Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Usine de petite métallurgie et de quincaillerie des Etablissement Cordier, puis Henri Pierret et Cie, actuellement entrepôt industriel

Dossier IA08000507 réalisé en 2007

Fiche

  • Vue générale.
    Vue générale.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • atelier de fabrication
    • bureau
    • hangar industriel
    • centrale électrique
Appellations Cordier, puis Henri Pierret et Cie
Destinations entrepôt industriel
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, bureau, hangar industriel, centrale électrique
Dénominations usine de petite métallurgie, usine de quincaillerie
Aire d'étude et canton Ardennes - Charleville-Mézières 2
Adresse Commune : Nouzonville
Adresse : 10 rue Jean-Jaurès
Cadastre : 2009 AL 594

En 1860, deux ferronniers, les frères Cordier : Désiré (1828-1883) et Nicolas (1831-1891), créent une petite usine, rue Kléber (route de Neufmanil) spécialisée dans la fabrication de raccords et brides destinées aux conduites d’eau. Après le décès de Nicolas Cordier, c’est sa fille Marguerite (1857-1919) qui assure la direction de l’usine familiale. Puis elle associe son fils Henri Pierret, pharmacien, (1882-1973) à partir de 1913. La petite usine qui fabrique des serrures, ferrures, clous, outillage et quincaillerie ferme ses portes en 1969. À ce moment, c’est sa fille Odette Pierret (née en 1913) qui en assure la direction. Les bâtiments sont achetés vers 1987 par M. Linglet pour y établir un entrepôt industriel. L'atelier emploie 40 ouvriers en 1960 sous la direction d'André Laurent, neveu d'Henri Pierret.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Dates 1860, daté par source

Les ateliers de fabrication s'étendent sur trois vaisseaux de huit travées, en brique pleine et structure métallique. Certains murs en façade sur rue sont en pan de fer. La charpente métallique est apparente, la toiture en shed à couverture en ciment amiante et matériau synthétique avec un petit lanterneau central. Une centrale électrique en béton armé distribuait l'énergie aux Établissements Pierret ainsi qu'à l'usine Arthur Clausse située en contrebas (actuellement Usine du Pâquis).

Murs brique
béton
fer
parpaing de béton
pan de fer
Toit matériau synthétique en couverture, ciment amiante en couverture
Étages en rez-de-chaussée
Couvrements charpente métallique apparente
Couvertures shed
lanterneau
États conservations établissement industriel désaffecté

Ets H Pierret & Cie, ferrures à Nouzonville.

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AN, F12 9429, le fonds de l' OCRPI période 1940-1949.