements insalubres, établissements insalubres, dangereux ou incommodes. Reims. Société de peignage de Reims (lavoir à laine, savonnerie, 1922-1923) ; Société de peignage de Reims (réservoir souterrain à essence, 1933) ; Pelleterie de Reims (atelier d'apprêtage et de lustrage des peaux, 1937).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 31X 408
Bibliographie
  • HUBERT, Michel, PERNET, Jacques. Regard sur un siècle de vie économique à Reims (1855-1955). Reims : Atelier graphique, 1991. 239 p.

    p.34 et p.73-74