Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 46 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Ancienne abbaye de Cheminon
    Ancienne abbaye de Cheminon Cheminon - L'Abbaye - isolé - Cadastre : 1997 ZA 12-15
    Historique :
    (1100-1387)", Mémoires de la Société des Sciences et Arts de Vitry-le-François, t. XI, 1881, p. 53). De disposait l’abbaye. Transférée à Vitry-le-François en 1790, elle fut malheureusement détruite par le vendus au titre des biens nationaux et adjugés à François-Claude Addenot, notaire à Vitry, et Charles de Trois-Fontaines) un prieuré bénédictin, sous le vocable de saint Nicolas, dépendant de l’abbaye monastère et de le prendre sous sa protection. L’établissement est confirmé par Pascal II en 1102, mais sous par le légat pontifical. Comme Montiers en Argonne et Lisle-en-Barrois un peu plus tard, Cheminon usages semble-t-il. Le pape Innocent II, peut-être sur le conseil de saint Bernard, donna son approbation tels que les Dampierre, Garlande et surtout les comtes de Champagne. Le village homonyme ne fut fait, le premier curé titulaire n’apparaît pas avant 1178. Suivant le mouvement général, les moines octroyèrent une charte d’affranchissement à la communauté villageoise dans le courant du XIIIe siècle. À
    Description :
    Histoire architecturale Bien que très important, le fonds archivistique de Cheminon ne conserve que travaux menés renvoie aux XVIIe et XVIIIe siècles pour l’essentiel. Le dernier abbé régulier, Jean de à l’église où l’on restaura le pignon (nord ?), les verrières, le pavage et les stalles, ainsi que les cuisines, les couvertures, le mur d’enceinte et le moulin. Moins d’un siècle plus tard, le 17 avril 1628, la foudre détruisit le clocher et déclencha un incendie qui embrasa toute l’église et une la reconstruction, qui se fit avec l’aide financière de l’abbé commendataire François de Lorraine qui constamment l’objet de réparations. Parmi d’autres, François Humbert, maître sculpteur, architecte et ingénieur du roi, effectua à la demande des moines une visite pour travaux le 25 février 1685 au sujet des bâtiment des moines sont dits « ruinez et minez par le cours de l’eau et que pour prévenir la ruine totalle et le croulement, il faut incessamment mettre bas les quatre voutes dudit dortoir avec les deux
    Annexe :
    et la région environnante. Vitry-le-François - Saint-Dizier - Bar-le-Duc. Guide du touriste et du manuscrits de la bibliothèque de Vitry-le-François provenant des abbayes de Cheminon et de Trois-Fontaines ", Mémoires de la Société des Sciences et Arts de Vitry-le-François, 1875, t. VII, p. 950 KWANTEN, abbé André moulins de Vitry-en-Perthois", Mémoires de la Société des Sciences et Arts de Vitry-le-François, 1977, p l’abbaye Notre-Dame de Cheminon (1100-1387)", Mémoires de la Société des Sciences et Arts de Vitry-le -François, t. XI, 1881, p. BEAUNIER, dom, Recueil historique, chronologique et topographique des archevechez . 756 DIMIER, Anselme, "Le mot Locus dans le sens de monastère", Revue Mabillon, n°250 (oct.-déc. 1972 , Pupillin, 1987, p. 617-625. DOLBEAU, François, "Trois catalogues de bibliothèques médiévales restitués à in Cheminon (Marne)", Revue Mabillon, 12, 2001, p. 5-43 FAVRE, abbé, Cheminon sous le régime de la des carrières XIIe-XVe siècles : le laconisme des cartulaires", CHAPELOT (Odette) et BENOIT (Paul) éd
    Texte libre :
    (1100-1387)", Mémoires de la Société des Sciences et Arts de Vitry-le-François, t. XI, 1881, p. 53). De disposait l’abbaye. Transférée à Vitry-le-François en 1790, elle fut malheureusement détruite par le vendus au titre des biens nationaux et adjugés à François-Claude Addenot, notaire à Vitry, et Charles de Trois-Fontaines) un prieuré bénédictin, sous le vocable de saint Nicolas, dépendant de l’abbaye monastère et de le prendre sous sa protection. L’établissement est confirmé par Pascal II en 1102, mais sous par le légat pontifical. Comme Montiers en Argonne et Lisle-en-Barrois un peu plus tard, Cheminon usages semble-t-il. Le pape Innocent II, peut-être sur le conseil de saint Bernard, donna son approbation tels que les Dampierre, Garlande et surtout les comtes de Champagne. Le village homonyme ne fut fait, le premier curé titulaire n’apparaît pas avant 1178. Suivant le mouvement général, les moines octroyèrent une charte d’affranchissement à la communauté villageoise dans le courant du XIIIe siècle. À
    Illustration :
    Cheminon : vue générale du site (vue vers le nord) IVR21_20155100115NUCA
  • Scieries
    Scieries
    Historique :
    loin le département le mieux représenté avec 51 sites (65%), puis vient l'Aube avec 13 sites (soit 17 %) et enfin la Marne avec 12 sites (soit 15 %). Le cas des Ardennes est particulier puisque 57 mentions réparties plus largement sur le territoire. Des pôles se dessinent tout de même notamment à proximité du Blaise (forêt de Blinfey, avec notamment 4 scieries pour le seul village de Dommartin-le-Saint-Père) et , au nord, à proximité de la forêt du Val et de la vaste forêt du Der. Le fait que nombre d'entre-elles . pour la Haute-Marne) fut le premier moyen de mouvoir les grandes scies. Le passage à l'énergie vapeur (Doulaincourt). Activité ancestrale, le secteur n'a cessé de se restreindre et de se recentrer sur les plus grandes d'elles. La grande tempête de 1999 a encore éprouvé une nouvelle fois le secteur et poussé les
    Description :
    (Vallentigny). Sur les sites importants sont encore parfois conservés une conciergerie (Vitry-le-François) et 36 sites (soit 41%) n'ont connu d'autre activité que le sciage et leur morphologie est assez en œuvre, le bardage bois couvre encore largement des structures en bois des scieries auboises ; dans Gudmont) qui a souvent pris le relais du bardage bois. Les toits sont en très grand majorité à longs pans et couverts de tuiles mécaniques ou de tôle et la scierie Boucton à Reims présente le seul exemple de shed. 17 autres sites (soit 20%) ont connu pour première activité le sciage et une activité de a pris la suite de la scierie. Sur le reste des sites (soit 42%), une activité a préexisté ; très souvent il s'agit de moulins dont la morphologie est encore bien lisible (Dommartin-le-Saint-Père, Val-des plus ou moins transformé le site de départ ou bien l'activité qui a pris la suite a modifié la scierie
  • Église paroissiale Saint-Bénigne
    Église paroissiale Saint-Bénigne Vitry-le-Croisé - en village
    Contributeur :
    Griot François
    Historique :
    Village attesté seulement en 1349. Vitry-le-Croisé appartint aux Chacenay jusqu'à leur extinction
    Localisation :
    Vitry-le-Croisé - en village
  • Usines de fabrication de matériaux de construction
    Usines de fabrication de matériaux de construction
    Historique :
    -Ardenne. Il s’agit de 3 cimenteries (à Donjeux en Haute-Marne et à Vitry-le-François et Couvrot dans la au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. La cimenterie Pavin de Lafarge, de Vitry-le-François cimenteries (2 Marne + 1 Hte-Marne), 1 plâtrière (Hte-Marne), 5 usines de chaux (4 Aube + 1 Marne) Dans le ), deux moulins à plâtre (Sedan et Le Chesne) et une cimenterie (Les Ayvelles), tous implantés autour du s’agrandir avec la construction de nouveaux fours au fil du temps, jusqu’à l’édification sur le même site 1890 à 1932. Enfin, le site de Donjeux n’a été occupé par une cimenterie que de 1888 à 1925, date à
    Description :
    stockant le clinker (un constituant du ciment artificiel) construits en béton armé ou des magasins sacs et un logement pour le directeur. Les bâtiments des 2 cimenteries désaffectés sont détruits ou à
  • Brasseries et malteries
    Brasseries et malteries
    Historique :
    (Nogent-sur-Seine, Arcis-sur-Aube, Polisot) et le groupe Malteurop dans la Marne (Reims, Pringy, Vitry-le brasseries en elles-mêmes (26 sites) et les malteries (usines où l'on prépare le malt - céréale germée cuite étapes de fabrication (2 sites). Les Ardennes sont le département comportant le plus de brasseries et malteries recensées (14 sites, soit 45 % du corpus), devant le département de la Marne (9 sites, soit 29 %) et celui de la Haute-Marne (6 sites, soit 19 %). Le département de l'Aube n'est concerné que par des ). Le maltage a pourtant été une spécialité de Reims et de son agglomération (Malteurop), mais il ne subsiste plus de témoignage des anciennes implantations. Dans les Ardennes, le brassage de la bière est une déterminées par les grands bassins de peuplement de la région, qui constituent le débouché principal de cette brasseries et 24 malteries en activité entre 1890 et aujourd'hui ; et le département des Ardennes a été le 4e essentiellement artisanales). Le grand développement de la brasserie industrielle en Champagne-Ardenne vient de la
    Référence documentaire :
    p. 109-116 Le patrimoine de la bière en Champagne-Ardenne, 2004 VOLUER, Philippe. Le patrimoine de la bière en Champagne-Ardenne. In ASSOCIATION POUR LE PATRIMOINE INDUSTRIEL EN CHAMPAGNE-ARDENNE , DOREL-FERRE Gracia (dir.). Le patrimoine industriel de l'agro-alimentaire en Champagne-Ardenne et
    Description :
    , et n'ont pas généré de type architectural distinctif. Les brasseries souvent reprennent le style et , placé au-dessus des pièces de germination et de séchage, et d'un monte-sac. L'élévation accueillant le lanterneau constituant l'élément distinctif le plus marquant attaché à cette activité. Les sites les plus datée 1605, et la brasserie Speckhahn de Signy-le-Petit de 1666. Des bâtiments du 18e siècle existent en dispositions sont fonctionnelles, et répondent aux différentes étapes de fabrication : le maltage, lorsque houblonnage (ajout du houblon lors de la mise en ébullition du moût) ; la fermentation (basse ou haute) ; le conditionnement (mise en fût, bouteille, étiquetage) et le stockage. La salle de brassage de la brasserie Mathieu projet allant dans le même sens existe pour le site de la brasserie de Rennepont (52).
  • Usines de céramique
    Usines de céramique
    Historique :
    ) et en 1884 (Vitry-le-François dans la Marne). La première a fermé ses portes en 1959 et se trouve 19e siècle (canaux, voies ferrées). Ainsi, de l’Aube aux Ardennes, les sites s’échelonnent le long de , ceux de Blanchefosse-et-Bay, Hierges, Sachy sur le passage du chemin de fer. La proximité obligée avec -marnais de Langres qui a eu pour conséquence la difficulté de reconversion de ces usines et a conduit le anciens datant peut-être de la fin du 18e siècle et le plus important du milieu du 19e siècle) ont été en vingtaine d’années plus tard. L’usine de la Villeneuve-au-Chêne, implantée sur le site d’un ancien moulin et ont fermé et seul le site de la sainterie est occupé par une nouvelle activité (un atelier respectivement à 1735 et 1758, mais leur activité a cessé dès le milieu du 19e siècle. Entre temps, la première avait connu une importante phase de prospérité durant le 1er quart du 19e siècle. Les deux supplémentaire des monuments historiques : celle des Auges à Langres, le 19 août 1986 et celle des Islettes à
    Description :
    , des hangars à bois, 2 moulins, des fosses et séchoirs à terre. Le logement du directeur de l’usine représenté l’entreprise à l’Exposition Universelle de 1900 à Paris, avant d’être remontée dans le village trouve par exemple à Chessy-les-Prés (détruit), Fresnoy-le-Château, Pargny-sur-Saulx (détruit) et de type Hoffmann, postérieur à 1858), avec parfois leur cheminée en brique : c’est le cas à Châtel . A Château-Porcien, sur le site de l’ancienne briqueterie, s’élève encore une salle des machines en brique couverte de tuile mécanique qui renfermait une chaudière et une machine à vapeur. Sur le site de moellons calcaires alternant avec des briques et couverts de tuiles.A Chaource, le logement patronal de la
  • Ensemble de 2 verrières à personnages (fenêtres hautes de la nef) : Bon Pasteur ; Saint Jean-Baptiste
    Ensemble de 2 verrières à personnages (fenêtres hautes de la nef) : Bon Pasteur ; Saint Jean-Baptiste Bailly-le-Franc - en village
    Inscriptions & marques :
    Baie 101 (dans le cartouche et le phylactère, en lettres gothiques) : donné par François Vautrain inscription concernant le donateur français peint sur l'oeuvre curé de Bailly-le-Franc. Baie 102 (dans le cartouche et le phylactère, en lettres gothiques) : donné
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale inventaire des vitraux des 19e, 20e et 21e siècles dans le
    Historique :
    Ensemble de 2 verrières à personnages représentant dans la nef au nord, en partie haute, le Bon Pasteur (baie 101), et au sud saint Jean-Baptiste (baie 102). La première a été donnée par François Vautrain curé de Bailly-le-Franc, la seconde par Pierre-Jacques Guyot curé de Bagneux, Baptiste Pathiot et
    Canton :
    Brienne-le-Château
    Description :
    panneaux maintenus par une seule barlotière. Les montants de ces verrières sont en bois, dans le cadre
    Localisation :
    Bailly-le-Franc - en village
    Annexe :
    Pierre ; n°8 – Six vitraux de 0,80 de haut sur 0,30 de large, représentant Ste Hélène, le Bon Pasteur, St Jean-Baptiste, la Descente de la Croix, Ste Thérèse et St François d'Assise. Estimation 192 fr. ».
  • Statue (petite nature) : Vierge à l'Enfant
    Statue (petite nature) : Vierge à l'Enfant La Besace - en village
    Référence documentaire :
    p. 164 Les églises d´Argonne. Le guide de l´Argonne. Lyon, 1987 BECHARD, Eliane, JANNIN, Francois , et al. Les églises d´Argonne. Le guide de l´Argonne. Lyon : La Manufacture, 1987.
    Description :
    Statue en bois décapé. La couronne et le bras senestre de l'Enfant sont rapportés.
    États conservations :
    La moitié du pied senestre et l'extrémité de l'annulaire droit de la Vierge manquent. Le pied
  • Tableau : Montée au Calvaire
    Tableau : Montée au Calvaire Authe - en village
    Référence documentaire :
    p. 156 Les églises d´Argonne. Le guide de l´Argonne. Lyon, 1987 BECHARD, Eliane, JANNIN, Francois , et al. Les églises d´Argonne. Le guide de l´Argonne. Lyon : La Manufacture, 1987.
    Illustration :
    Le Christ IVR21_20130817446NUC2A
  • Verrière historiée : Histoire de la Genèse et Rédemption (baie n°1)
    Verrière historiée : Histoire de la Genèse et Rédemption (baie n°1) Troyes - rue de la Madeleine - en ville
    Inscriptions & marques :
    personnages de Caïn, Abel, saint François et saint Claude ; dans un phylactère du sacrifice d'Abraham ; dans des phylactères dans le tympan.
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale inventaire des vitraux des 19e, 20e et 21e siècles dans le
    Historique :
    19e siècle ainsi que le troisième registre (scènes du sacrifice d'Abraham, de Joseph et la citerne et de Moïse avec le serpent d'airain presque entièrement du 19e siècle). La scène du déluge est très restaurée. La verrière a été restaurée par le peintre-verrier troyen Louis-Germain Vincent-Larcher à la fin concernant le vitrail 19e, 20e et 21e siècles mises à jour en 2015-2016.]
    Référence documentaire :
    la Genèse. [en ligne]. Troyes : Archives de l'Aube. [consulté le 10 novembre 2016]. Accès Internet
    Représentations :
    Joseph jeté dans le puits par ses frères Moïse et le serpent d'airain saint François . Registre inférieur (de gauche à droite) : Dieu crée le ciel ; la terre ; les eaux ; les astres. Deuxième ; meurtre d'Abel par Caïn ; le déluge. Registre supérieur (de gauche à droite) : rencontre de Melchisédech et d'Abraham ; sacrifice d'Isaac ; Joseph mis dans la citerne ; Moïse et le serpent d'airain. Têtes Portement de croix (à gauche) et de la Déploration sur le corps du Christ (à droite) ; donateur et donatrice (soufflet inférieur) présentés par saint François et saint Claude (écoinçons).
    États conservations :
    , de Joseph et la citerne et de Moïse avec le serpent d'airain presque entièrement du 19e siècle
    Illustration :
    Histoire de la Genèse : Dieu crée le ciel. Vue d'ensemble. IVR21_19931000068X Histoire de la Genèse : Dieu crée le ciel. Vue d'ensemble. IVR21_19931000069XA Vue partielle en 2016 : le déluge IVR21_20161005464NUC2A Vue partielle en 2016 : Moïse et le serpent d'airain IVR21_20161005465NUC2A
  • Église paroissiale
    Église paroissiale Éguilly-sous-Bois - en village
    Contributeur :
    Griot François
    Historique :
    Eguilly appartint au 16e siècle aux Foissy. Le dernier seigneur fut François-Charles Le Blanc, qui habitait le château d'Eguilly. Église fin 12e-début 13e siècle. Les voûtes de la nef en bois et le clocher
  • Bronne, ancienne grange de Trois-Fontaines
    Bronne, ancienne grange de Trois-Fontaines Vanault-le-Châtel - Bronne - D 261 - isolé - Cadastre : 1989 YK 25, 29, 33, 38, 41, 42, 44, 52 à 55
    Historique :
    D’après E. de Barthélemy, la terre de Bronne (51-com. Vanault-le-Châtel) aurait été donnée « en présence de Thibaut II, comte de Champagne, aux moines de Trois-Fontaines, par Isembard et Renaud de Vitry » (AD51, 22H2). Le domaine, encore en cours de constitution, fut érigé peu après en grange, puisqu’il est éléments précédents (cf. carte du temporel ill. IVR21_20155100249NUCA). Dans le même temps, vers 1147-51 terre (AD51, 22H42). Dix ans plus tard, l’abbaye règle encore quelques démêlés avec son voisinage ; le des villages alentour (J. Benton et M. Bur, Recueil des actes d’Henri le Libéral, I, 2009, n°401, p
    Description :
    rectangulaire, allongée dans le prolongement de l’actuelle route départementale (D 261) qui dessert le hameau . IVR21_20155100033NUCA). Le hameau actuel a été édifié ultérieurement, vers le milieu du XIXe siècle ; les rares maisons anciennes, qui ont été construites en brique, le calcaire étant réservé aux linteaux et chaînages, sont labours légers et pâturages à travers l’ancienne la steppe champenoise. On devine encore aujourd’hui le bâtie, au pied du Mont Detrée (comprendre le Mont d’Estrée ou de la route), maillon de la longue ligne de crêtes séparant les bassins de la Vière et de la Moivre, qu’emprunte le bien nommé et antique chemin de la Serre joignant Saint-Amand-sur-Fion au sud-ouest à Dampierre-le-Château au nord-est.
    Localisation :
    Vanault-le-Châtel - Bronne - D 261 - isolé - Cadastre : 1989 YK 25, 29, 33, 38, 41, 42, 44, 52 à 55
    Aires d'études :
    Heiltz-le-Maurupt
    Texte libre :
    D’après E. de Barthélemy, la terre de Bronne (51-com. Vanault-le-Châtel) aurait été donnée « en présence de Thibaut II, comte de Champagne, aux moines de Trois-Fontaines, par Isembard et Renaud de Vitry » (AD51, 22H2). Le domaine, encore en cours de constitution, fut érigé peu après en grange, puisqu’il est éléments précédents (cf. carte du temporel ill. IVR21_20155100249NUCA). Dans le même temps, vers 1147-51 terre (AD51, 22H42). Dix ans plus tard, l’abbaye règle encore quelques démêlés avec son voisinage ; le des villages alentour (J. Benton et M. Bur, Recueil des actes d’Henri le Libéral, I, 2009, n°401, p rectangulaire, allongée dans le prolongement de l’actuelle route départementale (D 261) qui dessert le hameau . IVR21_20155100033NUCA). Le hameau actuel a été édifié ultérieurement, vers le milieu du XIXe siècle ; les rares maisons anciennes, qui ont été construites en brique, le calcaire étant réservé aux linteaux et chaînages, sont labours légers et pâturages à travers l’ancienne la steppe champenoise. On devine encore aujourd’hui le
  • Ensemble des autels secondaires du Sacré-Cœur et de la Vierge
    Ensemble des autels secondaires du Sacré-Cœur et de la Vierge Brieulles-sur-Bar - en village
    Historique :
    homogène avec le maître-autel, tous trois réalisés vraisemblablement dans le quatrième quart du 17e siècle
    Référence documentaire :
    p. 158 Les églises d´Argonne. Le guide de l´Argonne. Lyon, 1987 BECHARD, Eliane, JANNIN, Francois , et al. Les églises d´Argonne. Le guide de l´Argonne. Lyon : La Manufacture, 1987.
    Représentations :
    La face de l'autel de la Vierge est marquée par le monogramme AM et celle du Sacré-Coeur par le
    Description :
    différents marbres de l'Ardenne. Au centre de la face, le relief est en fonte. Les retables à niche sont en peinture réhausse la sculpture et les parties où le calcaire est laissé apparent.
    États conservations :
     ; traces de peinture bleue au fond de la niche ; marbre revêtant le degré lacunaire. Autel du Sacré-Cœur traces de restaurations ; décollage de la peinture ; fissure dans le retable.
  • Tableau d'autel : Assomption
    Tableau d'autel : Assomption Brieulles-sur-Bar - en village
    Référence documentaire :
    p. 158 Les églises d´Argonne. Le guide de l´Argonne. Lyon, 1987 BECHARD, Eliane, JANNIN, Francois , et al. Les églises d´Argonne. Le guide de l´Argonne. Lyon : La Manufacture, 1987.
  • Église paroissiale de Corlée
    Église paroissiale de Corlée Langres - Corlée - en village
    Contributeur :
    Griot François
    Historique :
    François Mollevant prestre curé de Corlée de 2 octobre 1729. Décor mural peint dans le choeur signé Lopez Une pierre commémorative prise dans le mur sud du choeur porte l'inscription suivante : posé par Me
    Illustration :
    Vue intérieure : vers le choeur IVR21_20065205005NUCA Vue intérieure : depuis le choeur IVR21_20065205006NUCA Lavabo en niche dans le choeur IVR21_20065205009NUCA
  • Ensemble de 3 verrières à personnages (chœur) : Saint Augustin ; Saint Pierre ; Sainte Eugénie
    Ensemble de 3 verrières à personnages (chœur) : Saint Augustin ; Saint Pierre ; Sainte Eugénie Bailly-le-Franc - en village
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le donateur peint sur l'oeuvre inscription concernant le destinataire peint sur l'oeuvre partiellement illisible / Jean Baptise / Demy maire de Bailly le franc / et Eugénie Demy sa fille. Les inscriptions sont parfois
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale inventaire des vitraux des 19e, 20e et 21e siècles dans le
    Historique :
    , maire de Bailly-le-Franc et Eugénie Demy sa fille. Ces verrières ne sont ni signées, ni datées, mais ont
    Canton :
    Brienne-le-Château
    Description :
    panneaux maintenus par une seule barlotière. Les montants de ces verrières sont en bois, dans le cadre
    Localisation :
    Bailly-le-Franc - en village
    États conservations :
    protection extérieure. Elles ont dans le passé déjà été restaurées (présence de plombs de casse et pièces matière). Les deux panneaux sont désolidarisés. Baie 2 : trou dans le panneau 2. Baie 3 : large pièce à repeint uniforme (beige) sur les 3/4 du visage de la sainte et sur le sommet de la colonnette droite (pièce violette), une petite pièce bleue dans le manteau à droite. Ces repeints sont grossiers.
    Annexe :
    Pierre ; n°8 – Six vitraux de 0,80 de haut sur 0,30 de large, représentant Ste Hélène, le Bon Pasteur, St Jean-Baptiste, la Descente de la Croix, Ste Thérèse et St François d'Assise. Estimation 192 fr. ».
  • Ensemble de 3 verrières à personnages (bas-côtés) : Sainte Marie-Madeleine ; Saint moine ; Sainte religieuse
    Ensemble de 3 verrières à personnages (bas-côtés) : Sainte Marie-Madeleine ; Saint moine ; Sainte religieuse Bailly-le-Franc - en village
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le donateur peint sur l'oeuvre initiale
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale inventaire des vitraux des 19e, 20e et 21e siècles dans le
    Canton :
    Brienne-le-Château
    Description :
    une seule barlotière. Les montants de ces verrières sont en bois, dans le cadre d'une architecture
    Localisation :
    Bailly-le-Franc - en village
    États conservations :
    protection extérieure. Elles ont dans le passé déjà été restaurées (présence de plombs de casse et pièces
    Annexe :
    Pierre ; n°8 – Six vitraux de 0,80 de haut sur 0,30 de large, représentant Ste Hélène, le Bon Pasteur, St Jean-Baptiste, la Descente de la Croix, Ste Thérèse et St François d'Assise. Estimation 192 fr. ».
  • Statue (petite nature) : saint Damien
    Statue (petite nature) : saint Damien Noirval - en village
    Inscriptions & marques :
    Inscription (peinte sur le socle) : ST DAMIEN.
    Référence documentaire :
    p. 166 Les églises d´Argonne. Le guide de l´Argonne. Lyon, 1987 BECHARD, Eliane, JANNIN, Francois , et al. Les églises d´Argonne. Le guide de l´Argonne. Lyon : La Manufacture, 1987.
    Description :
    Statue en bois monochrome à rehauts dorés, fixée sur un socle. Le bras senestre et la main dextre
  • Ensemble de 3 verrières historiées (baies 0, 1, 2) : Passion du Christ
    Ensemble de 3 verrières historiées (baies 0, 1, 2) : Passion du Christ Contreuve - en village
    Historique :
    été restaurées en 2006 par l'atelier Mauret-Billerey (à Etrepy, Marne) et par François Mauret (à Heiltz-le-Maurupt, Marne).
    Représentations :
    Dieu le Père , Moïse, colombe du Saint-Esprit, Dieu le Père dans les ajours. Baie 1 : Annonciation, Visitation
  • Verrière hagiographique (baie circulaire) : Vie de la Vierge
    Verrière hagiographique (baie circulaire) : Vie de la Vierge Troyes - place Saint-Pierre - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale inventaire des vitraux des 19e, 20e et 21e siècles dans le
    Historique :
    Baie percée au 19e siècle dans une chapelle construite au 17e siècle sous le ministère de Mgr François Malier. La verrière illustre sept épisodes de la Vie de la Vierge.
    États conservations :
    Verre brisé en étoile dans le médaillon de la Visitation et de l'écoinçon marial figurant la Porte
1 2 3 Suivant