Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 15 sur 15 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Verrière figurée et décorative (côté nord de la nef) : Vierge à l'Enfant, frise végétale
    Verrière figurée et décorative (côté nord de la nef) : Vierge à l'Enfant, frise végétale Saint-Martin-de-Bossenay - en village
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de l'Aube
    Inscriptions & marques :
    gauche) ; OFFERT PAR LA / FAMILLE PARIAT- / MARTIN. 1930 (lancette droite).
    Cadre de l'étude :
    département de l'Aube
    Historique :
    (lancette gauche) et par la famille Pariat-Martin en 1930 (lancette droite). [Données concernant le vitrail
    Référence documentaire :
    p. 197 Corpus vitrearum, Vitraux de Champagne-Ardenne, 1992 CALLIAS BEY, Martine, CHAUSSE , Véronique, FINANCE, Laurence de, LAUTIER, Claudine. Les vitraux de Champagne-Ardenne. Paris : CNRS, 1992
    Canton :
    Saint-Lyé
    Représentations :
    figure biblique Vierge à l'Enfant Arbre de Jessé Soufflet du tympan : Vierge à l'Enfant provenant d'un Arbre de Jessé. Lancettes : vitrerie à bornes bordée d'une frise végétale néo-16e siècle principalement constituée de feuilles d'acanthe.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Baie en arc brisé composée de deux lancettes polylobées. Tympan ajouré d'un soufflet et de deux
    Localisation :
    Saint-Martin-de-Bossenay - en village
    Titre courant :
    Verrière figurée et décorative (côté nord de la nef) : Vierge à l'Enfant, frise végétale
    Structures :
    jour de réseau 3
  • Eglise Saint-Martin de Gigny
    Eglise Saint-Martin de Gigny Saint-Dizier - en ville - Cadastre : BX 230
    Copyrights :
    (c) Ministère de la culture (c) Conseil général de la Haute-Marne
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale recensement du patrimoine mobilier des églises de la Haute-Marne
    Historique :
    rapportée, car il est de style ogival à voussures et chapiteaux à crochets. En 1792, l'église Saint-Martin quatre chapelles absidiales. En 1874, réalisation d'une chapelle au sud : la chapelle de Sainte-Philomène On ne sait pas à quelle date l'église actuelle a remplacé celle reconstruite après le siège de Charles-Quint. Seul le portail occidental semble avoir été conservé de l'ancien édifice ou bien avoir été est fermée au culte, la paroisse de Gigny est rattachée à celle de Notre-Dame. Du 6 février 1794 au 22 avril 1795, l'église est transformée en fabrique de salpêtre pour les poudres (guerres de l'An II pour cause de ruine de la charpente. La base est conservée, on y loge trois les cloches fondues en 1858 par Paintendre. En 1862, l'architecte Fisbacq agrandit le chevet par une abside de quatre travées et
    Canton :
    Saint-Dizier Centre
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    , à voussures et chapiteaux à crochets. Chapelle latérale dite chapelle de Sainte-Philomène au sud Edifice de plan allongé dont on a agrandi le choeur en hémicycle de quatre absidioles à trois pans et dans le prolongement du choeur, un sanctuaire de quatre travées percé de six baies en plein cintre couple peinte. La nef est séparée des bas-côtés par des piliers de section carrée, nef sur voûtes d'arêtes. La sacristie a été construite à l'intérieur de l'édifice, dans le bas-côté sud, en entrant. Elles est faite d'un simple mur en quart de cercle et d'une porte. Petit clocher court placé sur la croisée d'ardoise. L'ensemble de l'édifice est à couverture de tuiles mécaniques. Portail occidental de style ogival , entre la 3e et la 5e travée du bas-côté, percée de quatre petites baies. Contre le mur occidental, une
    Localisation :
    Saint-Dizier - en ville - Cadastre : BX 230
    Titre courant :
    Eglise Saint-Martin de Gigny
    Vocables :
    Saint-Martin
    Illustration :
    Vue de détail (désordre de la pierre) IVR21_20065221299NUCA Vue de détail (portail, désordre de la pierre) IVR21_20065221300NUCA Vue partielle (voûtes de la nef) IVR21_20065221306NUCA
  • Eglise Saint-Martin de la Noue
    Eglise Saint-Martin de la Noue Saint-Dizier - en ville
    Copyrights :
    (c) Ministère de la culture (c) Conseil général de la Haute-Marne
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale recensement du patrimoine mobilier des églises de la Haute-Marne
    Historique :
    L'église Saint-Martin de La Noue est édifiée au début du 16e (choeur, chapelles, portail), et
    Précisions sur la protection :
    Eglise de la Noue : inscription par arrêté du 7 décembre 1925.
    Canton :
    Saint-Dizier Centre
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Edifice à plan en croix latine, nef de 5 travées et collatéraux. Chapelle latérale au sud nervures dans des piliers octogonaux. Piliers de section circulaire pour la nef avec chapiteau d'ordre toscan, plafond en anse de panier en bois peint. Contre le mur occidenta, une tribune soutenant l'orgue . Sanctuaire à chevet polygonal percé de six baies ogivales. Sacristie sur son flanc nord où se s'effectue de trois travées donnant accès au nord et au sud sur les chapelles latérales. Clocher placé au-dessus de la chapelle nord, flèche en ardoise. Le reste de l'édifice est couvert de tuiles mécaniques. Le
    Localisation :
    Saint-Dizier - en ville
    Titre courant :
    Eglise Saint-Martin de la Noue
    Vocables :
    Saint-Martin
    Illustration :
    Vue de détail (clef de voûte) IVR21_20065221394NUCA
  • Châsse
    Châsse Troyes - rue de la Reine-Blanche - en ville
    Copyrights :
    (c) Ministère de la culture (c) Conseil général de l'Aube
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale recensement du patrimoine mobilier des églises de l'Aube
    Observation :
    Pas de photographie ancienne dans le fonds CAOA.
    Représentations :
    saint Martin Décor Renaissance. Statuette sommitale figurant saint Martin bénissant. Sur les facettes : 8 niches dont 5 contenant des figures de saints. saint
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Trois arcatures sur la face principale, une sur les côtés, oculi en verre blanc. Garniture de
    Localisation :
    Troyes - rue de la Reine-Blanche - en ville
    États conservations :
    altération de l'épaisseur de la matière
    Appellations :
    de Saint Martin
    Illustration :
    Détail d'un saint. IVR21_20031006753NUCA Détail d'un saint. IVR21_20031006754NUCA Détail d'un saint. IVR21_20031006755NUCA Détail d'un saint. IVR21_20031006756NUCA
  • Tableau : Saint Augustin terrassant l'hérésie
    Tableau : Saint Augustin terrassant l'hérésie Troyes - rue de la Madeleine - en ville
    Copyrights :
    (c) Ministère de la culture (c) Conseil général de l'Aube
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale recensement du patrimoine mobilier des églises de l'Aube
    Observation :
    Photos en cours de nettoyage. Pas de photographie ancienne dans le fonds CAOA.
    Référence documentaire :
    p. 104 Les églises de Troyes. Cathédrale, collégiales et églises paroissiales DUCOURET, Bernard , BOUDON-MACHUEL, Marion, MINOIS, Danielle et al. Les églises de Troyes. Cathédrale, collégiales et églises
    Représentations :
    saint Martin: soldat De gauche à droite : donateur en chanoine, bénissant ; saint Augustin assis ; saint évêque tendant une épée à saint Augustin ; saint Martin soldat ; serpents monstrueux symbolisant l'hérésie ; mendiant. saint Augustin
    Statut :
    propriété de la commune
    Auteur :
    [peintre] Létin Jacques de
    Localisation :
    Troyes - rue de la Madeleine - en ville
    Titre courant :
    Tableau : Saint Augustin terrassant l'hérésie
    Texte libre :
    mamelles d’Artémis, et saint Martin en soldat romain, avec derrière lui le mendiant de sa légende gauche, il s’agit sans doute de Gilbert de Choiseul, abbé de l’abbaye Saint-Martin-es-Aires, chanoine régulier de l’ordre de saint Augustin et commanditaire de ce tableau. L'église paroissiale Sainte-Madeleine La peinture La scène représente saint Augustin assis en chape et mitre, tenant un coeur enflammé auquel saint Loup, foulant du pied l’hérésie pélagienne aux , piétinant l’hydre du paganisme, tendent chacun leur épée en guise symboliquement de soutien au combat mené
  • Église paroissiale Saint-Martin-ès-Vignes
    Église paroissiale Saint-Martin-ès-Vignes Troyes - rue de la Reine-Blanche - en ville
    Copyrights :
    (c) Ministère de la culture (c) Conseil général de l'Aube
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale recensement du patrimoine mobilier des églises de l'Aube
    Historique :
    Montmorency-Luxembourg, abbé de Montiéramey de 1679 à 1693, seigneur de Saint-Martin, qui était à cette époque L'église Saint-Martin a été commencée en 1592 et construite d'est en ouest. Porte méridionale datée Maillet, chanoine de la Cathédrale de Troyes, le même qui reconstruisit l'abbaye Saint-Loup. de 1610Le sanctuaire est de vers 1620. La façade, commencée en 1681, n'a été achevé qu'en 1691. Elle s'ouvre par un portail à linteau droit duquel sont sculptées les armes de Pierre-Henri-Thibault de , et resta jusqu'en 1855, une commune de la banlieue de Troyes. Tour inachevée de 1747. Au-dessus du portail s'élève une colonnade formée de six colonnes corinthiennes et surmontée d'un fronton triangulaire . Ce portail et sa colonnade, qui est une imitation du Temple de Jupiter Stator, sont l'oeuvre de Louis
    Référence documentaire :
    p. 106-108 Les églises de Troyes. Cathédrale, collégiales et églises paroissiales DUCOURET, Bernard , BOUDON-MACHUEL, Marion, MINOIS, Danielle et al. Les églises de Troyes. Cathédrale, collégiales et églises
    Précisions sur la protection :
    Eglise Saint-Martin-ès-Vignes : classement par arrêté du 6 avril 1908.
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    Troyes - rue de la Reine-Blanche - en ville
    Titre courant :
    Église paroissiale Saint-Martin-ès-Vignes
    Vocables :
    Saint-Martin-ès-Vignes
    Texte libre :
    firent démolir en toute hâte le village de Saint-Martin, puis on décida de reconstruire l’église sur un du XVIe siècle, le parti de Saint-Martin est encore tout emprunt du modèle des églises flamboyantes L’église paroissiale Saint-Martin-ès-Vignes L’architecture Saint-Martin-ès-Vignes est une paroisse de la banlieue de Troyes, peuplée autrefois de vignerons et de jardiniers. Son église, placée sous le patronage de l’abbaye de Montiéramey, apparaît dans les textes en 1117. Au printemps 1590, la ville, tenue transept jusqu’au portail sud de la nef (1610). Les travaux s’arrêtèrent l’année suivante et reprirent en 1619 par une modification de la croisée, puis l’édification des bas-côtés de la nef et des parties hautes du chœur et de la nef, terminées avant 1641, date du marché des voûtes. En 1669, on travaillait aux premiers piliers de la nef avant d’entreprendre la façade en 1681. Bien que conçu à l’extrême fin de la Champagne méridionale : abside à déambulatoire à trois pans ; transept non débordant à grande
    Illustration :
    Eglise Saint-Martin-ès-Vignes de Troyes : façade principale. [n.d.]. 4 cartes postales. (A Evêché Eglise Saint-Martin-ès-Vignes de Troyes : la nef. [n.d.]. 4 cartes postales. (A Evêché Troyes Eglise Saint-Martin-ès-Vignes de Troyes : le choeur. [n.d.]. 4 cartes postales. (A Evêché Troyes Eglise Saint-Martin-ès-Vignes de Troyes : la nef et le choeur. [195. ?]. 1 photogr. (A Evêché Eglise Saint-Martin-ès-Vignes de Troyes : la croisée du transept. [n.d.]. 4 cartes postales. (A Abside : clé de voûte pendante. IVR21_20141000600NUCA Voûte d'ogives : détail de la clef de voûte. IVR21_20141000601NUCA
  • Église paroissiale Saint-Jean-au-Marché
    Église paroissiale Saint-Jean-au-Marché Troyes - rue Mignard Place Marché au Pain - en ville
    Historique :
    ne reste que la base. Cette tour, qui ressemblait à celle de Saint-Rémi de Reims datée de 1386, s'est de ce chœur avait été élaboré en 1519 par Martin de Vaulx, maçon Picard, élève et gendre de Jean Gailde, actif à la Madeleine. Martin était secondé par son fils Jean, gendre de Martin de Chambiges L'église tire son nom du quartier où se tenaient au Moyen Age les célèbres foires de Champagne. La première fois qu'en 1157. La nef, de la quatrième à la huitième travée, est le vestige d'une construction de la première moitié du 13e siècle, probablement contemporaine du chœur de la cathédrale. Dans cette partie du vaisseau central, les fenêtres et les voûtes (sauf la voûte de la huitième travée) ont été refaites, à la fin du 15e siècle ou au début du 16e pour les premières, après le grand incendie troyen de effondrée en 1911. Au 15e siècle, les murs des collatéraux de la nef ont été rebâtis et dotés de fenêtres flamboyantes. On a profité de ce remaniement pour élargir la nef en repoussant le mur entre les contreforts du
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale recensement du patrimoine mobilier des églises de l'Aube
    Référence documentaire :
    p. 80-83 Les églises de Troyes. Cathédrale, collégiales et églises paroissiales DUCOURET, Bernard , BOUDON-MACHUEL, Marion, MINOIS, Danielle et al. Les églises de Troyes. Cathédrale, collégiales et églises
    Statut :
    propriété de la commune
    Annexe :
    20031040151NUC : Evêché de Troyes 20031040150NUC : Evêché de Troyes 20031040149NUC : Evêché de Troyes 20031040148NUC : Evêché de Troyes 20031040147NUC : Evêché de Troyes 20031040146NUC : Evêché de Troyes 20031040145NUC : Evêché de Troyes 20031040144NUC : Evêché de Troyes 20031040143NUC : Evêché de Troyes 20031040142NUC : Evêché de Troyes 20031040141NUC : Evêché de Troyes 20031040140NUC : Evêché de Troyes 20031040139NUC : Evêché de Troyes 20031040138NUC : Evêché de Troyes 20031040137NUC : Evêché de Troyes 20031040136NUC : Evêché de Troyes 20031040135NUC : Evêché de Troyes 20031040134NUC : Evêché de Troyes 20031040133NUC : Evêché de Troyes 20031040132NUC : Evêché de Troyes 20031040131NUC : Evêché de Troyes 20031040130NUC : Evêché de Troyes
    Texte libre :
    paroisse Saint-Jean-au-Marché est l’une des plus anciennes de la ville. Comme son nom le laisse entendre , le grand incendie qui détruisit une partie de la ville endommagea les trois premières travées. Martin . Mais, ce n’est qu’en 1519 qu’ils approuvèrent, après l’avoir soumis à Martin Chambiges, le plan de Martin de Vaulx, maître maçon d’origine picarde qui travailla avec son beau-père Jehan Gailde au jubé de construction fut définitivement abandonnée en 1574.En 1534, Martin de Vaulx avait posé des réseaux sinueux aux L'église paroissiale Saint-Jean-au-Marché L'architecture Établie au plus tard au Xe siècle, la , c’est principalement sur son territoire que se tinrent, à partir du XIe siècle, les célèbres foires de Champagne. L’édifice fut entièrement reconstruit au XIIIe siècle. Il comportait une nef de sept travées , aujourd’hui conservée à l’exception de la première qui se trouvait à l’emplacement de la troisième actuelle , prolongée directement par un chœur de deux travées (disposition attestée par les comptes relatifs à sa
    Vocables :
    Saint-Jean-au-Marché
    Copyrights :
    (c) Ministère de la culture (c) Conseil général de l'Aube
    Précisions sur la protection :
    Eglise Saint-Jean : classement par liste de 1840.
    Auteur :
    [maître maçon] Vaulx Martin de, Vaulx Jean de, Prince Jean, Mauvoisin Rémi, Faulchot Gérard
    Description :
    latérales côté sud) ; chœur à 3 travées accompagné de bas-côtés doubles au nord et simple au sud et de
    Titre courant :
    Église paroissiale Saint-Jean-au-Marché
    Illustration :
    Nef, bas-côté nord, travée II, clef de voûte, Saint-Julien l'Hospitalier dans sa barque Choeur, voûte de la chapelle Saint-Joseph (9). IVR21_20091000095NUC2A Choeur, voûte de la chapelle Saint-Sébastien (12). IVR21_20091000092NUC2A Plan de l'église et de son quartier. Détail d'un plan d'alignement de la ville de Troyes, 1757-1769 Eglise St Jean à Troyes [2] Coupe [transversale] des trois nefs de l'église. IVR21_20091000119NUC2A Eglise de Troyes [3.] Coupe [longitudinale] de la grande nef avec deux arcades bouchées par les Eglise de Troyes [3.] Coupe [longitudinale] de la grande nef avec deux arcades bouchées par les Eglise de Troyes [3.] Coupe [longitudinale] de la grande nef avec deux arcades bouchées par les Eglise St Jean à Troyes [4.] Coupe [transversale] des trois nefs de l'église dans l'état actuel Eglise St Jean à Troyes [4.] Coupe [transversale] des trois nefs de l'église dans l'état actuel
  • Tableau : Descente de Croix
    Tableau : Descente de Croix Troyes - rue de la Reine-Blanche - en ville
    Copyrights :
    (c) Ministère de la culture (c) Conseil général de l'Aube
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale recensement du patrimoine mobilier des églises de l'Aube
    Observation :
    Pas de photographie ancienne dans le fonds CAOA.
    Représentations :
    Descente de Croix
    Statut :
    propriété de la commune
    Auteur :
    [peintre] Létin Jacques de
    Localisation :
    Troyes - rue de la Reine-Blanche - en ville
    Titre courant :
    Tableau : Descente de Croix
    Dimension :
    h = 173 ; la = 127, Dimensions de la toile seule.
    Illustration :
    Descente de Croix, tableau de l'église Saint-Martin-ès-Vignes de Troyes. [195. ?]. 1 photogr. (A
  • Tableau : Apparition à Marie-Madeleine
    Tableau : Apparition à Marie-Madeleine Troyes - rue de la Reine-Blanche - en ville
    Copyrights :
    (c) Ministère de la culture (c) Conseil général de l'Aube
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale recensement du patrimoine mobilier des églises de l'Aube
    Observation :
    Pas de photographie ancienne dans le fonds CAOA.
    Représentations :
    Apparition à sainte Madeleine
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    Troyes - rue de la Reine-Blanche - en ville
    Dimension :
    h = 168 ; la = 203, Dimensions de la toile seule.. h = 168 ; la = 203, Dimensions de la toile seule.
    États conservations :
    Manques ponctuels de matière picturale. Craquelures blanches. Écaillage important dans la partie
    Illustration :
    Apparition du Christ à Marie-Madeleine, tableau de l'église Saint-Martin-ès-Vignes de Troyes. [n.d Apparition du Christ à Marie-Madeleine, tableau de l'église Saint-Martin-ès-Vignes de Troyes. [n.d .]. 2 photogr. (Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine) IVR21_20101000121NUC .]. 2 photogr. (Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine) IVR21_20101000120NUC
  • Église paroissiale Saint-Pantaléon
    Église paroissiale Saint-Pantaléon Troyes - rue Vauluisant - en ville
    Historique :
    de Saint-Jean-au-Marché. Elle ne devint une cure indépendante qu’en 1715. Au début du 16e siècle L’église Saint-Pantaléon est mentionnée en 1189, en même temps que Saint-Nicolas, comme succursale l’église en pan de bois fut reconstruite en pierre par Jean I Bailly. Les parties basses du chœur étaient achevées en 1508 et le haut vaisseau en 1511. En 1517, fut entrepris le côté nord de la nef, mais le chantier fut interrompu dès 1518 par la mort du maître d’œuvre. Il reprit en 1520 sous la direction de avancés, lorsque l’église fut ravagée par le feu qui détruisit plusieurs quartiers de la ville, provoquant de remettre l’édifice en service, mais la véritable « rénovation » commença en 1527, ainsi que l’indique une inscription latine gravée sur le chevet. Il semble qu’on ne conserva de l’édifice que les murs gouttereaux sud et de chevet. Les travaux, commencés par le côté sud du chœur – verrières datées de 1531-1533 1530 (date portée sur la niche inférieure du deuxième pilier de droite), on travaillait aux parties
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale recensement du patrimoine mobilier des églises de l'Aube
    Référence documentaire :
    Eglise Saint Pantaléon [vue générale de l'intérieur], 1857 Église Saint Pantaléon [vue générale de Troyes. - Intérieur de Saint-Pantaléon, 1901-1909 Troyes. - Intérieur de Saint-Pantaléon. 1901-1909 L'église Saint-Pantaléon de Troyes ; sa construction et ses objets d'art, 1881 BABEAU, Albert . L'église Saint-Pantaléon de Troyes ; sa construction et ses objets d'art. Annuaire de l'Aube, 1881, p. 33 Le chœur et le grand autel de l'église Saint-Pantaléon de Troyes du XVIe au XVIIe siècle MINOIS , Danielle. Le chœur et le grand autel de l'église Saint-Pantaléon de Troyes du XVIe au XVIIe siècle. La Vie Les campagnes de construction de l'église Saint-Pantaléon de Troyes : architecture et vitrail (1508 -1745) MINOIS, Danielle. Les campagnes de construction de l'église Saint-Pantaléon de Troyes Saint-Pantaléon de Troyes SALET, Francis. Saint-Pantaléon de Troyes. In Congrès archéologique vol. 2, p. 411-418 Mémoires historiques et chronologiques des antiquités de la ville de Troyes
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Statut :
    propriété de la commune
    Texte libre :
    succursale de Saint-Jean-au-Marché. Elle ne devint une cure indépendante qu’en 1715. D'après Duhalle (vol. 2 début du 16e siècle : le porche de Saint-Jacques-aux-Nonnains (avant 1507) et le jubé de Sainte l'établissement des parties hautes du transept et de la nef. Le parti du plan de Saint-Pantaléon – un chœur à l’entourage de Martin Chambiges, maître d’œuvre avec lequel Jean I Bailly était régulièrement en contact sur impossible que Martin Chambiges, créateur de ce modèle de pilier, en ait suggéré l'emploi à Jean I Bailly dès L’église paroissiale Saint-Pantaléon est mentionnée en 1189, en même temps que Saint-Nicolas, comme , p. 412), qui écrit en 1753, la première église était en pan de bois et sa façade établie en biais par rapport à l'axe de la parcelle. L'auteur en donne une brève description : " Elle avoit moins environ 84 pieds, et du Levant 44, en sorte qu'au couchant elle formoit une pointe en forme de triangle placée la tour ou clocher de cette église ". Au début du 16e siècle, elle fut reconstruite en pierre par
    Vocables :
    Saint-Pantaléon
    Couvrements :
    lambris de couvrement
    Copyrights :
    (c) Ministère de la culture (c) Conseil départemental de l'Aube
    Précisions sur la protection :
    Eglise Saint-Pantaléon : classement par liste de 1862.
    Représentations :
    glorieux entouré de la Vierge et de saint Jean, figures aujourd'hui bûchées. La façade classique présente ornement végétal tête d'ange colombe du Saint-Esprit L'élévation extérieure est rythmée de niches à décor flamboyant pour le chevet et le côté sud , Renaissance pour le clocher sud et tout le côté nord. De même, le portail sud est flamboyant tandis que celui du nord est Renaissance. Le couronnement de ce dernier, en arc de triomphe, abritait un Christ deux ordres de pilastres superposés, dorique associé à un fronton triangulaire pour le premier niveau de niches à deux niveaux, au décor flamboyant pour le côté sud du chœur, Renaissance pour toutes les d'axe du chœur est ornée d'une figure en haut relief de Dieu le père environnée de rayons lumineux, de Renaissance. Le lambris de couvrement des parties hautes est ponctué de motifs de rosaces et d'une fausse-clef pendante monumentale au niveau de l'abside, composée d'une série de têtes de séraphins et amortie par des
    Description :
    Église de plan en croix latine à transept non débordant. La nef, le chœur et le transept comprennent un haut vaisseau à éclairage direct, la nef et le chœur étant bordés de bas-côtés et de chapelles . L'abside, terminant le haut vaisseau du chœur, présente la particularité de s'inscrire dans une partie basse à chevet rectangulaire. L'édifice est entièrement construit en pierre de taille, le haut vaisseau et le clocher étant couvert d'ardoise, les parties basses de tuile plate. Les premières travées des central, sont différentes des autres, de plan carré et pourvues chacune d'un escalier en vis à cage ouverte car elles constituent le rez-de-chaussée des deux tours projetées. Toutes les parties basses sont voûtés d'ogives de divers dessins et le haut vaisseau reçoit un lambris de couvrement en anse de panier , conservant les traces d'une peinture blanche et de faux joints rouges.
    Titre courant :
    Église paroissiale Saint-Pantaléon
    Illustration :
    Église Saint Pantaléon [vue générale de l'intérieur] / A. Dauzats del. et sculpt. 1857. 1 est Troyes. - Intérieur de Saint-Pantaléon. 1901-1909. 1 impr. photoméc. (carte postale) (A évêché Elévation nord, niche à droite de la troisième travée (chapelle Saint-Jacques Plan chronologique / d'après J. Laurent, revu par F. Salet. 1955. Extr. de : Congès archéologique . (lithographie) ; 26,5 16,5 cm. Extr. de : "Voyage archéologique et pittoresque dans le département de l'Aube . (lithographie) ; 39,3 x 28 cm. Extr. de : "Voyages pittoresques et romantiques dans l'ancienne France" / Nodier Vue du transept de l'église St. Pantaléon à Troyes / Emile Sagot del. et lith. 1857. 1 est . (lithographie) ; 39,3 x 28 cm. Extr. de : "Voyages pittoresques et romantiques dans l'ancienne France" / Nodier Intérieur de St. Pantaléon à Troyes [première travée du bas-côté nord de la nef] / Émile Sagot del . et lith. 1857. 1 est. (lithographie) ; 33,5 x 23 cm. Extr. de : "Voyages pittoresques et romantiques
  • Cathédrale Saint-Pierre-et-saint-Paul
    Cathédrale Saint-Pierre-et-saint-Paul Troyes - place Saint-Pierre - en ville
    Historique :
    Église élevée d'est en ouest à partir de 1208. Sanctuaire et transept du 13e siècle. La nef, ses campaniles de la tour sont de 1630. La tour sud ne fut jamais élevée. Description très complète dans Sandron , Dany, Cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul, in Le guide du patrimoine Champagne-Ardenne, sous la direction de J.-M. Perouse de Montclos, 1995, p. 349-357.
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale recensement du patrimoine mobilier des églises de l'Aube
    Référence documentaire :
    p. 36-41, 48 Les églises de Troyes. Cathédrale, collégiales et églises paroissiales DUCOURET , Bernard, BOUDON-MACHUEL, Marion, MINOIS, Danielle et al. Les églises de Troyes. Cathédrale, collégiales et
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Annexe :
    14e siècle, versement en 1892 du dépôt lapidaire de la cathédrale de Troyes : - R.F.907 (n° RMN 4436 6 (Chartres) du rez-de-chaussée de l'aile Richelieu.
    Texte libre :
    La cathédrale Saint-Pierre-Saint-Paul L’architecture L’unité architecturale de la cathédrale de , c’est-à-dire après le chœur très voisin de l’abbatiale de Saint-Denis, commencé en 1231, et non verticale jusqu’au haut de la façade. Parmi les autres sculptures détruites, notons celles des saints patrons de la cathédrale, Pierre et Paul, qui amortissaient les contreforts latéraux. La clef de saint genre de reprise, Martin Chambiges, qui renvoya un projet en 1502-1503. Comme solution, il proposa un ), contenant des œuvres du sculpteur Nicolas Halins : scènes de la Passion au centre, vie de saint Pierre à gauche et de saint Paul à droite. Il subsiste malgré tout, nichés dans les creux des piédroits et des Troyes dissimule un chantier qui a duré près de quatre siècles. L’ancienne cathédrale, endommagée par l’incendie qui ravagea Troyes en 1188, venait d’être remise en état, quand, vers 1200, l’évêque Garnier de s’édifiaient alors dans le nord de la France : nef et partie droite du chœur séparées par un transept et
    Vocables :
    Saint-Pierre-et-Saint-Paul
    Copyrights :
    (c) Ministère de la culture (c) Conseil général de l'Aube
    Précisions sur la protection :
    Cathédrale Saint-Pierre : classement par liste de 1862.
    Auteur :
    [maître d'oeuvre] Torvoie Jean de [architecte] Chambiges Martin [architecte] Damas Jean de
    Description :
    à 4 travées accompagné de bas-côtés doubles ; nef à 5 travées accompagnées de bas-côtés doubles et de chapelles latérales ; 2 travées à l'ouest pour le massif occidental ; la façade serait de style
    Localisation :
    Troyes - place Saint-Pierre - en ville
    Titre courant :
    Cathédrale Saint-Pierre-et-saint-Paul
    Illustration :
    Vue éloignée de la cathédrale depuis l'église Saint-Nizier, au nord-est. IVR21_20031008645NUCA Vue depuis la rue de la Cité, au nord-ouest. IVR21_20031008644NUCA Elévation de la façade nord, depuis le nord-ouest. IVR21_20141000312NUCA Elévation de la façade nord, depuis le nord-nord-ouest. IVR21_20141000311NUCA Elévation de la façade nord, depuis le nord. IVR21_20141000309NUCA Elévation de la façade nord, depuis le nord. IVR21_20141000310NUCA Elévation de la façade nord, depuis le nord-est. IVR21_20031008706NUCA Elévation de la façade sud. IVR21_20031008943NUCA Côté sud de la nef : arcs-boutants avec façade du transept en arrière-plan. IVR21_20141001041NUCA Côté sud de la nef : arcs-boutants avec façade du transept en arrière-plan, vue rapprochée
  • Église paroissiale Sainte-Madeleine
    Église paroissiale Sainte-Madeleine Troyes - rue de la Madeleine - en ville
    Copyrights :
    (c) Ministère de la culture (c) Conseil général de l'Aube
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale recensement du patrimoine mobilier des églises de l'Aube
    Historique :
    Cette église fut jadis succursale de Saint-Rémi. L'église mentionnée en 1157 a été reconstruite , dont on a conservé la porte sur rue, œuvre de Martin de Vaulx datée de 1525 (on y voit la salamandre de vers 1200 pour la nef, le transept et la première travée de chœur, vers 1500 pour le chœur. L'hypothèse récemment soutenue, selon laquelle l'église de 1200 avait un plan en croix grecque, encore reconnaissable Mauvoisin sur un projet de Nicolas Cordonnier ; elle a été achevée à partir de 1548 par Jean et Girard François Ier). La façade date de la fin du 17e siècle. Mal bâtie, l'église a été plusieurs fois restaurée  : en 1609, en 1778, et surtout de 1868 à 1878 par l'architecte Fléchey : celui-ci a en particulier refait entièrement, à l'imitation de l'élévation droite, l'élévation gauche du vaisseau central, qui
    Observation :
    Fragilités au niveau de certaines voûtes. Toîture non entretenue (mousses). Sacristie confinée, pas
    Référence documentaire :
    p. 8, 90-93 Les églises de Troyes. Cathédrale, collégiales et églises paroissiales DUCOURET , Bernard, BOUDON-MACHUEL, Marion, MINOIS, Danielle et al. Les églises de Troyes. Cathédrale, collégiales et
    Précisions sur la protection :
    Eglise : classement par liste de 1840.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    prolongement du bas-côtés nord du chœur  ; abside à 3 pans ; chœur à 2 travées accompagné de bas-côtés doubles
    Localisation :
    Troyes - rue de la Madeleine - en ville
    Titre courant :
    Église paroissiale Sainte-Madeleine
    Vocables :
    Sainte-Madeleine
    Texte libre :
    L’église paroissiale Sainte-Madeleine L’architecture La création de la riche paroisse Sainte quartier marchand. Elle constitua une succursale de Saint-Remy jusqu’à la Révolution. La construction de tribune du grand orgue établie en 1540 par Martin de Vaulx, fut refaite en 1778-1780. D’une grande ressemblance de ce chœur avec celui de Saint-Pierre de Coutances (Manche), un peu antérieur (vers 1493), dont la nef, puis s’est achevée par le bras nord au début du XIIIe siècle. Bâtie en matériaux de mauvaise qualité et minée par les excavations funéraires (les riches bourgeois de la paroisse y élisaient volontiers leur dernière demeure), elle dut être restaurée à plusieurs reprises, et notamment de 1861 à 1878 , par Fléchey et Bailly, architectes de la ville, qui suivirent les recommandations de l’architecte parisien Henri Labrouste. Lors de cette dernière intervention, des pans de mur entiers ont été remontés (en étaient en majeure partie remplacées. Les architectes prirent soin toutefois de reproduire exactement les
    Illustration :
    Vue générale de l'angle nord-ouest. IVR21_20141000479NUCA Enfilade du bas-côté nord, de la nef, et du bas-côté sud. IVR21_20141000489NUCA
  • Chaire à prêcher
    Chaire à prêcher Mouzon - place de l' Abbatiale - en ville
    Copyrights :
    (c) Ministère de la culture
    Historique :
    panier semblent effectivement du 17e siècle. La chaire provient de l'église Saint-Martin et fut apportée Oeuvre d'André Lefevre, menuisier local. Seule la cuve, les sculptures de l'abat-voix et le relief
    Référence documentaire :
    p. 81-82 Notre-Dame de Mouzon. Sedan, 1880 JUSSY abbé. Notre-Dame de Mouzon. Sedan : Imprimerie p. 839 Précis d'Histoire de la ville et du pays de Mouzon. Revue de Champagne et de Brie, t.4, 1892 GOFFART, N. Précis d'Histoire de la ville et du pays de Mouzon. Revue de Champagne et de Brie, t.4, 1892. p. 125 Monographie de l´église ND de Mouzon. Revue historique ardennaise, 1907, tome XIV CASIER , Joseph. Monographie de l´église ND de Mouzon. Revue historique ardennaise, 1907, tome XIV. Ardennes. Editions de l´O.D.T. des Ardennes, 1969. 178 p. p. 238 Le guide du patrimoine de Champagne-Ardenne, 1995 PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie (dir .). Le guide du patrimoine de Champagne-Ardenne. Paris : 1995. 432 p.
    Représentations :
    L'abat-voix supporte un ange buccinateur et des pots à feu et les panneaux de la cuve trois évangélistes et leur attribut. Guirlandes de fleurs et de fruits sur l'abat-voix et la cuve. Rampe à balustres.
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    Mouzon - place de l' Abbatiale - en ville
    Illustration :
    [Chaire à prêcher, stalle]. [s.d.]. 1 photogr. : n. et b. (Médiathèque de l'Architecture et du -bromure, support pellicule, n. et b. (Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine : AP69P00628 Cuve : saint Jean IVR21_20130861194NUCA
  • Église paroissiale Saint-Nicolas
    Église paroissiale Saint-Nicolas Renneville - en village - Cadastre : 1998 C 161
    Copyrights :
    (c) Ministère de la culture
    Historique :
    , et l'abbaye de Saint-Martin de Laon. La nef et son arc triomphal doivent remonter à l'origine de la fondation du village, soit aux environs de 1205. En 1451, l'édifice fut déclaré en mauvais état. La reconstruction du choeur et de ses chapelles dut intervenir peu de temps après. D'après certains clichés, le clocher avec ses tourelles devait dater de la même époque. Au 17e siècle intervinrent des restaurations en brique du clocher. Les murs des bas-côtés ont été reconstruits vers 1840 en retrait vers l'intérieur de l'édifice. En 1905, les l'édifice : le premier tiers occidental fut complètement détruit. Les travaux de restauration débutèrent en fidèlement le massif occidental fortifié mais il supprima une tourelle basse (tour Saint-Michel dans l'angle sud-ouest) ainsi que des échauguettes et modifia tout de même la composition de la façade qui comportait des échauguettes. Le village fut fondé en 1205 ou 1206 par accord entre Roger, seigneur de Rozoy
    Observation :
    Edifice qui fut puissamment fortifié par le biais de nombreuses échaugettes et tourelles dont il
    Référence documentaire :
    pp. 161-210 Le village et l´église de Renneville (Ardennes). Revue de Champagne et de Brie, 1900 JADART, Henri. Le village et l´église de Renneville (Ardennes). Revue de Champagne et de Brie, 1900. pp. 353-353 Le village et l´église de Renneville. Revue historique ardennaise, 1901, tome VIII JADART, Henri. Le village et l´église de Renneville. Revue historique ardennaise, 1901, tome VIII. p. 12 Quelques anciennes statues des églises rurales du diocèse de Reims (Marne et Ardennes ). Travaux de l´Académie Nationale de Reims. Reims : année 1904-1905, tome I, 117e volume JADART, Henri . Quelques anciennes statues des églises rurales du diocèse de Reims (Marne et Ardennes). Travaux de l ´Académie Nationale de Reims. Reims : année 1904-1905, tome I, 117e volume. p. 18 Inventaire des cuves baptismales recensées de 1963 à 1965. Etudes ardennaises, 1966, n°47 PLAT-TAINTURIER, Claude. Inventaire des cuves baptismales recensées de 1963 à 1965. Etudes ardennaises
    Représentations :
    Dallage de toute l'église, la nef, la croisée, le choeur, les bas-côtés en mosaïque colorée (rouge
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    L'église Saint-Nicolas est implantée au centre du village et du cimetière et est orientée au nord -est. Elle présente un plan en croix latine. La nef à trois vaisseaux de trois travées est précédée par un massif occidental composé d'un clocher accompagné de sa tourelle d'escalier, au nord, et une l'angle sud-est, et d'une échauguette dans l'angle nord-est. La sacristie est adossée au mur est de la chapelle sud. L'édifice est majoritairement édifié en pierre calcaire (de Dizy d'après les sources) mais bas-côtés sont couverts de plafonds à la française, les chapelles de fausses voûtes d'ogives, le choeur et l'avant-choeur de voûtes d'ogives. L'ensemble des couvertures de l'édifice est en ardoise. La par des toits en appentis, les tourelles et échauguettes de toits coniques et le clocher par une
    Titre courant :
    Église paroissiale Saint-Nicolas
    Vocables :
    Saint-Nicolas
    Illustration :
    Eglise de Renneville. Ardennes. Plan / Pierre Paquet architecte. 1 : 200. 1909. 1 plan : lavis, en noir (Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine : 22569 (2)) IVR21_20130868830ZZ Eglise de Renneville. Ardennes. Plan / Pierre Paquet architecte. [1er quart 20e siècle]. 1 plan : calque, encre, en noir (Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine : 22569 (1)) IVR21_20130868831ZZ Plan de masse de l'édifice IVR21_20130854524NUD Vue d'ensemble de la façade IVR21_20130867454NUC2A Fausse voûte d'ogives de la chapelle sud-ouest IVR21_20130867461NUC2A
  • Église paroissiale Notre-Dame de Villers-Marmery
    Église paroissiale Notre-Dame de Villers-Marmery Villers-Marmery - avenue de Champagne - en village - Cadastre : 2016 AB 123
    Copyrights :
    (c) Ministère de la culture et de la communication (c) Conseil général de la Marne
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale recensement du patrimoine mobilier des églises de la Marne
    Historique :
    presque totalité du territoire de Villers-Marmery appartenaient à l'abbaye de Saint-Basle. La chapelle venus des Pays-Bas pour restaurer l'église de Villers-Marmery sous la responsabilité de M. Martin On suppose que les origines de l'église remontent au 10e siècle, et que l'autel de Marmery et de la mutations des populations et l'on signale une inhumation en 1680 et l'érection de deux nouveaux autels dans actuel d'église néo-classique. A la fin du 18e siècle, le chœur est décrit comme voûté, au contraire de la nef. C'est sans doute peu de temps plus tard entre le 18e siècle et le 19e siècle qu'il a été construire également le mur d'appui autour de l'église en 1895. Vers 1901 il rénove entièrement l'intérieur de l'église et les enduits. L'église n'est que partiellement endommagée par la première guerre nécessaires au campanile, aux vitraux et reprise de la pile d'angle du pignon occidental ainsi que des plafonds et planchers du grenier. Du 2 au 11 juillet 1995, 24 étudiants accompagnés de six professeurs sont
    Référence documentaire :
    AD Marne. G 285. État des paroisses, visites des églises. Doyenné de Vesle. (1663-1788) AD Marne . Série G : G 285. État des paroisses, visites des églises. Doyenné de Vesle. (1663-1788). AD Marne. 7 J 25. Tableau de l'état des paroisses des archiprêtrés de Notre-Dame de Reims. (1905 ) AD Marne. Série J : 7 J 25. Enquêtes paroissiales. Tableau de l'état des paroisses des archiprêtrés de Notre-Dame de Reims. (1905). AD Marne. 7 J 91. Fabriques des églises du diocèse de Reims. Documents divers. (XIXe siècle) AD Marne. Série J : 7 J 91. Fabriques des églises du diocèse de Reims. Documents divers. (XIXe siècle). – Église (1810-1935) : fonte de la petite cloche (1826) ; réparations (1901) ; restauration des vitraux AD Marne. 10 R 3159. Villers-Marmery : devis de l’église. (1920-1922) AD Marne. Série R : 10 R 3159. Commune de Villers-Marmery – devis de l’église. (1920-1922).
    Canton :
    Mourmelon-Vesle et Monts de Champagne
    Représentations :
    marque une légère saillie, L'ensemble de l'intérieur de l'église est enduit est décoré : le soubassement en faux marbre veiné jaune. Dans le chœur, la partie basse de l'abside est décorée de fausses teintures rouges, surmontées d'une frise imitant le marbre vert. Sur la périphérie, en hauteur 3 rangs de
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    . L'ensemble de l'édifice est couvert d'ardoises, à l'intérieur un plafond couvre tous les espaces. Un clocher surmonte la croisée du transept, de plan carré et ouvert sur ses 4 faces par des double ouvertures , entièrement recouvertes d'ardoise. Un clocheton s'élève au sommet du pignon de la façade occidentale. La tour d'escalier menant aux combles est hors-œuvre, située dans l'angle du transept et de l'élévation nord de la nef. Les élévations nord et sud sont enduites, laissant que l'encadrement des ouvertures en pierre de taille apparent. Les autres volumes sont en moellons de calcaire et de meulières.
    Localisation :
    Villers-Marmery - avenue de Champagne - en village - Cadastre : 2016 AB 123
    Titre courant :
    Église paroissiale Notre-Dame de Villers-Marmery
    Illustration :
    Plan masse, extrait du cadastre de 1830, section G. IVR21_20175101833NUCA Vue de la nef vers le chœur. IVR21_20175101824NUCA Vue de la nef depuis le chœur. IVR21_20175101825NUCA
1