Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Usine liée au travail du bois (fabrique de crayons) Gilbert, puis Compagnie Française des Plumes, actuellement maison

Dossier IA08000423 réalisé en 2007

Fiche

Précision dénomination fabrique de crayons
Appellations Fabrique de crayons Gilbert
Destinations maison
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, conciergerie, atelier de conditionnement
Dénominations usine liée au travail du bois
Aire d'étude et canton Ardennes - Givet
Adresse Commune : Givet
Adresse : 34, 40 rue Oger
Cadastre : 1982 AP 268 à 270, 272, 721, 770 à 779, 783, 784

Les origines de la fabrique de crayons Gilbert remontent à 1826 et elles sont liégeoises (Belgique). Après la fabrication de plumes à écrire et de cire à cacheter, elle s´oriente vers les crayons de plombalgine à Givet dès 1829 avec MM. Piret et Lefebvre. En 1836, Léonard Gilbert en prend la direction puis la lègue à ses descendants. Pendant la Première Guerre mondiale l'activité cesse car le stock de bois est pillé. En 1920, la marque fusionne avec la Compagnie Française des Plumes puis ferme ses portes en 1938 et, en janvier 1940, est transférée à Saint- Aubin-lès-Elbeuf où elle s'installe définitivement. L'usine comportait 200 machines-outils et une scierie, un atelier d'usinage pour la fabrication des outils et un laboratoire. L'atelier de vernissage situé le long de la rue Bouzy a été détruit et l'ensemble des bâtiments subsistants est actuellement converti en logements. En 1849-50, la production est de 20 600 grosses. Plus tard, elle atteindra 36 millions de crayons annuellement dont le bois cèdre provenait de Floride. En 1901, l'usine était entraînée par deux moteurs à vapeurs de 50 ch chacun. En 1840, la fabrique de Crayons Gilbert compte une trentaine d'ouvriers et environ le double dès 1860, 72 en 1873, 130 en 1883 et une centaine en 1901.

Période(s) Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

Les ateliers de production sur un plan en U abritaient la fabrication de mines dans l'aile donnant sur la rue Oger, la découpe des planchettes s'effectuait au centre et dans l'aile donnant sur la rue Bouzy. Ces ateliers sur un étage carré sont construits en pan de fer hourdé de parpaing de béton et couverts d'un toit en appentis à charpente en bois apparente et dalles de ciment amiante. Au centre de la cour se trouve l'atelier de contrôle qualité et de conditionnement constitués de deux corps de bâtiment jumelés élevés en moellon calcaire avec toits à longs pans et croupes à charpente en bois apparente couverte d'ardoise.

Murs calcaire
béton
fer
enduit
moellon
parpaing de béton
pan de fer
Toit ardoise, ciment amiante en couverture
Plans plan régulier en U
Étages 1 étage carré
Couvrements charpente en bois apparente
charpente métallique apparente
Couvertures toit à longs pans
appentis
croupe
Escaliers escalier intérieur
Énergies énergie thermique
énergie électrique
produite sur place
produite sur place
achetée
États conservations établissement industriel désaffecté

Givet : 1 établissement 72 ouvriers, bonne situation ; placement des produits est facile. 1883 fabriques de crayons ; Givet, 130 ouv, actif. La fabrication des fusils qui avait été complètement inactive à Rocroi en 1849, a produit pour 300000 frs en 1850 ; la quincaillerie de Fumay s´est maintenue au même degré d´activité qu´en 1850 ; à Givet, les fabriques de crayons ont porté leur production de 19000 grosses à 20600.

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AN, F12 4483.

Documents figurés
  • AN, F12 4476 C, Dossier I- Affaires générales, sous-dossier : Notes sur la situation industrielle en 1849-50 : pièce 511.

Bibliographie
  • CESAR, Jean-Louis. Etude sur l'industrie du crayon dans les Ardennes. Terres Ardennaises, n°82, 2003.

    p. 16-20
  • HUBERT, Pierre. 150 ans de vie givetoise (1789-1940). Collection Terres Ardennaises, 1995.

    p. 16-19