Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Usine de transformation des métaux, dite la Nouvelle Fenderie, puis Fonderie du Laminoir, puis FAL, puis Meuse-Ardennes, actuellement usine de construction mécanique Marcel-France-Mecano-Galva

Dossier IA08000647 réalisé en 1985

Fiche

  • La nouvelle fenderie : ouvertures.
    La nouvelle fenderie : ouvertures.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • atelier de fabrication
    • stationnement
    • transformateur
    • aire des matières premières
    • aire des produits manufacturés
Appellations La Nouvelle Fenderie, puis Fonderie du Laminoir, actuellement usine de construction mécanique Marcel-France-Mecano-Galva
Destinations usine de construction mécanique
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, stationnement, transformateur, aire des matières premières, aire des produits manufacturés
Dénominations fenderie, fonderie
Aire d'étude et canton Ardennes - Sedan 1
Hydrographies Vrigne la
Adresse Commune : Vrigne-aux-Bois
Lieu-dit : la Nouvelle Fenderie
Adresse : route de Donchery
Cadastre : 2008 ZH 73 à 77, 168 à 175, 339-356

J.-N. Gendarme éleva cette nouvelle fenderie vers 1845 pour remplacer celle construite plus haut en 1823 (IA08000645), jugée sans doute moins fonctionnelle. Elle comprenait à l'origine deux fours à puddler, un laminoir, un équipage de cylindres étireurs, un marteau-pilon et trois fours à chauffer le tout entraîné par deux roues hydrauliques auxquels on ajoutera d'autres machines plus tard. En 1853, le site est loué au maître de forges de Carignan Henry, puis en 1865 à Delloye-Masson et enfin repris avec la Fenderie, en amont, par la Fonderie du Laminoir spécialisée dans la fonte de ménage (fer à repasser de marque Gendarme, chenets) et de bâtiment ; en 1919, cette dernière est associée par le baron Evain à l'Atelier du Laminoir (situé dans une usine créée par Gendarme au-dessus de l'étang de Saint-Basle) pour devenir Société FAL (Fonderie et Atelier du Laminoir) et change de raison sociale en 1955 pour se dénommer Meuse-Ardennes jusqu'en 1964 ; en 1972, Mecano-Galva s'installe dans l'ensemble des bâtiments de la Nouvelle Fenderie pour y produire des remorques et la Fenderie est transformée en bureaux. Le bâtiment subsiste dans un état proche de celui d'origine, hormis le système hydraulique ; d'autres bâtiments plus récents ont été construits dans ses prolongements nord et sud.

Période(s) Principale : 2e quart 19e siècle
Principale : 20e siècle
Dates 1845, daté par source

On remarque particulièrement les quatre halles parallèles, adossées à l'étang (bâtiments de la forge et du haut fourneau, deux halles à charbon séparées en deux par des murs de refend coupe feu), que l'on retrouve avec le même module à la Fenderie. Les quatre constructions comportent le même plan et les façades en pierres taillées sont soignées (grande lucarne du haut fourneau et niche de la forge). Le percement régulier, les pilastres plats se retrouvent, de même que la grande porte centrale en berceau, à la Fenderie et au Fourneau de Vendresse. Tous les bâtiments sont élevés en moellon calcaire et en pierre de taille pour les chaînages et les encadrements ; les toits sont à longs pans et demi-croupe à charpente en bois apparente couverte d'ardoise et de ciment amiante. Le bâtiment de logements ouvriers, la Caserne, porte des tirants de fer datés sur le pignon nord. Les logements, identiques et percés régulièrement, s'ouvrent sur les deux façades de la construction en moellon. Les oculi du fronton se retrouvent dans les bâtiments annexes des usines. Sur le fronton sculpté du logement patronal on retrouve les boulets de canon symbolisant des fournitures d'artillerie, source de la fortune de Gendarme.

Murs calcaire
béton
essentage de tôle
moellon
parpaing de béton
Toit métal en couverture
Étages en rez-de-chaussée
Couvrements charpente métallique apparente
charpente en bois apparente
Couvertures toit à longs pans
Énergies énergie hydraulique
énergie électrique
achetée
États conservations remanié
Statut de la propriété propriété d'une société privée

Annexes

  • 20090802480NUCA : Collection particulière

Références documentaires

Documents d'archives
  • AN. Série F14 : 4293.

    dossier 52
  • AD, sous-série 17 J : fonds Evain-Gendarme.

Bibliographie
  • GARAND, Jean. Un notable ardennais. Jean-Nicolas Gendarme (1769-1845). SOPAIC, 1988.

    p. 140-141, 146
  • ANDRE, Louis, BELHOSTE, Jean-François, BERTRAND Patrice. La métallurgie du fer dans les Ardennes (XVIe-XIXe). Cahiers de l'Inventaire n°11, Ministère de la Culture et de la Communication, Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, Région Champagne-Ardenne, 1987.

    p. 64
  • BAILLY, Ludovic. Vrigne-aux-Bois. Des tourbières au cubilot (1797-1957). SOPAIC, 2000.

    p. 33-43
  • ROBINET, R. n° 70 : Jean-Nicolas Gendarme. Aux origines de la fortune du maître de forges ardennais. Etudes ardennaises, avril-juillet 1963, n° 33.