Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Usine métallurgique (martinet, puis fonderie) dite forge de Roches-sur-Marne, puis usine de matériel agricole Champenois Delacourt, puis S.A. des Ets Champenois

Dossier IA52070314 inclus dans Généralités réalisé en 1989

Fiche

  • Façade nord des bureaux (A)
    Façade nord des bureaux (A)
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • bureau
    • bâtiment d'eau
    • atelier de fabrication
    • hangar industriel
    • cour
    • logement patronal
    • logement d'ouvriers
    • magasin industriel

Dossiers de synthèse

Précision dénomination martinet
fonderie
Appellations dite forge de Roches-sur-Marne, puis usine de matériel agricole Champenois Delacourt, puis S.A. des Ets Champenois
Parties constituantes non étudiées bureau, bâtiment d'eau, atelier de fabrication, hangar industriel, cour, logement patronal, logement d'ouvriers, magasin industriel
Dénominations usine métallurgique, usine de matériel agricole
Aire d'étude et canton Haute-Marne - Eurville-Bienville
Hydrographies Marne dérivation de la
Adresse Commune : Chamouilley
Lieu-dit : Roches-sur-Marne
Adresse : Devant Roches
Cadastre : 1861 B 511 à 528 ; 1987 AM 16

Martinet établi vers 1834 par Beugon Arson à l'emplacement d'un moulin ; Adam y ajoute un four à puddler et deux marteaux peu après. Eugène Adam fait construire une fonderie en 1883, à l'intérieur de l'atelier de fabrication (un poteau porte la date 1881). Usine achetée par Champenois Delacourt, à la fin du 19e siècle, qui y fabrique en 1893 des roues en fer et des machines agricoles ; association avec la firme anglaise Bomford et abandon de la production de roues depuis 1970. Certains locaux apparaissent envahis par la végétation en 1989 (enquête initiale) ; logement d'ouvriers (J) habité à cette date. L'usine a fermé ses portes en 1990 ; site semblant désaffecté en 2013 (complément d'enquête). Vers 1834, présence d'un marteau de 250 kg et d'un foyer de réchauffage ; présence supplémentaire en 1865 de deux marteaux et d'un four à puddler. Alexandre Champenois dépose un premier brevet pour une roue à bandage métallique en 1868. En 1989, présence d'une machine à cintrer les roues. Environ 100 personnes employées en 1983 ; une trentaine d'employés en 1989. Existence d'un fonds d'archives privées.

Période(s) Principale : 2e quart 19e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Dates 1881, daté par source, daté par travaux historiques, porte la date
1883

Etablissement situé sur la rive droite de la Marne. En 2013, la grande détérioration des bâtiments est signalée. L'enseigne ''Etablissements Champenois'', déjà visible en 1989 sur le bâtiment A, est encore en place en 2013.

Murs pierre
brique
enduit
moellon
Toit tuile mécanique, verre en couverture
Étages 1 étage carré, étage de comble
Couvrements charpente en bois apparente
charpente métallique apparente
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans
croupe
Énergies énergie hydraulique
énergie thermique
énergie électrique
États conservations désaffecté, mauvais état, menacé
Statut de la propriété propriété privée
Éléments remarquables machine de production

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Haute-Marne : 226M 6. Etat des usines, manufactures, fabriques, etc., ainsi que du personnel employé. 1893.

    Archives départementales de la Haute-Marne, Chamarande-Choignes : 226M 6
  • AD Haute-Marne : 3P 1292. Matrices cadastrales.

    Archives départementales de la Haute-Marne, Chamarande-Choignes : 3P 1292
  • AD Haute-Marne : 130S 42. Chamouilley. Moulins et usines.

    Archives départementales de la Haute-Marne, Chamarande-Choignes : 130S 42
Bibliographie
  • BEGUINOT, Pierre. Une grande industrie haut-marnaise disparue : la production de la fonte et du fer. Chaumont, 1979. 293 [263] pages.

    p. 126, 128