Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 3 sur 3 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Église paroissiale Saint-Laurent-de-Beine de Beine-Nauroy
    Église paroissiale Saint-Laurent-de-Beine de Beine-Nauroy Beine-Nauroy - place de la mairie - en village - Cadastre : 2014 G 01 97
    Historique :
    ; les bas-côtés sont reconstruits vers 1870. La nef, le clocher et les bas-côtés ayant été détruits lors de la première guerre mondiale, ils sont remis en état de 1923 à1925, de même que le transept, le
    Référence documentaire :
    Église de Nonroy (Champagne). (Musée Hôtel Le Vergeur. C3E n°452) Église de Nonroy (Champagne ) / Auteur inconnu del. ; Thierry Frères sculpt. [s.d.]. 1 est. : lithogr. : en noir. (A Musée Hôtel Le
    Représentations :
    gothique à feuilles et crochets, dont certains sont d’origine et d’autres des copies de la restauration. Le
    Description :
    reposent sur des piliers carrés à imposte moulurée. Le transept est saillant, ses bras sont voûtés d’ogives à nervures saillantes, comme l’est sa croisée. Le clocher s'élève sur la croisée du transept, et il est accessible par un escalier depuis son bras sud. Le chevet est plat et son abside voûtée d’ogives.
    Texte libre :
    chœur et le clocher. La maîtrise d'œuvre est assurée par Pierre Cousin et François Le Sebuze construction de l'église au 12e siècle. Le transept et le chevet sont postérieurs. En 1740-1741, d'importants nef et les bas-côtés, d'autre part par les décimateurs et les religieux de Saint-Remi de Reims sur le utilisée en couverture sur le sanctuaire et en remplacement du plomb sur le clocher. On reconstruit le beffroi en chêne ; l'ancienne girouette est remplacée par une croix ou un coq surmontant une boule, le nef, le clocher et les bas-côtés sont détruits. Dès 1921, les travaux de déblaiement et de état pour que le culte puisse reprendre, mais dès 1924-1925, l’architecte en chef des Monuments , portant sur la nef, les bas-côtés, le transept, le chœur, les chapelles, la sacristie et les ouvrages destruction (MAP, 81/51/0012/0025-175). Il est rendu possible par le triage des pierres réalisé en 1921 style gothique. En outre, l’architecte Haubold prend le parti supposé de l’église romane d’origine
    Illustration :
    Nef, vue vers le chœur / Henri Deneux. IVR21_20165113663NUC Nef vers le chœur. IVR21_20165113675NUCA
  • Verrières figurées et verrières décoratives (baies 0 à 20, 100 à 110)
    Verrières figurées et verrières décoratives (baies 0 à 20, 100 à 110) Beine-Nauroy - place de la mairie - en village - Cadastre : 2014 G 01 97
    Historique :
    dédiés à trois pilotes, deux morts lors d'une bataille aérienne entre les villages de Beine et Nauroy, le 15 mars 1916 et le troisième tombé en août 1918.
    Représentations :
    Dieu le Père représentation humaine scène biblique figure biblique saint Jacques le Majeur figure biblique saint François d'Assise figure biblique Baie 0 : Le Christ sous la forme du Bon Pasteur, porte sur ses épaules en la caressant la brebis retrouvée, tandis qu'à ses pieds, deux brebis semblent envier le sort de leur compagne. Baie 1 : Saint Jacques le Majeur, patron du Comte Decazes, encourage un héros à prendre place dans l'avion, dont on aperçoit l'hélice dans la partie supérieure. Baie 2 : Saint François d'Assise, patron de l'aviateur au Seigneur en lui présentant le crucifix (dans la partie supérieure : gouvernail d'aéroplane). Baie sa vertu et à sa vaillance. Baie 4 : Saint Jean-Baptiste prêchant dans le désert, saint patron de l'ancienne annexe de Beine, la paroisse de Nauroy. Baie 100 : Dieu le Père éternel tenant le monde dans sa
    Annexe :
    eut lieu le 15 mars 1916, dans la direction de Nauroy. Un avion français obligeait un aéroplane venait de s'abattre sur le sol. Le lendemain, un autre aéroplane français venait sur les lieux du combat vinrent prier sur les tombes du Comte Jacques Decazes et de son compagnon François Lefebvre. Les deux de la route de Beine. Le 15 août 1918, mourait pour la France, un autre aviateur, séminariste, l'abbé Joseph Delin. C'était le neveu de l'abbé Delin, ancien précepteur de Jacques Decazes, alors Préfet des . Pour commémorer le souvenir des 3 aviateurs, les familles voulaient offrir plusieurs vitraux à l'église joie de pouvoir doter l'édifice de vitraux en rapport avec son style du XVIIe siècle. Dès le mois de l'architecte, les familles, le dessinateur et l'abbé Marion curé de Beine. M. Magne s'adresse à M. Louis Leglise, peintre verrier à Paris, pour la coloration des verres et la mise en plomb. Avec le mois de destinées à retenir les panneaux. Le même ouvrier qui avait posé les vitraux à Paris, lors de l'exposition
    Illustration :
    Baie 1 : Saint Jacques le Majeur. IVR21_20165113694NUCA Baie 2 : Saint François d'Assise. IVR21_20165113695NUCA Baie 100 : Dieu le Père éternel. IVR21_20165113698NUCA
  • Présentation des objets mobiliers de l'église Saint-Laurent de Beine de Beine-Nauroy
    Présentation des objets mobiliers de l'église Saint-Laurent de Beine de Beine-Nauroy Beine-Nauroy - place de la Mairie - en village - Cadastre : 2014 G 01 97
    Annexe :
    Liste supplémentaire CHOEUR Fauteuil de célébrant : dans le chœur ; en bois et velours rouge ; 20e , dans le chœur ; 1er quart du 20e siècle ; h = 150 ; la = 90 ; pr = 25. Plaque de donation (verrières ont été offerts en souvenir de Jacques Louis Elie, comte Decazes de Glucksbierg et François Léon Eugène Lefebvre glorieusement tués à l'ennemi à Beine le 15 mars 1916." h = 38 ; la = 70 ; pr = 4 centre, Vierge sur satin peint ; mauvais état ; h = 120 ; la = 55. Chemin de croix : en pierre noire, le commémorative : dans le transept Nord, contre le mur Nord ; pierre, marbre et ardoise, dessin peint en or ; dédié aux soldats de la première guerre mondiale, représentant une Pietà, signé H. M. Magne ; sur le , datant de 1670 ; h = 85 ; la = 70 ; pr = 12. 2 piscines encastrées dans le mur du chœur et de la . Dans le chœur : piscine rectangulaire avec une cuve quadrilobée, surmontée d'une étagère rapportée ; h = 87 ; la = 58 ; pr = 41. SACRISTIE Meuble de sacristie : encastré dans le mur Est de la sacristie
    Texte libre :
    par leur antiquité et leur qualité esthétique : fonts baptismaux du 12e siècle classés le 10/06/1905 , Christ aux Liens inscrit le 1/02/1977 (MAP, OM 51/034), mais ce dernier ne figure pas dans les inventaires de 1905, 1906 ou encore de 1948. De même, le reliquaire des cendres de saint Laurent en métal n'apparaît pas avant l’enquête canonique de 1948 (AD de la Marne, 7 J 21), alors que le récolement de 1905 et l’inventaire de 1906 indiquent un reliquaire en bois blanc. Le 4/01/1915, un vitrail en médaillon de sainte difficile de le certifier tant la production de statues en plâtre fut intensive avant et après la première
1