Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 82 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Maître-autel
    Maître-autel Froncles - Buxières-lès-Froncles - en village
    Historique :
    que les formes adoptées, notamment celles du tabernacle. Comme pour le retable de Braux-le-Châtel de la dédicace de l’église de Buxières-lès-Froncles, pourrait être identifié à saint Calixte (pape de
    Référence documentaire :
    p.14-15 Inventaire général du patrimoine culturel. Les retables de Jean-Baptiste Bouchardon FRANCE . Inventaire général du patrimoine culturel. Les retables de Jean-Baptiste Bouchardon. Réd. Marie-Agnès Sonrier
    Localisation :
    Froncles - Buxières-lès-Froncles - en village
    Précision localisation :
    anciennement commune de Buxières-lès-Froncles
  • Confessionnal
    Confessionnal Fraillicourt - en village
    Référence documentaire :
    p.68 Les églises anciennes des Ardennes, 1969 COLLIN, Hubert. Les églises anciennes des Ardennes
    Description :
    Confessionnal de plan rectangulaire à trois loges, la loge centrale possédant un battant. Fronton
  • Maître-autel
    Maître-autel Clefmont
    Historique :
    fait aucun doute ; les éléments caractéristiques de la production de cet artiste s’y retrouvent : les
    Référence documentaire :
    p.52-53 Inventaire général du patrimoine culturel. Les retables de Jean-Baptiste Bouchardon FRANCE . Inventaire général du patrimoine culturel. Les retables de Jean-Baptiste Bouchardon. Réd. Marie-Agnès Sonrier
    Canton :
    Bourbonne-les-Bains
    Description :
    parfaitement à l’espace, sans obstruer les baies qui l’éclairent. Cette composition est peu usuelle chez le sculpteur, sans être cependant un cas unique puisqu’elle fut aussi utilisée à l’église de Buxières-les -Froncles. Les statuettes situées aux extrémités du retable ont disparu, tout comme la croix d’origine qui
  • Meuble de sacristie
    Meuble de sacristie Les Mazures - en village
    Localisation :
    Les Mazures - en village
    États conservations :
    Les pieds ont été réparés.
  • Ensemble de trois retables
    Ensemble de trois retables Les Alleux - en village
    Localisation :
    Les Alleux - en village
  • Chaire à prêcher
    Chaire à prêcher Bar-lès-Buzancy - en village
    Représentations :
    Sur les panneaux sont sculptés des guirlandes tombantes de fleurs retenues par des rubans, posées
    Localisation :
    Bar-lès-Buzancy - en village
    États conservations :
    Les panneaux de la cuve semblent avoir été montés en remploi.
  • Chaire à prêcher
    Chaire à prêcher Remilly-les-Pothées - en village
    Représentations :
    Les Evangélistes
    Description :
    demi relief dans la masse sur les panneaux de la cuve, décor rapporté sur le dorsal.
    Localisation :
    Remilly-les-Pothées - en village
  • Ensemble des autels secondaires, de la Vierge ; de saint Eloi
    Ensemble des autels secondaires, de la Vierge ; de saint Eloi Vivier-au-Court - place de l' Eglise - en ville
    Description :
    plaques de marbre veiné brun. Les retables sont à niche pour statues (oeuvres étudiées), ils sont encadrés sculptée dans la masse. Les amortissements latéraux sont en pierre sculptée. Tabernacle en pierre à porte
    Dimension :
    h = 550 ; la = 210 ; pr = 130. Mêmes dimensions pour les deux autels.
  • Autels secondaires, de la Vierge ; de Saint Rémy
    Autels secondaires, de la Vierge ; de Saint Rémy Charbogne - en village
    Dimension :
    h = 530 ; la = 120 ; pr = 420. Mêmes dimensions pour les deux autels.
  • Ensemble des autels secondaires, de saint Benoît ; de sainte Scholastique
    Ensemble des autels secondaires, de saint Benoît ; de sainte Scholastique Sailly - en village
    Dimension :
    h=470 ; la=230 ; pr=75. Mêmes dimensions poru les deux autels.
  • Ensemble de 16 stalles ; lambris de demi-revêtement
    Ensemble de 16 stalles ; lambris de demi-revêtement Gespunsart - place de l' Eglise - en village
    Dimension :
    h = 402 ; la = 605 ; pr = 120. Hauteur avec les lambris. Stalles : h = 125. Parcloses : h = 90.
  • Dalle funéraire de Maître Rigobert Pieron et sa femme Marie Hourlier
    Dalle funéraire de Maître Rigobert Pieron et sa femme Marie Hourlier Chaumont-Porcien - en village
    Représentations :
    Rosaces dans les écoinçons.
    Description :
    les écoinçons. Tombe relevée.
  • Église paroissiale Sainte-Croix
    Église paroissiale Sainte-Croix Vrigne-Meuse - en village - Cadastre : 1983 ZH 2
    Historique :
    nord et les chapiteaux de l'arc triomphal. Une annexe au toit en appentis était adossée au mur nord de
    Représentations :
    Les chapiteaux de l'arc triomphal présentent des corbeilles gainées de feuillages stylisés.
    Description :
    avec chaîne d'angle en pierre de taille de même nature. Les surfaces intérieures sont enduites. Les
    États conservations :
    inégal suivant les parties
  • Église paroissiale Sainte Marie-Madeleine
    Église paroissiale Sainte Marie-Madeleine Longwé - en village - Cadastre : 1995 A 75
    Historique :
    Chestres, sur un fief appartenant à Hugues, comte de Rethel, et à Guy de Savigny. Les deux fondateurs de
    Description :
    -joints. Le sol de l'édifice est couvert de carreaux d'ardoise et les faces intérieures des murs sont . Les volumes intérieurs sont plafonnés. La façade occidentale présente un portail surmonté d'un oculus
    États conservations :
    inégal suivant les parties
    Illustration :
    Base de l'une des colonnes engagées de la nef, refaite dans les années 1920 IVR21_20130866020NUC2A
  • Chapelle Saint-Roger
    Chapelle Saint-Roger Élan - Saint-Roger - isolé - Cadastre : 1983 A 62
    Description :
    taille. Le portail et les corniches sont également en pierre de taille. Le couvrement est constitué de
    États conservations :
    inégal suivant les parties
  • Bancs de fidèle
    Bancs de fidèle Hampigny - en village
    Inscriptions & marques :
    Transcription : Les bancs ont été fait par Corneille.
    Historique :
    Les bancs de l'église de Vallentigny sont également attribués à ce même menuisier et sont datés de
  • Croix : Christ en croix
    Croix : Christ en croix Signy-Montlibert - en village
    Représentations :
    Les dents sont visibles.
    Description :
    Statue polychrome en bois taillé fixée sur une croix en bois peint. Les bras sont rapportés.
  • Église paroissiale Saint-Martin de Warmeriville
    Église paroissiale Saint-Martin de Warmeriville Warmeriville - place de l'église Saint-Martin - en village - Cadastre : 2014 AC 01 172
    Historique :
    première guerre mondiale. Les architectes R. Berger et V. Buet construisent entre 1926 et 1932 une nouvelle église de style néo-roman, en collaboration avec Lacote-Wary, qui signe les décors du chœur.
    Représentations :
    Le décor sculpté de l'église est localisé sur les façades extérieures : arc et archivolte de l'entrée occidentale, face ouest du clocher et dernier niveau sur les 4 faces, tympan de l'accès latéral une assise régulière sous et entre les ouvertures (façades nord et sud). Un jeu plus complexe de les attributs de saint Martin : la mitre avec fanions et la crosse. Enfin, le portail occidental est dessous un drap plissé. À l'intérieur, les piles de la nef sont coiffées de chapiteau à corbeille, au décor simple de bandes. Les murs de l'abside du chœur sont revêtus de plaques de marbre de travertin jaune. Aujourd'hui, les murs de la nef peints en blanc cachent sans doute un décor peint, à l'image de
    Description :
    . Les baies des trois vaisseaux sont en plein cintre, occupées par des verrières historiées et colorées
    Texte libre :
    mondiale remonte au 12e siècle pour ses parties les plus anciennes comme la tour, le chœur et la première travée. Les travaux s'achèvent au 13e siècle avec le chevet L’édifice est ensuite remanié au 16e siècle , l'autre à saint Martin mais également à saint Druon (Cousin-Henrat, op. cit.). Les sources fournissent peu d’information sur son état antérieur à 1660. Les visites pastorales réalisées à la fin du 17e et pendant le 18e les travaux sont financés en 1674 par des religieux de Saint-Thierry (AD Marne. G 252). En 1683, la mauvais état, ainsi que les bas-côtés : ils ne sont ni voûtés, ni pavés et sans plancher. Malgré leur voûtement, le chœur, le cancel et les chapelles subissent quelques problèmes d’infiltrations d’eau par les , la modeste église souffre, comme les églises de Saint-Étienne-sur-Suippe, Selles et Saint-Masmes, du foudre, s’écroule sur le chœur, ruinant le toit et les chapelles. La proposition de construire un clocher plus petit sans flèche est rejetée par les habitants de Warmeriville, attachés à cette construction de
  • Église paroissiale Saint-Pierre-et-Saint-Sébastien
    Église paroissiale Saint-Pierre-et-Saint-Sébastien Vaux-Montreuil - en village - Cadastre : 1990 B 453
    Historique :
    D'après les caractéristiques de son portail occidental, le vaisseau central de la nef remonte à la seconde moitié du 12e siècle. Le chœur a été édifié vers 1200 et les deux chapelles encadrant sa travée droite au 13e siècle. En 1526 (date portée au chœur), les deux contreforts de l'abside ont été . Les bas-côtés ont été reconstruits au 18e siècle après la construction du clocher, car ils l'englobent . C'est probablement pendant cette campagne de travaux que le vaisseau central a été voûté. Les deux
    Référence documentaire :
    p. 163 Les églises anciennes des Ardennes, 1969 COLLIN, Hubert. Les églises anciennes des Ardennes
    Description :
    damier de carreaux de marbre brun veiné et noir. Les faces intérieures des murs sont enduites. La nef comporte des arcades en arc brisé sur piliers carrés surmontées de petites baies à ébrasement obturées. Les en plein-cintre et ceux des chapelles du choeur de baies à remplage (les murs est de ces dernières comportent deux petites baies en plein-cintre obturées). Les volumes intérieurs sont entièrement voûtés pavillon, la nef, les chapelles et la travée droite du choeur par des toits à longs pans (les chapelles se
    États conservations :
    inégal suivant les parties
  • Ancienne abbaye de Chéhéry
    Ancienne abbaye de Chéhéry Chatel-Chéhéry - Abbaye de Chéhéry - D 142 - bâti lâche - Cadastre : 1997 AB 121
    Historique :
    ) a été donnée par les chanoines à Gonthier, abbé de la Chalade, afin qu’il y construise un monastère ses archives ont été amoindries par les différents conflits, et dont les restes ont été soustraits à les auteurs qui ont suivi se sont largement inspiré de ses travaux quand ils ne les ont pas purement et simplement recopiés (Leriche, 1979). Parmi les principaux donateurs, on compte les seigneurs de de Termes. Mais avant que la Champagne ne passe à la couronne, ce sont les comtes de Grandpré qui avaient la garde de Chéhéry et qui furent à l’origine de plusieurs domaines, notamment les granges de Sérieux et d’Ariétal (08- Exermont), sans compter divers biens fonciers et revenus dans les paroisses ultérieurement plusieurs conflits d’usages avec les communautés villageoises riveraines, en particulier celles , les Granges (08- Châtel-Chéhéry) et Chaudron (08- Exermont) complétèrent le dispositif temporel . Quelques documents laissent entrevoir une prise d’intérêts dans les activités artisanales locales car
    Description :
    l’époque moderne, c’est-à-dire le monastère médiéval, n’est pas connu. Les quelques pièces sculptées l’importance. L’organisation primitive de l’abbaye y est bien perceptible : comme il est d’usage chez les jeter dans l’Aire. L’église, vraisemblablement à trois nefs, présente encore les caractéristiques d’un édifice médiéval, contrairement aux trois autres ailes qui ont déjà été remaniées suivant les besoins et usées. Les lieux réguliers sont entourés de communs à divers endroits sauf à l’ouest dont l’espace est entièrement occupé par un jardin clos, à l’angle nord-ouest duquel les bâtiments de la porterie sont bien ., nov-déc. 1896, p. 24) avait remarqué à juste titre les changements intervenus entre la disposition chevet faisant saillie à l’angle sud-est. En conséquence de quoi, afin de limiter les risques d’humidité du bâtiment des moines (ailes sud et est), les ailes nord (bât. conventuel) et ouest (bât. des hôtes claustral, dominé au niveau inférieur par les arcades dans œuvre de l’ancien cloître. On pourra juger ici de
    Annexe :
    artistique et culturel ; les monastères ardennais et la Révolution", Études ardennaises, n°52, janv.-mars je Chéhéry : argonnais et fiers de l'être, 2002 LERICHE, Alcide, En Argonne : sur les traces des , ”Dictionnaire d’histoire monastique ardennaise", Les Cahiers d’Études Ardennaises, 11, 1978, p. 69-71 MEUNIER Champagne. I. Marne et Ardennes, 1997 THERET, Jacques, "Notre-Dame de Chéhéry", Les Ardennes aux quatre vents, 1992, p. 94 THERET, Jacques, "Les deux soeurs de l'Argonne ardennaise", Terres ardennaises, mai 1996, n° hors série, p. THERET, Jacques, "Les abbayes cisterciennes sur le territoire ardennais au XIIe Palais à Paris, pour les habitans et communauté de Chatel en Argonne, contre le seigneur dudit Chatel, au
    Texte libre :
    ) a été donnée par les chanoines à Gonthier, abbé de la Chalade, afin qu’il y construise un monastère ses archives ont été amoindries par les différents conflits, et dont les restes ont été soustraits à les auteurs qui ont suivi se sont largement inspiré de ses travaux quand ils ne les ont pas purement et simplement recopiés (Leriche, 1979). Parmi les principaux donateurs, on compte les seigneurs de de Termes. Mais avant que la Champagne ne passe à la couronne, ce sont les comtes de Grandpré qui avaient la garde de Chéhéry et qui furent à l’origine de plusieurs domaines, notamment les granges de Sérieux et d’Ariétal (08- Exermont), sans compter divers biens fonciers et revenus dans les paroisses ultérieurement plusieurs conflits d’usages avec les communautés villageoises riveraines, en particulier celles , les Granges (08- Châtel-Chéhéry) et Chaudron (08- Exermont) complétèrent le dispositif temporel . Quelques documents laissent entrevoir une prise d’intérêts dans les activités artisanales locales car
    Illustration :
    Chéhéry : les communs, aile nord, face sud (XVIIIe s.) IVR21_20150800561NUCA
1 2 3 4 5 Suivant