Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 26 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Cimenterie J. A. Pavin de Lafarge, puis entrepôt commercial et maison
    Cimenterie J. A. Pavin de Lafarge, puis entrepôt commercial et maison Vitry-le-François - 105 avenue Marcel Bailly - en ville - Cadastre : 1981 A 948, 949
    Historique :
    La cimenterie Pavin de Lafarge s'installe vers 1890 sur le site d'une ancienne sucrerie datant elle . Le site est ensuite occupé par une entreprise de transport et une habitation. Les fours à ciment , situés le long du canal et au nombre de 10 à l'origine, ne sont pas tous cadastrés. En 2012 (complément d'enquête), le site apparaît désaffecté. En 1905, l'usine emploie 90 hommes et 12 femmes.
    Canton :
    Vitry-le-François-Champagne et Der
    Description :
    Site desservi par voie navigable et embranchement ferroviaire. Silo en béton armé. En 2012, le site
    Localisation :
    Vitry-le-François - 105 avenue Marcel Bailly - en ville - Cadastre : 1981 A 948, 949
    Illustration :
    Vitry-le-François. - La Cimenterie. [1er quart 20e siècle]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n Extrémité sud du site, cuves à béton sur le canal IVR21_20145102023NUCA Le silo vu depuis l'ouest IVR21_19885101171Z Fours industriels vus depuis le sud-est IVR21_19955100276Z Fours industriels vus depuis le sud-ouest IVR21_19955100302Z Silo et hangar vus depuis le sud IVR21_19955100301Z Silo vu depuis le nord-est IVR21_19955100298Z Quai vu depuis le sud-est IVR21_19955100277Z Débarcadère vu depuis le nord IVR21_19955100288Z Ateliers vus depuis le nord-ouest IVR21_19955100282Z
  • Usine de menuiserie Veuve Hircq, actuellement magasin de commerce
    Usine de menuiserie Veuve Hircq, actuellement magasin de commerce Vitry-le-François - 1 rue Saint-Vincent - en ville - Cadastre : 1982 AX 9 à 11
    Historique :
    d'enquête), le site est toujours voué à une activité commerciale. Pas de modification de l'ensemble.
    Canton :
    Vitry-le-François-Champagne et Der
    Localisation :
    Vitry-le-François - 1 rue Saint-Vincent - en ville - Cadastre : 1982 AX 9 à 11
    Illustration :
    Vue d'ensemble depuis le nord-ouest IVR21_20145102070NUCA Vue d'ensemble depuis le nord-ouest IVR21_19965100025Z L'atelier vu depuis le sud IVR21_19965100024Z
  • Laiterie industrielle, puis usine de matériel pour papeterie Ets Lamort, actuellement Kadant Lamort
    Laiterie industrielle, puis usine de matériel pour papeterie Ets Lamort, actuellement Kadant Lamort Frignicourt - 39 rue de la Fontaine Ludot - en ville - Cadastre : 1981 A 839, 1034
    Référence documentaire :
    Logements insalubres, établissements dangereux, insalubres ou incommodes. Vitry-le-François, Ets , insalubres ou incommodes. Vitry-le-François, Ets Lamort (appareil acétylène, 1922).
    Canton :
    Vitry-le-François-Champagne et Der
    Illustration :
    Ancienne laiterie vue depuis le sud-ouest IVR21_19885101438Z L'usine vue depuis le nord-ouest IVR21_19885101439Z Magasin industriel vu depuis le nord-est IVR21_19885101437Z
  • Laiterie et fromagerie industrielles Vincent, puis des Ets Hutin, puis ateliers, actuellement logements
    Laiterie et fromagerie industrielles Vincent, puis des Ets Hutin, puis ateliers, actuellement logements Blaise-sous-Arzillières - rue de la Gare - en village - Cadastre : 1970 C 634, 636, 771, 779, 789, 790
    Historique :
    nettoyage. Le logement patronal, le magasin industriel et la fromagerie industrielle sont à l'abandon. 150 à
    Référence documentaire :
    . Hutin, par M. François-Xavier Ortoli, commissiare général du plan d'équipement et de la productivité, le fromageries J. Hutin, par M. François-Xavier Ortoli, commissiare général du plan d'équipement et de la productivité, le 6 janvier 1967. [N.p.]. Géographie champenoise : le pays marnais, 1963 MILLET, Ernest. Géographie champenoise : le pays
    Canton :
    Vitry-le-François-Champagne et Der
    Description :
    Le grand bâtiment élevé en parpaing de béton et enduit servait au stockage de la poudre de lait et
    Illustration :
    Vue de la fromagerie depuis le sud-ouest IVR21_19885101433Z Ancien logement patronal et ancien magasin industriel vus depuis le nord-ouest Ancienne fabrique de lait en poudre vue depuis le nord-ouest IVR21_20145102437NUCA Vue de la fabrique de lait en poudrre depuis le nord-ouest IVR21_19985101434Z Emplacement de la fromagerie vu depuis le sud-ouest IVR21_19955100307Z La fabrique de lait en poudre vue depuis le nord-ouest IVR21_19955100305Z Magasin industriel vu depuis le nord-ouest IVR21_19955100304Z Logement patronal vu depuis le nord-ouest IVR21_19955100303Z L'atelier de réparation vu depuis le sud ouest IVR21_19955100308Z
  • Ensemble de 4 verrières à personnages (chœur) : Saints personnages et épisodes de la vie de saints
    Ensemble de 4 verrières à personnages (chœur) : Saints personnages et épisodes de la vie de saints Vitry-le-Croisé - en village
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le fabricant peint sur l'oeuvre inscription concernant le lieu d'exécution peint sur l'oeuvre
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale inventaire des vitraux des 19e, 20e et 21e siècles dans le
    Localisation :
    Vitry-le-Croisé - en village
    États conservations :
    inférieur droit, quelques pointes de décoloration dans le visage de saint Paul et dans le décor entre les deux scènes. Baie 4 : cassure en étoile dans le visage du saint.
  • Usine métallurgique, puis Forges de Champagne, puis Aciéries de Micheville, puis Sidelor, puis tréfilerie (pointerie) Trefilunion et usine de treillis soudé A.C.O.R., actuellement tréfilerie ArcelorMittal et usine de construction métallique Manhattan
    Usine métallurgique, puis Forges de Champagne, puis Aciéries de Micheville, puis Sidelor, puis tréfilerie (pointerie) Trefilunion et usine de treillis soudé A.C.O.R., actuellement tréfilerie ArcelorMittal et usine de construction métallique Manhattan Saint-Dizier - Marnaval - en écart - Cadastre : 1861 C 2070 à 2115 1987 AW 25, 26, D 174 à 178, 197 à 237, DT 14, EK 9 à 18, 47, 48, EL 33 à 56, 70, EM 30 à 61, 79, 80, 145, 192, 193, EN 1 à 51, 81 à 103, 112 à 169
    Historique :
    à partir de 1935 (atelier de fabrication G) et devient l'activité principale de l'usine. Dans le courant du 20e siècle, les Forges de Champagne sont reprises par les Aciéries de Micheville, puis le site passe sous le contrôle de Sidelor en 1959, puis de Trefilunion (groupe Usinor-Sacilor) en 1969 qui se
    Description :
    le bâtiment X7 subsiste.
    Annexe :
    près de 150 000 habitants résident dans le triangle Saint-Dizier - Vitry-le-François - Bar-le-Duc Saint-Dizier : cité industrielle. Objectifs Haute-Marne, mai 1980, n° 32 : Comprendre le phénomène gisements plus intéressants pour l'exploitation, le bassin sidérurgique s'éloigna de Saint-Dizier, mais la vocation industrielle était déjà marquée, le développement futur de la cité ne pouvait et ne peut encore l'ignorer. Les infrastructures, tant dans le domaine du logement que des voies de communication ainsi qu'une affirmée. De plus, il ne faut pas négliger le fait que Saint-Dizier n'est pas une cité isolée. L'industrie disponibles pour établir un tel recensement, il nous est apparu que le Fichier consulaire révisé au 1er juillet 1979 est le document fiable tant par sa précision que par son actualité. Le tableau I présente plus grosses entreprises, on mentionnera, hors le métallurgie, la fabrication d'émaux chez Ferro et la -mère de Saint-Dizier. Le groupe avec plus de 5000 salariés est, grâce à un chiffre d'affaires d'1,5
    Illustration :
    [Vue d'ensemble depuis le nord-ouest]. [1er quart 20e siècle]. 1 impr. photoméc. (carte postale Marnaval. - Quartier de la Plaine (Le Maroc). [1er quart 20e siècle]. 1 impr. photoméc. (carte Vue générale de l'atelier de fabrication et de la scierie (R), vus depuis le sud-ouest Ancien logement patronal (J), vu depuis le sud-ouest IVR21_20145202268NUCA Une partie des anciennes cités ouvrières (S11) vue depuis le sud-est IVR21_20145202269NUCA Vestiges des hauts-fourneaux le long du canal IVR21_20145202270NUCA Anciens bureaux en ruines (P) vus depuis le nord-est IVR21_20145202271NUCA Atelier de fabrication vu depuis le nord IVR21_19895201439Z Atelier de fabrication vu depuis le sud-ouest IVR21_19895201436Z Ateliers de fabrication vus depuis le sud-est IVR21_19895201428Z
  • Chasuble
    Chasuble Troyes - place Saint-Pierre - en ville
    Historique :
    Chasuble confectionnée pour le jubilé d'or de Mgr Monnier (1907-1927).
    Texte libre :
    La cathédrale Saint-Pierre Saint-Paul Les ornements Provenant du collège Saint-François de Sales de est en soie damassée blanche et broderies, à doublure de soie orange. Le tissage du damas fait , saint François de Sales ; sur les épaules, de gauche à droite : saint Martin, saint Claude.Sur l'orfroi du revers, dans le même sens de lecture : la Présentation de la Vierge, saint Etienne, saint Laurent
  • Usine de décolletage Lelong, puis Leinster-Lelong et Cie, actuellement maison
    Usine de décolletage Lelong, puis Leinster-Lelong et Cie, actuellement maison Thilay - Nohan - 22 route Devant Thilay - en village - Cadastre : 2009 AD 471, 475, 496, 609, 610
    Historique :
    Le terrain est acheté par François Lelong en 1903 pour y installer une boulonnerie, avec début , Jean- François Leinster, ainsi qu'une petite cité ouvrière de l'autre côté de la rue. L'usine cesse son activité en 1970, avec six ouvriers puis un seul, son patron. Le site est acheté en 1979 pour le
    Référence documentaire :
    Le fonds de l'OCRPI AN, F12 9429, le fonds de l' OCRPI période 1940-1949.
    Description :
    Le site présente deux ateliers de fabrication : l'un en brique et larges baies, dalles de ciment , qui fut l'usine proprement dite, a été réhabilité en maison d'habitation. Le plan est en L, avec murs
    Illustration :
    Le mur subsistant du 2e atelier IVR21_20090800504NUCA Le portail coulissant de l'atelier IVR21_20090800509NUCA
  • Sucrerie Frère et Cie, puis Sucrerie d'Attigny-Vouziers, puis Beghin-Say
    Sucrerie Frère et Cie, puis Sucrerie d'Attigny-Vouziers, puis Beghin-Say Attigny - 31 rue Eugène-Frère - en ville - Cadastre : 1963 AB 30, 47, 248, 253, 273, 291, 292
    Historique :
    manufacture, sous le nom de Société Frère et Cie. Il fondera une seconde sucrerie à Vouziers dès 1868. A sa pour la production de flegmes. La sucrerie est à nouveau touchée par la guerre en 1940 (toitures). Le retour à la paix est l´occasion d´un nouvel accroissement d´activité par le moyen d´une plus grande mécanisation notamment de la manutention, et le raccordement à la voie ferrée. La cheminée, qui datait du 19e
    Référence documentaire :
    4 p. La sucrerie d'Attigny (tour d'horizon de son existence. In Le Petit Givryard, Bulletin annuel p. 145 La reconstitution des Régions dévastées. In Le Monde Illustré, t.8, Paris 20 août 1922. p. 110-111 GERIN, François, LAMBERT, Jacques. Il y a cent ans dans les Ardennes. Ed. Terres
    Description :
    ou en tuile mécanique. De l´autre côté de la rue les anciens entrepôts bordant le canal présentent
    Illustration :
    Vue générale d'Attigny vers le milieu du 20e siècle. La sucrerie est en arrière plan à gauche et l'entrepôt de stockage vers le canal de l'autre côté de la rue IVR21_20090802067NUCA Vue générale vers le milieu du 20e siècle. A gauche la maison patronale, et en arrière plan à Arrière plan : anciens entrepôts bordant le canal vus de la rue E. Frère IVR21_20090802081NUCA
  • Église paroissiale Saint-Laurent-de-Beine de Beine-Nauroy
    Église paroissiale Saint-Laurent-de-Beine de Beine-Nauroy Beine-Nauroy - place de la mairie - en village - Cadastre : 2014 G 01 97
    Historique :
    ; les bas-côtés sont reconstruits vers 1870. La nef, le clocher et les bas-côtés ayant été détruits lors de la première guerre mondiale, ils sont remis en état de 1923 à1925, de même que le transept, le
    Référence documentaire :
    Église de Nonroy (Champagne). (Musée Hôtel Le Vergeur. C3E n°452) Église de Nonroy (Champagne ) / Auteur inconnu del. ; Thierry Frères sculpt. [s.d.]. 1 est. : lithogr. : en noir. (A Musée Hôtel Le
    Représentations :
    gothique à feuilles et crochets, dont certains sont d’origine et d’autres des copies de la restauration. Le
    Description :
    reposent sur des piliers carrés à imposte moulurée. Le transept est saillant, ses bras sont voûtés d’ogives à nervures saillantes, comme l’est sa croisée. Le clocher s'élève sur la croisée du transept, et il est accessible par un escalier depuis son bras sud. Le chevet est plat et son abside voûtée d’ogives.
    Texte libre :
    chœur et le clocher. La maîtrise d'œuvre est assurée par Pierre Cousin et François Le Sebuze construction de l'église au 12e siècle. Le transept et le chevet sont postérieurs. En 1740-1741, d'importants nef et les bas-côtés, d'autre part par les décimateurs et les religieux de Saint-Remi de Reims sur le utilisée en couverture sur le sanctuaire et en remplacement du plomb sur le clocher. On reconstruit le beffroi en chêne ; l'ancienne girouette est remplacée par une croix ou un coq surmontant une boule, le nef, le clocher et les bas-côtés sont détruits. Dès 1921, les travaux de déblaiement et de état pour que le culte puisse reprendre, mais dès 1924-1925, l’architecte en chef des Monuments , portant sur la nef, les bas-côtés, le transept, le chœur, les chapelles, la sacristie et les ouvrages destruction (MAP, 81/51/0012/0025-175). Il est rendu possible par le triage des pierres réalisé en 1921 style gothique. En outre, l’architecte Haubold prend le parti supposé de l’église romane d’origine
    Illustration :
    Nef, vue vers le chœur / Henri Deneux. IVR21_20165113663NUC Nef vers le chœur. IVR21_20165113675NUCA
  • Usine métallurgique Devillez-Bodson, puis Henry frères, puis Société métallurgique de Gorcy
    Usine métallurgique Devillez-Bodson, puis Henry frères, puis Société métallurgique de Gorcy Brévilly - La Forge - en écart - Cadastre : 2008 7B 50 à 60, 69
    Contributeur :
    Griot François
    Historique :
    Les Forges de Brévilly sont fondées en 1815 par François Devillez- Bodson sur le site d´un moulin qui avait appartenu à l´abbaye de Mouzon. Le nouveau propriétaire installe un laminoir, puis en 1819 centrale hydroélectrique est datée de 1910. En 1942 le site est exploité par la Société métallurgique de (nombreux bâtiments détruits), la tréfilerie et pointerie et le logement de maître par un garage automobile , les ateliers par une entreprise de maçonnerie. En 1845 le site comporte huit roues hydrauliques. La
    Référence documentaire :
    -François, BERTRAND Patrice. La métallurgie du fer dans les Ardennes (XVIe-XIXe). Cahiers de l'Inventaire n Le fonds de l'OCRPI AN, F12 9429, le fonds de l' OCRPI période 1940-1949. La Reconstitution des Régions dévastées La Reconstitution des Régions dévastées. Le Monde Illustré
    Représentations :
    ateliers, Sacré-Coeur au niveau de la centrale et le saint Joseph provient d'un bâtiment détruit.
    Description :
    maintenance, la centrale hydroélectrique, le château d´eau et le déversoir. Les halles présentent une claire). Les ouvertures rectangulaires présentent des linteaux métalliques. Le porche d´entrée est surmonté d´un campanile avec horloge et niche abritant une statue. Le château d´eau, proche du déversoir
    Illustration :
    Vue aérienne du site, depuis le nord IVR21_19870800257X Vue aérienne du site, au centre : le déversoir IVR21_19870800261X Vue aérienne du site depuis le sud IVR21_19870800258X Vue aérienne du site, au centre : le déversoir IVR21_19870800260X Vue aérienne du site, au centre : le déversoir IVR21_19870800262X Vue aérienne du site, au centre : le déversoir IVR21_19870800215X Vue aérienne : le site installé dans un méandre de la Chiers IVR21_20090806563NUCA Le pont passant au-dessus de la Chiers, menant vers Pouru-Saint-Remy IVR21_20090802805NUCA Vue depuis le pont menant Pouru-Saint-Remy IVR21_20090802807NUCA Dans la rue principale, sur le pont de Pouru-Saint-Remy (vers 1980) IVR21_20090802814NUCA
  • Église paroissiale Saint-Eloi
    Église paroissiale Saint-Eloi Chaumont-Porcien - Adon - en village - Cadastre : 1998 AL 18
    Historique :
    Pierre Charles Jadart, né et domicilié à Adon où il mourut le 6 juillet 1860, laissa par testament la somme de 32000 francs et fut bénite le 5 octobre 1876 par M. l´abbé Pierret, archiprêtre de Rethel demeurant à Vitry-sur-Seine (un premier projet avait été établi par Gavard mais il ne fut pas suivi d'effet
    Référence documentaire :
    pp. 67-68 ; 89 ; 85 ; 97 Le bourg et l´ancienne abbaye de Chaumont-Porcien. Revue historique ardennaise, 1904, tome XI JADART, Henri. Le bourg et l´ancienne abbaye de Chaumont-Porcien. Revue historique p. 282 Le bourg de Wasigny. Ses environs, son église, son château. Almanach Matot-Braine, année 1913 BAUDON, Albert. Le bourg de Wasigny. Ses environs, son église, son château. Almanach Matot-Braine
    Description :
    -oeuvre. Le choeur comporte deux travées droites terminées par un chevet plat ; deux chapelles encadrent voûtes sont en brique creuse. Le sol est bétonné et les faces intérieures des murs sont enduites. Les quadrilobées. Le clocher comporte un portail à voussures surmonté par une étroite baie en plein-cintre éclairant la tribune d'orgue. La nef est voûtée d'arêtes, le choeur d'ogives et les chapelles de berceau brisé. L'ensemble des couvertures de l'édifice est en ardoise. La nef, le choeur et les chapelles sont couverts d'un toit à longs pans, la tourelle d'escalier par un toit polygonal et le clocher par une flèche
    Illustration :
    Plan de masse de l'édifice d'après le plan cadastral IVR21_20130854527NUD Vue d'ensemble depuis le sud-ouest IVR21_20130867477NUC2A Vue partielle depuis le nord-est IVR21_20130867478NUC2A Depuis le nord IVR21_20130867479NUC2A Vue intérieure depuis le choeur IVR21_20130867482NUC2A
  • Usine métallurgique Génot-Clairdent, puis Aciéries Thomé-Cromback, puis Forges et Aciérie Thomé
    Usine métallurgique Génot-Clairdent, puis Aciéries Thomé-Cromback, puis Forges et Aciérie Thomé Nouzonville - 18 boulevard Jean-Baptiste-Clément - en ville - Cadastre : 2009 AO 67, 68
    Historique :
    Nouzonville s’est arrêtée en 1997, après avoir été reprise par le groupe italien Valbruna. Malgré la
    Observation :
    pièces ; fondée le 01.01.1947 ; 178 pers en 12.1948 ; rapport pj mézières ; une prime pour accélérer
    Référence documentaire :
    Le fonds de l'OCRPI AN, F12 9429, le fonds de l' OCRPI période 1940-1949. La Reconstitution des Régions dévastées La Reconstitution des Régions dévastées. Le Monde Illustré
    Description :
    Le site couvre cinq hectares en bordure de Meuse. Le grand hall de production construit en 1930 est baies. Le site comporte deux châteaux d'eau, le plus important est situé en bordure de Meuse.
    Texte libre :
    lieu-dit "Versailles", elle avait été créée par le grand-père maternel de P. Thomé, Jean-François -fils de L.-G. Thomé, son père Emile Thomé (1845-1922) l'a impliqué dans les affaires familiales dès le à forger et aux autocompresseurs. Ce retour des Thomé dans le quartier industriel de la gare, où ils 1930. Celle-ci a été construite l'année précédente par l'ingénieur Chansoux, dans le prolongement de la le paysage, succède à la vieille fonderie Sainte- Marguerite. Située dans le quartier de la Forge, au le noyau nouzonnais par l'achat d'usines (Jeunehomme-Lepault- Barbazon en 1941, Vve Soret en 1947 la fonte malléable (1919), grenailles métalliques (1927), bâtonnets pour le broyage du ciment du annuels, maisons et logements pour le personnel. Travaillant essentiellement pour les secteurs des emporte le groupe Thomé-Cromback. S'ensuit la liquidation judiciaire en 1994. L'usine d'essieux de Molinet (Allier) est vendue à un concurrent, Sisson-Lehmann passe dans le giron du leader mondial de la grenaille
    Illustration :
    Usines Génot-Clairdent de Nouzonville. [n.d.]. 2 photogr. (Le Monde Illustré) IVR21_20090801766NUCA wagons, voitures et locomotives. [n.d.]. 2 photogr. (Le Monde Illustré) IVR21_20090801767NUCA Vue aérienne des bâtiments situés au nord du site depuis le nord. IVR21_20090807182NUCA Vue aérienne des bâtiments situés au nord du site depuis le nord-ouest. IVR21_20090807184NUCA Vue aérienne rapprochée des bâtiments situés au sud du site depuis le sud-ouest Vue aérienne des bâtiments situés au sud du site depuis le sud-ouest. IVR21_20090807188NUCA Vue aérienne des bâtiments situés au sud du site depuis le nord-ouest. IVR21_20090807185NUCA Vus depuis les bords de Meuse, le château d'eau primitif et l'ancienne fonderie Le logement du gardien, entrée du site. IVR21_20090800070NUCA Le château d'eau. IVR21_20090800073NUCA
  • Église paroissiale Saint Jean-Baptiste
    Église paroissiale Saint Jean-Baptiste Beaumont-en-Argonne - place de Mairie - en village - Cadastre : 1986 AB 194
    Historique :
    L´édifice souffrit beaucoup lors de la guerre des Princes et celle entreprise contre l´Espagne ; le faire périr les fidèles sous les voûtes de l'église). Le chœur, ses chapelles et les bras du transept matériaux issus de la démolition. Les collatéraux et le massif occidental ont été reconstruits en 1844 dans un style néo-classique tout en épargnant le vaisseau central et la croisée du transept datant du 12e -25. Des dégâts subis lors de la Seconde Guerre mondiale ont obligé à restaurer le bas-côté sud. Dans le pouillé de Bauny en 1779, le seigneur était le roi (depuis la cession de la prévôté de Mouzon à la couronne de France en 1379) et les décimateurs, le roi et le curé.
    Référence documentaire :
    , Francois, et al. Les églises d´Argonne. Le guide de l´Argonne. Lyon : La Manufacture, 1987. pp. 157-158 Les églises d´Argonne. Le guide de l´Argonne. Lyon, 1987 BECHARD, Eliane, JANNIN , Escombres-et-le-Chesnois, Havys, Messincourt, La Neuville-lez-Beaulieu, Pouru-aux-Bois, Sévigny-la-Foret , Signy-le-Petit, Tournes, Tremblois-les-Rocroi. Revue Historique ardennaise, 1983, tome XVIII ILLAIRE , Chilly, Escombres-et-le-Chesnois, Havys, Messincourt, La Neuville-lez-Beaulieu, Pouru-aux-Bois, Sévigny -la-Foret, Signy-le-Petit, Tournes, Tremblois-les-Rocroi. Revue Historique ardennaise, 1983, tome p. 105 Le guide du patrimoine de Champagne-Ardenne, 1995 PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie (dir .). Le guide du patrimoine de Champagne-Ardenne. Paris : 1995. 432 p. p. 201 Le renouveau de l'architecture ardennaise au 19e siècle et l'art de Jean-Baptiste et Léon -Henri Couty. Le Pays sedanais, 1999-2000, tome 21 LUSSIEN-MAISONNEUVE, Marie-Josèphe. Le renouveau de
    Description :
    clocher accueille l'escalier en vis et une tribune d'orgue à trois arcades en plein-cintre. Le transept sacristie est accolée au mur sud du choeur. La nef et le massif occidental sont élevés en pierre de taille en grand appareil et le reste de l'édifice en moyen appareil. Les sols sont couverts de dalles de baies en plein-cintre. Le clocher comporte quatre niveaux dont les trois premiers à ordres superposés oculus à l'étage) encadré par des colonnes ou des pilastres ; le troisième niveau se termine par des -cintre. Les collatéraux sont plafonnés, le vaisseau central de la nef est couvert d'une fausse voûte en droites du choeur de fausses voûtes en berceau brisé et le choeur par un faux cul-de-four. La couverture pans, la sacristie par un toit à longs pans à pignon découvert et le clocher par une flèche polygonale.
    Illustration :
    Vue générale depuis le nord-ouest IVR21_20130853144NUC2A Flanc nord de la nef et bras nord du transept depuis le nord-ouest IVR21_20130853148NUC2A Vue d'ensemble depuis le nord-est IVR21_20130853145NUC2A Vue générale depuis le sud-est IVR21_20130853147NUC2A Clocher depuis le sud-ouest IVR21_20130853151NUC2A Le choeur depuis l'ouest IVR21_20130853155NUC2A Vue intérieure depuis le choeur IVR21_20130853156NUC2A
  • Etablissement de vins de champagne Mercier
    Etablissement de vins de champagne Mercier Épernay - 68-72 avenue de Champagne - en ville - Cadastre : 1987 AM 5 à 7, 27 AL 16
    Historique :
    d'enquête), la Maison Eugène Mercier occupe toujours le site. Pas de modification de l'ensemble. Archives
    Référence documentaire :
    p. 9-19 Le patrimoine de l'industrie alimentaire. Les données de l'inventaire en Champagne-Ardenne , 2000 ALVES, Gilles. Le patrimoine de l'industrie alimentaire. Les données de l'inventaire en Champagne -Ardenne. In ASSOCIATION POUR LE PATRIMOINE INDUSTRIEL EN CHAMPAGNE-ARDENNE, DOREL-FERRE Gracia (dir.). Le p. 96 Le champagne, trois siècles d'histoire, 1997 BLIN, Maurice (dir.), CLAUSE, Georges, GLATRE , Eric (rédac.). Le champagne, trois siècles d'histoire. Paris : Stock, 1997. 205 p.
    Description :
    Site desservi par embranchement ferroviaire. Etablissement composé de travées alignées le long de
    Annexe :
    CHAMPAGNE MERCIER. Epernay HISTORIQUE Réunion de cinq marques sous le nom de l´union des des caves. La seule construction importante lors de son installation demeure le château dit de Pékin superposés communiquant par des ouvertures pratiquées dans le sol) est refusé. En 1871 commence le creusement des caves sur un plan régulier (30 galeries parallèles coupées par trois autres, le tout sur un niveau , 84 (appartements, pressoirs et vendangeoirs, celliers et caves). Il achète le château de Pékin en 1873, ainsi qu´un autre immeuble à François Abelé de Müller : 4E 16285, Acte de vente d´une maison de maître avec dépendances, deux grands celliers, caves et terrains à Epernay, le 30 décembre 1873 par M . Abelé de Muller à M. E. Mercier : ''Cette propriété connue sous le nom de Mont St Joseph ou Pékin est située sur le territoire d´Epernay, lieu dit Croix des Bouchers, prend entrée par une grille sur la route grille, le long de la route, un logement pour le concierge, comprenant cinq places au rez de chaussée
    Illustration :
    E. Mercier & Co - Epernay (Marne). [Vue d'ensemble depuis le nord]. 1 dessin : en noir (Collection Ensemble C, B, A, façades nord-est, vues prises depuis le Quai de l'Ile Belon IVR21_20145102159NUCA Vue d'ensemble depuis le nord IVR21_19885101346Z
  • Peinture monumentale : ensemble des décors de la coupole
    Peinture monumentale : ensemble des décors de la coupole Reims - 8 rue de Louvois place Sainte-Clotilde - en ville - Cadastre : 2016 DL 124
    Inscriptions & marques :
    De part et d'autre du Christ, en latin : EGO SUM VIA ET VERITAS ET VITA (je suis le Chemin, la Vérité et la Vie). Sur le phylactère de l'ange de gauche : DOMINUS DOMINANTUM ; le phylactère de l'ange de droite : REX REGUM. Chaque personnage est désigné par son nom en latin, dans le sens vertical.
    Historique :
    1930, réalisée par Gaston et Edmond Chauvet, d'après les dessins de Gosset. Le décor original imaginé
    Référence documentaire :
    . Don fait pour l'inauguration / François Rothier. Phototypie noir et blanc, extrait de GOSSET, Alphonse
    Représentations :
    saint François de Sales en pied Au centre de la coupole le Christ Emmanuel est représenté au centre d'une mandorle, encadré de des phylactères, d'autres des attributs du Christ : INRI, le saint suaire, la couronne d'épines et le
    Illustration :
    Coupe longitudinale, avec le projet de décor, vers 1896. IVR21_20175110394NUCA Coupe transversale, avec le projet de décor, vers 1896. IVR21_20175110395NUCA Le Christ Pantocrator d'origine, 1910. IVR21_20175110496NUC
  • Usine de métiers de bonneterie et usine de bonneterie François Gamichon, puis S.A. Kretz, puis magasin de commerce, actuellement immeuble à logements Aube Immobilier
    Usine de métiers de bonneterie et usine de bonneterie François Gamichon, puis S.A. Kretz, puis magasin de commerce, actuellement immeuble à logements Aube Immobilier Romilly-sur-Seine - 71 rue Voltaire-Sellières - en ville - Cadastre : 1985 BC 637
    Historique :
    François Gamichon établit une usine de métiers pour bonneterie, ainsi qu'une usine de bonneterie en commerce occupe une partie des bâtiments ; le reste est sans destination particulière. En 2013 (complément
    Description :
    Les bureaux à un étage carré, avec soubassement en moellons et façade en briques, sont situés le
    Titre courant :
    Usine de métiers de bonneterie et usine de bonneterie François Gamichon, puis S.A. Kretz, puis
    Illustration :
    Atelier de fabrication vu depuis le nord IVR21_20141003902NUCA Cheminée d'usine vue depuis le nord IVR21_20141003903NUCA Vue partielle depuis le nord-est IVR21_20141003904NUCA Vue du site après destruction partielle, vu depuis le nord IVR21_20141003905NUCA Façade vue depuis le nord-est IVR21_19861001070Z Façade vue depuis le nord-ouest IVR21_19861001071Z Salle des machines et cheminée d'usine vues depuis le nord-ouest IVR21_19981000242Z Cheminée d'usine vue depuis le nord IVR21_19861001072Z
  • Église paroissiale Saint-Maurice
    Église paroissiale Saint-Maurice Vrizy - en village - Cadastre : 1997 AD 53
    Historique :
    Édifice homogène édifié au début du 16e siècle. Sur le flanc sud, un dais est surmonté d'armoiries sacristie a été ajoutée en 1848. En 1903/04, eut lieu une campagne de travaux : le clocher, qui se situait à la croisée du transept, fut placé en avant de la nef, on ajoura le tympan du portail occidental et on déplaça alors la Vierge au croissant qui s'y trouvait sur le flanc sud de la nef, on refit les baies de ce restaurée entre 1922 et 1926 notamment au niveau des parements extérieurs. Le 19 décembre 1145, l'église de
    Référence documentaire :
    , Francois, et al. Les églises d´Argonne. Le guide de l´Argonne. Lyon : La Manufacture, 1987. pp. 175-176 Les églises d´Argonne. Le guide de l´Argonne. Lyon, 1987 BECHARD, Eliane, JANNIN
    Description :
    . La sacristie est située dans l'angle formé par le choeur et le bras sud du transept. L'escalier en vis hors-oeuvre est adossé au mur-pignon du bras-nord du transept. Le clocher en charpente de plan . Le vaisseau central de la nef est couvert d'un toit à longs pans à pignon découvert, les bras du choeur par un toit à longs pans, l'abside par une croupe polygonale et le clocher par un toit brisé en
    Illustration :
    Vue générale depuis le sud IVR21_20130863353NUC2A Vue générale depuis le sud-ouest IVR21_20130863354NUC2A Le clocher IVR21_20130863355NUC2A Le coq du clocher IVR21_20130863356NUC2A Le flanc sud IVR21_20130863357NUC2A Le bras sud du transept IVR21_20130863360NUC2A Vue générale depuis le chevet au sud-est. La sacristie est située dans l'angle Vue générale depuis le chevet dans l'axe IVR21_20130863363NUC2A Le bras nord du transept et la tourelle d'accès aux combles IVR21_20130863364NUC2A Tête d'homme sculptée dans le larmier de la tourelle d'accès aux combles IVR21_20130863367NUC2A
  • Usine de petite métallurgie Hubert jeune et fils, Lechanteur frères, A. Regnault et Cie, Brezol et Cie, puis Forges et Clouteries réunies de Mohon et Laval-dieu, puis Lefort et Cie, puis Les Hauts-Fourneaux de la Chiers, actuellement usine Foissy
    Usine de petite métallurgie Hubert jeune et fils, Lechanteur frères, A. Regnault et Cie, Brezol et Cie, puis Forges et Clouteries réunies de Mohon et Laval-dieu, puis Lefort et Cie, puis Les Hauts-Fourneaux de la Chiers, actuellement usine Foissy Saint-Marceau - Le Sauchy - R.D. 951 - en écart - Cadastre : 2009 ZA 45 à 49
    Historique :
    En 1848, Antoine Gaspard Regnault achète le moulin à farine situé sur la Vence dénommé La maison de concurrence les fabrications artisanales. La société produit un tiers des clous ardennais et en particulier le , crochets de descente d'eau, pattes de scellement, fers à bœufs). Le site de Saint-Marceau, connu sous le nom Le Moulin, se spécialise dans la fabrication des ronces (fils de fer barbelé). Durant la Première de fruits séchés. Après 1945, le Groupe Lefort dirigé par André puis Robert Lefort depuis 1938 , détient quatre autres usines dans le département. En 1954, le groupe s'associe avec les Hauts Fourneaux de Warcq en 1852, s'installe sur le site. Auparavant approvisionnée en énergie par une roue hydraulique, le hydrauliques sont installées dans le bâtiment de la roue pour l'éclairage. Le bâtiment de la machine à vapeur
    Référence documentaire :
    Il y a cent ans dans les Ardennes GUERIN François, LAMBERT Jacques, Il y a cent ans dans les Le patrimoine industriel dans les Ardennes. La mise en valeur de notre passé COURTOT Laurence, Le
    Description :
    subsiste le bâtiment des turbines et son vannage sur la Vence, en brique et charpente de bois, toiture à longs pans et couverture d'ardoise, également en mauvais état. Il accueille deux turbines inondées. Le conservant les murs extérieurs en moellons de grès de Dom-le-Mesnil. A l'intérieur, les charpentes sont métalliques sur toitures à longs pans et couverture de tôle, soutenues par des poteaux métalliques. Le
    Localisation :
    Saint-Marceau - Le Sauchy - R.D. 951 - en écart - Cadastre : 2009 ZA 45 à 49
    Illustration :
    Vue aérienne depuis le nord-nord-ouest. IVR21_20090807319NUCA Vue aérienne depuis le sud-est. IVR21_20090807321NUCA Vue générale depuis le village de Saint-Marceau. IVR21_20090804511NUCA Le château d'eau et le logement patronal. IVR21_20090804514NUCA La salle des machines (à droite), la clouterie et la salle des turbine (à gauche) depuis le pont de Le bâtiment de la chaudière (à droite) et celui de la machine à vapeur (à gauche) construits vers Les bâtiments en ruine de la clouterie, un magasin et le bâtiments des machines
  • Etablissement vinicole L'Union champenoise, actuellement Champagne de Castellane
    Etablissement vinicole L'Union champenoise, actuellement Champagne de Castellane Épernay - 57 rue de Verdun - en ville - Cadastre : 1987 AJ 39 à 44, 54 à 58, 64 à 66
    Historique :
    En 1883, Ludovic Girard fonde une maison de champagne à Epernay sous le nom de ''L'Union champenoise''. En 1889, il associe son exploitation à celle de la maison Bouvet Ladubay, dont le directeur , Fernand Mérand, acquiert des terrains et immeubles rue de Verdun. L'entreprise adopte le nom de la marque de Castellane en 1936. Les premiers bâtiments sont très vite édifiés ; le pavillon central est élevé 1894), en bordure de la voie ferrée Paris-Strasbourg, sur le site d'un réseau d'anciennes caves creusées dans la craie. Le plan d'origine est modifié en 1904 par la construction des celliers et de la
    Référence documentaire :
    p. ALVES, Gilles. Le patrimoine de l'industrie alimentaire. Les données de l'inventaire en Champagne-Ardenne. In ASSOCIATION POUR LE PATRIMOINE INDUSTRIEL EN CHAMPAGNE-ARDENNE, DOREL-FERRE Gracia (dir.). Le patrimoine industriel de l'agro-alimentaire en Champagne-Ardenne et ailleurs : Actes du p. 97 BLIN, Maurice (dir.), CLAUSE, Georges, GLATRE, Eric (rédac.). Le champagne, trois siècles
    Précisions sur la protection :
    le surmonte ; cage d'escalier du pavillon d'entrée avec son décor ; salle des étiquettes ; cheminée
    Représentations :
    Lion portant les armes de Champagne sur le pavillon central et la tour ; victoires ailées sur la
    Description :
    industrielles, commerciales et publicitaires. Surface bâtie en m2 : 43500. Le bâtiment d'origine est composé d'équerre. Le pavillon central a une architecture modeste au coeur de la cité ouvrière. Il contraste avec céramique) que les céramiques mentionnant les principales villes du monde où était expédié le vin de champagne. Ces céramiques, le lion portant les armes de Champagne (emblème de L'Union champenoise) qui orne le tympan du bâtiment principal et les victoires sculptées sur la cheminée en béton de la salle des machines accentuent le prestige de l'édifice. 10 km de caves.
    Annexe :
    Castellane sont l´une des plus anciennes familles de France. C´est en 1895 que le Vicomte Florens de cousin, Boni de Castellane, est le maître incontesté de la vie mondaine et sera le premier ambassadeur de les locaux spectaculaires qu´elle occupe aujourd´hui. Son fils Alexandre le rejoint avant guerre. Dès -fils d´Alexandre Mérand, devient le pionnier de la 4e génération. Une architecture exceptionnelle Au 1880-1883 une maison de champagne à Epernay sous le nom de L´Union champenoise. Il s´associe en 1889 St-Florent) et l´Union champenoise (Epernay) le 1er janvier 1889, acte passé devant notaire, Maître Louterreau à Angers, le 6 janvier 1889. La direction de la société est laissée à Fernand Mérand (1852-1922 ), le fondé de pouvoirs. La société L´Union champenoise s´établit rue de Verdun après l´acquisition faite de terrains et d´immeubles à Eugène Mercier et Francine Marguerite Bourlon le 29 mai 1889. Les des caves de L´Union champenoise appartenait à Eugène Mercier (28 juin 1893) qui en avait effectué le
    Illustration :
    Vue d'ensemble depuis le nord IVR21_19885101344Z Château d'eau vu depuis le sud IVR21_19885101315Z Cellier vu depuis le sud-ouest IVR21_19885101316Z Bureau et cité ouvrière vus depuis le sud IVR21_19945101063X Bureau vu depuis le sud IVR21_19945101065X Sommet de la tour du château d'eau vu depuis le sud IVR21_19945101100XA Cité ouvrière vue depuis le sud-ouest IVR21_19945101106XA Celliers vus depuis le sud IVR21_19945101077X Pavillon central vu depuis le nord IVR21_19945101086XA Cheminée d'usine vue depuis le nord-est IVR21_19945101084XA