Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 9 sur 9 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Verrière à personnages et héraldique (chapelle latérale sud du chœur) : Écus armoriés ; Saint Paul
    Verrière à personnages et héraldique (chapelle latérale sud du chœur) : Écus armoriés ; Saint Paul Les Riceys - Ricey-Bas - en village
    Historique :
    centrale, partie d'un vitrail de 1870 dédié à saint Paul et donné par M. Beau, fabricien. Vitrerie géométrique du 20e siècle en complément. [Données concernant le vitrail 19e, 20e et 21e siècles mises à jour
    Précision dénomination :
    verrière à personnages
    Représentations :
    ornementation : en bordure ornement à forme végétale ornement à forme architecturale ornement à forme géométrique
    Description :
    rectangulaire dans la lancette centrale. Vitrerie à losanges en complément. Verres gravés dans les armoiries du
    Titre courant :
    Verrière à personnages et héraldique (chapelle latérale sud du chœur) : Écus armoriés ; Saint Paul
    Structures :
    verrière à losanges
  • Église paroissiale Notre-Dame-en-sa-Nativité
    Église paroissiale Notre-Dame-en-sa-Nativité Puellemontier - en village - Cadastre : C 71
    Observation :
    Classement 09/07/1909 et Inscription 21/11/1925 (arrêté) annulés. Vitraux classés O. M.
    Représentations :
    Chapiteaux à pampres et feuillages mêlés d'humains et animaux fabuleux. Clefs de voûtes et culots
    Description :
    Sur les vestiges d'une courte nef romane (3 travées, piliers de section carrée à simples tailloirs ) a été bâti un vaste bâtiment de style gothique flamboyant comportant une abside à trois pans et un vaste double transept (piliers de section circulaire et voûtes en pénétration ou à chapiteaux bandeaux ), ces derniers couvert de voûtes d'ogives à liernes, tiercerons et nervures secondaires. La nef et les corbeaux ayant eu autrefois à supporter un porche charpenté. Clocher de croisée à flèche polygonale
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Église paroissiale Saint-Martin
    Église paroissiale Saint-Martin Cliron - place Destrée, P. - en village - Cadastre : 1989 D 69
    Historique :
    L'édifice a été bâti dans la première moitié du 16e siècle (d'après les baies du chœur et la pile à chapiteau nord de la travée d’avant-chœur) ; le collatéral sud a dû être ajouté un peu plus tard. Les et du chœur. Le portail de style classique a été construit au 17e siècle et la sacristie en 1717 comme l'indique la date du lavabo. Elle fut fortifiée vraisemblablement à la fin du 16e siècle ou au 17e
    Observation :
    Eglise fortifiée par le biais de nombreuses bouches à feu et quelques bretèches ; comble-refuge à l'étage du clocher. Par suite d'une fusion des communes de Cliron et Montcornet, l'église a été située
    Description :
    trois vaisseaux à trois travées est précédée par la tour du clocher. Une travée d'avant-choeur est et d'une abside à trois pans. Les murs sont élevés en moellon calcaire de type Romery mais les baies du clocher présente un portail en plein-cintre à agrafe encadré par deux pilastres toscans supportant un entablement dorique et un édicule à niche centrale. Les volumes intérieurs sont voûtés d'ogives à pénétration dans des colonnes. La base des murs comporte de nombreuses ouvertures de tir dont certaines à sont couverts de toits à longs pans, celui de la sacristie par un toit en appentis, l'abside par une
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Annexe :
    La clé de voûte de la 3e travée de la nefporte l'inscription : L. DE LVME / I. PETIT M. DECOL / TARZY OVDAR / E. THOINELE / R. DELVME / M.L. ADAM CVRE DE. CLIRON / I. DE LVME. M. DESCOLECI / DEVANT
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Église paroissiale Saint-Remy
    Église paroissiale Saint-Remy Viel-Saint-Remy - rue Devant l'église - en village - Cadastre : 1997 C 360
    Historique :
    , elle fut donc jugée apte à être conservée). Restaurations en 1821 et 1894 suivant un devis établi par l pierre de taille de Lérouville). Au Moyen Age, l'église appartenait à l'abbaye Saint-Rémi de Reims.
    Observation :
    Choeur fortifié par le biais d'ouvertures de tir à la française et deux échauguettes.
    Référence documentaire :
    H 23 ; H 28 ; M 1 ; M 6 ; M 7 Archives communales Archives départementales des Ardennes, Archives
    Description :
    nord-est. Elle présente un plan allongé. La nef à trois vaisseaux de trois travées est suivie par le d'une abside à trois pans. Le clocher en charpente de plan carré est campé au faîtage de la nef, à en petit et moyen appareil ; la nef comporte une maçonnerie enduite à faux-joints avec chaîne en encadré par deux pilastres toscans soutenant un fronton triangulaire ; de modestes portails à linteau défensives avec des ouvertures de tir (le choeur présente également des canonnières à la française dont des parties 13e siècle retombent sur des piliers (soutenant également des arcs brisés) à colonnettes à chapiteau et celles des parties 16e siècle sont à pénétration dans des colonnes à bases prismatiques. La nef comporte de hautes arcades de style classique à agrafes. L'ensemble des couvertures de l'édifice est en ardoise. La nef, la travée droite du choeur et les bras du transept sont couverts de toits à longs pans appentis et le clocher par un toit en pavillon surmonté d'un lanternon à dôme.
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Église paroissiale Saint-Eloi
    Église paroissiale Saint-Eloi Lépron-les-Vallées - en village - Cadastre : 1988 AC 79
    Historique :
    la nef, pourraient dater du 16e siècle. Le reste de la nef est un peu plus récent et a été élevé dans fortification de l'édifice par le biais d'une tourelle a vu le jour en 1595 mais on ne sait s'il se concrétisa
    Référence documentaire :
    Vaux-Villaine M 4 Archives communales Archives départementales des Ardennes, Archives communales
    Description :
    posé sur le faîtage. La nef à vaisseau unique est suivie sans interruption stucturelle par le choeur à le choeur. L'édifice ne comporte qu'un seul niveau percé de baies de petites à moyennes dimensions et polygonale ; la nef et le choeur sont couverts par un toit à longs pans et la sacristie par un toit en
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Église paroissiale Saint-Brice
    Église paroissiale Saint-Brice Sury - en village - Cadastre : 1982 B2 51
    Historique :
    l'église actuelle qui a fait l'objet d'une visite en 1559. En 1696, une autre visite informait qu'elle
    Référence documentaire :
    M 1 ; M 2 Archives communales Archives départementales des Ardennes, Archives communales, AC.
    Description :
    L'église Saint-Brice est implantée au centre du village. Elle présente un plan allongé. La nef à vaisseau unique est suivie par le choeur composé d'une travée droite et d'une abside à trois pans. Le -cintre. La nef est plafonnée et le choeur est voûté d'ogives à six quartiers. L'ensemble des couvertures de l'édifice est en ardoise. La nef, la sacristie et le choeur sont couverts par un toit à longs pans
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Église paroissiale Notre-Dame
    Église paroissiale Notre-Dame Nouvion-sur-Meuse - R.D. 34 - en ville - Cadastre : 2013 AC 364
    Historique :
    l'avant-dernier contrefort nord datent du début du 13e siècle d'après les chapiteaux à crochet conservés au revers du chevet. Le reste de l'édifice a été reconstruit dans les années 1520-30. Une campagne des murs gouttereaux, construction d'un édifice dans l'angle sud-est à usage de sacristie au rez-de -chaussée et d'une pièce refuge avec cheminée à l'étage. Le clocher a dû être édifié à la fin du 17e siècle (des ouvertures sur son flanc nord peuvent faire penser à des éléments défensifs). Partie supérieure du
    Observation :
    Edifice assez puissamment fortifié notamment par le biais d'une tour carrée dont le comble a été
    Référence documentaire :
    pp. 12-17 Inventaire des cuves baptismales recensées de 1963 à 1965. Etudes ardennaises, 1966, n °47 PLAT-TAINTURIER, Claude. Inventaire des cuves baptismales recensées de 1963 à 1965. Etudes
    Représentations :
    Des armoiries sont peintes sur une colonne du choeur : de gueule à deux peignes d'argent . Chapiteaux à crochet au mur du chevet.
    Description :
    légèrement orientée au nord-est. Elle présente un plan allongé. La nef à trois vaisseaux de trois travées est étage était à usage de salle refuge avec cheminée et l'escalier en équerre pour y accéder est inscrit percés de baies à remplage peu développées. Des arquebusières sont ménagées à la base ou au sommet des portails latéraux de la nef. Le clocher comporte un portail à linteau à plate-bande formant fronton polygonal à trois pans surmonté d'une niche, l'ensemble étant encadré par des pilastres toscans. Les volumes intérieurs sont voûtés d'ogives (à liernes et tiercerons pour la première travée de la chapelle sud) à pénétration soutenues par des arcades en arc brisé et des colonnes à bases prismatiques. L'ensemble des couvertures de l'édifice est ardoise. La nef et la sacristie sont couvertes de toits à longs pans (à croupe
    Annexe :
     : P. GOUVENEAUX (...) LE NOTRE M[AITRE] N. COTREAU CURE.
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Verrière hagiographique et décorative (bras sud du transept) : Saint Maur, saint Etienne
    Verrière hagiographique et décorative (bras sud du transept) : Saint Maur, saint Etienne Villiers-Herbisse - en village
    Inscriptions & marques :
    L'inscription narrative située sous la scène de la lancette gauche (SAINT MAUR) à été restaurée au ) : A L'honneur de St Etienne et de St Maure / La Fabrique a Restauré ce vitrail 1879 (panneau inférieur de la lancette gauche) ; Restauré par M. ERDMANN Artiste / peintre-s-verre 37 Cité des fleurs 17e
    Historique :
    ). Cette restauration a été financée par le conseil de fabrique de la paroisse. [Données concernant le vitrail 19e, 20e et 21e siècles mises à jour en 2015-2016.]
    Référence documentaire :
    Villiers-Herbisse AD Aube. V 213. Canton d'Arcis-sur-Aube : secours à des communes pour : secours à des communes pour construction ou réparation des édifices de culte (1890-1905). Villiers-Herbisse AD Aube. V 229. Mobiliers des églises, secours pour acquisition d'objets à d'objets à l'usage du culte (1880).
    Représentations :
    ornementation : en encadrement ornement à forme architecturale coquille médaillon à l'antique
    États conservations :
    se trouvant au tympan a eu sa partie gauche entièrement refaite au 19e siècle. Constat en 2015
    Annexe :
    été passé entre le trésorier et M. Erdmann le 9 août 1879). Réception des vitraux restaurés à Villiers Mobiliers des églises, secours Secours accordé par le ministère des cultes à la fabrique de et M. Erdmann pour la restauration des vitraux de l'église. Il sera pourvu au paiement de cette dépense montant à 1000 francs au moyen de 1°) une somme de 400 fr dont dispose la fabrique, 2°) d'un francs sur les fonds de l'Etat”. + 350 francs de divers dons à la fabrique. (la date du marché n'est pas garantir les verrières, châssis en fer rond de 0,020 de diamètre maintenus par des pattes à scellement , pesant ensemble 75 kgs, pour la somme de 75 francs. Grillages en fil de fer galvanisé n°5 à 3 torsions comptabilité, cultes. Exercice 1880 : secours à la fabrique de Villiers-Herbisse pour restauration de vitraux de l'église. Il sera pourvu au paiement de cette dépense montant à 1000 francs au moyen d'une somme devra être versée dans la caisse de la fabrique chargée de la surveillance des travaux". (Le marché a
  • Église Saint-Lié de Ville-Dommange
    Église Saint-Lié de Ville-Dommange Ville-Dommange - en village - Cadastre : 2014 AB 213
    Historique :
    nous occupe est construit à la limite des 12e-13e siècles. De cette époque subsiste la totalité de la refait et peut-être qu'à cette époque la rose de la façade est ouverte, ainsi que les portes des bas comprend le transept et la croisée qui a entraîné la destruction partielle de l'abside, une travée vers la place à une nouvelle nef. De même, au chevet, une nouvelle abside enveloppant les vestiges de l'ancienne est commencée, mais n'a pas été menée plus haut que la naissance des baies. On ne connaît pas les d'importantes fissures et un versement des murs, et la réparation à la croisée. Le chaînage prévu n'est pas fait . Cependant, en 1882 des travaux urgents à la couverture sont à entreprendre, la vétusté de la toiture ). L'église est classée en 1919, les travaux de restauration sont conduits par André Ventre à partir de 1920 , puis par Bernard Haubold de 1921 à 1931. Des dégâts partiels sont provoqués par les bombardements de conduits par Albert Louis Bray de 1941 à 1944, puis par Paul Pillet de 1949 à 1955. Ce dernier restaure le
    Référence documentaire :
    ) ; restauration de la chapelle Saint-Lié (1851-1877) ; réparations à l’église (1882) ; achat d’un harmonium (1923 aux dégâts tempête. P. A. Galtier. (2002). A Musée Hôtel Le Vergeur. Carton tourisme n°36e. (1932-2015). A Musée Hôtel Le Vergeur. Carton à la paroisse, consignés entre 1775 et 1936. (AP Ville-Dommange).
    Représentations :
    , tandis que celui au sud est rehaussé d'un chambranle à chanfreins. Aux angles des contreforts sont dais formé par un arc en plein cintre ouvrant sur un cul-de-four à caissons et surmonté par un soutenant une couverture en appentis factice. À l'intérieur, le décor se concentre sur les voûtes et les maçonnée a été conservée, présentant la forme d’une abside couverte par un cul-de-four orné d’un coquillage . Les ébrasements des oculi ouvrant à l’ouest les bras du transept sont décorés de motifs antiquisants
    Description :
    L'église est construite suivant un plan en croix latine. Elle comprend une nef de trois vaisseaux à cinq travées, un haut transept saillant surmonté d'un clocher de croisée. L'abside, inachevée, à cinq , est éclairé par de hautes baies à remplages flamboyants et à bases prismatiques et par des occuli voûte en demi-berceau revêtue d'un placage en plâtre. Ils sont séparés par des piliers à impostes d'ogives ; celle de la croisée est à lierne, tiercerons et clé pendante retombant sur des colonnes adossées petit appareil, à joints beurrés. La tourelle d'escalier et l'étage des baies du clocher sont en pierre
    Annexe :
    des fenêtres. La démolition du hangar pour la pompe à incendie ayant été décidée par M. le Maire avions. Lors de l’offensive de 1918, elle a été fortement éprouvée par les tirs à longue portée : un gros obus a pénétré par le transept nord et a provoqué l’effondrement de la voûte ; les charpentes et les construction tout à fait défectueuse a provoqué l’écartement et la dislocation des murs de la nef, tous les pour maintenir les murs et obvier à leur dislocation, mais ces étais ont été insuffisants, au mois de plates du comble surélevé de la nef de l’église a été très largement arrachée sur les deux versants lors , sur un lattage trop mince, n’a pu résister à la violence du vent surtout sur les pentes très inclinées la réfection de la charpente et de la couverture de la nef : tuiles à écailles sur la nef, petites tuiles plates sur l’avant-chœur.La couverture des autres parties demande à être refaite d’urgence, le l’église.La réparation d’une seule baie, celle de la face nord du transept, était prévue au devis ; il a fallu
    Illustration :
    Croisée du transept, voûte à liernes, tiercerons et clé pendante. IVR21_20175105245NUCA
    Couvertures :
    toit à longs pans pignon découvert
1