Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 50 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Usine à gaz de Charleville, actuellement bureau SOFILO-Gaz de France
    Usine à gaz de Charleville, actuellement bureau SOFILO-Gaz de France Charleville-Mézières - rue Voltaire - en ville - Cadastre : 2008 AT 88 à 98, 101, 168 à 170
    Historique :
    L´usine construite en 1842 produit du gaz à partir de houille (du sulfate d´ammoniaque y était
    Référence documentaire :
    p. 167-168 Les années 1900 CART. M., Les années 1900. Revue Historique Ardennaise, tome XXXIII
    Dénominations :
    usine à gaz
    Description :
    ferrée reliant Charleville à Hirson. Les bâtiments les plus anciens (années 1920-30) sont en pan de béton armé hourdé de brique et voûte Caquot ou en brique et toiture en shed. A l´intérieur des magasins de terrasse (milieu des années 1960). A l´extrémité ouest, les logements ouvriers sont constitués de deux maisons en pierre de taille de calcaire de Dom-le-Mesnil, sur un étage carré, toiture à deux pans et couverture en tuiles mécaniques. D´autres logements se trouvent situés à l´autre extrémité Est, en moellon
    Localisation :
    Charleville-Mézières - rue Voltaire - en ville - Cadastre : 2008 AT 88 à 98, 101, 168 à 170
    Titre courant :
    Usine à gaz de Charleville, actuellement bureau SOFILO-Gaz de France
    Appellations :
    Usine à gaz de Charleville, actuellement SOFILO-Gaz de France
    Illustration :
    Usine à gaz de Charleville, plan du site. 1949. 1 plan. (Collection particulière Usine à gaz de Charleville, construction d'un bâtiment. [190. ?]. 1 photogr. (Médiathèque Voyelle Usine à gaz de Charleville-Mézières. 1910. 2 cartes postales. (AD Ardennes) IVR21_20090805105NUCA Usine à gaz de Charleville-Mézières. 1910. 2 cartes postales. (AD Ardennes) IVR21_20090805106NUCA Ensemble du site depuis l'ouest ; laboratoire à droite, magasin au fond à droite, district électricité à gauche. IVR21_20090804496NUCA Magasins ; bâtiments situés à droite construits vers 1964 et partie gauche dans les années 1930
    Couvertures :
    toit à longs pans toit à deux pans
  • Moulin à foulon Labauche, puis filature Lombard
    Moulin à foulon Labauche, puis filature Lombard Hannogne-Saint-Martin - La Foulerie - en écart - Cadastre : 1982 AE 80, 89-98
    Historique :
    19e siècle, M. Lombard l'achète et la loue à M. Giresse qui le transforme en filature. Les deux Un moulin à foulon est créé sur ce site en 1550 par la famille Labauche sur le ruisseau de Sapogne . En 1733, il est loué ou appartient à Jean Colet et, en 1761, à Jean Labauche qui possède une manufacture de drap à Sedan. En 1806, il est toujours dans la famille Labauche mais dans la seconde moitié du chaufferie, la salle des machines ainsi que le grand bâtiment à sheds de la filature sont construits. En 1936 , les bâtiments à étages de l'ancien foulon brûlent et sont reconstruits en rez-de-chaussée avec des élève une carderie à son emplacement. Actuellement, le site est désaffecté. Le foulon produisait son énergie grâce à une roue hydraulique entraînée par le ruisseau de Sapogne et des retenues d'eau. La filature était mue par une machine à vapeur, puis ce système a été remplacé par un moteur de bateau dans les années 1930 et la chaudière à charbon par une à fioul. La filature emploie 90 ouvriers en 1883
    Observation :
    . Lombard, filature laine cardée à hannogne st martin ; 21 pers en 05 43.
    Dénominations :
    moulin à foulon
    Description :
    d'ardoise. Excepté les écuries au toit à longs pans, les autres bâtiments ont des toits en pavillon. Face à cet ensemble, la carderie à trois vaisseaux construite vers 1936 à l´emplacement du foulon, présente mécaniques supportés par des piliers en béton armé. Attenant au sud, la filature à huit vaisseaux est couverte de sheds à charpente en bois apparente et d'ardoise ; les murs sont en moellon calcaire enduits charpentes apparentes en bois couvertes d'ardoise. A l'opposé et à l'ouest de la filature, la carderie construite dans les années 1950 en pan de fer et parpaing de béton, a une charpente apparente métallique et
    Titre courant :
    Moulin à foulon Labauche, puis filature Lombard
    Appellations :
    Moulin à foulon Labauche, puis filature Lombard
    Illustration :
    Une chargeuse en 1972 ; fabriquée à Haraucourt par Alexandre et Antoine IVR21_20090804808NUCA Logement annexe de l'époque de la foulerie, à droite, et bâtiment servant au stockage des balles de laine (à gauche) depuis la cour intérieure IVR21_20090804793NUCA Intérieur de la carderie construite vers 1936 à l'emplacement de l'atelier de production de la Charpente de la carderie construite vers 1936 à l'emplacement de l'atelier de production de la La salle des machines, à gauche, et la chaufferie, à droite IVR21_20090804800NUCA La salle des machines et les toits de la filature attenante, à gauche IVR21_20090804801NUCA
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Usine de pâte à papier de la Société Pâte-papier Textilose, puis usine textile des Etablissements Achille Berquet, actuellement usine de matériel agricole Brimont agraire
    Usine de pâte à papier de la Société Pâte-papier Textilose, puis usine textile des Etablissements Achille Berquet, actuellement usine de matériel agricole Brimont agraire Rethel - 23 rue Louis-Jouvet - en village - Cadastre : 2008 AM 117, 120, 121, 124, 464, 469, 470, 556, 561 AM 117, 120, 121, 124, 464, 469, 470, 556, 561
    Historique :
    . Le site est acheté l'année suivante par Marcel Brimont, maréchal-ferrant, qui se consacre à la
    Référence documentaire :
    p.250 MARBY. J.-P. Industries Retheloises, De la reconstruction à la crise textile. Rethel 1945 NELSON. A. Brimont : des remorques agricoles aux tracteurs industriels en passant par l'innovation
    Dénominations :
    usine de pâte à papier
    Description :
    briques, toits en shed à charpente métallique apparente couverte de tuiles mécaniques et de verrières. Les bâtiments construits en 1973 sont en pan de fer et bardage de tôle supportant des toits à longs pans à parpaing de béton à un étage carré surmonté d'une terrasse.
    Titre courant :
    Usine de pâte à papier de la Société Pâte-papier Textilose, puis usine textile des Etablissements
    Illustration :
    Vue aérienne vers 1975 (le bâtiment administratif n'est encore pas élevé à l'extrême droite Vue des bâtiments du tissage Berquet depuis la route et des bâtiments Brimont au fond à gauche Le grand bâtiment d'assemblage de 250 m construit en 1973 par Brimont ; un tapis roulant portait les structures à assembler devant les différents postes IVR21_20090804720NUCA
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Verrière à personnages (nef) : Saint Hubert
    Verrière à personnages (nef) : Saint Hubert Montceaux-lès-Vaudes - en village
    Inscriptions & marques :
    Transcription : DON DE G. GARNICHAT-DESFORGES. En bas à droite : G. VINUM PERE / TROYES 1955.
    Historique :
    troyen Gaston Vinum. Elle a été donnée par M. Garnichat-Desforges. Verrière à personnages représentant saint Hubert en pied, réalisée en 1955 par le peintre-verrier
    Précision dénomination :
    verrière à personnages
    Description :
    Baie en arc brisé. Verrière à personnage composée de 2 panneaux. Verre texturé imprimé, teinté dans
    Titre courant :
    Verrière à personnages (nef) : Saint Hubert
  • Ensemble de 20 baies à personnages, verrières historiées et verrières allégoriques (baies 0 à 6, 8, 10, 14, 16 ; baie occidentale, baies en parties hautes)
    Ensemble de 20 baies à personnages, verrières historiées et verrières allégoriques (baies 0 à 6, 8, 10, 14, 16 ; baie occidentale, baies en parties hautes) La Neuville-en-Tourne-à-Fuy - en village
    Inscriptions & marques :
    1925. Baie 1 : MATTHAEVS / MARCvS. Baie 2 : LVCAS / JOANNES. Baie 3 (lancette A) : SEIGNEUR SOUVENIEZ LEURS / PARENTS A-G 1927. Baie 5 : SI. TV. SAVAIS. LE. DON. DE. DIEV. Baie 6 : JE. SVIS. LA. SERVANTE 10 : SOUVENIR DE 1ERE MESSE SOL-LLE / GEORGES GEYSEL 26 JUIN 1927 ; en bas à droite : ATELIER / JAC . SIMON / REIMS 1928.M Baie 14 : SAINT NARCISIUS ; MARTYR DE L'EUCHARISTIE / PATRON DES ENFANTS DE CHOEUR
    Historique :
    Les albums de photo de 1 à 4 de l'Atelier Simon ne sont pas datés. Par certaines mentions
    Précision dénomination :
    verrière à personnages
    Localisation :
    La Neuville-en-Tourne-à-Fuy - en village
    Emplacement dans l'édifice :
    choeur (baies 0 à 4)
    Titre courant :
    Ensemble de 20 baies à personnages, verrières historiées et verrières allégoriques (baies 0 à 6, 8
    Illustration :
    Baies en parties hautes : petite roses quadrilobées à sujets allégoriques IVR21_20130842657NUC2A
  • Ensemble de 4 verrières à personnage : Saint Michel, Saint Jean-Baptiste de la Salle, Saint Martin, Saint Jean-Baptiste (baies 9 à 18)
    Ensemble de 4 verrières à personnage : Saint Michel, Saint Jean-Baptiste de la Salle, Saint Martin, Saint Jean-Baptiste (baies 9 à 18) Boult-sur-Suippe - en village - Cadastre : 2014 AH01 256
    Inscriptions & marques :
    REIMS / 1966 Baie 15 : ST JEAN BAPTISTE Baie 18 : SAINT / BLAISE / DON DE M ET MME ALEBOSSU / JACQUES
    Historique :
    Les verrières des bas-côtés ont été déposées au mois de juin 1941 pour être "réparées" (sic) à
    Description :
    L'ensemble des verrières se situe dans le bas-côté nord à l'exception de la baie 18 située dans le
    Titre courant :
    Ensemble de 4 verrières à personnage : Saint Michel, Saint Jean-Baptiste de la Salle, Saint Martin , Saint Jean-Baptiste (baies 9 à 18)
  • Ensemble des 2 verrières figurées (baies 7 et 8) : Vierge à l'Enfant ; Sainte Barbe
    Ensemble des 2 verrières figurées (baies 7 et 8) : Vierge à l'Enfant ; Sainte Barbe Avaux - en village
    Inscriptions & marques :
    Transcription des inscriptions peintes. Baie 7 : sur la partie décorative : A. VERMONET REIMS 1896 . Sur le panneau central : EN RECONNAISSANCE MR ET MME D.M.M. ; M. ET MLLES DE TROEYER/REIMS. Baie 8
    Représentations :
    Vierge à l'Enfant Baie 7 : Vierge à l'Enfant. Baie 8 : sainte Barbe. Réseau de feuillages.
    Description :
    latéraux formant le cercle de la baie à décor ornemental (réseau grisé et bordure colorée).
    Titre courant :
    Ensemble des 2 verrières figurées (baies 7 et 8) : Vierge à l'Enfant ; Sainte Barbe
  • Église paroissiale Saint-Laurent
    Église paroissiale Saint-Laurent Les Deux-Villes - en village - Cadastre : 1995 AC 59
    Historique :
    église fut élevée en 1960 près de la route, au milieu de la commune, sur les plans de M. M. Koempgen et
    Observation :
    Edifice typique de la reconstruction d'après la Seconde Guerre mondiale avec de vastes baies à
    Description :
    pierre de taille à bossage rustique en calcaire de type Euville. Les murs intérieurs sont enduits et le sol est dallé. L'édifice ne comporte qu'un seul niveau percé de vastes baies à structure en béton armé pans. L'édifice est couvert par un toit à longs pans en ardoise et le clocher par une flèche carrée.
    Auteur :
    [architecte] Koempgen M.
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Illustration :
    Vue de détail sur la baie 2, au sud : vitraux à remplage et réseaux de ciment, avec pâte de verre Vue de détail sur la maçonnerie : pierre de taille calcaire de type Euville, à bossage rustique Le portail d'entrée, à l'ouest, vu de l'intérieur IVR21_20130864090NUC2A Le choeur, vu du nord. A gauche, derrière la courtine, se trouve le confessionnal
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Ensemble de 2 verrières mixtes (nef, 2e et 4e travée) : saint Denis ; Apparition de l'Immaculée Conception à sainte Bernadette
    Ensemble de 2 verrières mixtes (nef, 2e et 4e travée) : saint Denis ; Apparition de l'Immaculée Conception à sainte Bernadette Bligny - en village
    Inscriptions & marques :
    Baie 4 (dans le cartel) : ST DENIS. Baie 8 (dans le cartel) : NOTRE-DAME-DE-LOURDES ; en bas à
    Représentations :
    saint Denis à mi-corps Apparition de l'Immaculée Conception à sainte Bernadette croix Baie 4 : saint Denis. Baie 8 : Apparition de l'Immaculée Conception à sainte Bernadette. Les
    Description :
    de la bordure est texturé (verre imprimé) ainsi qu'à l'intérieur du médaillon. Bordure à pièces
    Titre courant :
    Conception à sainte Bernadette
    Annexe :
    . Il existe dans le sanctuaire 2 vitraux représentant le martyre de St Symphorien (don de M. Aubriot
    Illustration :
    Baie 8, vue générale : Apparition de l'Immaculée Conception à sainte Bernadette
  • Ensemble de 4 verrières à personnages (baies 1, 3, 5, 6) : saint Hubert ; saint Joseph ; saint Eloi ; sainte Thérèse
    Ensemble de 4 verrières à personnages (baies 1, 3, 5, 6) : saint Hubert ; saint Joseph ; saint Eloi ; sainte Thérèse La Romagne - en village
    Inscriptions & marques :
    Baie 3 : A LA MEMOIRE / DE / M. DEVIE-RICHARD / ET DE / MML LEGROS-DEVIE. Baie 5 : A LA MEMOIRE
    Historique :
    Ensemble de verrières à personnages réalisées par le peintre-verrier Mauret, d'Heiltz-le-Maurupt
    Précision dénomination :
    verrière à personnages
    Description :
    Ensemble de 4 verrières à personnages, baies libres en arc brisé.
    Titre courant :
    Ensemble de 4 verrières à personnages (baies 1, 3, 5, 6) : saint Hubert ; saint Joseph ; saint Eloi
  • Chemin de croix
    Chemin de croix Reims - rue Roger-Foucry rue des Essillards - en ville - Cadastre : 2016 EH 153
    Historique :
    à la pyrogravure puis à la peinture à l'émail. Les cadres sont confectionnés par M. Chatel Ce chemin de croix est du à l'initiative des verriers de l'usine locale. Dessinateur à la verrerie , M. Mutel en crée les planches. Il réunit autour de lui une dizaine de jeunes volontaires, les initie
    Auteur :
    [] Mutel M.
  • Usine d'apprêt des étoffes Margotin, puis tréfilerie et usine de tissage métallique Stimar, puis Tissmétal Lionel Dupont, puis Tissmétal S.A., actuellement immeubles à logements
    Usine d'apprêt des étoffes Margotin, puis tréfilerie et usine de tissage métallique Stimar, puis Tissmétal Lionel Dupont, puis Tissmétal S.A., actuellement immeubles à logements Reims - 14-28 chaussée Bocquaine rue Arlette Rémia-Coudron - en ville - Cadastre : 1974 HZ 87, 88
    Historique :
    Lionel Dupont à partir de 1951. Les ateliers sont agrandis en 1955 et 1960 et des bureaux créés en 1964 l'usine de la chaussée Bocquaine est détruite en 1992. Des immeubles d'habitation ont été édifiés depuis à 500 personnes vers 1960 et autour de 160 en 1990. Cette unité indépendante du groupe a mis en
    Description :
    avoir été intégrés dans d'autres ateliers. Les bureaux, à un étage carré, contrastent avec l'ensemble de
    Titre courant :
    Tissmétal Lionel Dupont, puis Tissmétal S.A., actuellement immeubles à logements
    Annexe :
    par son numéro, nombre de fils inclus dans un pouce français (1/36 m) et le diamètre de fil. A ce jour ) 1894 : Création des Etablissements Gantois à Saint-Dié, par M. Joseph Gantois, autour de la fabrication travail du fil métallique, Tissmétal a réalisé en 1991 un chiffre d´affaires de 70 MF, avec 160 personnes effet, ses origines remontent à 1845, sa présence à Reims à 1929. Elle vient de s´installer, le 1er avril 1991, dans un nouveau site de 13.000 m2, en Zone Industrielle de la Pompelle à Reims. 0.A propriétaire de l´usine de Reims, devenue aujourd´hui Teleflex Lionel Dupont, côté à la Bourse de Paris, -l bobinage : A partir d´un conditionnement stocké, cette opération permet d´obtenir le nombre des bobines avec une longueur aussi juste que possible, nécessaire à la confection de la chaîne. -L´ourdissage : A partir de bobines précédemment citées, l´opération consiste à rassembler sur un même support (ensouple ), le nombre de fils nécessaires à l´obtention de la largeur du tissu et du numéro désiré. A ce stade
    Destinations :
    immeuble à logements
    Illustration :
    Vue des immeubles à logements construits sur l'ancien site industriel IVR21_20145102384NUCA
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Eglise paroissiale de Tinqueux
    Eglise paroissiale de Tinqueux Tinqueux - 1 rue de la Liberté - en ville - Cadastre : 000 AT 119
    Historique :
    d'implantation du village, plus au nord, proche des rives de la Vesle. L'église paroissiale actuelle a été entreprise en 1960 (première pierre posée le 2 octobre de cette année) et terminée début 1962. Elle a été cet édifice était estimée à 320000 francs en 1960. La cloche vient de la ville d'Alger, elle a été
    Description :
    choeur. Un porche occupe toute la largeur de la façade. Un campanile, simple structure en béton à deux pas). Le toit, couvert en zinc, est à un pan en pente versant vers la façade. Il pose sur une charpente métallique. A l'intérieur le plafond est couvert d'un lambris (frisette). Les vitraux colorés, en dalles de verre, dus à l'atelier Jacques Simon, constituent le seul décor architectural.
    Dimension :
    l 36.0 m la 26.0 m
    Illustration :
    Face arrière du campanile, avec l'accès à la cloche IVR21_20145100170NUC2A
    Couvertures :
    toit à un pan
  • Ensemble de 10 verrières historiées (baies 35 à 44) : Vierge ; Clovis ; Charles de Gonzague ; procession ; bienheureux Vincent Abraham ; saint Hubert ; Baptême du Christ
    Ensemble de 10 verrières historiées (baies 35 à 44) : Vierge ; Clovis ; Charles de Gonzague ; procession ; bienheureux Vincent Abraham ; saint Hubert ; Baptême du Christ Charleville-Mézières - rue de l' Eglise - en ville
    Inscriptions & marques :
    Baie 35 : NEUVISY 1752 // RECONNAISSANCE A NOTRE-DAME // MME ET MELLES / DE TROEYER / REIMS 1953 . Baie 36 : DIEU / QUE / CLOTILDE / ADORE // RECONNAISSANCE A ND / DE CHARLEVILLE 1954 // DE TROEYER REIMS 1954. Baie 37 : MEZIERES // NDE // RECONNAISSANCE / A NOTRE DAME D'ESPERANCE / MME ET MELLES / DE TROEYER / REIMS 1953. Baie 38 : REIMS // RECONNAISSANCE A ND / DE CHARLEVILLE 1954 // DE TROEYER REIMS DELEBARRE 1953 // MME ET MELLES / DE TROEYER / REIMS 1954. Baie 43 : CHANOINE M. MAZIN ARCHIPRETRE 1953 // MME ET MELLES / DE TROEYER / REIMS 1953. Baie 44 : A ST HUBERT / LES PAROISSIENS DE ND // DE TROEYER
    Représentations :
    Baie 35 : ex-voto à Notre-Dame de Bon-Secours. Baie 36 : bataille de Tolbiac. Baie 37 : ex-voto à
    Description :
    inégale. Vitrerie à verre coloré et peint.
    Emplacement dans l'édifice :
    nef (baies 35 à 40 et 42 à 44)
    Titre courant :
    Ensemble de 10 verrières historiées (baies 35 à 44) : Vierge ; Clovis ; Charles de Gonzague
  • Ensemble de deux tableaux tissés : Le pain ; Le vin
    Ensemble de deux tableaux tissés : Le pain ; Le vin Charleville-Mézières - Etion - place d' Etion - en ville
    Inscriptions & marques :
    Inscription (en bas à droite) : M.T. 56.
    Auteur :
    [brodeur] M. T.
    États conservations :
    Tableau du vin : bon état. Tableau du pain : la laine orange a déteint.
  • Haut fourneau, fonderie (fonderie d'ornement) Barbezat et Cie, puis S.A. des Hauts Fourneaux et Fonderies d'art du Val d'Osne, puis S.A. des Ets Métallurgiques A. Durenne et du Val d'Osne, puis Générale d'Hydraulique et de Mécanique
    Haut fourneau, fonderie (fonderie d'ornement) Barbezat et Cie, puis S.A. des Hauts Fourneaux et Fonderies d'art du Val d'Osne, puis S.A. des Ets Métallurgiques A. Durenne et du Val d'Osne, puis Générale d'Hydraulique et de Mécanique Osne-le-Val - Val-d'Osne - isolé - Cadastre : 1846 A 2623 à 2654 1988 AB 14, 20, 26, 30, 32 à 89, 95
    Historique :
    moulage et moulin à noir et à sable actionnés en 1895 par trois roues à augets de 2,50 m de diamètre. 1839 -Joinville (IA52070285), fonde l'usine du Val d'Osne en 1836, à l'emplacement d'un ancien prieuré. La 1862 (porte la date), magasin à modèles en 1863, logements d'ouvriers en 1866, moulin à noir et à sable en 1873, autre magasin à modèles en 1877 ; la base du premier haut fourneau est utilisé comme métallurgiques A. Durenne et du Val d'Osne (devenue G.H.M., Générale d'Hydraulique et de Mécanique, en 1971 autorisation d'installer deux machines à vapeur ; cinq Wilkinson mentionnés en 1860 ; ateliers d'ajustage, de vers 1910 ; eau courante dans la cité ouvrière à partir de 1970 environ. Existence d'un fonds
    Référence documentaire :
    Rapports des inspecteurs sur la loi de 1841. Ille-et-Vilaine à Mayenne. 1841-1866 AN : F12 4711 . Rapports des inspecteurs sur la loi de 1841. Ille-et-Vilaine à Mayenne. 1841-1866. Matrices cadastrales AD Haute-Marne : 3P 2191 à 2197. Matrices cadastrales.
    Description :
    Atelier (n° 1) en rez-de-chaussée ; logements d'ouvriers (n° 25 et 26) à 3 étages carrés. Plusieurs
    Localisation :
    Osne-le-Val - Val-d'Osne - isolé - Cadastre : 1846 A 2623 à 2654 1988 AB 14, 20, 26, 30, 32 à 89
    Titre courant :
    Fonderies d'art du Val d'Osne, puis S.A. des Ets Métallurgiques A. Durenne et du Val d'Osne, puis Générale
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Appellations :
    , puis S.A. des Ets Métallurgiques A. Durenne et du Val d'Osne, puis Générale d'Hydraulique et de
    Annexe :
    produit des monuments célèbres tels que : -Chevaux ailés du Pont Alexandre III à Paris (hauteur 5,50 m ) -Monument des Girondins à Bordeaux -Monument Rochambeau (hauteur 3,20 m) pour l'Amérique -Monument Jacques Vierge de Rome pour la République du Chili (hauteur 12 m). Cette activité a complètement disparu mais d'ornement - statues, motifs divers tels que grilles de station de métro, vasques pour jardins. Elle a Cartier (hauteur 2,60 m) pour Saint-Malo -Monument Marguerite d'Anjou (hauteur 3,20 m) Ville d'Angers -Monument Vasques de Londres (Fontaine géante) -Monument statues de Cascades du Trocadéro à Paris -Monument l'usine a gardé ce noyau de main-d'oeuvre très experte en fonderie et que l'on retrouve principalement à l'échelon Maitrise. De ce fait, l'usine a pu entreprendre des fabrications réputées difficiles, telles que les pièces pour l'automobile, les corps de pompes à volute de toute taille et les carcasses de moteurs , cède le couvent à J.-B. Cyriaque Martin. 1834 : Le 11 octobre, Jean-Pierre-Victor André acquiert le
    Illustration :
    Vue du moulin à noir et à sable édifié en 1873, depuis l'ouest IVR21_19925200010X Moulin à noir et à sable vu depuis l'ouest IVR21_19895200445Z A droite, magasin à modèles, au fond, moulin à noir et à sable IVR21_19895200385Z Au premier plan, à gauche, logements d'ouvrier et, à droite, chapelle. Au second plan, entrée de Vue extérieure de logements d'ouvriers et anciens magasins à sable, depuis le nord-est Logements d'ouvriers et anciens magasins à sable vus depuis le nord-est IVR21_19895200448Z
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • lavoir de la rue de Pelletier
    lavoir de la rue de Pelletier Saint-Léger-près-Troyes - rue de Pelletier - en village
    Historique :
    l'Aube (2 0 3098) précisent que sa construction se fait à la demande des habitants de la rue.
    Description :
    Lavoir couvert d'une toiture à longs pans, composée de tuiles mécaniques, qui repose sur quatre , font office de fondations. Les planches à laver reposaient sur ces murs et en travers de la rivière (planches mobiles). Le lavoir est fermé sur trois côtés par un bardage en bois. Une ouverture a été percée
    Dimension :
    l 4.0 m 30
  • Affinerie, haut fourneau dite Forge Basse, puis scierie, puis usine de noir pour fonderie, puis usine de produits pyroligneux dite S.A. des Produits Pyroligneux de Bologne
    Affinerie, haut fourneau dite Forge Basse, puis scierie, puis usine de noir pour fonderie, puis usine de produits pyroligneux dite S.A. des Produits Pyroligneux de Bologne Bologne - Forge Basse - 10-14 rue des Pyroligneux - en écart - Cadastre : 1828 E 73 à 77 1980 ZD 22 à 38
    Historique :
    fourneau en 1839 ; en 1847 (date portée), restauration à nouveau et installation d'une nouvelle soufflerie de produits pyroligneux à partir de 1910. Cheminée d'usine édifiée en 1910 ; hangar installé en 1919 2013 (complément d'enquête), plusieurs bâtiments (notamment A, B, E, F, H et I) sont trouvés détruits . Haut fourneau et affinerie au charbon de bois ; four à puddler introduit vers 1830 ; spécialité de  ; production d'électricité à partir de 1900. En 1989 (enquête initiale), présence d'une turbine d'une dynamo et d'une machine à vapeur portant l'inscription anciens ateliers Legavrian Crepelle et Garand 1889 expositions universelles Paris 1900 machines à vapeur Corliss et Wheelock ; productivité accrue par le four
    Énergies :
    machine à vapeur à piston
    Description :
    , enduit. Cheminée d'usine (M) de 30 mètres de haut, en brique. Les bâtiments A, B (anciens ateliers de
    Localisation :
    Bologne - Forge Basse - 10-14 rue des Pyroligneux - en écart - Cadastre : 1828 E 73 à 77 1980 ZD 22 à 38
    Annexe :
    activité. 24 mai 1824 : Décès de la marquise de Béthune. 1825 : Vente de la forge basse par les héritiers à Mion-Bouchart. Vers 1830 : Installation d'un four à puddler. 1834 : L'usine est composée d'un patouillet, d'un haut-fourneau au charbon de bois, d'un four à puddler, d'un foyer d'affinerie au charbon de bois, d'un marteau de 350 kg, d'une roue à godets et de trois roues à aubes, force 19. L'usine occupe date l'équipement à l'air chaud du fourneau de cette époque. 1844 : Mion vend l'usine à Lavocat. 1845  : La forge se compose d'un four à puddler, de deux foyers de réchauffage, d'un marteau de 350 kg, de soufflerie est mise en place. A cette date, 26 hommes et 4 enfants travaillent à la forge. 1858 : 30 ouvriers servi de tournerie. 1er janvier 1897 : Frison loue à Fouilloux une partie de l'usine, dont l'ancienne halle à marteau qui servira de scierie. Fouilloux y installe une turbine de 3° chevaux. Il fabrique également des sièges. 1898 : Frison est autorisé à installer une turbine électrique (celle-ci existe
    Illustration :
    Plan d'ensemble des usines à fer de Bologne. 1 plan : en noir (AD Haute-Marne : 130S 28 Vue intérieure de la salle des machines : détail d'une machine à vapeur IVR21_19895200609Z Salle des machines. Intérieur. Machine à vapeur IVR21_19895200610Z Vue intérieure de la salle des machines : détail de la transmission d'une machine à vapeur
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Polierie Camion Daux père et fils, puis usine de quincaillerie Camion frères, puis LARA, puis fonderie Bernard Huet, actuellement D2I
    Polierie Camion Daux père et fils, puis usine de quincaillerie Camion frères, puis LARA, puis fonderie Bernard Huet, actuellement D2I Vivier-au-Court - 19, 30 rue Jules-Fuzelier rue de l'Union - en village - Cadastre : 2008 AH 21- 26 AE 281 à 283, 294 à 296, 298 à 302, 538 à 540, 678, 682 à 683
    Historique :
    C'est en 1820 que Pierre Louis Camion-Richard achète le moulin à farine de Moraimont (lieu-dit de et, dans le même temps, son propriétaire fait édifier une seconde polierie 300m plus haut à est demandée à cette date. En 1828, la polierie de Moraimont appartient au père de Camion-Richard Camion et la polierie de Thumécourt (IA08000629) est vendue en 1852, après le décès de Camion-Richard, à -dessus duquel s'élevait un lanternon rappelant le Dijonval. En 1872 a lieu une importante extension Camion, à l'est de l'usine. L'entreprise obtient une médaille d'or à l'Exposition Universelle de 1889. En qui dure de 1930 à 1935, est construit le magasin en béton armé, typique de l’entre-deux-guerres, daté la société LARA, l'entreprise ferme ses portes en 1989 date à laquelle les bâtiments sont acquis par poêles perdure aujourd'hui. La surface bâtie est passée de 520m2 au temps de la polierie à 950m2 avec la 1930 avant le nouvel agrandissement des années 1930-35. Hormis l'usine qui n'a cessé d'être agrandie
    Observation :
    Site emblématique du bassin Vivier-Vrigne. Chaque époque a laissé son empreinte dans le bâti : la Camion, M. Michel Lang.
    Référence documentaire :
    p. 1-3 COLINET, René, JONET, Robert. L'usine Bernard Huet à Vivier-au-Court, cinq générations d'industriels (1852-1980). Terres Ardennaises, tiré à part des n° 98-99, 2007. CART (?), Michel. Le passé industriel des Ardennes des origines à 1914. Exposition Archives
    Description :
    l'usine) sont à étage carré avec des murs en moellon calcaire avec refends coupe-feu, toits à longs pans à charpente apparente en bois couverts d'ardoise (celui de 1895, à l'ouest possède actuellement des sheds des murs en moellon calcaire mais sont couvertes de sheds à charpente métallique et de ciment amiante . Les ateliers et magasins sud construits dans les années 1930 sont en béton armé ; le magasin est à . La maison d'habitation à un étage carré et un étage de comble construite par Jean-Baptiste Camion en 1833 est élevée en moellon calcaire avec un toit à longs pans à charpente en bois apparente et ardoise  ; la polierie à deux corps de bâtiment est à deux étages carrés et construite de la même manière.
    Localisation :
    - 26 AE 281 à 283, 294 à 296, 298 à 302, 538 à 540, 678, 682 à 683
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Illustration :
    Plan de l'usine Camion de Vivier-au-Court de 1914 à 1980. [n.d.]. 7 plans. (Collection particulière La propriété Georges Camion à Vivier-au-Court. 1894. 1 carte postale. (AD Ardennes L'usine Camion de Vivier-au-Court à différentes époques, catalogue commercial.1930. 1 dessin Usine Camion-Frères : publicité pour une tondeuse à gazon produite à partir de 1925 suite au voyage Rue Fuzelier depuis l'est en 1987, de gauche à droite côté  : la polierie de Moraimont, les Angle de la rue Fuzelier en 1987, de gauche à droite : partie construite en 1892 et 1914 détruites Rue Fuzelier depuis l'est en 1987 : l'extension des années 1930, à gauche, la polierie, à droite Vue de l'usine depuis la partie ouest de la rue Fuzelier : bâtiment construit en 1895 à Rue Fuzelier depuis l'est, de gauche à droite : l'atelier de 1935 dominé par le magasin de 1933 , l'atelier de 1856 (sa partie gauche est utilisée comme soubassement par le bâtiment de 1933 en visible à
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Usine de taillanderie (usine de sécateurs et de cisailles) Tomachot, puis Thuillier Lefrant, puis Outillage P.A.M
    Usine de taillanderie (usine de sécateurs et de cisailles) Tomachot, puis Thuillier Lefrant, puis Outillage P.A.M Nogent - 44 rue Flammarion - isolé - Cadastre : 1977 AH 151
    Historique :
    motrice de son usine à des artisans venant occuper une cabine de travail. Selon le directeur en place en 1989, lors de l'enquête initiale, reconstruction du bâtiment d'usinage (A) vers 1952, de l'atelier de conditionnement et montage (B) vers 1956, des bureaux (C) vers 1964 et de la forge à partir de 1959. Outillage P.A.M. depuis 1965 ; toujours en place en 1989. A cette date, le site est dit restauré. En 2013
    Élévations extérieures :
    élévation à travées
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Illustration :
    Plan d'ensemble. 1 : 1000. 1 plan : en n. et b. (AD Haute-Marne : 145 M 4) IVR21_20145202542NUC
    Couvertures :
    toit à longs pans
1 2 3 Suivant