Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Usine métallurgique dite La Forge, puis grosse forge et fenderie Liégois, actuellement maison

Dossier IA08000432 réalisé en 1986
Appellations usine métallurgique dite La Forge, puis grosse forge et fenderie Liégois
Destinations maison
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, cheminée d'usine, logement patronal, logement de contremaître, salle des machines
Dénominations usine métallurgique, affinerie, fenderie
Aire d'étude et canton Ardennes - Nouvion-sur-Meuse
Hydrographies Vence la
Adresse Commune : Guignicourt-sur-Vence
Lieu-dit : La Forge
Cadastre : 1982 AB 101 à 107
Précisions oeuvre située en partie sur la commune Yvernaumont

Une forge en ruine dès 1572 existait sur le territoire de Guignicourt dans la première moitié du 16e siècle. En 1824, le maître de forges de Bairon, Bertrand-Geoffroy, remplace un moulin à blé par un établissement métallurgique complet comprenant un laminoir, une fenderie, un haut fourneau, deux feux de forges et deux fours à puddler. Le haut fourneau est éteint en 1838 et remplacé par celui proche de Touligny. En 1841, Jean-Nicolas Nonnon- Mahin en est le propriétaire puis Venden Eynde. Au cours du 19e siècle, l'usine fut complétée par celle du Maqua, située en amont sur la Vence et aujourd'hui ruinée. En 1881, Liégois transforme la production de l'ensemble en ferronnerie. La quasi-totalité des bâtiments est conservée, seul un bâtiment contigu à la cheminée carrée a perdu sa toiture et celle de la salle des machines est en mauvais état. Actuellement, le site est reconverti en habitation.

Période(s) Principale : 1er quart 19e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Dates 1824, daté par source

Les bâtiments de la première époque (la forge) sont tous bâtis en moellons, toits à longs pans (brisés pour certains) en charpente en bois apparente couverts de tuiles mécaniques : il s'agit des deux bâtiments, l'un le long du bief (forge ?) et l'autre dessus (fourneau ?), ainsi que le moulin converti en logement patronal et les logements ouvriers. Ceux de l'époque de la ferronnerie (à l'ouest et au sud) sont construits sur le même modèle mais leurs murs sont en briques.

Murs brique
calcaire
moellon
Toit tuile mécanique, ardoise
Étages 1 étage carré
Couvrements charpente en bois apparente
Couvertures toit à longs pans brisés
croupe
Escaliers escalier intérieur
Énergies énergie hydraulique
énergie thermique
produite sur place
produite sur place
États conservations établissement industriel désaffecté, menacé

Intéressante halle à charbon typique du premier tiers du 19e siècle (le Hurtault à Signy-l'Abbaye par exemple). Rare exemple de cheminée carrée des Ardennes.

Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • AN. Série F14 : 4285, dossier 7.

  • AN. Série F14 : 4291.

    dossier 38
Bibliographie
  • ANDRE, Louis, BELHOSTE, Jean-François, BERTRAND Patrice. La métallurgie du fer dans les Ardennes (XVIe-XIXe). Cahiers de l'Inventaire n°11, Ministère de la Culture et de la Communication, Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, Région Champagne-Ardenne, 1987.

    p. 56
  • LAYOSSE (?), Victor. Monographie de Guignicourt.

    p. 139 à 149