Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Usine de quincaillerie Thiriet-Lallement, puis Manufacture Générale de Bouclerie Gustave Thiriet, puis Charles Turquais, actuellement Turquais Industries

Dossier IA08000518 réalisé en 2007
Appellations Thiriet-Lallement, puis Manufacture Générale de Bouclerie Gustave Thiriet, puis Charles Turquais, actuellement Turquais Industries
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, magasin industriel, bureau
Dénominations usine de quincaillerie
Aire d'étude et canton Ardennes - Vouziers
Adresse Commune : Raucourt-et-Flaba
Adresse : 10 rue des Marronniers
Cadastre : 2009 AD 01

La maison Thiriet-Lallement, ancêtre des actuels établissements Turquais, est fondée en 1840 avec activité de fonderie de cuivre et fonte malléable, pièces estampées, boucles de toutes espèces. En 1850, l'usine y produit des articles destinés spécialement à la traction animale et aux ferrures, boucles et bourellerie pour équipements militaires. Gustave Thiriet en est le directeur à partir de 1879, et l'usine prend le nom de Manufacture Générale de Bouclerie Gustave Thiriet. Une importante extension des bâtiments, nommée plus tard la Roquette, est construite entre 1879 et 1882. Trois ans plus tard, la soudure électrique permet l'expansion des activités de l'usine. En 1900, la production annuelle de la branche bouclerie atteint 900 tonnes, celle de la chaîne 600 tonnes. En 1907, Gustave Thiriet cède son activité à Charles Turquais, son gendre et collaborateur. Un nouveau magasin (l'usine spéciale de chaîne) est construit la même année. L´entreprise fabrique des boucles pour le textile, l'habillement et les industries du cuir pour une fabrication annuelle de 2400 tonnes de bouclerie. La Première Guerre mondiale détruira une large partie des bâtiments et du matériel, avec un important incendie : des 8000 m2 couverts ne subsiste en 1918 que le local servant à la fabrication des chaînes. Les premiers travaux de reconstruction débutent en 1920, l'électrification s'effectue en 1927. En 1946, l'usine se diversifie dans la production pour le textile d'habillement et les industries du cuir, la quincaillerie agricole, l´industrie de la manutention, du levage, de l'électroménager et de l'automobile. L'activité de bouclerie à base de fil et tubes se perpétue de nos jours. En 1879, la force motrice est de 15 ch et de 300 en 1900, 500 en 1914. Vers 1882, trois machines à vapeur y sont utilisées. 50 personnes sont employées en 1850, 250 en 1890, 320 en 1900, 503 en 1914 et une centaine actuellement.

Période(s) Principale : 2e quart 19e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle
Dates 1879, daté par travaux historiques
1907, daté par travaux historiques
1920, daté par travaux historiques

L'usine est desservie par voie ferrée jusque dans les années 1960. L'ensemble du bâti est en moellon à encadrements et chaînages en brique ou brique et pierre de taille ; excepté pour les bâtiments nord : l'atelier de fabrication est entièrement en pierre (surélévation en parpaing), et le petit atelier à lanterneau est en pan de fer et brique (couverture en tuile mécanique). Proche de l'entrée le grand magasin industriel est à un étage carré et percé de nombreuses baies, son rez-de-chaussée possède un plafond en béton armé et porte sur des colonnes en béton ; les bureaux possèdent un étage de comble. Les ateliers de fabrication sont disposés à l'ouest, de part et d'autre d'une étroite voie intérieure. Les toits en shed portent sur une charpente métallique occultée par un faux plafond et supportée par des colonnes de fonte. Les toits sont majoritairement en ardoise, avec réfections en tôle et ciment amiante.

Murs calcaire
brique
béton
moellon
pierre de taille
parpaing de béton
pan de fer
Toit ardoise, métal en couverture, ciment amiante en couverture
Étages 1 étage carré, étage de comble
Couvrements charpente en béton armé apparente
charpente métallique apparente
Couvertures shed
toit à longs pans
lanterneau
croupe
Énergies énergie thermique
énergie électrique
produite sur place
achetée

Vaste magasin industriel en moellon de calcaire, pierre de taille, brique et béton armé. Fabriques de chaines de montre et boutons en acier : Raucourt, 1 établissement, 26 ouvriers, industrie en souffrance, à défaut d'écoulement des produits.

Statut de la propriété propriété privée
Éléments remarquables magasin industriel

Annexes

  • 20090803988NUCA : Collection particulière

    20090803989NUCA : Archives départementales des Ardennes, Charleville-Mézières, 8 Fi Raucourt-et-Flaba 2.

    20090803990NUCA : Collection particulière

    20090803991NUCA : Archives départementales des Ardennes, Charleville-Mézières, 8 Fi Raucourt-et-Flaba 27.

    20090803992NUCA : Collection particulière

    20090803993NUCA : Collection particulière

    20090803994NUCA : Collection particulière

    20090803995NUCA : Collection particulière

    20090803996NUCA : Collection particulière

    20090803997NUCA : Collection particulière

    20090803998NUCA : Collection particulière

    20090803999NUCA : Collection particulière

    20090804000NUCA : Collection particulière

Références documentaires

Bibliographie
  • AN F12 4483, Ardennes, rapports annuels, industriels et mensuels sur la situation industrielle et commerciale du département, 4e trimestre 1873.

  • PHILIPPE. D. La vallée de l'Ennemanne haut-lieu de la métallurgie ardennaise. 2. Les Ets Turquais : 1er producteur de boucles et de chaînes, L'Ardennais, 2 février 1968.

  • RENARD. Alain. Le système hydraulique de la vallée de l'Ennemanne, En Champgne-Ardenne et ailleurs...L'eau industrielle, l'eau industrieuse. Actes du colloque de l'APIC, Cahier de l'APIC, n°2, Sedan, 2000, p. 114.

  • La Reconstitution des Régions dévastée. Le Monde Illustré, tome huitième, Les Ardennes 1918-1921, Paris, 20 août 1922.

    p. 128