Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Usine des Ateliers d'estampage de la Vence, puis Richier, puis Demangel-Vence, puis Forges de la Vence, puis laminoir CELC, actuellement usine de décolletage SODEMET

Dossier IA08000368 réalisé en 2007

Fiche

Appellations Ateliers d'estampage de la Vence, puis Richier, puis Demangel-Vence, puis Forges de la Vence, puis laminoir CELC, actuellement usine de décolletage SODEMET
Destinations laminoir, usine de décolletage
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, bâtiment administratif d'entreprise, entrepôt industriel
Dénominations usine d'estampage
Aire d'étude et canton Ardennes - Charleville-Mézières 4
Adresse Commune : Charleville-Mézières
Lieu-dit : Mohon
Adresse : 22, 23 rue Paul-Bert
Cadastre : 2009 CY 230, 363

Le 28 mars 1911, E. Roche et P. Guérin fondent la S.A des Ateliers d´estampage de la Vence afin de produire des pièces estampées pour les chemins de fer, la construction mécanique et surtout l´automobile. Cette société perdure jusqu´en 1956 date à laquelle le nom est transformé en Forges et Ateliers de la Vence et ce jusqu´en 1963. De 1963 à 1974, le groupe de matériel de travaux publics Richier (IA08000360) en prend le contrôle puis le cède en 1974 à la Manestamp de Charleville et l´entrteprise s´appelle dès lors Demangel-Vence. A cause des difficultés rencontrées par le groupe, le site de Mohon est cédé et repris par la S.A. des Forges de la Vence, puis de 1987 à 1995 par CELC spécialisé dans le laminage et enfin de 1995 à aujourd´hui par SODEMET, spécialisé dans l´usinage. Avant la destruction de la partie estampage, le site couvrait 48 000m2. L´usine emploie 100 ouvriers en 1980 et 53 en 1983 où elle produit 80 à 100 tonnes de pièces estampées.

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle
Dates 1911, daté par source, daté par travaux historiques

Les bâtiments subsistants sont les bureaux, la partie usinage et le parc à matrice attenants à ces derniers à l´est et plus au sud un bâtiment qui servait dans les derniers temps de stockage pour les briques réfractaires. Les bureaux en moellon calcaire sont implantés le long de la rue Paul Bert à côté de l´entrée du site ; l´un est à un étage carré, toit en pavillon couvert de tuiles mécaniques et en rez-de-chaussée, murs en briques et toit à longs pans pour le second. Les ateliers d´usinage sont bâtis en briques et couverts de sheds à charpente métallique et tuile mécanique ; les bâtiments de stockage des matrices dont l´un à charpente métallique et le second à charpente en bois, possèdent des toits à longs pans. Le bâtiment du stockage des briques réfractaires est constitué d´un long vaisseau aux murs en pan de fer et remplissage en briques supportant un toit à longs pans à charpente métallique, lanterneau et tuile mécanique.

Murs brique
calcaire
fer
essentage de tôle
moellon
pan de fer
Toit tuile mécanique, verre en couverture
Étages 1 étage carré
Couvrements charpente métallique apparente
charpente en bois apparente
Couvertures toit à longs pans
shed
toit en pavillon
lanterneau
Escaliers escalier intérieur
Énergies énergie thermique
énergie électrique
produite sur place
produite sur place
achetée
États conservations mauvais état, menacé
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • COLINET. R. Au coeur de l'industrialisation de l'Ardenne du nord, ou l'étude des archives du tribunal de commerce de Charleville de 1860 à 1914. Revue Historique Ardennaise, tome XXII, année 1987.

    p. 113
Périodiques
  • CHOPPLET. B. Demangel-Vence prêt à vendre l'usine de Mohon, une SCOP pourrait revendre celle de Charleville, L'ardennais, 17 mars 1983.

  • Le Monde, L'Ardennais, 26-27 juin 1966.

  • CHOPPLET. B. Demangel-Vence : l'histoire d'une longue agonie, L'Ardennais, 27 mai 1983.