Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 279 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Cimenterie Les Ciments français, actuellement Ciments Calcia
    Cimenterie Les Ciments français, actuellement Ciments Calcia Couvrot - Usine de Villers - R.D. 760 - isolé - Cadastre : 1980 AD 1 à 25
    Historique :
    dans l'ancienne en 1987. Lors du complément d'enquête de 2012, le groupe Ciments Calcia occupent les lieux. Le logement patronal (N) et la cité ouvrière (M) n'existent plus. Les bâtiments F, G, H, I, K et
    Description :
    Site desservi par voie navigable, embranchement ferroviaire et voie particulière. Les silos
    Titre courant :
    Cimenterie Les Ciments français, actuellement Ciments Calcia
    Appellations :
    dite cimenterie Les Ciments français, actuellemement Ciments Calcia
    Annexe :
    exemplaire dans tous les domaines et dont l´extension ne posait aucun problème si le besoin s´en faisait produisait 300 tonnes de clinker par jour. Les améliorations successives apportées aux techniques de multiplier presque par trois les possibilités de Couvrot, portant la production quotidienne de clinker à constituait alors l´une des trois grosses unités de production de la Société des Ciments Français, les deux Lepol et sa capacité est presque doublée : 420 tonnes-jour. 1963, les capacités des fours à grille Lepol
  • Les Granges, ancienne grange de Chéhéry
    Les Granges, ancienne grange de Chéhéry Chatel-Chéhéry - Ferme des Granges - D 946 - isolé - Cadastre : 1997 AB 94-95
    Historique :
    £ chacune, soit l’ensemble le plus élevé du temporel. Les Granges sont situées à la source du ruisseau qui forêt abbatiale à l’est et le versant de l’Aire ayant porté les quelques vignes connues au sud
    Description :
    Les bâtiments actuels de la ferme ne sont pas anciens du fait des destructions subies lors de la Grande Guerre. Outre les hangars agricoles contemporains, le bâti date essentiellement à la
    Titre courant :
    Les Granges, ancienne grange de Chéhéry
    Texte libre :
    £ chacune, soit l’ensemble le plus élevé du temporel. Les Granges sont situées à la source du ruisseau qui forêt abbatiale à l’est et le versant de l’Aire ayant porté les quelques vignes connues au sud . L’essentiel des activités fut sans doute tourné vers l’exploitation des terres labourables. Les bâtiments les hangars agricoles contemporains, le bâti date essentiellement à la Reconstruction (ill
    Illustration :
    Les Granges : vue aérienne vers l'ouest IVR21_20150800023NUCA
  • Verrière historiée : Calvaire entre les deux larrons (baie n°100)
    Verrière historiée : Calvaire entre les deux larrons (baie n°100) Troyes - rue de la Madeleine - en ville
    Référence documentaire :
    , Véronique, FINANCE, Laurence de, LAUTIER, Claudine. Les vitraux de Champagne-Ardenne. Paris : CNRS, 1992
    Titre courant :
    Verrière historiée : Calvaire entre les deux larrons (baie n°100)
  • Eléments de l'ancienne cuve remontés en panneau, statuettes (Les Evangélistes)
    Eléments de l'ancienne cuve remontés en panneau, statuettes (Les Evangélistes) Semide - en village
    Représentations :
    Les Evangélistes
    Titre courant :
    Eléments de l'ancienne cuve remontés en panneau, statuettes (Les Evangélistes)
  • Les scieries de l'Inventaire du patrimoine industriel du département des Ardennes (08)
    Les scieries de l'Inventaire du patrimoine industriel du département des Ardennes (08)
    Historique :
    Les scieries ont été trouvées en nombre dans le département des Ardennes (57 mentions), département ). Cet état de fait n'est guère étonnant : les scieries sont souvent de petites structures plus les scieries nécessitent certes la présence de bois, leur subsistance semble être davantage déterminée Givet où les affleurement schisteux abondent, et sont inexistantes dans le secteur de Dom-le-Mesnil et Saint-Laurent, sites d'extraction les plus connus du département ; enfin, elles sont quasi inexistantes
    Description :
    Les scieries sont souvent de petites structures construites en matériaux légers (essentage de bois
    Titre courant :
    Les scieries de l'Inventaire du patrimoine industriel du département des Ardennes (08)
    Annexe :
    : Fin d'activité dans les années 1960 ; rasée depuis (maison d'habitation à la place). Proche gare IGN. Bâtiments récents, les plus anciens datent de 1958. Ballay, Landèves, Scierie, actuellement aérienne IGN. : ateliers Les bâtiments datent de 1968. Actuellement SARL Paris. Emploie 12 personnes rachat que le bâtiment est transformé en laminoir, pour compléter les forges d'Osnes. L'établissement passe ensuite à la société Boutmy puis, comme les autres usines de la vallée, aux De Wendel. Aujourd'hui dans les Ardennes (XVIe-XIXe). Cahiers de l'Inventaire n°11, Ministère de la Culture et de la . Cliron, Le Grand Pré, route de Ham-les-Moines, Scierie Canjaere : Repérage sur vue aérienne IGN . Entreprise Canjaere. En limite de commune (extrémité sud-est). Les bâtiments semblent de la seconde moitié , présence de bâtiments, mais activité inconnue. Les Deux-Villes, La Hanoff, Scierie, actuellement maison : Repérage sur vue aérienne IGN. Rien trouvé. Un doute subsiste néanmoins sur la localisation exacte. Les
    Illustration :
    Cliron, Le Grand Pré, route de Ham-les-Moines, Scierie Canjaere, vue générale Ham-les-Moines, Scierie, vue générale. IVR21_20090805681NUCA Neuville-lès-This, Scierie, actuellement maison, vue générale. IVR21_20090805771NUCA
  • Les filatures de l'Inventaire du patrimoine industriel du département des Ardennes (08)
    Les filatures de l'Inventaire du patrimoine industriel du département des Ardennes (08)
    Historique :
    Guerre mondiale. Les premières filatures mécanisées apparaissent à la suite de celles d'Angecourt et de produite in-situ par l'intermédiaire de turbines hydroélectriques. Les bâtiments de hauteur caractérisent les premiers âges de la filature concentrée. Lalobbe, Mouzon, Angecourt, Givonne et Pouru-Saint-Remy ) en sont les meilleurs exemples. A la fin du 19e siècle, les filatures se développent en surface et intégré aux unités de production, les usines s'étendent. Les sites anciens s'adaptent (Givonne), d'autres
    Description :
    Les premiers bâtiments construits au début du 19e siècle (Mouzon et Angecourt, tous deux disparus ornementée. Construit avec les mêmes matériaux, vers le milieu du 19e siècle, le bâtiment principal de la sheds. Les filatures de Carignan et de Pont-Maugis atteindront ainsi un développent en surface considérable. Les sites de Thélonne, et surtout Pont-Maugis conservent de grands magasins à laine, dont le mondiale) : elle garde la même morphologie des toits en dents-de-scie, mais les bâtiments sont entièrement
    Titre courant :
    Les filatures de l'Inventaire du patrimoine industriel du département des Ardennes (08)
    Annexe :
     ; directeur Lienard ; 27 personnes en mai 1943. Les vestiges de bâtiment avec énergie hydraulique dans le en 1889 . La filature a précédé les activités métallurgiques. Activité maintenant cessée et de vestiges industriels : deux exploitations agricoles. La Neuville-lès-Wasigny, Ancienne filature effectuer des réparations au déversoir de l´usine, 1874-78. Les bâtiments de la filature en elle-même ont
    Illustration :
    La Neuville-lès-Wasigny, Ancienne filature, vue générale. IVR21_20090805772NUCA
  • Les tissages de l'Inventaire du patrimoine industriel du département des Ardennes (08)
    Les tissages de l'Inventaire du patrimoine industriel du département des Ardennes (08)
    Historique :
    Les 30 usines de tissage (dont 15 retenus pour l'étude) se regroupent en deux pôles : - Le bassin industrielle (mécanisée) se développe à partir de la fin du 19e siècle. Les usines existantes s'étendent alors
    Description :
    Aux 18e et début 19e siècle, les locaux ne diffèrent pas de l'habitat vernaculaire de l'époque aménagés. A l'époque de la mécanisation, les bâtiments en rez-de-chaussée prennent la forme caractéristique
    Titre courant :
    Les tissages de l'Inventaire du patrimoine industriel du département des Ardennes (08)
    Annexe :
     : mémoire sur les fabriques de la Champagne et de la Picardie par Bruyard, inspecteur ambulant, 1784  : Manufacture de draps établie par le sieur Fournival il y a quelques années : les draps sont de la première qualité. Il réunit chez lui tous les apprêts, il fait teindre tant en pièces qu'en laines ; il n'a que 1943. Non identifié. Petite structure. Les Bacot sont propriétaires du Dijonval : y a-t-il un lien à Bogny et Fils, manufacture de draperies rue Leclercq Adam à Sedan. Même ensemble que les établissements Lombard / Montagnac / Pirlot-Namèche. Sedan, 11 (?) rue Jean-Jeannon, Tissage de drap les Draperies
  • Les minoteries de l'Inventaire du patrimoine industriel du département des Ardennes (08)
    Les minoteries de l'Inventaire du patrimoine industriel du département des Ardennes (08)
    Historique :
    toit de toutes les tâches qui précèdent et suivent le broyage. Si les historiens s´accordent sur l sud du département (les minoteries s'échelonnant régulièrement entre Saint-Germainmont et Saint-Juvin minoteries sont d'anciens moulins reconvertis. Les minoteries ardennaises se distinguent entre grandes
    Description :
    Les datations étant assez variées, échelonnées pour l'essentiel entre le début du 19e siècle et le 3e quart du 20e siècle, les types constructifs le sont également et associent souvent brique, pierre employé sur tous les sites, et la brique fréquemment utilisée (Vouziers, Hannapes, Roizy, Saint
    Titre courant :
    Les minoteries de l'Inventaire du patrimoine industriel du département des Ardennes (08)
  • Les carrières et tourbières de l'Inventaire du patrimoine industriel du département des Ardennes (08)
    Les carrières et tourbières de l'Inventaire du patrimoine industriel du département des Ardennes (08)
    Historique :
    sont les seuls du département à comprendre des tourbières, à Autruche, Authe, Brieulles-sur-Bar
    Titre courant :
    Les carrières et tourbières de l'Inventaire du patrimoine industriel du département des Ardennes
    Annexe :
    terminée. Il existe plusieurs anciennes carrières de pierre à Monthermé. Comme les ardoisières, ces sites ., 218 ouvriers, très actif. Hors enquête. Vireux-Wallerand, Sur les Roches, rue Edmond-Guyaux, Carrière
  • Les teintureries et usines textiles autres de l'Inventaire du patrimoine industriel du département des Ardennes (08)
    Les teintureries et usines textiles autres de l'Inventaire du patrimoine industriel du département des Ardennes (08)
    Historique :
    lignée de la filature et du tissage traditionnels, d'où son implantation dans les Ardennes, mais
    Titre courant :
    Les teintureries et usines textiles autres de l'Inventaire du patrimoine industriel du département
  • Les usines de traitement de surface des métaux de l'Inventaire du patrimoine industriel du département des Ardennes (08)
    Les usines de traitement de surface des métaux de l'Inventaire du patrimoine industriel du département des Ardennes (08)
    Historique :
    logiquement les unités de traitement de surface tout au long de la vallée de la Meuse et de ses affluents. La à signaler à Rimogne, mais ce mode de finition est souvent intégré dans les usines de production Charleville). La galvanisation (qui consiste à protéger les aciers en les recouvrant d'une couche de zinc) se retrouve dans le nord, an aval de Charleville, elle est plus récente et se développe avec les activités
    Description :
    Les poliries proto-industrielles étaient de petites structures dont le bâti ne se distinguait guère
    Titre courant :
    Les usines de traitement de surface des métaux de l'Inventaire du patrimoine industriel du
    Annexe :
    Braux, avenue des Marguerites, Usine de matériel agricole les Ateliers de Janves : Arch. Nat., F12 9429 métaux (émaillerie) Louis Lens, puis Les Emaux de Rimogne : Arch. Nat., F12 9429, le fonds de l'OCRPI période 1940-1949 : les Emaux de Rimogne (anciens Ets L. Lens fils) : émaux pour fonte tôle et cuivre
    Illustration :
    Bogny-sur-Meuse, Braux, Z.A de Braux, avenue des Marguerites, Usine de matériel agricole les , puis Les Emaux de Rimogne, vue générale. IVR21_20090805692NUCA , puis Les Emaux de Rimogne, vue aérienne 2009. IVR21_20090807904NUCA , puis Les Emaux de Rimogne, vue aérienne 2009. IVR21_20090807896NUCA
  • Ensemble de 2 verrières à personnages (chœur et côté sud de la nef) : Le Christ et les évangélistes ; La Foi et l'Espérance
    Ensemble de 2 verrières à personnages (chœur et côté sud de la nef) : Le Christ et les évangélistes ; La Foi et l'Espérance Torvilliers - en village
    Inscriptions & marques :
    Baie 2 : St Marc / St Luc (lancette gauche, en écriture gothique dans un cartouche sous les médaillons) ; St Jean / St Matthieu (lancette droite, en écriture gothique dans un cartouche sous les
    Référence documentaire :
    , Véronique, FINANCE, Laurence de, LAUTIER, Claudine. Les vitraux de Champagne-Ardenne. Paris : CNRS, 1992
    Canton :
    Saint-André-les-Vergers
    Représentations :
    ovale à fond damassé, entouré de rinceaux végétaux et animaux, les quatre évangélistes et leur attribut
    Description :
    ; grisaille pour les modelés et les traits. Verrière à losanges au tympan de la baie 12.
    Titre courant :
    Ensemble de 2 verrières à personnages (chœur et côté sud de la nef) : Le Christ et les évangélistes
  • Usine métallurgique Mineur frères et Wilmot dite Les Forges de Vireux, puis Hauts Fourneaux de la Chiers, puis Usinor, actuellement pépinière d'entreprise
    Usine métallurgique Mineur frères et Wilmot dite Les Forges de Vireux, puis Hauts Fourneaux de la Chiers, puis Usinor, actuellement pépinière d'entreprise Vireux-Molhain - Vireux - rue de l'Aciérie rue des Crayats rue de Gorcy - en village - Cadastre : 1983 AC 370, 377, 380 à 382, 384 à 390, 401, 408 1984 B 220, 345, 347, 351, 352, 361, 362, 402 à 404 (Hierges)
    Historique :
    industriel. Les constructions subsistantes datent essentiellement du début du 20e siècle (le grand magasin
    Référence documentaire :
    p. 37-48 COLINET, René. Les Forges de Vireux-Molhain. Aux origines d'un site récemment disparu
    Description :
    Site anciennement desservi par une voie de chemin de fer. Les bâtiments de production subsistants de brique (actuellement la plupart sont bardés de tôle) ; les toits, dont certains sont sommés de
    Titre courant :
    Usine métallurgique Mineur frères et Wilmot dite Les Forges de Vireux, puis Hauts Fourneaux de la
    Appellations :
    Mineur frères et Wilmot dite Les Forges de Vireux, puis Hauts Fourneaux de la Chiers, puis Usinor
    Annexe :
    On augmente le personnel à Vireux-Molhain, arrondissement de Rocroi, les hauts fourneaux qui depuis pas de plus favorisées pour l´arrivage des matières premières et l´écoulement des produits. (...) les ardoisières (...) celles qui sont dans le bassin de la Meuse ont, comme les hauts fourneaux de Vireux, une grande supériorité sur les autres (...). Hauts fourneaux de la Chiers (SA), division des forges : forges d´Edmond Gonthier, 8 juin 1858 : déclare que les terrains acquis en juin et septembre 1856 pour l août 1858 autorisant les sieurs Mineur et Wilmot à faire usage de 12 chaudières à vapeur et 4 machines les appareils de compression, d´étirage et de soufflerie nécessaires. Les propriétaires demandent, par une pétition non datée, d´en augmenter la consistance : les additions projetées consisteront en un ) les appareils de soufflerie, de compression et d´étirage nécessaires au roulement de l´usine.
    Illustration :
    Les forges de Vireux-Molhain, vue du pont du Wiroin vers 1900. [n.d.]. 3 cartes postales. (AD Les forges de Vireux-Molhain, vue de l'usine depuis le sud-est . [n.d.]. 3 cartes postales. (AD Les forges de Vireux-Molhain, vue de l'usine depuis l'est . [n.d.]. 3 cartes postales. (AD Ardennes Les forges de Vireux : vue depuis le sud pendant l'entre-deux guerres. [n.d.]. 3 photogr. (Musée de Les forges de Vireux : vue depuis l'est pendant l'entre-deux guerres. [n.d.]. 3 photogr. (Musée de Les forges de Vireux : vue des cubilots pendant l'entre-deux guerres. [n.d.]. 3 photogr. (Musée de Partie ouest : à gauche, les cellules de stockage du coke pour le haut-fourneau qui se situait à Baraquement pour loger les travailleurs immigrés. IVR21_20090805544NUCA
  • Confessionnal
    Confessionnal Carignan - place du Dr Gairal - en ville
    Description :
    Confessionnal à trois loges en chêne verni. Les loges latérales sont ouvertes, la loge centrale est
  • Reliquaire, de saint Gorgon et autres saints
    Reliquaire, de saint Gorgon et autres saints Le Fréty - en village
    Inscriptions & marques :
    Les reliques sont accompagnées de tituli donnant le nom des saints, visibles à travers les vitres.
    Historique :
    rouge et les petites loges des reliques est peut-être du 19e siècle. L'éclairage électrique est du 20e
    Description :
    dans la masse et polychrome. Les reliques sont disposées dans de petites loges métalliques sur du
  • Verreries
    Verreries
    Historique :
    -Menehould et Sézanne), 4 dans l’Aube (Bar-sur-Seine, Bayel, Les Loges-Margueron, Montiéramey), 2 dans les usine de verres optiques (Sézanne). Pour les autres sites, le repérage réalisé dans les années 1980 et 1990 n’indique pas la nature de la production. Aux 16e et 17e siècles, les verriers étaient surtout Second Empire, les besoins en verre liés au développement industriel en général et à la production fait désormais par du charbon, amené par les voies ferrées et les canaux, ce qui permet l’établissement de ces usines dans les centres urbanisés plutôt que dans les forêts. La Première Guerre mondiale et décoratifs - en verre ou cristal - (Bayel) et des verres optiques (Sézanne). Les autres n’ont exercé une industrielles au fil de leur histoire (à la fin du 19e siècle à Epernay ; de 1823 à 1858 aux Loges-Margueron , n’employait plus en 2006 que 21 personnes, alors que le nombre d’ouvriers était de 605 en 1949. Les fabriques détruits (il ne subsiste qu’une maison de maître à Epernay) ou convertis en habitations pour les 4 autres
    Référence documentaire :
    p. 199-201 Les verreries d'Argonne XIIIe-XVIIe siècles, 1989 JANNIN, François. Les verreries Marne. In ASSOCIATION POUR LE PATRIMOINE INDUSTRIEL DE CHAMPAGNE-ARDENNE, DOREL-FERRE Gracia (dir.). Les CHAMPAGNE-ARDENNE, DOREL-FERRE Gracia (dir.). Les arts du feu en Champagne-Ardenne et ailleurs : Actes du Le verre en Argonne : les matières vitrifiables employées par les verriers d'Argonne, 1982 GERDEAUX , André. Le verre en Argonne : les matières vitrifiables employées par les verriers d'Argonne. Châlons-sur p. 172-181 Atlas du patrimoine industriel de Champagne-Ardenne : les racines de la modernité, 2005 Atlas du patrimoine industriel de Champagne-Ardenne : les racines de la modernité. Reims : SCEREN-CRDP
    Description :
    un logement patronal : Bayel, Les Loges-Margueron (à un étage, avec pavillon central à 2 étages Jusqu’au 17e siècle, les verreries ne comportaient pas d’édifice en dur : il s’agissait d’ateliers ainsi que des fourneaux réservés à d’autres étapes de fabrication. Les bâtiments des 19e et 20e siècles sont de vastes halles abritant le ou les fours en rez-de-chaussée, en moellon ou en brique (à (à Bar-sur-Seine (datant des années 1880) ; aux Loges-Margueron ; à Courcy.Plusieurs sites comportent
  • Confessionnal
    Confessionnal Aouste - en village
    Description :
    Confessionnal à trois loges droites de style néo-gothique. Une porte centrale ajourée. Fronton en
    États conservations :
    Quelques crochets de choux cassés ainsi que les dragons rapportés latéraux (ces derniers cassés ou
  • Ensemble de 4 verrières mixtes (chapelle latérale du chœur et bas-côtés) : Ange portant une palme ; Sainte Emélie et sainte Barbe ; Saint Nicolas ; Saint Joseph
    Ensemble de 4 verrières mixtes (chapelle latérale du chœur et bas-côtés) : Ange portant une palme ; Sainte Emélie et sainte Barbe ; Saint Nicolas ; Saint Joseph Les Riceys - Ricey-Bas - en village
    Historique :
    (baie 6), par les parents d'Emelie Retorna (baie 11), par Bernard Sabade (baie 14) et par M. et Mme de Mauvise (baie 15). La baie 15 (saint Joseph) a été entièrement exécutée au 3e quart du 19e siècle. Les siècle. Les baies 6, 11 et 14 possèdent une vitrerie géométrique du 20e siècle (?) en complément.
    Référence documentaire :
    Les Riceys CITE DU VITRAIL. L'art du vitrail : l'Aube remarquable. [en ligne], 2014 CITE DU VITRAIL , Véronique, FINANCE, Laurence de, LAUTIER, Claudine. Les vitraux de Champagne-Ardenne. Paris : CNRS, 1992
    Canton :
    Riceys (Les)
    Localisation :
    Les Riceys - Ricey-Bas - en village
  • Verrière à personnages et héraldique (chapelle latérale sud du chœur) : Écus armoriés ; Saint Paul
    Verrière à personnages et héraldique (chapelle latérale sud du chœur) : Écus armoriés ; Saint Paul Les Riceys - Ricey-Bas - en village
    Référence documentaire :
    , Véronique, FINANCE, Laurence de, LAUTIER, Claudine. Les vitraux de Champagne-Ardenne. Paris : CNRS, 1992
    Canton :
    Riceys (Les)
    Description :
    rectangulaire dans la lancette centrale. Vitrerie à losanges en complément. Verres gravés dans les armoiries du
    Localisation :
    Les Riceys - Ricey-Bas - en village
  • Verrière mixte (chapelle latérale nord du chœur) : Saint Pierre
    Verrière mixte (chapelle latérale nord du chœur) : Saint Pierre Les Riceys - Ricey-Bas - en village
    Référence documentaire :
    , Véronique, FINANCE, Laurence de, LAUTIER, Claudine. Les vitraux de Champagne-Ardenne. Paris : CNRS, 1992
    Canton :
    Riceys (Les)
    Localisation :
    Les Riceys - Ricey-Bas - en village
1 2 3 4 14 Suivant