Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 15 sur 15 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Maître-autel
    Maître-autel Regniowez - en village
    Inscriptions & marques :
    JAPON. Inscription sur le pied : ST BERNARD ST FRANCOIS STE JEANNE D'ARC. Inscription sur la pierre d'autel : S. BERNARD / ST FRANCOIS / ST JEAN DE MATA / MARTYRS OFM / DU
    Historique :
    été découvert sous l'autel en bois du 19e siècle lors des travaux de 1965. Il est consacré le 26 juin
    Représentations :
    saint François Saint Bernard, saint François et saint Jean de Matha sont figurés sur les trois faces du pied.
    Description :
    Autel en calcaire blanc et jaune. Décor sur le pied.
  • Basilique Saint-Jean-Baptiste
    Basilique Saint-Jean-Baptiste Chaumont - rue Saint Jean - en ville
    Contributeur :
    Griot François
    Historique :
    François de Belleforest en 1575 dans son ouvrage intitulé La Cosmographie universelle de tout le monde comtes de Champagne. Certains auteurs datent plus précisément le début de son érection vers 1198, date à tours dont l'édification aurait débuté par celle du nord. Dans le portraict de la ville publié par -Etienne-Saint-Laurent et Saint-Pierre. Au 14e siècle, après suppression du cimetière adjacent, le porche Buxereuilles. Une troisième bulle place le chapitre sous la juridiction directe du Saint-Siège et non plus de le jour de la fête du saint patron, quand celle-ci tomberait un dimanche. L'édifice occupait une de constructions diverses (maisons, "ouvroir" du cordonnier Picard, etc.) qui y étaient adossées : le choeur et les chapelles du déambulatoire ainsi que le transept transforment radicalement le plan de des maîtres maçons, François Boullet et Claude Vussin ; l'érection des piliers du transept par les maçons Jehan Barotte et Jehan Sauvage (Pidoux de la Maduère) aurait semble-t-il commencé avant 1517. Le
    Observation :
    dont le modèle est très rare dans la région. Le dessin de la voûte de la croisée du transept est
    Référence documentaire :
    p. 152-154 PEROUSE DE MONTCLOS Jean-Marie (dir.). Le guide du patrimoine de Champagne-Ardenne, 1995 . PEROUSE DE MONTCLOS Jean-Marie (dir.). Le guide du patrimoine de Champagne-Ardenne, Paris, Hachette Livre p. 97-171 PIDOUX DE LA MADUERE André. Le vieux Chaumont-en-Bassigny, 1933, t. I. PIDOUX DE LA MADUERE. Le vieux Chaumont-en-Bassigny, Dijon, Bernigaud & Privat, 1933, t. I. p.84-86 ROUSSEL Charles (abbé). Le diocèse de Langres. Histoire et statistique, 1875. ROUSSEL Charles (abbé). Le diocèse de Langres. Histoire et statistique. Langres : Jules Dallet, 1875 (tome II).
    Description :
    sont également voûtés d'ogives sur plan barlong à quatre quartiers. Le transept non saillant, qui rondes ondulées dépourvues de chapiteaux. Le choeur, dont la clôture englobe la croisée du transept retombée centrale à la deuxième travée) présentent également des clés pendantes. Le profil prismatique des arcades et les baies hautes, le triforium, dont l'accès se fait par un escalier en vis depuis le bras sud du transept, ménage une coursière tout au long du transept et du choeur : garde-corps ajouré (le lancettes à réseau d'intrados quadrilobé dans le choeur, arcs chantournés dans le transept) et répertoire , la coursière s'arrondit, portée par des culs-de-lampe. Le décor sculpté mieux conservé dans le bras nord du transept est quasiment inexistant dans le choeur. Dans la dernière travée de la nef se voit sacristie, édifiée sur le flanc nord, s'étend sur trois travées voûtées d'ogives ; certaines baies en ont de la Maduère). A l'extérieur, le massif occidental présente deux tours de 45 mètres de hauteur
    Auteur :
    [maître maçon] Boullet François
    Texte libre :
    La basilique Saint-Jean-baptiste de Chaumont Le viaduc ferroviaire de Chaumont est célèbre. Mais s’il mit la ville sur la voie de la modernité, c’est l’église Saint-Jean-Baptiste qui constitue le signe le plus remarquable et le plus vivant de son histoire. Elle s’élève dans la partie la plus ancienne de Chaumont, le quartier du château, dont subsiste le donjon. Celui-ci occupe la tête du promontoire où se trouve le berceau de la ville et d’où lui vient son nom (mont chauve), tandis que Saint-Jean de Chaumont. En effet Milon,son seigneur, était parti en croisade en 1187 et avait désigné le comte de Champagne comme le gestionnaire temporaire de la ville. Milon revint en 1192 mais, dix ans plus s’exprimer même, comme nous le verrons, dans les différentes phases de la construction de l’église Saint-Jean par la population. Le Grand Pardon et la reconstruction du chœur et du transept Au milieu de la fois, les faits sont parfaitement documentés. Le principal protagoniste de cette affaire fut Jean de
    Illustration :
    Vue générale éloignée depuis le sud-ouest. IVR21_20095201282NUCA Angle sud-ouest depuis le sud. IVR21_20085202425NUCA Élévation méridionale depuis le sud-ouest. IVR21_20085202423NUCA Élévation méridionale depuis le sud-est. IVR21_20085202360NUCA Élévation de la façade nord depuis le nord-est. IVR21_20085202284NUCA Élévation de la façade nord depuis le nord-ouest. IVR21_20095201312NUCA Façade occidentale : le portail. IVR21_20065207961NUCA Le choeur et ses aménagement liturgiques. IVR21_20085202154NUCA Le vaisseau central depuis le triforium. IVR21_20085201805NUCA La nef depuis le choeur. IVR21_20085201948NUCA
  • Église paroissiale Notre-Dame
    Église paroissiale Notre-Dame Givet - Givet Notre-Dame - rue Notre-Dame - en ville - Cadastre : 2013 AP 566
    Historique :
    La tour et le chœur sont datés de 1612 (ancres du clocher) ; l'arc brisé obturé du mur séparant le clocher du chœur doit remonter au 13e siècle. En se retirant de Givet, après le bombardement du 20 mars décida le curé Jacques Piret, en 1704, à retourner l'édifice. Mais l'étroitesse de la nouvelle nef, qui sur le portail du clocher) ; la sacristie fut également ajoutée à cette époque. En mai 1940, les allemands ont détruit le clocher qui se trouvait au-dessus du chœur.
    Référence documentaire :
    p. 11 PINARD, Jean-François. Le difficile retournement de l´église Notre-Dame. Ardenne Wallonne p. 241 Le Rubens de l'église de Givet-Notre-Dame est-il authentique ? Revue d'Ardenne et d'Argonne , 1899, n°1 Le Rubens de l'église de Givet-Notre-Dame est-il authentique ? Revue d'Ardenne et d'Argonne pp. 191-192 Chronique : Le donateur d´une boiserie de l´église de Givet-Notre-Dame. Revue historique ardennaise, 1903, tome X Chronique : Le donateur d´une boiserie de l´église de Givet-Notre-Dame pp. 22-23 Le mobilier monastique des Ardennes. Etudes ardennaises, 1968, n°52 COLLIN, Hubert. Le p. 190 Le guide du patrimoine de Champagne-Ardenne, 1995 PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie (dir .). Le guide du patrimoine de Champagne-Ardenne. Paris : 1995. 432 p. 1987, n°30 PINARD, Jean-François. Note A031 : Givet - XVIIIe - Boiseries stalles de l´église Notre p. 22 Les Chronogrammes . Ardenne Wallonne , mars 1992, n°48 PINARD, Jean-François. Les
    Représentations :
    Chapiteau ioniques dans le choeur.
    Description :
    L'église Notre-Dame est implantée dans le faubourg de Notre-Dame, en bord de Meuse. Elle présente termine par un chevet plat contre lequel est adossé le clocher. La partie terminale de la nef est encadrée par deux chapelles formant faux-transept et le revers de sa façade principale est occupé par une . Le choeur, le clocher et la sacristie sont bâtis en moellon de pierre bleue de Givet avec chaîne en intérieures des murs de l'église sont enduites ; le sol de la nef et du choeur sont couverts de dalles de l'étage, un schéma identique se reproduit mais le portail est remplacé par une baie et les baies par des voûtée par une fausse voûte en berceau en lambris et le choeur par une voûte en berceau. La couverture est entièrement en ardoise. La nef et le choeur sont couverts par un toit à longs pans, les chapelles par un toit à longs pans à croupe, la sacristie par un toit en appentis et le clocher par une flèche
    Illustration :
    L'église Givet Notre-Dame en 1708 : avant (1704) et après le retournement IVR21_20130869999NUC2A Plan de masse de l'édifice d'après le plan cadastral IVR21_20130854551NUD Côté droit vu depuis le nord-ouest IVR21_20130867916NUC2A Vue intérieure depuis le choeur IVR21_20130867919NUC2A
  • Eglise paroissiale Notre-Dame-en-son-Assomption de Colombey
    Eglise paroissiale Notre-Dame-en-son-Assomption de Colombey Colombey-les-Deux-Églises - en village
    Historique :
    , entrepreneur à Dommartin le Saint Père pour 8550 l. Le 17 juillet 1776 : un autre devis est établi par François 1775 autorise la reconstruction de la nef. Les plans et devis sont établis par l'architecte François Nicolas Lancret le 29 octobre suivant. Les travaux sont adjugés le 28 novembre à Charles Houlot travaux sont réceptionnés le 10 septembre 1778. En mai 1864, l'architecte Dupuy dressa des plans pour la
    Référence documentaire :
    p. 142 Le Diocèse de Langres. Histoire et statistique ROUSSEL (abbé). Le Diocèse de Langres
    Précisions sur la protection :
    La travée précédant le choeur avec ses bas-côtés et le sanctuaire circulaire : classement par
    Auteur :
    [architecte] Lancret François-Nicolas [architecte] Mauperrin François
    Illustration :
    Vue depuis le nord-ouest. IVR21_20065216844NUCA Faces nord et ouest du clocher depuis le nord. IVR21_20065216846NUCA Élévations est et nord depuis le nord-est. IVR21_20135200122NUCA Élévations est et nord depuis le nord-est. IVR21_20135200387NUCA Élévation est depuis le nord-est. IVR21_20065216852NUCA Élévation est depuis le nord-est. IVR21_20065216854NUCA Flanc sud, vue depuis le sud-est. IVR21_20065216850NUCA Flanc sud, vue rapprochée avec le cimetière au premier-plan. IVR21_20135200326NUCA Flanc sud, vue générale avec le cimetière au premier-plan. IVR21_20135200324NUCA Flanc sud depuis le sud-ouest. IVR21_20065216848NUCA
  • Église paroissiale Notre-Dame-en-sa-Nativité
    Église paroissiale Notre-Dame-en-sa-Nativité Mirbel - en village
    Historique :
    est établi en 1786 par François Nicolas Lancret et les travaux sont réceptionnés deux ans plus tard (le porche est daté 1788). Ils ont coûté 4401 l.
    Auteur :
    [architecte] Lancret François-Nicolas
    Illustration :
    Vue intérieure : depuis le choeur IVR21_20065237420NUCA
  • Église paroissiale Saint-Martin
    Église paroissiale Saint-Martin Perrusse - en village
    Historique :
    sans doute au 18e siècle ; la nef et le clocher ont été élevés en 1784-1785 sur les plans de François
    Description :
    Edifice à plan allongé ; extérieur en moellons excepté le clocher et les contreforts en pierre de d'arêtes et la seconde d'ogives) et chevet plat ; la nef et le choeur sont couverts de toits à longs pans
    Auteur :
    [architecte] Lancret François-Nicolas
    Illustration :
    Flanc sud depuis le sud-ouest IVR21_20065245026NUCA Vue générale depuis le sud-est IVR21_20065245027NUCA Choeur depuis le sud-est IVR21_20065245028NUCA Sacristie depuis le sud IVR21_20065245029NUCA Vue générale depuis le nord-est IVR21_20065245034NUCA Nef, depuis le choeur IVR21_20065245036NUCA Choeur, chapiteau derrière le maître-autel IVR21_20065245043NUCA Choeur, depuis le nord-est IVR21_20065245031NUCA
  • Église paroissiale Saint-Symphorien
    Église paroissiale Saint-Symphorien Charmont-sous-Barbuise - en village
    Historique :
    Charmont-sous-Barbuise s'appela jusqu'au 16e siècle Colaverdey : Louis-François Hennequin , procureur général au Grand Conseil, en obtint le changement par lettres patentes de janvier 1669. Dès le 9e Mauroy et restèrent à ses descendants jusqu'à la fin du 16e siècle ; en 1646, François Mauroy légua , ambassadeur à Venise, qui passe pour avoir construit, au début du 18e siècle, le château actuel. Église du 16e
  • Eglise paroissiale Saint-Germain
    Eglise paroissiale Saint-Germain Buzancy - rue de l' Eglise - en village - Cadastre : 1996 AI 24
    Historique :
    Le choeur, les deux dernières travées de la nef et les trois premières travées du bas-côté sud datent du milieu du 13e siècle. La façade occidentale a été commencée vers le milieu du 14e siècle sud de la nef) : le mur du collatéral sud a été reconstruit sur quatre travées en pierre de Dom-le antérieur à 1302 précise que la paroisse était placée sous invocation de saint Germain d´Auxerre et que le collateur de la cure était l'abbé de Mouzon. Sous le choeur se trouvait jadis le caveau de la famille d
    Référence documentaire :
    p. 160 Les églises d´Argonne. Le guide de l´Argonne. Lyon, 1987 BECHARD, Eliane, JANNIN, Francois pp. 29-34 Un mémoire sur le vitrail ardennais. En guise de préface. Etudes ardennaises, 1957, n°10 DARCQ, Gérard, LAMBERT, Pol. Un mémoire sur le vitrail ardennais. En guise de préface. Etudes pp. 12-17 Le bourg de Buzancy : son église, ses maisons bourgeoises, la chapelle de Masme . L'automobilisme ardennais, mars-avril 1959, n°125 MANCEAU, Henri. Le bourg de Buzancy : son église, ses maisons , et al. Les églises d´Argonne. Le guide de l´Argonne. Lyon : La Manufacture, 1987. p. 114 Le guide du patrimoine de Champagne-Ardenne, 1995 PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie (dir .). Le guide du patrimoine de Champagne-Ardenne. Paris : 1995. 432 p.
    Description :
    bâti en pierre de taille calcaire de Buzancy en moyen et grand appareil. Le sol de la nef est couvert encadrée par deux baies en plein-cintre) et le choeur de hautes baies étroites en plein-cintre. La partie à voussures en arc brisé supportées par des colonnes à chapiteaux feuillagés ; le tympan ajouré est à longs pans à croupe, la galerie de l'abside par une terrasse et le clocher par une flèche
    Illustration :
    Le flanc sud IVR21_20130862468NUC2A Le clocher IVR21_20130862470NUC2A Le chevet IVR21_20130862471NUC2A Le flanc nord depuis le jardin public IVR21_20130862472NUC2A Le chevet depuis le nord IVR21_20130862473NUC2A Vue sur le flanc nord et la tour du clocher IVR21_20130862474NUC2A Le portail occidental IVR21_20130862479NUC2A Les arcades nord et le bas-côté IVR21_20130862480NUC2A Les arcades sud et le bas-côté IVR21_20130862482NUC2A Le choeur IVR21_20130862483NUC2A
  • Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste
    Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste Belleville-et-Châtillon-sur-Bar - Châtillon-sur-Bar - rue de l' Eglise - en village - Cadastre : 1994 112D 63
    Historique :
    Le chœur, les arcs nord et sud de la croisée du transept et les arcades de la nef datent du 13e siècle. La nef a été voûtée au 15e siècle. Les bras du transept ont été ajoutées vers 1510 pour le sud et vers 1520 pour le nord. Les collatéraux ont été refaits à l'époque moderne. L'édifice a dû 1847 et 1886. Un projet plus ambitieux établi le 22 avril 1868 prévoyait la reconstruction complète du bras sud du transept et le voûtement des collatéraux ; les travaux furent réceptionnés en 1870 mais le
    Référence documentaire :
    p. 161 Les églises d´Argonne. Le guide de l´Argonne. Lyon, 1987 BECHARD, Eliane, JANNIN, Francois , et al. Les églises d´Argonne. Le guide de l´Argonne. Lyon : La Manufacture, 1987.
    Description :
    un transept saillant. Le chœur se compose d'une travée droite et d'une abside à trois pans . L'escalier en vis hors-œuvre est campé dans l'angle formé par le bras nord du transept et le chœur, et la sacristie est adossée au flanc sud du chœur. Le clocher en charpente de plan carré est campé au faîtage de enduites. Le sol est couvert de carreaux d'ardoise grise et violette. Les murs des bras du transept sont croupe polygonale et le clocher par une flèche carrée.
    Annexe :
    20130868770ZZ : 94 ; Charenton-le-Pont ; Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, 29529 20130868960NUC2A
    Illustration :
    Vue générale depuis le sud-ouest IVR21_20130868960NUC2A Vue générale depuis le sud IVR21_20130868962NUC2A Vue générale depuis le sud-est IVR21_20130868966NUC2A Vue générale depuis le nord IVR21_20130868968NUC2A Vue générale depuis le nord-ouest IVR21_20130868969NUC2A Voûte du bras nord du transept représentant le Tétramorphe IVR21_20130868975NUC2A Nef depuis le transept IVR21_20130868981NUC2A
  • Église paroissiale Saint-Laurent
    Église paroissiale Saint-Laurent Sy - en village - Cadastre : 1990 ZH 21
    Historique :
    La nef et le choeur de l'église Saint-Laurent remontent au 13e siècle. A la fin du 15e siècle, on -1540, on réedifia complètement la façade occidentale dans le style Renaissance avec un portail à double vantail. Le mur sud de la nef et la moitié supérieure du mur nord ont dû être reconstruits à cette
    Référence documentaire :
    p. 170 Les églises d´Argonne. Le guide de l´Argonne. Lyon, 1987 BECHARD, Eliane, JANNIN, Francois , et al. Les églises d´Argonne. Le guide de l´Argonne. Lyon : La Manufacture, 1987.
    Représentations :
    Le sommet de la façade occidentale est occupée par une frise végétale et deux gargouilles en forme de chimères. Deux personnages (un homme et une femme) occupent le sommet des pinacles. Chapiteaux feuillagés dans le choeur.
    Description :
    du choeur et communiquent avec lui par le biais de portes. Le choeur rectangulaire se termine par un chevet plat. La sacristie est adossée au flanc est de la chapelle sud. Le clocher en charpente de plan diaphragme implanté dans le vaisseau central de la nef. Les murs sont élevés en pierre de taille calcaire en sont couverts de carreaux de marbre noir et de pierre bleue (le reste est bétonné). Le mur sud de la surmontées par un entablement et une baie en plein-cintre. Le vaisseau central de la nef est plafonné, les collatéraux également mais avec des plafonds inclinés ; la travée d'avant-choeur, la chapelle nord et le sacristie d'un toit en appentis et le clocher par une flèche polygonale.
    Illustration :
    Vue générale depuis le nord-ouest IVR21_20130868371NUC2A Vue générale depus le sud-ouest IVR21_20130868379NUC2A Vue générale depuis le sud-est IVR21_20130868383NUC2A Vue générale depuis le nord-est IVR21_20130868387NUC2A Nef depuis le choeur IVR21_20130868399NUC2A
  • Église paroissiale Saint-Pierre
    Église paroissiale Saint-Pierre Saint-Pierremont - rue des Prêtres - en village - Cadastre : 1996 AB 8
    Historique :
    Le choeur date du 13e siècle mais est antérieur à 1283 date où le village reçut une charte de Mabillon (né à Saint-Pierremont en 1632) a été baptisé dans cette église. Au 13e siècle, le village avait
    Observation :
    Imposante tour du 13e siècle accueillant le choeur au rez-de-chaussée et un étage fortifiée par le
    Référence documentaire :
    p. 168 Les églises d´Argonne. Le guide de l´Argonne. Lyon, 1987 BECHARD, Eliane, JANNIN, Francois , et al. Les églises d´Argonne. Le guide de l´Argonne. Lyon : La Manufacture, 1987.
    Représentations :
    Chapiteaux feuillagés dans le choeur. Tête humaine sculptée sur l'un des modillons du clocher.
    Description :
    un plan allongé. La nef à vaisseau unique est suivie par le choeur à deux travées et chevet plat dont clocher dont le dernier niveau était également à usage défensif (présence d'archères). La sacristie est de l'édifice. Le sol de l'allée centrale de la nef est bétonné mais ses parties latérales et la damier de marbre blanc, noir et brun veiné. La nef est percée de baies en plein cintre et le choeur de
    Illustration :
    Vue générale depuis le sud est IVR21_20130863078NUC2A Le toit du clocher, côt sud est IVR21_20130863079NUC2A La tourelle d'accès aux combles, contre le mur sud de la croisée du transept IVR21_20130863080NUC2A Vue générale depuis le nord-est IVR21_20130863085NUC2A Le flanc nord IVR21_20130863088NUC2A Le portail occidental IVR21_20130863089NUC2A Le mur nord de la nef IVR21_20130863091NUC2A Le mur sud de la nef IVR21_20130863093NUC2A Le côté nord de la nef et l'autel latéral IVR21_20130863094NUC2A Le côté sud de la nef et l'autel latéral IVR21_20130863095NUC2A
  • Église paroissiale Saint-Antoine
    Église paroissiale Saint-Antoine Braux-le-Châtel - en village
    Historique :
    les voûtes. Nef reconstruite dans le 3e quart du 18e siècle sur le devis de l'architecte François Mauperrin (12 126 l.), clocher du 19e siècle. L'église de Braux était le siège d'une cure à la collation des chapelles formant transept car elle présente d'autres périodes de construction. Le chœur à chevet plat et triplet d'influence cistercienne, l’avant-chœur et le clocher datent de la seconde moitié du 12e siècle ou
    Référence documentaire :
    p.61-62 Le Diocèse de Langres. Histoire et statistique ROUSSEL (abbé). Le Diocèse de Langres
    Auteur :
    [architecte] Mauperrin François
    Localisation :
    Braux-le-Châtel - en village
    Illustration :
    Vue partielle (nef depuis le choeur) IVR21_20065229890NUCA
  • Église paroissiale  Saint-Pierre et Saint-Paul
    Église paroissiale Saint-Pierre et Saint-Paul Villenauxe-la-Grande - place Georges Clémenceau - en ville
    Historique :
    y avait un prieuré, qui fut réuni en 1707 au collège Louis le Grand des jésuites de Paris. L'antique abbaye de Nesle s'y établit au 17e siècle, dans une maison qui subsiste. Le fief relevait de Sézanne ; il 1598 il fut acheté par Charles de Villemontée, procureur du roi au Châtelet de Paris, dont le petit -fils, François, fit ériger Villenauxe en marquisat. Église élevée d'est en ouest en deux campagnes . Partie orientale du 13e siècle. Partie occidentale de la fin du 15e siècle. Dédicacée en 1499. Le portail
    Illustration :
    Le portail ouest IVR21_20031038960NUCA
  • Église paroissiale Saint-Rémy
    Église paroissiale Saint-Rémy Montier-en-Der - 10 place de l'Hôtel de Ville - en ville
    Contributeur :
    Griot François
    Historique :
    673 par saint Berchaire sur des terres données par le roi Childéric II. A la Révolution, l'ancienne édifia le choeur et la tour de façade qui furent probablement achevés aux alentours de 1200. Au 14e commendataire François de Dinteville modifia la partie antérieure de l'église (reconstruction de la façade et transaction fut passée le 6 février 1556 entre le cardinal Charles de Lorraine, archevêque de Reims et abbé l'abbaye (maisons abbatiales, trésorerie, chantrerie, aumônerie, étables, prévôté) et reconstruire le mur 1860. Sous l'impulsion de Prosper Mérimée, le choeur, la chapelle axiale et le déambulatoire furent entre 1896 et 1901. L'édifice fut bombardé et incendié le 14 juin 1940 ce qui entraîna un grand
    Référence documentaire :
    p.550-553 ROUSSEL, Charles. Le diocèse de Langres : histoire et statistique, 1875 ROUSSEL, Charles . Le diocèse de Langres : histoire et statistique. Langres, 1875, tome II.
    Représentations :
    Chapiteaux à crochet et culots ornés de têtes humaines dans le choeur. Vitraux de l'abside par Max
    Description :
    Edifice à plan allongé. La nef est à trois vaisseaux de huit travées : le vaisseau central est un triforium lambrissé s'ouvrant sur le vaisseau central par des baies géminées. Le vaisseau central se prolonge à l'ouest d'une travée supplémentaire (occupée par la tribune d'orgue). Le flanc sud de sont couverts de toits individuels. Le choeur se compose d'une travée droite suivie par une abside à moitié de cette travée avec le reste du choeur sont couverts par d'une voûte d'ogives à huit quartiers . L'étage est également occupé par un triforium voûté d'ogives s'ouvrant par des baies à double colonnes. Le supplémentaire et est couverte d'une voûte d'ogives à huit quartiers. Le flanc nord des deux dernières travées de à cette chapelle. La façade occidentale, la tour du clocher et le choeur sont en pierre de taille et la nef est enduite. Nef prolongée par le choeur et abside entourée d'un déambulatoire sur lequel
    Illustration :
    Vue partielle (le choeur au sud) IVR21_20065229718NUCA Vue partielle (depuis le triforium au sud) IVR21_20065229728NUCA Vue partielle (dans le triforium au sud) IVR21_20065229729NUCA Vue partielle (depuis le triforium dans l'axe, vue sur le voûtement de la nef Vue partielle (vue sur le sanctuaire depuis le triforium au sud) IVR21_20065229732NUCA Vue partielle (le vaisseau central) IVR21_20065229733NUCA Vue partielle (vue sur la nef et le choeur, côté nord) IVR21_20065229734NUCA Vue partielle (depuis le choeur, vue sur l'entrée sud) IVR21_20065229735NUCA Vue partielle (vue sur le déambulatoire nord du choeur) IVR21_20065229738NUCA Vue partielle (humidité dans le bas-côté sud) IVR21_20065229778NUCA
  • Eglise paroissiale Saint-Leu
    Eglise paroissiale Saint-Leu Sévigny-Waleppe - place de l' Eglise - en village - Cadastre : 1987 AB 49
    Historique :
    La nef de l'église a dû être érigée dans la seconde moitié du 12e siècle. Le choeur a quant à lui siècle. Au 17e siècle, peut-être suite à l'effondrement du clocher le 25 février 1668, les collatéraux furent reconstruits. La charpente du clocher, fut réédifiée en 1682 (on peut lire le nom Antoine Mettez et la date de 1682 sur un bois de charpente), et le vaisseau central doit remonter à l'époque du ajoutées probablement lors de la restauration de 1682. Le choeur fut également revoûté à la fin du 17e
    Référence documentaire :
    p. 335 Le guide du patrimoine de Champagne-Ardenne, 1995 PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie (dir .). Le guide du patrimoine de Champagne-Ardenne. Paris : 1995. 432 p. p. 93 Les Ardennes religieuses. Douzy, 2010 PINARD, Jean-François. Les Ardennes religieuses. Douzy
    Description :
    tribune, au sud. Le choeur se compose d'une travée droite, encadrée par deux chapelles formant faux antérieurs du clocher. L'édifice est bâti en pierre de taille tendre. Le sol de la nef est couvert de dalles de calcaire et sa partie terminale ainsi que le choeur d'un damier de dalles calcaire et de marbre noir. Les faces intérieures des murs sont enduites. Présence d'un puits dans le choeur. Les murs de la coniques et le clocher par une flèche polygonale.
    Illustration :
    Plan de masse de l'édifice d'après le plan cadastral IVR21_20130854505NUD Façade occidentale depuis le sud-ouest IVR21_20130862369NUC2A Depuis le sud IVR21_20130862370NUC2A Côté sud et bras sud du transept depuis le sud-est IVR21_20130862371NUC2A Sacristie et choeur depuis le sud IVR21_20130862372NUC2A Vue intérieure depuis le choeur IVR21_20130862379NUC2A
1