Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Usine de traitement de surface des métaux Faure, actuellement supermarché

Dossier IA08000532 réalisé en 2007

Fiche

  • Vue générale depuis la rue du Port.
    Vue générale depuis la rue du Port.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • Cité jardin Faure
      Revin, rue Jean-Moulin, place Saint-Jean, rue de la Chapelle, rue Roland-Perrot, rue Saint-Jean, rue des Jardins, boulevard Firmin-Leguet, rue de Sartnizon, place Théodore-Faure, rue Saint-Eloi
    • atelier de fabrication

Á rapprocher de

  • Cité jardin Faure
    Revin, rue Jean-Moulin, place Saint-Jean, rue de la Chapelle, rue Roland-Perrot, rue Saint-Jean, rue des Jardins, boulevard Firmin-Leguet, rue de Sartnizon, place Théodore-Faure, rue Saint-Eloi
Précision dénomination émaillerie
Appellations usine Faure, actuellement supermarché Intermarché
Destinations supermarché
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication
Dénominations usine de traitement de surface des métaux
Aire d'étude et canton Ardennes - Revin
Hydrographies Meuse la
Adresse Commune : Revin
Adresse : rue du Port
Cadastre : 1983 AI 479

La saga Faure débute en 1854 avec l'arrivée à Revin d'Antoine- Théodore Faure, ingénieur des Arts et Métiers, originaire de la Creuse. Entre 1860 et 1973 la société Faure étend progressivement son emprise à Revin dans le quartier de la Bouverie et compte trois usines dans le département (Laifour, Signy-le-Petit, Mézières). La famille Faure développe sa politique sociale par la construction de cités ouvrières (IA08000533) et emploie jusqu'à 750 personnes avant la Première Guerre mondiale. La production est tournée sur les fontes pour appareils de cuisine et de chauffage. L'émaillerie de la rue du Port est construite en 1934 après l'achat d'un terrain ayant appartenu à un certain Quinard. L´usine est convertie en supermarché depuis 1985.

Période(s) Principale : 2e quart 20e siècle
Dates 1934, daté par travaux historiques

La totalité de la structure est en béton armé, y compris la charpente. La toiture en extrados de voûte est couverte en ciment amiante, à l'exception des lanterneaux recouverts de tôle depuis 1985. A l'intérieur, un faux plafond ne rend plus visibles les trois travées originelles, mais la structure portante n'a pas été modifiée.

Murs béton
béton armé
Toit ciment amiante en couverture, métal en couverture
Étages en rez-de-chaussée
Couvrements charpente en béton armé apparente
Couvertures extrados de voûte
lanterneau
Énergies énergie thermique
États conservations établissement industriel désaffecté, remanié
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • 20090801363NUCA : Collection particulière

    20090801364NUCA : Collection particulière

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD, série delta II 640 à 644 : série d'articles rédigés par Jean GARAND, l'Union, entre le 5 juillet et le 2 janvier 1975.

  • AD, série delta II 640 à 644 : GARAND. Jean. L'industrie dans notre région. IX. A la veille de la première guerre mondiale les Etablissements Faure constituent l'un des plus importants complexes industriels des Ardennes, L'Union, 9-10 et 11 octobre 1974, np.

Bibliographie
  • COLINET, René. Métallurgie ardennaise, Un terriroire des usines et des hommes. ORCCA/ Castor et Pollux, Epernay Chassigny, 2001, 159 pages.

Périodiques
  • COLINET, René. Contributions statistiques et cartographiques à l'histoire industrielle ardennaise. Revue Historique Ardennaise, tome XXIII, année 1988, pp. 179-180.