Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Usine de petite métallurgie Crépel, Hardy et Hervier, puis Fonderie Hardy-Capitaine et Cie, actuellement Société Nouvelle des Fonderies Nicolas

Dossier IA08000506 réalisé en 2007

Fiche

  • Vue générale.
    Vue générale.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • atelier de fabrication
    • cheminée d'usine
    • bureau
    • magasin industriel
Appellations usine de petite métallurgie Crépel, Hardy et Hervier, puis Fonderie Hardy-Capitaine et Cie, actuellement Société Nouvelle Fonderies Nicolas
Destinations fonderie
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, cheminée d'usine, bureau, magasin industriel
Dénominations usine de petite métallurgie
Aire d'étude et canton Ardennes - Charleville-Mézières 2
Adresse Commune : Nouzonville
Adresse : 5 rue de la Haillette
Cadastre : 2009 AC 38

Possédant une usine de ferrures de chemins de fer depuis 1855, près de la confluence de la Goutelle et de la Meuse, la société Hardy-Capitaine a été fondée par Auguste Hardy (1818-1896) et Pierre Nicolas Crépel (1825-1868). Gendres d’André Capitaine, un voiturier, ils s’étaient associés à un mécanicien, François Hervier (né en 1832). Alors que l’usine du centre de Nouzon poursuit son essor, deux diplômés des Arts et Métiers de Châlons y font leur entrée en 1874 : Charles Petit-Gobron (1828-1888) et Léon Jules Crépel (1854-1938). En 1889, en bordure de la route de Joigny, au lieu-dit La Haillette, une fonderie de seconde fusion est implantée. Spécialisée dans le moulage du fer fondu, des fontes grise et malléable, puis de l’acier fondu, cette fonderie connaît un essor rapide. Réputée pour la fabrication des boîtes à graisse pour les chemins de fer, elle adopte très tôt le moulage mécanique. Avant 1914, la fonderie de La Haillette possède 4 cubilots de 15 tonnes, 10 fours à recuire. Son capital social s’élève à 1 500 000 francs. C’est en 1963 qu’un entrepreneur belge, Nicolas Amand (1910-1971) reprend la fonderie. Elle continue à produire des fontes grises sphéroïdales et malléables, de la fonte grise et de la fonte alliée. Les principaux équipements sont les fours électriques à induction et de traitements thermiques, chantiers de moulage automatique ou à main pour le secteur ferroviaire, agricole, la robinetterie industrielle. L'usine compte 42 employés en 2008.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Dates 1889, daté par travaux historiques

La fonderie est implantée sur une parcelle d'une surface de 22 170 m2 en bordure de forêt à l'est et comprend 7000 m2 de surface couverte. Les ateliers de fabrication s'étalent sur 11 travées de shed, bâtiments en brique et couverture en tuiles mécaniques. L´ancienne cheminée d´usine subsiste.

Murs brique
enduit
Toit tuile mécanique, ciment amiante en couverture
Étages en rez-de-chaussée
Couvrements charpente métallique apparente
Couvertures shed

Refus de visite.

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • COLINET, René. Au coeur de l'industrialisation de l'Ardenne du nord, ou l'étude des archives du tribunal de commerce de Charleville de 1860 à 1914, p. 96.