Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 7 sur 7 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Fonderie Le Bachellé, puis Le Bachellé et Cie, puis fonderie d'art des Héritiers de Ferdinand de Chanlaire
    Fonderie Le Bachellé, puis Le Bachellé et Cie, puis fonderie d'art des Héritiers de Ferdinand de Chanlaire Dommartin-le-Franc - Usine du bas - isolé - Cadastre : 1810 A 5 à 10 1984 C 257, 264, 284
    Historique :
    Haut fourneau construit par François Arnould, sur autorisation royale de janvier 1773, sur les 1459. Un moulin subsistait. A partir d'avril 1820, l'usine est exploitée par Charles Jean-Baptiste Le haut fourneau avec fonderie est autorisé. L'usine devient Le Bachellé et Cie en 1884 ; elle fait et d'une émaillerie fin 19e siècle ; fabrication principalement de fontes funéraires sous Le Bachellé  ; spécialisation de chauffage début 20e siècle, puis fonderie d'art. 21 ouvriers internes en 1818 ; 1883 : Le
    Référence documentaire :
    Etat des fabriques et manufactures existant dans le département. An III-An VII [An V] AD Haute -Marne : L 361. Etat des fabriques et manufactures existant dans le département. An III-An VII [An V]. Dommartin-le-Franc. Moulins et usines AD Haute-Marne : 130S 73. Dommartin-le-Franc. Moulins et p. 28-34 Les fonderies de Dommartin-le-Franc. Notes historiques. In Le fer dans le vie haut , Charles-Etienne de. Les fonderies de Dommartin-le-Franc. Notes historiques. In Le fer dans le vie haut
    Description :
    , parpaing de béton, polyester et enduit ; transformateur (C) en brique. En 2013 (complément d'enquête), le
    Auteur :
    [maître de l'oeuvre] Arnould François [maître de l'oeuvre] Le Bachellé Charles-Jean-Baptiste
    Localisation :
    Dommartin-le-Franc - Usine du bas - isolé - Cadastre : 1810 A 5 à 10 1984 C 257, 264, 284
    Titre courant :
    Fonderie Le Bachellé, puis Le Bachellé et Cie, puis fonderie d'art des Héritiers de Ferdinand de
    Appellations :
    dite fonderie Le Bachellé, puis Le Bachellé et Cie, puis les Héritiers de Ferdinand de Chanlaire
    Annexe :
    HISTORIQUE 1264 : Il existe des forges à Dommartin-le-Franc. 1459 : Le 16 mai, le roi Charles VII reconnaît par lettres patentes l'existence de forges à Dommartin-le-Franc. 1773 : Le 12 janvier, le roi autorise la construction d'un haut-fourneau à l'endroit d'une forge qui n'existe plus, à Dommartin-le-Franc . An 6 : Le fourneau produit des plaques de cheminée, des chaudières, des boulets et de la fonte en , 9 minerons, 30 forestiers et 16 transporteurs. 1820 : Marie-Rose d'Aulnoy, veuve de Francois Arnould l'usine à bail, pour 27 années consécutives, à Charles Jean Baptiste Le Bachellé, demeurant à Courcelles halle ouverte environnant le fourneau, une autre halle à charbon derrière le fourneau, deux écuries, un halle, côté du levant, composé d'une chambre, cuisine, cellier, magasin, chambres hautes, grenier sur le Dommartin. 1836 : Le Bachellé remet à titre de bail des usines de Dommartin-le-Franc à M. Perron, directeur l'usine du Bas. 1849 : Décès de Charles Jean Baptiste Le Bachellé de Chateauvieux. Il laisse ses usines à
    Illustration :
    Dommartin-le-Franc (Hte-Marne) - Cour de l'Usine. [1er quart 20e siècle]. 1 impr. photoméc. (carte Dommartin-le-Franc (Hte-Marne) - Scierie Pauli[...] / Bricquaire éditeur, [1er quart 20e siècle]. 1 [Vue d'ensemble depuis le nord-ouest]. [2e moitié 20e siècle]. 1 impr. photoméc. (carte postale Atelier de fabrication vu depuis le sud-est IVR21_19895200741Z Fonderie et vestiaire d'usine vus depuis le sud IVR21_19895200740Z Ateliers de fabrication et magasin industriel vus depuis le nord-est IVR21_19895200743Z Atelier de fabrication et bains douches vus depuis le nord-ouest IVR21_19895200745Z Ateliers de fabrication vus depuis le nord-est IVR21_19895200744Z Logement d'ouvriers vu depuis le nord IVR21_19895200739Z Logement d'ouvriers vu depuis le sud IVR21_19895200738Z
  • Calice
    Calice Poilcourt-Sydney - en village
    Inscriptions & marques :
    Poinçon de maître : Jean Joseph Villard et Louis François Maurice Fabre, Lyon. Transcription inscription gravée sur le pied : St Remy.
    Représentations :
    Croix en verroterie sur le pied.
    Description :
    enchâssées sur le pied ; coupe en argent, dorée à l'intérieur. Pied circulaire ; tige à noeud plat ; coupe
    Auteur :
    [orfèvre] Fabre Louis-François-Maurice
  • Eglise paroissiale Saint-Médard
    Eglise paroissiale Saint-Médard Grandpré - place Bourré, René - en village - Cadastre : 1993 E 373
    Historique :
    D'après les chapiteaux des trois vaisseaux, des portails ouest et sud, la nef et le clocher ont été fin du 16e siècle ou au début du 17e siècle furent réalisés la seconde travée du transept et le choeur . Elle fut restaurée en 1878 par le curé Huin : reprises de maçonneries extérieures, intérieures 1170 il est fait mention de l'église sous le château d'Henri de Grandpré.
    Référence documentaire :
    p. 164 Les églises d´Argonne. Le guide de l´Argonne. Lyon, 1987 BECHARD, Eliane, JANNIN, Francois p. 22 Le mobilier monastique des Ardennes. Etudes ardennaises, 1968, n°52 COLLIN, Hubert. Le Le pillage des oeuvres d´art par les Allemands pendant la guerre 1914-1918. Terres ardennaises , juin 1985, n°11 BIGORGNE, Didier. Le pillage des oeuvres d´art par les Allemands pendant la guerre , et al. Les églises d´Argonne. Le guide de l´Argonne. Lyon : La Manufacture, 1987. p. 190 Le guide du patrimoine de Champagne-Ardenne, 1995 PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie (dir .). Le guide du patrimoine de Champagne-Ardenne. Paris : 1995. 432 p.
    Description :
    vis. Le transept saillant comporte deux travées à deux vaisseaux. Le choeur se compose d'une travée . L'édifice est bâti en pierre de taille de calcaire de Buzancy en moyen appareil. Le sol de la nef et d'une et le choeur d'un damier de marbre noir, rouge veiné et blanc. Les murs du vaisseau central de la arc brisé supportées par des colonnes à chapiteau surmonté par une vaste baie à remplage. Le rez-de et le choeur comportent des voûtes à liernes et tiercerons. La couverture est en ardoise. La nef, les collatéraux par des toits en appentis, le clocher occidental par un toit en pavillon et le clocher de croisée
    Illustration :
    Vue intérieure de la nef et du bas-côté sud, vers le sud-est (image MAP) IVR21_20130842835P Vue intérieure de la nef vers le nord-est (image MAP) IVR21_20130842836P Tour-porche depuis le nord IVR21_20130862298NUC2A Bas-côté nord depuis le nord-ouest IVR21_20130862299NUC2A Vue générale depuis le nord IVR21_20130862300NUC2A Chevet depuis le nord IVR21_20130862301NUC2A Vue générale depuis le sud IVR21_20130862304NUC2A Vue générale depuis le sud-ouest IVR21_20130862306NUC2A Vue sur le bas-côté nord depuis le bas-côté sud IVR21_20130862312NUC2A Bras nord du transept depuis le choeur IVR21_20130862313NUC2A
  • Église paroissiale Saint-Maurice
    Église paroissiale Saint-Maurice Vrizy - en village - Cadastre : 1997 AD 53
    Historique :
    Édifice homogène édifié au début du 16e siècle. Sur le flanc sud, un dais est surmonté d'armoiries sacristie a été ajoutée en 1848. En 1903/04, eut lieu une campagne de travaux : le clocher, qui se situait à la croisée du transept, fut placé en avant de la nef, on ajoura le tympan du portail occidental et on déplaça alors la Vierge au croissant qui s'y trouvait sur le flanc sud de la nef, on refit les baies de ce restaurée entre 1922 et 1926 notamment au niveau des parements extérieurs. Le 19 décembre 1145, l'église de
    Référence documentaire :
    , Francois, et al. Les églises d´Argonne. Le guide de l´Argonne. Lyon : La Manufacture, 1987. pp. 175-176 Les églises d´Argonne. Le guide de l´Argonne. Lyon, 1987 BECHARD, Eliane, JANNIN
    Description :
    . La sacristie est située dans l'angle formé par le choeur et le bras sud du transept. L'escalier en vis hors-oeuvre est adossé au mur-pignon du bras-nord du transept. Le clocher en charpente de plan . Le vaisseau central de la nef est couvert d'un toit à longs pans à pignon découvert, les bras du choeur par un toit à longs pans, l'abside par une croupe polygonale et le clocher par un toit brisé en
    Illustration :
    Vue générale depuis le sud IVR21_20130863353NUC2A Vue générale depuis le sud-ouest IVR21_20130863354NUC2A Le clocher IVR21_20130863355NUC2A Le coq du clocher IVR21_20130863356NUC2A Le flanc sud IVR21_20130863357NUC2A Le bras sud du transept IVR21_20130863360NUC2A Vue générale depuis le chevet au sud-est. La sacristie est située dans l'angle Vue générale depuis le chevet dans l'axe IVR21_20130863363NUC2A Le bras nord du transept et la tourelle d'accès aux combles IVR21_20130863364NUC2A Tête d'homme sculptée dans le larmier de la tourelle d'accès aux combles IVR21_20130863367NUC2A
  • Les moulins de l'Inventaire du patrimoine industriel du département des Ardennes (08)
    Les moulins de l'Inventaire du patrimoine industriel du département des Ardennes (08)
    Historique :
    l'office d'une notice complète (dont 5 moulins à foulon, 4 moulins à couleurs, le moulin à huile et 1 particuliers, les moulins à foulon ont été trouvés dans le canton de Sedan (Daigny, Sedan, etc) et alentours dans le centre-sud et sud-est du département (cantons de Grandpré, Attigny, Buzancy et Tourteron progressivement, elle est cependant amorcée très tôt, dès avant le milieu du 19e siècle. La datation des moulins repérés de ce siècle en est le reflet : les cas de la première moitié du 19e siècle sont fréquents (74  ; dans leur majorité du 2e quart du 19e siècle), il en existe 47 pour le seul milieu du 19e siècle, puis vapeur. Enfin, signalons le Vieux Moulin de Charleville (1626), dont le rôle était aussi d'alimenter les
    Annexe :
    ruisseau de Saulces. Contestation relative à un ponceau sur le canal d´amenée du moulin du sieur Thomas , sur le Saulces, à Desmont-Neveux, 1847-64. Reconverti. Subsiste un bâtiment servant d'habitation en . Hors enquête : petite structure. Anchamps, Moulin de la Pile : Le moulin aurait existé au moins depuis schisteuses. Détruit. La meule tournante a été retrouvée dans le ruisseau récemment. Document figuré : AN , Le Moulin d'Arreux, Grosse forge puis moulin à blé : Cette forge apparaît dans les miniatures de , a rapidement remplacé. De cette forge, seules subsistent sur le terrain d'abondantes scories . Références documentaires : Bibliographie : ANDRE, Louis, BELHOSTE, Jean-François, BERTRAND Patrice. La pouvant correspondre. Pré juste au nord appelé le Pré moulin. Auboncourt-Vauzelles, Moulin : AD Ardennes demande de Vannier tendant à établir un barrage sur le ruisseau, 1954 ; mise en demeure de M. Benoit de se bâtiment à Pourron présente l'allure d'un moulin. Autrecourt-et-Pourron, Le Ponçay, Moulin (abandonné) : AD
    Illustration :
    Autrecourt-et-Pourron, Le Ponçay, Moulin (abandonné), vue générale. IVR21_20090805902NUCA Charleville-Mézières, Le Moulin Godard, Moulin, actuellement maison, vue générale Fromelennes, Le Moulin, Moulin Hul0biet, vue générale. IVR21_20090805764NUCA La Grandville, Le Moulin, Moulin à chanvre, puis moulin à farine, actuellement ferme, vue générale Lonny, Le Moulin d'en Bas, route de Rimogne, Moulin à blé, actuellement maison et ferme, vue Raillicourt, Le Moulin à couleurs, Moulin à couleurs dit Moulin Noir, vue générale . Lieu-dit le Malgré-Tout. IVR21_20090805958NUCA Saint-Jean-aux-Bois, Le Mirbion, Haut fourneau et grosse forge, puis moulin à blé, vue d'ensemble Saint-Jean-aux-Bois, Le Mirbion, Haut fourneau et grosse forge, puis moulin à blé, vue d'ensemble Saint-Jean-aux-Bois, Le Mirbion, Haut fourneau et grosse forge, puis moulin à blé, façade
  • Les logements et châteaux patronaux de l'Inventaire du patrimoine industriel du département des Ardennes (08)
    Les logements et châteaux patronaux de l'Inventaire du patrimoine industriel du département des Ardennes (08)
    Historique :
    revient à dire que près de 39,5 % des sites étudiés en comportent. Le logement ouvrier ou patronal échappe privilégie l'étude des sites de production. Aussi l'essentiel des 156 sites mentionnés le sont-ils au titre revient à dire que tous les secteurs d'activité le sont aussi. Plus ou moins d'ailleurs. En effet, parmi maison de patron dans 1 cas sur 3, excepté pour le secteur agroalimentaire qui en compte près de deux édifier, surtout à partir de 1870-1880, de vastes demeures. On peut citer le château Marcadet à Bogny (fin 19e siècle), le château Grandry à Nouzonville, la propriété des Deville à Charleville ou le château Camion à Vivier-au-Court (début du 20e siècle). La plus ancienne demeure patronale repérée est le château de Montvilliers à Bazeilles, construit par l´architecte Jallier pour le grand tisserand Jean suite la même évolution que pour la métallurgie, avec la construction après le milieu du 19e siècle de vastes demeures, tel par exemple que le château Paté à Neuflize (détruit). Tout comme les maisons
    Description :
    du confort moderne. Le château de Montvilliers à Bazeilles (1770) s'orne en façade arrière d'un élégant avant-corps hémi-circulaire à la dernière mode. Le secteur textile vit la même évolution que pour la métallurgie, avec la construction après le milieu du 19e siècle de vastes demeures de style éclectique, tel par exemple que le château Paté à Neuflize (détruit). Tout comme les maisons patronales liées à l'agroalimentaire ; secteur où l'on trouve quelques beaux exemples dans le style de l'entre-deux
    Annexe :
    activité vers 1900 (carte postale possédée par le maire) Bâti du 19e siècle. Reconverti. Ensemble de cours d'eau jusqu'en bordure du bâtiment tôlé face à la maison de maître. D'après M. le maire : vestiges  : vestiges cependant insuffisants. Boutancourt, Le Fourneau, Usine métallurgique : On se reportera à la notice de la Forge du Bas pour l'historique du site, le Fourneau étant situé en aval de la forge haute exploite en même temps la forge et le fourneau de l'abbaye d'Elan. A sa mort, en 1726, sa veuve continue cherchant à éliminer la concurrence. En 1747, Poulain prend d'ailleurs à bail le fourneau de Vendresse appartenant à la duchesse de Mazarin et l'exploita jusqu'en 1761 au moins. En 1764, il semble que le fourneau . Poulain précise qu'elle possède deux forges et un fourneau à Boutancourt. Le problème des forges de Boutancourt semble avoir été le manque de bois. En effet le propriétaire ne possédait pas de forêts ou fournissent, comme le fourneau de Vendresse, de nombreuses munitions d'artillerie. Joseph-Alexis Poulain
    Illustration :
    Boutancourt, Le Fourneau, Usine métallurgique, vue aérienne du site. IVR21_19870800309X Boutancourt, Le Fourneau, Usine métallurgique, vue d'ensemble. IVR21_19870801190ZA Boutancourt, Le Fourneau, Usine métallurgique, vue de la tour nord. IVR21_19870801196ZA Boutancourt, Le Fourneau, Usine métallurgique, vue de la tour sud. IVR21_19870801193ZA Boutancourt, Le Fourneau, Usine métallurgique, vue des tours sud et nord. IVR21_19870801214ZA Boutancourt, Le Fourneau, Usine métallurgique, vue rapprochée de la tour nord. IVR21_19870801195ZA Boutancourt, Le Fourneau, Usine métallurgique, vue rapprochée de la tour sud. IVR21_19870801194ZA Boutancourt, Le Fourneau, Usine métallurgique, vue générale du château. IVR21_20090805656NUCA Deville, Mairupt, Laminoir, puis fonderie Cochaux, le logement patronal situé à proximité Le Thour, Forge, atelier. IVR21_20090805892NUCA
  • Église paroissiale Notre-Dame
    Église paroissiale Notre-Dame Savigny-sur-Aisne - place de Eglise - en village - Cadastre : 1997 F 178
    Historique :
    Belval possédait les dîmes du lieu mais la commanderie de Reims était le plus gros décimateur et patron
    Référence documentaire :
    p. 169 Les églises d´Argonne. Le guide de l´Argonne. Lyon, 1987 BECHARD, Eliane, JANNIN, Francois p. 333 Le vitrail de Puiseux et autres anciens vitraux des églises du département des Ardennes . Revue historique ardennaise, 1900, tome VII JADART, Henri. Le vitrail de Puiseux et autres anciens , et al. Les églises d´Argonne. Le guide de l´Argonne. Lyon : La Manufacture, 1987.
    Description :
    par le transept saillant et par le chœur qui se compose d'une travée droite et d'une abside à trois pans. La sacristie est située dans l'angle formé par le bras sud du transept et le chœur. Le clocher en et chaînes d'angles en calcaire jaune. Le sol est couvert de carreaux à motifs polychromes. Les murs . Le portail occidental comporte un pilier central supportant un linteau droit sous un tympan ajouré clés pendantes pour le vaisseau central) pénétrant dans des colonnes et les parties orientales de polygonale, le clocher par une flèche polygonale, l'escalier et l'échauguette par des toits en pavillon et la
    Illustration :
    Vue générale depuis le sud-ouest IVR21_20130869151NUC2A Vue générale depuis le sud-est IVR21_20130869153NUC2A Choeur depuis le sud-est IVR21_20130869152NUC2A Choeur depuis le nord-est IVR21_20130869154NUC2A Vue générale depuis le nord-ouest IVR21_20130869157NUC2A Vaisseau central et collatéral nord depuis le choeur IVR21_20130869166NUC2A Collatéral sud depuis le transept IVR21_20130869167NUC2A
1