Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 6 sur 6 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Usine métallurgique, puis usine de petite métallurgie René-Laurent, puis Laurent Fils
    Usine métallurgique, puis usine de petite métallurgie René-Laurent, puis Laurent Fils Les Hautes-Rivières - Linchamps - 1 rue des Hubiets - en village - Cadastre : 1982 AH 175, 178, 189
    Historique :
    vendus à des particuliers. Artus de la Mine, propriétaire majoritaire, fait reconstruire le fourneau en 1648. Après sa faillite, la forge est rachetée par Gérard Coulon. En 1701, il cède l'établissement à -Baptiste Lagard, fabricant de clous à Charleville, reconstruit un haut fourneau, une forge et une fenderie . Il installe dans la grande halle, équipée de deux roues hydrauliques à chacune des extrémités, un Cerisier. La production alimente les grandes clouteries mécaniques des Lagard à Charleville. Le haut 19e siècle, ainsi qu'un lanterneau au-dessus de la halle de forge. La maison du régisseur a été
    Référence documentaire :
    dossier 58 : usine à fer Linchamp (1821 - 1852) AN. Série F14 : 4294. SCHMITTEL (?) J.-M. Monographie de Hautes-Rivières, Revue Historique Ardennaise, 1977.
    Description :
    à charbon de l'autre côté de la route. Il est alimenté par un bassin de retenue situé au sud et par schiste y compris pour les encadrements de fenêtres. La toiture, à demi-croupe, comporte un lanterneau sur la halle de forge ; celle de la halle à charbon descend très bas ; la couverture est en tuiles toiture à croupe.
    Illustration :
    Usine métallurgique de Linchamps, vue générale (l'ancien haut-fourneau et sa halle à charbon sont Vue de la halle à charbon depuis la chaussée. IVR21_19860800028Z Le logement patronal construit dans la première moitié du 20e siècle est situé face à l'ancien haut La halle à charbon située de l'autre côté de la rue. La façade a été remaniée Façade nord de la halle à charbon. IVR21_20090802332NUCA Rez-de-chaussée. Le grand bâtiment a successivement été occupé par une forge puis par un local
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Usine de décolletage des Etablissements Manquillet-Pigeot, puis Manquillet et Bertrand, actuellement usine métallurgique Manquillet-Parizel et Cie
    Usine de décolletage des Etablissements Manquillet-Pigeot, puis Manquillet et Bertrand, actuellement usine métallurgique Manquillet-Parizel et Cie Les Hautes-Rivières - Sorendal - 26 rue de l' Industrie - en village - Cadastre : 1982 AP 415, 417 à 420, 427 à 429, 431, 432
    Historique :
    associé M. Bertrand. Elle change de raison sociale en 1934 pour devenir Manquillet et Bertrand. L'activité pour les mines de Lorraine. Puis Robert, fils de Georges Manquillet, reprend l'entreprise à partir de de fer. Les bureaux sont construits en 1960. La construction des ateliers de fabrication est due à l ´architecte Lhuillier dans les années 1960 à 1975. Représentant de la troisième génération, Christian
    Description :
    Les bureaux d'angle ouvrant le site comportent un soubassement de moellon de schiste et des murs à trois travées dont l'espace est d'un seul tenant. La charpente est métallique, les murs à essentage de parc des aciers, sous appentis à toiture de ciment amiante. Le logement patronal est situé au sud de la Manquillet, elle se trouve face à la sortie de l'usine, rue de la Gravelle.
    Localisation :
    à 420, 427 à 429, 431, 432
    Illustration :
    Usine Manquillet et Bertrand, Les Hautes-Rivières : forgeage estampage, à côté le four artisanal Usine Manquillet et Bertrand, Les Hautes-Rivières : mouton à col de cygne. [195. ?]. 5 photogr Cour intérieure, au fond les murs à essentage de tôle des ateliers de fabrication Entrée des expéditions et des matières premières au sud-ouest du site. A gauche le tracé de Machine à forger horizontale : la barre est prise entre deux matrices, un poinçon (bouterolle Vue sur les logements ouvriers, petite cité située face à l'entrée de l'usine
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Usine de décolletage et d'estampage Barré-Servais et Cie
    Usine de décolletage et d'estampage Barré-Servais et Cie Les Hautes-Rivières - 52 rue de la Gare - en village - Cadastre : 2009 AI 102, 104, 112, 113, 391, 409 à 411
    Historique :
    moteur à gaz pauvre. Au décès de Léon Barré, M. Daumont son gendre, devient gérant. En 1959, l'entreprise des fours à fuel, énergie de l'époque. Dans les années 1990, la Société Barré-Servais achète les
    Description :
    discontinu soutenu par des poteaux en fonte. Occupé par l'atelier de finition, il est accolé à un atelier de métallique. Le parc acier est attenant sous appentis à couverture de tôle ondulée et murs à essentage de tôle
    Localisation :
    , 409 à 411
    Illustration :
    Vue générale sur les bâtiments Dauxin et la cité ouvrière à gauche. IVR21_20090800235NUCA Presse à friction et four. IVR21_20090800242NUCA Hangar industriel : le parc à fer. IVR21_20090800245NUCA Tonneau à décaper : procédé pour enlever la calamine présente sur des pièces forgées ou pour
    Couvertures :
    toit à longs pans toit à deux pans
  • Usine de petite métallurgie des Etablissements Robert Badré, puis Jean-Claude Badré, actuellement Yvon Badré
    Usine de petite métallurgie des Etablissements Robert Badré, puis Jean-Claude Badré, actuellement Yvon Badré Les Hautes-Rivières - 44 rue du Comodo - en village - Cadastre : 1982 AM 262
    Historique :
    boutique (petite usine) tenue par M. Renneville, façonnier et artisan. Gérée par Robert Badré à partir de dirigée depuis 1964 par Yvon Badré, encadré de ses fils à partir de 1994. L'entreprise est spécialisée et la quincaillerie, en acier, inox, laiton, cuivre de 2 g à 250 g. Elle compte 4 employés en 2009.
    Illustration :
    Le long des ateliers, la cour, à gauche l'ancienne petite usine du façonnier. IVR21_20090800219NUCA
    Couvertures :
    toit à longs pans toit à deux pans
  • Cloche
    Cloche Les Hautes-Rivières - Linchamps - en écart
    Inscriptions & marques :
    Transcription : J'AI ETE BENITE PAR M. BAUDET CURE DES HAUTES RIVIERES ET DE LINCHAMPS. J'AI EU MARIE JEANNE / FONDERIE DE LOISEAU LIEGAULT A MEZIERES / FONDUE EN 1857.
  • Présentation des objets mobiliers de l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste de la commune de Hautes-Rivières (Les)
    Présentation des objets mobiliers de l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste de la commune de Hautes-Rivières (Les) Les Hautes-Rivières - en village
    Historique :
    à l'Enfant ou de saint Jean-Baptiste). L'église conserve également une pierre d'autel du 16e et une
    Annexe :
    Liste supplémentaire : - bas-relief de la Vierge à l'Enfant, plâtre, offert par M. Badre, signé FB , 1953, h=121 (A) - demi-relief profil du Christ, plâtre, offert par F. Badre, 1954, h=65 (B) - 2 =30 (L) - exposition, bois peint, 19e siècle, h=96 (M) - harmonium, bois, ALPHONSE RODOLPHE, limite
1