Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 13 sur 13 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Ensemble de 3 verrières historiées (nef) : Salve Regina ; Sainte Famille ; Apparition du Sacré-Cœur à Marguerite-Marie Alacocque
    Ensemble de 3 verrières historiées (nef) : Salve Regina ; Sainte Famille ; Apparition du Sacré-Cœur à Marguerite-Marie Alacocque Gyé-sur-Seine - en village
    Inscriptions & marques :
    Baie 12 : A. VERMONET. 1902 (sous le chevalier). Baie 14 : VERMONET. Reims. 1905 (sous l'enfant
    Historique :
    l'inventaire de 1906, la verrière de la baie 14 a été donnée par M. Oduchon.
    Représentations :
    Vierge à l'Enfant Apparition du Sacré-Coeur à Marguerite-Marie Alacocque ornement à forme architecturale . Baie 12 : La Vierge à l'Enfant dans les cieux parmi des anges surmontent une assemblée où sont Sacré-Cœur à Marguerite-Marie Alacocque.
    Titre courant :
    à Marguerite-Marie Alacocque
    Illustration :
    Baie 12 : Vierge à l'Enfant IVR21_20161008035NUC2A
  • Cartonnerie Marcel Prin, actuellement immeubles d'habitation et école
    Cartonnerie Marcel Prin, actuellement immeubles d'habitation et école Sainte-Savine - 44 avenue du Général Galliéni 5, 11 bis, 15, 15 bis rue Sadi Carnot - en ville - Cadastre : 1994 AD 413 à 420, 423, 432, 873, 1083, 1090
    Historique :
    Installée à l'origine rue Chalmel à Troyes, la société des cartonnages Marcel Prin fait édifier vers la Première Guerre mondiale une nouvelle usine sur un terrain acheté en 1911 à la scierie Huot. En 1923, la surface construite occupe 2760 m2 et les cartons fabriqués servent essentiellement à emballer (complément d'enquête), l'ensemble du site a été modifié. L'atelier de fabrication donnant sur la rue Sadi Carnot a été rénové et sert d'école dont l'entrée se situe au numéro 5. Le logement patronal installé au l'autre partie de l'atelier de fabrication qui a été totalement détruite. Un vaste ensemble immobilier Mon Logis a vu le jour à l'emplacement de l'atelier de fabrication et du magasin industriel. Environ 45
    Référence documentaire :
    ., DUTRIPON, M.-T., PEUCHAT, D. Histoire de Sainte-Savine par la carte postale depuis 1900. [S.l.], 1992. 98
    Description :
    Site desservi par voie particulière. Atelier de fabrication à deux étages carrés et un étage de comble, couvert par un toit à longs pans brisé. Un second atelier de fabrication en rez-de-chaussée représentant un entrelac à motif végétal et des têtes d'animaux. Cheminée d'usine en brique. En 2013 la
    Localisation :
    - Cadastre : 1994 AD 413 à 420, 423, 432, 873, 1083, 1090
    Élévations extérieures :
    élévation à travées
    Illustration :
    Cartonnages Marcel Prin - Ste-Savine - Salle n°2 - Machines à coudre. [1ère moitié 20e siècle]. 1
    Couvertures :
    toit à longs pans toit à longs pans brisés
  • Usine de bonneterie Maurice Mauchauffée et Cie, puis Mauchauffée S.A., puis ateliers de confection et magasins de commerce, actuellement EMO S.A., bureaux et logements
    Usine de bonneterie Maurice Mauchauffée et Cie, puis Mauchauffée S.A., puis ateliers de confection et magasins de commerce, actuellement EMO S.A., bureaux et logements Troyes - 13, 15, 26-40 rue Bégand 27, 43, 45 rue Courtalon 1-23, 4-12 rue Mauchauffée 1, 3, 5 rue Vanderbach 2-16, 18-28 rue Vignes - en ville - Cadastre : 1983 BX 415, 421, 422, 425, 426, 429, 437, 439, 440 BP 345 à 380
    Historique :
    La société en nom collectif (SNC) primitive, A. Mauchauffée et Fils, fondée en 1873, est dissoute pour faire place à la SNC Maurice Mauchauffée et Cie en 1875-1876, qui sera transformée en société anonyme en mai 1896. Maurice Mauchauffée fait édifier l'usine de bonneterie de la rue Bégand à partir de 1876. Elle est agrandie plusieurs fois entre cette date et 1914, à partir des bâtiments d'origine produites. Mais la fermeture définitive de l'entreprise intervient en 1973, laissant la place à de modestes ateliers de confection et à des magasins de commerce. En 2013 (complément d'enquête), la majeure partie du , rue Vanderbach et rue Vignes. Elle n'a subi aucune transformation et sert toujours d'habitations. Aux
    Référence documentaire :
     : M 1328. Etablissements insalubres, incommodes ou dangereux. Demandes, autorisations, refus. 1901. p. 59 400e anniversaire du métier à tricoter, 1589-1989 : Les constructeurs aubois. Exposition anniversaire du métier à tricoter, 1589-1989 : Les constructeurs aubois. Exposition, Musée de la Bonneterie p. 25, 40-41 Les établissements de bonneterie à Troyes (1870-1914), 1995 HUMBERT, Jean-Louis. Les établissements de bonneterie à Troyes (1870-1914). Troyes : C.D.D.P, 1995. 80 p. p. 18 Les établissements de la bonneterie à Troyes (1870-1914). Un patrimoine industriel à sauvegarder, 1996 HUMBERT, Jean-Louis. Les établissements de la bonneterie à Troyes (1870-1914). Un patrimoine industriel à sauvegarder. La Vie en Champagne, avril-juin 1996, n° 6 [nouvelle série], p. 15-21.
    Description :
    à l'ouest du site, tandis que la teinture devait avoir lieu dans la partie nord. Les bureaux, à moellons ; la lettre M apparaît gravée sur les pilastres de leur façade et sur les piliers encadrant l'entrée. Les matériaux traditionnels locaux y sont mêlés à des matériaux industriels (brique, béton, fer
    Localisation :
    BP 345 à 380
    Élévations extérieures :
    élévation à travées
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Moulin, puis minoterie Sassot frères, puis S.A. des Grands Moulins de Nogent-sur-Seine, puis Minoteries de l'Est, puis S.A. des Moulins de Nogent, actuellement Groupe Soufflet
    Moulin, puis minoterie Sassot frères, puis S.A. des Grands Moulins de Nogent-sur-Seine, puis Minoteries de l'Est, puis S.A. des Moulins de Nogent, actuellement Groupe Soufflet Nogent-sur-Seine - rue de la Poterne à sel - en ville - Cadastre : 1985 AA 164
    Historique :
    Le moulin de Nogent-sur-Seine est d'origine ancienne (11e siècle). Vendu comme bien national à la Révolution, il prend de l'importance sous la propriété de la famille Chassériau, de 1830 à 1859, qui an. Pierre Sassot, meunier, l'acquiert en 1880 et y introduit des appareils à cylindres. En 1883-1884 , les anciens moulins sont équipés de trois moteurs hydrauliques, de deux roues à aubes et d'une turbine pour une force motrice totale de 300 à 350 chevaux. Un silo est construit en 1901, alors que la raison produisant une force motrice de 450 chevaux, la capacité d'écrasement passe alors à 80 tonnes par jour. En du site est désaffecté. Les passerelles des magasins à blé installées depuis 1895 sont retirées en d'une trentaine d'ouvriers spécialisés. L'envergure du moulin de Nogent est comparable à celle des
    Description :
    , actuellement visible, développe une façade de 70 m de long et de 28 m de hauteur. Présence d'un château d'eau forgé au bas de la tour. A l'extrémité nord, silo en béton armé portant la date 1901. 5 vannages abritait les opérations d'ensachage des farines. Les magasins à blé sont construits face à l´usine, à
    Localisation :
    Nogent-sur-Seine - rue de la Poterne à sel - en ville - Cadastre : 1985 AA 164
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
  • Filature de coton Douine, puis Touron S.A., puis usine de bonneterie Fra-For S.A
    Filature de coton Douine, puis Touron S.A., puis usine de bonneterie Fra-For S.A Troyes - 1 cours Jacquin - en ville - Cadastre : 1838 A 1148 à 1152, 1185 à 1189 1983 AD 124, 366
    Historique :
    Charles Douine fait construire une filature de coton vers 1855 à l'emplacement d'un moulin dont il ne subsiste rien. Il possède une seconde usine rue Simart, à proximité, de la première, mais qui a ), le site est désaffecté et en attente d'une prochaine destination. Un permis de construire a été
    Référence documentaire :
    Etablissements insalubres. Divers AD Aube : M 1338 B. Etablissements insalubres. Divers. A trier Aube : M 1322. Etablissements insalubres, incommodes ou dangereux. Demandes, autorisations, refus. 1881  : M 1326. Etablissements insalubres, incommodes ou dangereux. Demandes, autorisations, refus. 1894. Section A Cadastre. Troyes, 1838 AD Aube : 3P 7298. Cadastre. Troyes, section A. 1838. p. 27-28 Les établissements de bonneterie à Troyes (1870-1914), 1995 HUMBERT, Jean-Louis. Les établissements de bonneterie à Troyes (1870-1914). Troyes : C.D.D.P, 1995. 80 p.
    Description :
    Bâtiment d'eau à deux étages carrés en pans de fer hourdés de briques, couvert d'un toit à longs pans en tuiles mécaniques. L'atelier de fabrication à deux étages carrés situé à l'ouest de l'ensemble a un rez-de-chaussée en moellons et briques en encadrement de baies et chaînes d'angle ; son second étage est bardé de tôle et le toit à longs pans qui le couvre est en matériau synthétique. L'entrepôt industriel et l'atelier de fabrication, avec charpente en bois apparente, situés à l'est, sont en rez-de
    Localisation :
    Troyes - 1 cours Jacquin - en ville - Cadastre : 1838 A 1148 à 1152, 1185 à 1189 1983 AD 124, 366
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Laiterie industrielle Redon frères, puis fromagerie industrielle Saint-Julien, actuellement logements
    Laiterie industrielle Redon frères, puis fromagerie industrielle Saint-Julien, actuellement logements Nogent-sur-Seine - 17, 19 ancienne route de Villenauxe - en ville - Cadastre : 1985 AM 45, 53
    Historique :
    La société Redon frères fait édifier une laiterie industrielle à Nogent-sur-Seine en 1902 ; la laiterie proprement dite comprend alors des appareils à pasteuriser le lait et à fabriquer le beurre. A immobilier a également été édifié en plus du site ancien reconverti en logements.
    Référence documentaire :
     : M 1329. Etablissements insalubres, incommodes ou dangereux. Demandes, autorisations, refus. 1902.
    Description :
    Logement patronal à étage carré élevé en briques, couvert d'un toit à croupe, écuries en prolongement. L'atelier de fabrication en rez-de-chaussée, à charpente en bois apparente et toit à auvent
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Usine de chaux Convert et Maugras, puis S.A. des chaux hydrauliques et ciments de l'Aube, actuellement maison
    Usine de chaux Convert et Maugras, puis S.A. des chaux hydrauliques et ciments de l'Aube, actuellement maison Ville-sous-la-Ferté - le Four à Chaux - isolé - Cadastre : 1978 A 30, 33, 34, 37, 130 à 133, 136, 137
    Historique :
    hauteur, 1,10 m de diamètre à la base, 3 m de diamètre au milieu, et 2,50 m à la partie supérieure Convert et Maugras font construire des fours à chaux à la suite de l'implantation de la voie ferrée Paris-Mulhouse. Ces fours à chaux commencent leur production le 30 mai 1861 et la production est de 100 tonnes par jour en 1867. Ces fours sont réunis en 1886 à l'usine de Seilley (IA10000289) dans la même commune, à l'usine auboise de la Gravière à Mussy-sur-Seine (IA10000129), ainsi qu'à celle de la Cornelle à Ancy-le-Franc (89), et sont alors exploités sous la raison sociale S.A. des chaux hydrauliques et ciments de l'Aube. En 1922, cette société est absorbée par le groupe Poliet et Chausson, qui a son siège à Paris et possède alors vingt-six usines. En 1925, il y a 11 fours ovoïdes anciens d'une capacité de 25 mètres cubes, et quatre grands fours à cheminée plongeante, qui peuvent contenir 80 mètres cubes et ont habitée et le four existe encore. Pas de modification de l'ensemble. En 1883, les fours ont 6,50 m de
    Référence documentaire :
    Aube : M 1320. Etablissements insalubres, incommodes ou dangereux. Demandes, autorisations, refus. 1825 Monographie de l'usine Saint-Bernard, chaux hydraulique, à Clairvaux, 1925 THOUVENIN, A . Monographie de l'usine Saint-Bernard, chaux hydraulique, à Clairvaux. [S.l.], 1925. Manuscrit, [n.p.].
    Description :
    Cité ouvrière à un étage carré, avec façade enduite et toit à longs pans couvert de tuiles
    Localisation :
    Ville-sous-la-Ferté - le Four à Chaux - isolé - Cadastre : 1978 A 30, 33, 34, 37, 130 à 133, 136
    Illustration :
    Aube. - Clairvaux - Les fours à chaux - La Cité / Edit. Rouselle, [1er quart 20e siècle]. 1 impr
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Usine de papeterie Boulard, puis Navarre ; actuellement coopérative vinicole union auboise des vins de champagne, champagne Devaux et champagne Léonce d'Albe
    Usine de papeterie Boulard, puis Navarre ; actuellement coopérative vinicole union auboise des vins de champagne, champagne Devaux et champagne Léonce d'Albe Bar-sur-Seine - Villeneuve - C.D. 207 - isolé - Cadastre : 1988 AR 19 à 24
    Historique :
    A l'emplacement d'un moulin à papier signalé dès 1545, la famille Boulard possède une fabrique de , puis des papeteries Navarre à partir de 1920, cette usine a probablement été agrandie vers cette date de l'ensemble. Jusqu'en 1965, l'usine fonctionnait grâce à une turbine hydraulique et à une machine à
    Référence documentaire :
    Aube : M 1317 A. Etablissements insalubres, incommodes ou dangereux. Affaires diverses et collectives Etablissements insalubres. Divers AD Aube : M 1338 B. Etablissements insalubres. Divers. A trier Aube : M 1317 B. Etablissements insalubres, incommodes ou dangereux. Affaires diverses et collectives Statistique industrielle et commerciale. 1890-1896 AD Aube : M 2338. Statistique industrielle et
    Description :
    moellon avec brique en encadrement de baie et chaîne d'angle, à l'exception de l'entrepôt industriel en brique et pans de fer. La salle des machines, à un étage carré et un étage de comble, présente trois
    Localisation :
    Bar-sur-Seine - Villeneuve - C.D. 207 - isolé - Cadastre : 1988 AR 19 à 24
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Tréfilerie Bazile, Maître et cie, puis Bougueret, puis Chatillon-Commentry, puis activité agricole
    Tréfilerie Bazile, Maître et cie, puis Bougueret, puis Chatillon-Commentry, puis activité agricole Plaines-Saint-Lange - Fouchère - 2 à 20, D 671 8 à 26 rue de l' Isle - en écart - Cadastre : 1964 AC 10, 13 à 20, 91 1992 AB 101, 229 à 232, 237, 238, 240, 241, 277 à 281, 290 à 310
    Historique :
    ancien moulin. Bougueret, Martenot et Cie sont autorisés à y ajouter quatre fours à puddler en 1858. Dès cette époque, l'usine dispose de logements de contremaîtres à proximité du lieu de production, ainsi que anglaise a été complètement détruite à une date inconnue. En 1986 (enquête initiale), il ne subsiste de
    Référence documentaire :
    Aube : M 1317 B. Etablissements insalubres, incommodes ou dangereux. Affaires diverses et collectives Statistique industrielle et commerciale. 1890-1896 AD Aube : M 2338. Statistique industrielle et Service hydraulique. Usines à fer AD Aube : S 830. Service hydraulique. Usines à fer.
    Description :
    , couverte en shed. Logements de contremaîtres à un étage carré, couverts de longs pans en tuile plate d'asile, à un étage carré, composé de deux ailes en prolongement d'un corps central couvert d'un toit en pavillon en tuile mécanique. Centrale hydroélectrique en rez-de-chaussée à structure en béton, remplissage
    Localisation :
    Plaines-Saint-Lange - Fouchère - 2 à 20, D 671 8 à 26 rue de l' Isle - en écart - Cadastre : 1964 AC 10, 13 à 20, 91 1992 AB 101, 229 à 232, 237, 238, 240, 241, 277 à 281, 290 à 310
    Illustration :
    Fours à puddler. Plan de détail, élévation. 1858. 1 plan : en noir (AN : F14 4307
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Verrière historiée (nef) : Annonciation
    Verrière historiée (nef) : Annonciation Neuville-sur-Seine - en village
    Inscriptions & marques :
    Transcription : SOUVENIR DE PREMIERE COMMUNION. H M 1911 (dans le soubassement) ; E. Babouot à
    Représentations :
    ornement à forme géométrique soubassement à arcatures.
    Illustration :
    Vue de détail : inscriptions à la base IVR21_20161008131NUC2A
  • Teinturerie de l'Est et de l'Ouest, puis usine de construction automobile, actuellement maisons
    Teinturerie de l'Est et de l'Ouest, puis usine de construction automobile, actuellement maisons Troyes - rue de Gournay rue des Teinturiers rue de Philippe Champaigne rue des Bonnetiers - en ville - Cadastre : 1983 AI 248, 249 AK 1
    Historique :
    . Cette teinturerie a fermé ses portes vers 1975 et laissé la place à une usine de construction de pièces s'éteint à son tour entre 1990 et 1995, et le site est, lors de l'enquête initiale de 1998, une vaste friche industrielle. Des maisons d'habitations ont été depuis édifiées à cet emplacement.
    Référence documentaire :
    Etablissements insalubres. Divers. [S.d.] AD Aube : M 1337. Etablissements insalubres. Divers
    Description :
    Description en 1998 : Magasin industriel à cinq étages carrés, avec structure métallique. Atelier
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Usine de ferronnerie d'art Maison, actuellement Serrurerie Moutard
    Usine de ferronnerie d'art Maison, actuellement Serrurerie Moutard Les Riceys - 2 rue Cognaté - en village - Cadastre : 1982 AR 36, 91
    Historique :
    réfection de la place Stanislas à Nancy de 1936 à 1978. Renseignements donnés par M. Moutard, propriétaire mondiale à leur emplacement actuel, qui est le site d'un ancien moulin à farine. Une partie des ateliers établissement mi-artisanal sont distribuées dans le monde entier. La société Maison a notamment participé à la , en 1990. En 2013 (complément d'enquête), le site est toujours en activité et n'a subi aucune modification. Présence d'une turbine installée en 1933 et d'une autre plus ancienne, la première étant à aubes verticales, la seconde à aubes "à plat" ; une machine à faire les trous carrés et une machine à étirer sont encore en place, mais le moteur à gaz pauvre a disparu. Dans les années 1960, l'usine comptait une
    Description :
    calcaire. Travées en rez-de-chaussée couvertes par un toit à longs pans, élevées en pans de bois hourdés de brique ; la charpente en bois apparente est soutenue par des poutres à treillis. La partie couverte de sheds, qui a remplacé 7 travées du type précédent, semble édifiée en briques creuses.
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Verrière mixte (façade) : Saint Valérien, saint Louis, saint Urbain, Urbain IV, saint Thomas d'Aquin, sainte Cécile
    Verrière mixte (façade) : Saint Valérien, saint Louis, saint Urbain, Urbain IV, saint Thomas d'Aquin, sainte Cécile Troyes - place Vernier - en ville
    Inscriptions & marques :
    Lancette gauche : S. VALERINAUS (dans le phylactère) ; OFFERT PAR M. VITAL (au sommet de la bordure
    Historique :
    Les lancettes ont été réalisées par le peintre-verrier parisien Édouard-Amédée Didron à la fin du 19e siècle. Elles ont été offertes par M. Vital, entrepreneur (lancette gauche), Mme Veuve Vivien -Bertrand (deuxième lancette), M. le curé Onésime-Ferdinand Jossier (troisième lancette), un souscription
    Représentations :
    ornement à forme végétale ornement à forme géométrique : colombe du Saint-Esprit. Registre médian : Urbain IV offrant le couronne des Deux-Siciles à saint Louis (médaillon gauche) ; saint Thomas d'Aquin lit à Urbain IV l'office du Saint-Sacrement qu'il vient de composer gauche) ; le Christ remet les clés à saint Pierre (médaillon central) ; saint Urbain Ier veille sainte
    Description :
    un oculus trilobé et des écoinçons. Vitrerie à verre coloré et peint ; grisaille pour les modelés et
1