Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Usine métallurgique Mineur frères et Wilmot dite Les Forges de Vireux, puis Hauts Fourneaux de la Chiers, puis Usinor, actuellement pépinière d'entreprise

Dossier IA08000626 réalisé en 2007

Fiche

Appellations Mineur frères et Wilmot dite Les Forges de Vireux, puis Hauts Fourneaux de la Chiers, puis Usinor, actuellement magasin industriel
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, bâtiment administratif d'entreprise, centrale hydroélectrique
Dénominations usine métallurgique
Aire d'étude et canton Ardennes - Givet
Hydrographies Viroin le
Adresse Commune : Vireux-Molhain
Lieu-dit : Vireux
Adresse : rue de l'Aciérie , rue des Crayats , rue de Gorcy
Cadastre : 1983 AC 370, 377, 380 à 382, 384 à 390, 401, 408 ; 1984 B 220, 345, 347, 351, 352, 361, 362, 402 à 404 (Hierges)
Précisions oeuvre située en partie sur la commune Hierges

En 1856, Edmond Gonthier demande l'autorisation d'installer une usine à fer au lieu-dit le Jeu de Balle. Une société est constituée sous le nom Wilmot, Mineur, Gonthier puis Mineur frères et Wilmot après le retrait de Gonthier en 1858. En 1859 l'autorisation est accordée et l'usine mise en marche en 1862 ; elle comporte alors six fours à puddler, deux fours à réchauffer, deux cubilots et des laminoirs. En 1866, un haut fourneau de 16 m est construit pour alimenter l'usine en fonte. Devenue la S.A des Forges de Vireux- Molhain, l'usine comporte en 1914 un haut fourneau de 180 tonnes, deux convertisseurs Thomas de 8 tonnes, trois fours Martin de 16 tonnes, quatre trains de laminage et divers atelier de forge et laminage qui produisent des essieux et bandages de chemin de fer. L'usine produit alors annuellement 120 000 tonnes d'acier, 100 000 tonnes d'acier laminé et 12 000 tonnes de bandages et d'essieux. La Première Guerre mondiale détruit l'outil de production mais l'usine redémarre en 1920. Elle intègre ensuite la S.A des Hauts Fourneaux de la Chiers puis Usinor. La crise du secteur automobile pour lequel elle produisait de la tôle entraîne sa fermeture en 1984 et une grande partie des bâtiments est rasée. En 2005, la base du haut fourneau est détruite pour construire l'extension d'un bâtiment industriel. Les constructions subsistantes datent essentiellement du début du 20e siècle (le grand magasin probablement des années 1950) et sont actuellement occupées par diverses entreprises. En 1862, l'énergie est fournie par huit machine à vapeur alimentées par quatre chaudières. L'usine emploie 285 personnes en 1883, 798 en 1943 et prêt de 1000 à la fermeture.

Période(s) Principale : 2e moitié 19e siècle
Principale : 20e siècle

Site anciennement desservi par une voie de chemin de fer. Les bâtiments de production subsistants ainsi que l'énorme magasin de stockage nord sont en rez-de-chaussée avec des murs en pan de fer hourdé de brique (actuellement la plupart sont bardés de tôle) ; les toits, dont certains sont sommés de lanterneaux, sont à longs pans à charpente métallique couvert de tôle. L'ancien réfectoire et le bâtiment administratif sont construits en parpaing et moellon. A l'écart du site, la centrale hydroélectrique est bâtie en moellon sur le Viroin.

Murs brique
fer
béton
essentage de tôle
pan de fer
parpaing de béton
Toit métal en couverture
Étages 1 étage carré
Couvrements charpente métallique apparente
Couvertures toit à longs pans
lanterneau
Énergies énergie thermique
énergie électrique
produite sur place
produite sur place
achetée
Statut de la propriété propriété d'un établissement public

Annexes

  • On augmente le personnel à Vireux-Molhain, arrondissement de Rocroi, les hauts fourneaux qui depuis leur création n´ont cessé de produire se maintiennent dans leur état de prospérité. Cela tient à leur excellente situation. Placées sur un embranchement de chemin de fer et sur le cours de la Meuse, il n´y en a pas de plus favorisées pour l´arrivage des matières premières et l´écoulement des produits. (...) les ardoisières (...) celles qui sont dans le bassin de la Meuse ont, comme les hauts fourneaux de Vireux, une grande supériorité sur les autres (...).

    Hauts fourneaux de la Chiers (SA), division des forges : forges, aciéries, laminoirs, à vireux-molhain, 798 personnes en novembre 43.

    -pièce 2 : lettre d´Edmond Gonthier, maître de forges, demeurant à Charleroi (Belgique) au préfet des Ardennes, 5 août 1856 : demande l´autorisation d´établir une usine à fer sur le territoire de Vireux-Molhain, au lieu dit le jeu-de-balle, qui se composera de :

    1) un laminoir contenant 2) 3 machines à vapeur, 3) 8 chaudières, 4) 16 fours à puddler, 5) 7 fours à réchauffer, 6) un train ébaucheur, un train à tôles, un train à gros fers, un train à petits fers, une fenderie, 7) 3 cisailles, 8) 2 scies, 9) 1 marteau frontal, 10) 1 presse ; une fenderie de fer contenant 1) 1 machine à vapeur, 2) 1 cubilot.

    -pièce 4 : Affiche, août 1856. Forge projetée à Vireux-Molhain. Demande en permission d´établir une usine pour la fabrication du fer, et le moulage de la fonte en seconde fusion, au lieu-dit le Jeu-de-Balles. Cette usine aura pour moteur 4 machines à vapeur (...) alimentées par 8 chaudières à vapeur. Sa consistance sera de 16 fours à puddler, 7 fours à réchauffer à la houille, un équipage de cylindres, ébaucheurs, un équipage de cylindres pour gros fers marchand et rails, un équipage de cylindres pour petits fers marchand, un laminoir à tôle, une fenderie, une presse, un marteau frontal, 3 cisailles, deux scies, un cubilot, un ventilateur et des tours.

    -pièce 14 : déclaration d´Edmond Gonthier, 8 juin 1858 : déclare que les terrains acquis en juin et septembre 1856 pour l´usine projetée, l´ont été sous l´empire de la société Wilmot, Mineur et Gonthier, maintenant dissoute, et que par suite de cette dissolution, ces terrains sont devenus la propriété de la société Mineur frères et Wilmot qui se trouve au lieu et place de l´acquéreur primitif tant pour la jouissance de ces propriétés que pour la demande en autorisation d´établissement d´usine.

    -pièce 19 : arrêté préfectoral du 3 août 1858 autorisant les sieurs Mineur et Wilmot à faire usage de 12 chaudières à vapeur et 4 machines à vapeur dans leur laminoir de Vireux-Molhain.

    -pièce 21 : demande d´Edmond Gonthier remplacé par Mrs Mineur frères et Wilmot, maîtres de forges à Marchiennes-au-Pont (Belgique), à l´effet d´obtenir l´autorisation d´établir une usine pour la fabrication du fer et le moulage de la fonte en seconde fusion au lieu-dit le jeu de balles.

    -pièce 24 : Plan d´un laminoir à construire à Vireux-Molhain.

    -pièce 31 : Décret impérial, 2 mars 1859 : autorisation accordée.

    -pièce 32 : Plan d´un laminoir à construire à Vireux-Molhain.

    -pièce 33 : Plan de détails du laminoir projeté.

    -pièce 37 : lettre de Mineur frères et Wilmot au préfet, c. 22 octobre 1859 : demandent l´autorisation de construire et d´activer un haut fourneau au coke avec ses dépendances, près des laminoirs et fenderie qu´ils possèdent déjà à Vireux-Molhain. Ce fourneau sera alimenté par une machine à vapeur.

    + idem pour 2 nouveaux fours à réchauffer, 29 mars 1860 (pièce 39).

    -pièce 44 : Affiche, juillet 1860 : Demande en permission d´ajouter un haut-fourneau pour la fusion du minerai de fer, et 2 fours à réverbère de chaufferie à la forge de Vireux-Molhain. Un décret impérial de mars 1859 a autorisé MM. Mineurs frères et Wilmot à établir une usine pour la fabrication du fer et le moulage de la fonte en seconde fusion au lieu-dit le Jeu-de-Balles ; usine dont la consistance a été fixée à 16 fours à puddler à la houille, 7 fours à réchauffer à la houille, 1 cubilot, et les appareils de compression, d´étirage et de soufflerie nécessaires. Les propriétaires demandent, par une pétition non datée, d´en augmenter la consistance : les additions projetées consisteront en un haut fourneau pour la fusion du minerai de fer au coke et 2 fours à réverbère de chaufferie.

    -pièce 48 : Avis de l´ingénieur des mines, 13 novembre 1861 : visite des lieux faite le 29 octobre 1861 : l´usine dont la consistance a été fixée par le décret du 2 mars 1859 se compose de 6 fours à puddler et 2 fours à souder ; 4 grandes chaudières à vapeur, 8 machines à vapeur.

    -pièce 49 : Plan d´ensemble des usines à fer de Vireux-Molhain, c. avril 1862.

    -pièce 67 : décret impérial, 17 février 1866 : autorisation accordée.

    Art. 1er : ...consistance de l´usine fixée ainsi : 1) un haut fourneau pour la fusion du minerai de fer au coke ; 2) un cubilot pour la fabrication de la fonte en 2e fusion ; 3) 16 fours à puddler pour l´affinage de la fonte à la houille ; 4) 7 fours à réverbère de chaufferie à la houille ; 5) les appareils de soufflerie, de compression et d´étirage nécessaires au roulement de l´usine.

  • 20090805522NUCA : Archives départementales des Ardennes, Charleville-Mézières, 8 Fi Vireux-Molhain 38.

    20090805523NUCA : Archives départementales des Ardennes, Charleville-Mézières, 8 Fi Vireux-Molhain 37.

    20090805521NUCA : Archives départementales des Ardennes, Charleville-Mézières, 8 Fi Vireux-Molhain 36.

    20090805462NUCA : Musée de l'Ardenne, Charleville-Mézières

    20090805463NUCA : Musée de l'Ardenne, Charleville-Mézières

    20090805464NUCA : Musée de l'Ardenne, Charleville-Mézières

Références documentaires

Documents d'archives
  • F14 4284-4299, Dossier 79, 68 pièces.

  • AN, F12 9429, le fonds de l' OCRPI période 1940-1949.

Documents figurés
  • AN, F12 4476 C, Dossier II- Départements A à L, Sous-dossier : Ardennes : Pièce sans numéro.

Périodiques
  • COLINET, René. Les Forges de Vireux-Molhain. Aux origines d'un site récemment disparu. Ardenne Wallone, n°63, 1995.

    p. 37-48