Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Verrerie Charbonneaux, puis B.S.N

Dossier IA51000200 inclus dans Généralités réalisé en 1988

Fiche

  • Conciergerie et bureaux vus depuis l'ouest
    Conciergerie et bureaux vus depuis l'ouest
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • bureau
    • salle des machines
    • atelier de fabrication
    • magasin industriel
    • château d'eau
    • silo
    • atelier de réparation
    • conciergerie
    • stationnement
    • hangar industriel

Dossiers de synthèse

Appellations dite verrerie Charbonneaux, puis B.S.N.
Parties constituantes non étudiées bureau, salle des machines, atelier de fabrication, magasin industriel, château d'eau, silo, atelier de réparation, conciergerie, stationnement, hangar industriel
Dénominations verrerie
Aire d'étude et canton Marne - Reims 7
Hydrographies Aisne ... la Marne canal de l'
Adresse Commune : Reims
Adresse : 69 rue Albert Thomas
Cadastre : 1974 EH 138

Pol Charbonneaux fait construire la verrerie entre 1870 et 1872 pour fabriquer des bouteilles. 10 millions de bouteilles sont produites en 1882 et la fabrication d'isolateurs en verre commence en 1906. L'usine est en partie détruite pendant la Première Guerre mondiale et reconstruite quelques années plus tard. Charbonneaux fusionne avec Souchon Neuvesel en 1931 et l'usine appartient à B.S.N. depuis 1966. La société s'intitule B.S.N. depuis 1983. Le four 1 est arrêté la même année et l'usine ne fonctionne alors plus qu'avec deux fours. Lors du complément d'enquête, en 2013, l'usine se trouve toujours en activité. Le premier four à bassin Siemens est introduit en 1876. Six fours à bassin fonctionnent dans l'usine en 1921. La machine à boucher adaptée à la fabrication des bouteilles champenoises est utilisée de 1923 à 1933, alors que le soufflage à la canne disparaît en 1932. En 1954 l'usine est équipée de 6 machines lynch et inaugure le plus grand four d'Europe en 1963. Dès son installation, la verrerie possède un très grand parc de logements. En 1947, 700 ouvriers sont employés chez Charbonneaux. Existence d'un fonds d'archives privées.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle

Site desservi par voie navigable. La conciergerie, construite en brique et enduit, comprend aussi une bibliothèque et une infirmerie. De nombreux bâtiments, à l'image des bureaux, ont été restaurés et ont changé de fonction. Les quatre silos accolés, de construction récente, sont en béton armé.

Murs métal
pierre
brique
béton
enduit
moellon sans chaîne en pierre de taille
pan de fer
Toit tuile mécanique, béton en couverture, ciment amiante en couverture, tôle ondulée
Étages 2 étages carrés
Couvrements charpente en bois apparente
charpente métallique apparente
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures terrasse
toit à longs pans
toit bombé
appentis
lanterneau
croupe
Énergies énergie thermique
énergie électrique
Typologies arc segmentaire, baie rectangulaire, oculus
États conservations restauré
Statut de la propriété propriété privée
Éléments remarquables machine de production

Annexes

  • Verrerie Charbonneaux-B.S.N. Historique de l´entreprise depuis sa fondation jusqu´à nos jours. In M. André et M. de Paepe, La verrerie champenoise Charbonneaux B. S . N. [S.l.] : éd. de la Manufacture, 1984, (Coll. La France industrielle), p. 105-108 :

    1870 : Fondation de la verrerie de Cormontreuil par M. Pol Charbonneaux rejoint par M. Firmin Charbonneaux, son cousin. La verrerie s´appellera ''Pol et Firmin Charbonneaux''. Retardée par la guerre, la production ne peut démarrer qu´en 1872 dans le four à pots par la fabrication de bouteilles dites ''Champenoises''.

    Trois autres fours seront construits par la suite.

    1876 : Mise au point du four à bassin Siemens, troisième du genre en France à cette époque. Il sera suivi par 3 autres fours à bassins qui fonctionneront jusqu´en 1914.

    1882 : La production est de 10.000.000 bouteilles par an.

    1883 : Entrée dans la société de M. Emile Charbonneaux, fils de M. Firmin Charbonneaux.

    1889 : Décès de M. Firmin Charbonneaux.

    1891 : M. Jacques Meunier entre dans l´entreprise comme ingénieur-conseil puis comme directeur.

    1902 : A la retraite de M. Pol Charbonneaux, son fils M. Adolphe Charbonneaux rentre dans la société.

    1906 : Démarrage de la fabrication des isolateurs en verre ; la verrerie Charbonneaux sera une des premières usines au monde à fabriquer en verre ce genre de matériel.

    La production s´élargira à différents modèles avant la guerre de 1914 et prendra une part de plus en plus importante dans la production française.

    1914-1918 : Durant la guerre, Reims souffre des bombardements et oblige la famille Charbonneaux à replier l´activité de la verrerie vers Decize (Nièvre) afin de continuer la production de bouteilles.

    Après la guerre, à la suite des destructions des verreries de Courcy et de Loivre, une nouvelle société est formée qui regroupe Loivre, Courcy, Decize et Reims, appelée ''groupe Charbonneaux''.

    Par la suite, toute la production sera concentrée à Reims

    1921 : M. Jacques Vignes, gendre de M. Emile Charbonneaux, entre dans la société.

    A partir de cette période, l´usine comprend 6 fours à bassin, et le soufflage des bouteilles à la canne commence à péricliter, compte-tenu de l´absence d´ouvriers spécialisés dont un nombre important (104) fut tué au cours de la guerre 1914-1918.

    1923 : Introduction des machines Boucher adaptées à la production des bouteilles champenoises. Commandée à la main, cette machine répond aux demandes du marché et fonctionnera durant 10 ans, tandis que le soufflage à la canne disparaît progressivement pour s´arrêter définitivement en 1932.

    1929 : Arrivée de M. Georges Clignet

    1931 : Fusion de Groupe Charbonneaux et Souchon Neuvesel.

    Installation de la première machine Lynch au Four 6, d´après l´exemple américain, qui automatise complètement la production.

    Les résultats sont remarquables et aboutissent à une baisse des coûts de production.

    Pour permettre l´installation de la Lynch 10, on construit une centrale de gazogènes et des gaines de recuisson.

    Dans les années suivantes, on installe d´autres machines Lynch permettant une production journalières de 80.000 bouteilles à laquelle s´ajoute les isolateurs.

    1936 : Entrée dans la Société de M. François Thienot, petit-fils de M. Emile Charbonneaux.

    Grèves et manifestations se déroulent au sein de l´usine à l´arrivée du Front Populaire au pouvoir.

    1939 : Décès de M. Jacques Meunier.

    1947 : Décès de M. Emile Charbonneaux et arrivée de jeunes ingénieurs.

    A cette époque, s´effectue la mise au point, puis la fabrication des isolateurs suspendus en verre trempé. Cette réussite technologique permet de progresser sur les marchés français et étrangers.

    Sept cents personnes travaillent sur 90.000 m2 (dont 30.000 couverts) au cours de ces années.

    1952 : Les Verreries Charbonneaux reprennent les productions de la verrerie de Folembray. D´autre part, des licences de fabrication sont données à des industries étrangères, notamment en Italie et au Brésil.

    1953 : Augmentation du capital dont une part est souscrite par Souchon-Neuvesel ; malgré sa transformation en Société Anonyme, la verrerie Charbonneaux conserve son caractère familial.

    1954 : L´usine est équipée de 6 machines Lynch et installation de la première automatique à isolateurs.

    1958 : La chaine de production d´isolateurs trempés est entièrement automatisée.

    Création de la Société Française Nord Verre avec la participation de Souchon-Neuvesel qui comprend les usines de Masnières, Fourmies et Reims.

    1959 : Abandon de la production des isolateurs à Reims. Cette fabrication est transférée à Saint-Yorre (Allier).

    1963 : Inauguration du Four 2102 m2 le plus grand d´Europe. Il est équipé d´une R7 et de 4 Lynch.

    En 1965, démarrage du Four 3 équipé de 2 R7 et de 3 Lynch.

    Progressivement les Lynch sont remplacées par des R7 et des IS (en 1967).

    1964 : La société Nord Verre est intégrée au groupe Souchon-Neuvesel qui fusionnera en 1966 avec Boussois, devenant B.S.N.

    1973 : B.S.N fusionne avec Gervais-Danone est devient BSN-GD.

    1983 : La société s´intitule désormais B.S.N.-Groupe.

    Arrêt du Four 1.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Marne : Fi. Iconographie.

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : Fi
  • AD Marne : 31X 360. Logements insalubres, établissements insalubres, dangereux ou incommodes. Reims. Charbonneaux (dépôt de pétrole, 1894) ; Charbonneaux (extraction d'huiles, 1872-1873).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 31X 360
  • AD Marne : 31X 422. Logements insalubres, établissements insalubres, dangereux ou incommodes. Reims. Société des verreries Charbonneaux (dépôt de gas-oil, 1932-1934) ; idem (dépôt de mazout, 1937-1938) ; Société française des Verreries Mécaniques Champenoises (four, 1937 [1931]) ; idem (entrepôt, 1933).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 31X 422
Bibliographie
  • ANDRE, M., PAEPE, M. de. La verrerie champenoise Charbonneaux B.S.N. [S.l.] : Ed. La Manufacture, 1984 (coll. La France industrielle). 279 pages.

  • FIEROBE, Nicole. Verre et cristal en Champagne-Ardenne. [S.l.] : ORCCA, Castor & Pollux, 2000. (Coll. Histoire et modernités). 120 p.

  • FIEROBE, Nicole. La tradition verrière dans la Marne. In ASSOCIATION POUR LE PATRIMOINE INDUSTRIEL DE CHAMPAGNE-ARDENNE, DOREL-FERRE Gracia (dir.). Les arts du feu en Champagne-Ardenne et ailleurs : Actes du colloque international de l'APIC (Reims, décembre 2004). Reims : SCEREN-CRDP Champagne-Ardenne, 2008, p. 52-58.

    p. 56
Périodiques
  • Le Monde Illustré, 25 septembre 1920.

  • FIEROBE, Nicole. Emile Charbonneaux, Maître de verrerie rémois sous la IIIe République. Mémoires de la Société d'agriculture, commerce, sciences et arts du département de la Marne, 2000, t. 115, p. 209-238.

    p. 209-238