Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Usine métallurgique, puis usine de petite métallurgie René-Laurent, puis Laurent Fils

Dossier IA08000454 réalisé en 1985
Appellations usine métallurgique, puis usine de petite métallurgie René-Laurent, puis Laurent Fils
Parties constituantes non étudiées entrepôt industriel, logement patronal, bassin de retenue, cour, atelier de fabrication
Dénominations usine métallurgique, usine de petite métallurgie
Aire d'étude et canton Ardennes - Bogny-sur-Meuse
Hydrographies Ours l'
Adresse Commune : Les Hautes-Rivières
Lieu-dit : Linchamps
Adresse : 1 rue des Hubiets
Cadastre : 1982 AH 175, 178, 189

Une forge est mentionnée avant 1573, alors exploitée par Jean David ; c'est une des plus importantes de la principauté de Château- Regnault. Les bâtiments passent au roi de France en 1629, puis sont vendus à des particuliers. Artus de la Mine, propriétaire majoritaire, fait reconstruire le fourneau en 1648. Après sa faillite, la forge est rachetée par Gérard Coulon. En 1701, il cède l'établissement à son fils Edmond, grand maître des eaux et forêts, qui en cesse l'exploitation vers 1720. En 1822 Jean-Baptiste Lagard, fabricant de clous à Charleville, reconstruit un haut fourneau, une forge et une fenderie. Il installe dans la grande halle, équipée de deux roues hydrauliques à chacune des extrémités, un haut fourneau, deux feux d'affinerie, un gros marteau et une fenderie. Il rétablira aussi l'usine du Cerisier. La production alimente les grandes clouteries mécaniques des Lagard à Charleville. Le haut fourneau fonctionne jusqu'en 1870, puis l'usine est convertie en ferronnerie et boulonnerie jusqu'au début des années 1960, sous la raison sociale René Laurent, puis Laurent frères. Aujourd'hui, les deux halles subsistent dans leur forme d'Ancien Régime ; des poteaux en fonte intérieurs ont été ajoutés au 19e siècle, ainsi qu'un lanterneau au-dessus de la halle de forge. La maison du régisseur a été reconstruite dans la première moitié du 20e siècle. L'usine emploie 62 ouvriers en 1926, puis 50 dix ans plus tard, 24 en 1942.

Période(s) Principale : Temps modernes
Principale : 19e siècle
Principale : 1ère moitié 20e siècle

Le site présente une halle de forge et un logement disposés de chaque côté d'une cour, et une halle à charbon de l'autre côté de la route. Il est alimenté par un bassin de retenue situé au sud et par un cours d'eau ; les installations hydrauliques ont disparu. Les murs des halles sont en moellon de schiste y compris pour les encadrements de fenêtres. La toiture, à demi-croupe, comporte un lanterneau sur la halle de forge ; celle de la halle à charbon descend très bas ; la couverture est en tuiles mécaniques. Les charpentes sont massives et en chêne et couvertes d'ardoise ; l'étage est supporté par huit piliers en fonte pleine. Le logement est en béton (faux pan de bois), couvert d'ardoise et présente une toiture à croupe.

Murs schiste
brique
béton
faux pan de bois
moellon
Toit tuile mécanique, ardoise
Étages 1 étage carré
Couvrements charpente en bois apparente
Couvertures toit à longs pans
croupe
lanterneau
demi-croupe
Énergies énergie thermique
énergie hydraulique
produite sur place
États conservations établissement industriel désaffecté, remanié
Statut de la propriété propriété privée
Éléments remarquables atelier de fabrication

Annexes

  • 20090803119NUCA : Archives Nationales, F 14.

    20090802321NUCA : Collection particulière

    20090802322NUCA : Collection particulière

    20090802323NUCA : Collection particulière

Références documentaires

Documents d'archives
  • AN. Série F14 : 4294.

    dossier 58 : usine à fer Linchamp (1821 - 1852)
  • AD, A7, A9, A11 et A14.

  • AD, E 1059 et E 1060.

Bibliographie
  • SCHMITTEL (?) J.-M. Monographie de Hautes-Rivières, Revue Historique Ardennaise, 1977.