Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 21 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Église paroissiale Sainte-Marie-Madeleine de Heutrégiville
    Église paroissiale Sainte-Marie-Madeleine de Heutrégiville Heutrégiville - rue de l'église - en village - Cadastre : 2014 C 02 396
    Historique :
    V. BUET / ARCHITECTES D.P.L.G. // LIETOUT ET SES FILS / ENTREPRENEURS. L’ornementation des façades a
    Référence documentaire :
    ) AD Marne. Série O : 2 O 2231. Réparations (1843) ; reconstruction du clocher (1862) ; travaux à Vues de la nouvelle église d'Heutrégiville. A. Wilmet, s.d. (BM Reims Carnegie. BMR 63-398 ; BMR 63 -399) Vues de la nouvelle église d'Heutrégiville / A. Wilmet, s.d. 2 cartes postales. Tirage mécanique
    Représentations :
    bas-côtés et le chevet. Une large frise à feuilles d’acanthes se répète sur toutes les façades à l’exception de celles du clocher. Le portail occidental est encadré de voussures avec claveaux à feuillage et boules, claveaux lisses, claveaux en torsade et en T, et à billettes. La corniche du clocher est composée
    Escaliers :
    escalier dans-oeuvre escalier tournant à retours en charpente
    Description :
    vaisseaux à 4 travées, sans transept. Le chevet est à 5 pans. L'accès au clocher construit en façade . Les toits en ardoise sont en appentis à l’exception de celui du clocher, en flèche, et de la nef, à
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Texte libre :
    L’église des origines, du Moyen-Âge à la période moderne L'église Sainte-Marie-Madeleine était de Reims, vol. 122, 1907). Le premier édifice remonte au 13e siècle, il a été détruit totalement au tertre et entourée de murs ; elle est composée d’une nef à 3 travées et deux bas-côtés, d’un transept m de longueur, 14,20 m de largeur, 10 m de hauteur sous clé de voûte et 32 m jusqu’au sommet du analyse poussée des différents espaces et éléments constitutifs, et nous renvoyons à son article pour une idée l'état du bâtiment et de son entretien à cette époque. Selon la visite du doyenné de Lavannes en 1683 et 1774, l’église est entièrement voûtée et pavée, en bon état, à l’exception des vitres de par les habitants. De la Révolution à la première guerre mondiale Après la Révolution française l’architecte Durand dans un rapport de 1838 : « monument du 13e siècle, bien complet, à préserver d’une ruine l’ajout d’un beffroi et d’une cloche, sous la direction de M. Tortrat, architecte. Certains éléments
    Illustration :
    La nouvelle église d'Heutrégiville. A. Wilmet, s.d. IVR21_20165115768NUC Vue intérieure de la nouvelle église d'Heutrégiville. A. Wilmet, s.d. IVR21_20165115769NUC
    Couvertures :
    toit à longs pans pignon découvert
  • Église paroissiale Saint Jean-Baptiste
    Église paroissiale Saint Jean-Baptiste Neuflize - en village - Cadastre : 1986 AB 235
    Historique :
    L'église Saint Jean-Baptiste a été édifiée à la fin du 12e siècle ou au début du 13e siècle . L'abside a été revoûtée vers 1260 et la travée droite du chœur au 16e siècle. Le bras sud du transept a été ´église a été conduite en 1881 par l'entrepreneur Antoine Fortier d'après des plans dressés le 15 décembre
    Observation :
    Edifice des environs de 1200 dont le choeur n'a que peu été remanié.
    Référence documentaire :
    p. 302 Cadrans solaires. Légendes et devises horaires à Reims, dans la Région, en France devises horaires à Reims, dans la Région, en France. Département des Ardennes. Almanach Matot-Braine H 18 ; M 9 Archives communales Archives départementales des Ardennes, Archives communales, AC. M 9 Archives communales Archives départementales des Ardennes, Archives communales, AC.
    Représentations :
    Chapiteaux à crochet et feuillagés dans le choeur et le transept.
    Description :
    latine. La nef à vaisseau unique est suivie par un transept saillant et par le choeur, composé de deux travées droites et d'une abside à trois pans. La sacristie est campée dans l'angle du bras sud et du choeur. Le clocher en charpente est implanté à la croisée du transept. L'édifice est élevé en pierre de couvertures de l'édifice est en ardoise. La nef et le choeur sont couverts par un toit à longs pans terminés par une croupe à l'ouest et une croupe polygonale à l'est et le clocher par une flèche carrée.
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Illustration :
    La façade occidentale. Le portail originel a été comblé et une baie a pris place dans le registre
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Usine métallurgique (usine de matériel agricole) Champenois Rambeaux et Cie, puis S.A. des Ets Champenois, actuellement maisons
    Usine métallurgique (usine de matériel agricole) Champenois Rambeaux et Cie, puis S.A. des Ets Champenois, actuellement maisons Chamouilley - Forge Haute - route de Cousances - isolé - Cadastre : 1861 C 1081 à 1122 1987 AH 44, 76, 103, 112, 113, 115 à 120
    Historique :
    1830 avec l'introduction de fours à puddler ; second haut fourneau vers 1848. Victor Doe est . Iintroduction de laminoir à partir de cette dernière date et agrandissements. Cessation d'activité dans la seconde moitié du 20e siècle. Certains locaux sont à usage d'habitation en 1989 (enquête initiale). Pas de . Passage de la méthode comtoise d'affinage à la méthode champenoise vers 1830. Composition de l'usine en 1834 : un haut fourneau au charbon de bois, deux fours à puddler, 2 chaufferies, un marteau de 350 kg , 8 roues à aube force 34 ; production en 1839 : 600 tonnes de fonte. En 1784 : 10 ouvriers dont 4
    Référence documentaire :
    Hypothèques. Vol. 1265, art. 23 à 25 ; vol. 920, art. 59 ; vol. 520, art. 46 ; vol. 118, art. 35 AD Haute-Marne : Série Q. Hypothèques. Vol. 1265, art. 23 à 25 ; vol. 920, art. 59 ; vol. 520, art
    Description :
    Site industriel desservi par embranchement ferroviaire. Logement patronal à un étage de comble , charpente en bois apparente ; atelier de fabrication (B) en rez-de-chaussée : probablement ancienne halle à charbon mutilée et transformée en atelier. En 2013, des garages apparaissent ajoutés à la cité ouvrière (K).
    Localisation :
    Chamouilley - Forge Haute - route de Cousances - isolé - Cadastre : 1861 C 1081 à 1122 1987 AH 44 , 76, 103, 112, 113, 115 à 120
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Annexe :
    exploitée par M. Doé. Elle se compose de : 1 haut-fourneau pour charbon de bois, 2 fours à puddler, 2 foyers de Joseph Savonnet, épouse de M. Bompard, ancien maire de Metz, vendent la forge haute à Victor Doé Ficelle, maître de forges à Bayard, reçoit l'autorisation de construire une forge, un fourneau avec tonnes de fer. 22 février 1778 : M. et Mme Bourgeois de Richemont acquièrent le domaine de Chamouilley , dont la forge haute. 1784 : Sous la direction de M. Bourgeois, la production est de 200 tonnes de fonte haut-fourneau et deux affineries. 1813 : M. Savonnet est bénéficiaire de l'adjudication de la forge . 1818 : La production passe à 250 tonnes de fonte et 166 tonnes de fer marchand obtenus à partir de 625 remplisseur). Vers 1830 : Passage de la méthode comtoise d'affinage à la méthode champenoise : les deux foyers d'affinerie sont remplacés par deux fours à puddler et deux foyers de chaufferie à la houille ; le traitement de chaufferie à la houille, 1 marteau de 350 kg et un autre de 250 kg. Elle est mue par 8 roues à
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Eglise paroissiale Saint-Nicolas de Chenay
    Eglise paroissiale Saint-Nicolas de Chenay Chenay - rue du général Leclerc - en village - Cadastre : 2014 AB 169
    Référence documentaire :
    CLAISSE, Hubert. Ce soir à Chenay, L'histoire du village des origines à nos jours en trois cents diapositives. CLAISSE, Hubert. Ce soir à Chenay, L'histoire du village des origines à nos jours en trois cents
    Description :
    L'église se développe d'ouest en est selon un plan allongé, comprenant une nef à trois vaisseaux
    Élévations extérieures :
    élévation à travées
    Texte libre :
    . l'illustration conservée à la bibliothèque municipale de Reims Carnégie, IVR21_20165123991NUC). L'état de . Le clocher est reconstruit avec une flèche de plan octogonal, grâce aux dons du maire de l'époque, M
    Couvertures :
    toit à longs pans pignon couvert
  • Église paroissiale Saint-Rémi
    Église paroissiale Saint-Rémi Cheveuges - en village - Cadastre : 1996 AC 86
    Historique :
    . Dans le pouillé de Bauny daté de 1779, le seigneur était M. de Roucy, les décimateurs, M. de Roucy, le
    Description :
    présente un plan allongé. La nef à trois vaisseaux de trois travées est suivie par une massive tour du peut-être dû à un remaniement) ; le fronton comporte une niche en plein-cintre dont la base est ornée sur les côtés de quatre modillons à figures humaines ou animales. La porte est encadrée par deux colonnes à chapiteaux cubiques et gravés supportant un arc en plein-cintre formé d'un tore ; le tympan en couvertures de l'édifice est en ardoise. La nef est couverte d'un toit à longs pans, le clocher d'un toit en pavillon, la sacristie d'un toit à longs pans à croupe et la tourelle d'escalier d'un toit en appentis.
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Église paroissiale Saint-Didier
    Église paroissiale Saint-Didier Asfeld - en village - Cadastre : 1985 AC 246
    Historique :
    Reimbeau, architecte à Reims puis sous la direction de M. Ronsin, architecte à Rethel, et opérés par un s´engagea, en juin 1675, à la reconstruire sur une place voisine. Le 18 juin 1680 intervint une date de 1683 est inscrite sur la coupole, à l'ouest. D'après les sources, les plans furent donnés par de passer plusieurs années à Rome et qui, après son retour en France, fut adjoint à François Mansart pour la construction du Pont Royal à Paris). Un doute subsiste cependant car les autres édifices mis en relation avec celui d'un disciple de Borromini, l'italien Guarino Guarini, qui était à Paris en 1662 pour construire l'église baroque Sainte-Anne-la-Royale à Paris (détruite) et à rapprocher l'édifice. Des réparations eurent lieu de 1865 à 1868 grâce à abbé Lamorlette et les conseils d'Auguste maçon du pays, M. Goussiez. Une campagne d'embellissements intérieurs intervint en 1890 : décoration intérieure due à la maison Durieux, de Reims, vitraux par les ateliers Bourgeois, de Paris, et grilles d
    Référence documentaire :
    p. 84 POQUET, A. La vallée de l´Aisne. Almanach Matot-Braine, année 1876. pp. 264-266 Excursion dans la vallée de l´Aisne. De Vouziers à Asfeld. Almanach Matot-Braine, année 1902 BAUDON, Albert. Excursion dans la vallée de l´Aisne. De Vouziers à Asfeld. Almanach Matot-Braine
    Représentations :
    A l'intérieur, le niveau d'entablement est décoré des noms et quatre évangélistes et de rinceaux
    Description :
    curviligne terminé par une rotonde qui ressemble à une basse de viole. La partie trapézoïdale se compose de différents éléments agencés de la sorte (d'ouest en est) : un vaste porche ovale à colonnade protège un surmonté d'un imposant clocher puis d'un espace de circulation trapézoïdale menant à l'espace liturgique de dalles calcaire et celui du choeur par un damier de marbre noir et de carreaux de céramique à chapelles de la rotonde. A l'intérieur, à partir de la base du clocher, deux escaliers muraux courbes permettent d'accéder aux tribunes qui débutent à l'étage de l'espace de circulation trapézoïdale et une vaste coupole et les chapelles par des culs-de-four. A l'extérieur, la partie trapézoïdale est ceinturée par un péristyle à colonnes en brique ; le clocher passe d'un plan carré à la base, à un plan octogonal dont quatre angles sont occupés par des colonnes géminées et des pots à feu. Les volumes entablement à courbes concaves supporté par des pilastres. La couverture de l'édifice est en ardoise. Le
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Illustration :
    ) / A. Wilmet photographe. Rethel : A. Wilmet édit., [ca 1900]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n Vallée de l'Aisne. Asfeld-le-Ville (Ardennes) - Intérieur de l'Eglise / A. Wilmet photographe . Rethel : A. Wilmet édit., [ca 1900]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. (AD Ardennes : 8 Fi 1 des parties à restaurer IVR21_20130868776ZZ
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Dalle funéraire de Jean Fontaine
    Dalle funéraire de Jean Fontaine Villers-Semeuse - place de l' Eglise - en ville
    Inscriptions & marques :
    Transcription de l'épitaphe : CY GISTE VENERABLE ET DISCRETE / PERSONNE M JEAN FONTAINE PBRE ET
    Emplacement dans l'édifice :
    face à l'autel secondaire
  • Église paroissiale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Bourgogne
    Église paroissiale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Bourgogne Bourgogne - rue de la Collinette - en village - Cadastre : 2014 AA 01 103
    Historique :
    de l'église paroissiale actuelle qui a commencé par le chœur, le clocher et le transept. La construction s’est poursuivie au 13e siècle par la nef. A la fin de ce siècle ou au siècle suivant une chapelle est ajoutée au sud du chœur. Le portail sud de la nef et la baie du bras sud du transept sont repris à nécessite d’être réparée : en 1698 au chœur, au clocher et à la nef. En 1780, une importante campagne de pignon occidental et la construction du porche du portail sud ainsi que de la chapelle dédiée à Sainte de la nef, le chœur et le transept. Le classement en 1921 permet la restauration à l'identique conduite de 1923 à 1927 par Bernard Haubold. En 1977, les maçonneries extérieures et les couvertures sont
    Référence documentaire :
    ordre alphabétique de A à V. (1948-1950). d’une chapelle (1879) ; travaux à la sacristie (1879) ; travaux à la couverture (1903). (1862-1909). A Musée Hôtel Le Vergeur. Carton tourisme n°36a. (1918-2008) A Musée Hôtel Le Vergeur. Carton Bourgogne, église : plan au sol signalant les zones de travaux à entreprendre. 1921. (MAP. 81/51 /0018/36-1) Bourgogne, église : plan au sol signalant les zones de travaux à entreprendre / Bernard sol / Auteur inconnu. [s.d.]. 1 : 500. 1 dessin : en noir (A Musée Hôtel Le Vergeur. C3E n°3263). Vue d'une partie de l'église de Bourgogne (Champagne). (A Musée Hôtel Le Vergeur. C3E n°447) Vue .]. 1 est. : lithogr. : en noir. (A Musée Hôtel Le Vergeur. C3E n°447). , église : ensemble de 16 photographies / Auteur inconnu. [s.d.]. 16 photogr. pos. : n. et b. (A Musée BEIX. L'église Saint-Pierre-Saint-Paul de Bourgogne BEIX, J-M. L'église Saint-Pierre-Saint-Paul de
    Représentations :
    Sur la façade occidentale, la porte centrale est surmontée d’une voussure en arc brisé à trois rouleaux présentant chacun un tore retombant sur des colonnes engagées à chapiteaux à crochets . L’archivolte est décorée d’une frise en boutons de roses agrémentée de deux têtes souriantes, un homme à gauche coiffé d’un cale et une femme à droite coiffée d’un touret. Le tympan est sans décor. L’archivolte de la rose à huit lobes du deuxième niveau reprend le même motif que celle du portail.
    Description :
    chœur. Elle est entièrement voûtée d'ogives. La nef à 3 vaisseaux comprend 4 travées, tandis que le , reposant sur des chapiteaux à feuillages et crochets. Les nervures de la croisée du transept retombent sur des colonnes à chapiteaux romans. La nef est renforcée par trois arcs-boutants au nord et au sud. Le chœur à chevet plat est flanqué de la sacristie au nord et de la chapelle de la Vierge au sud. Un d’horloge animent les façades ; elles sont ornées de chapiteaux à feuillages et crochets.
    États conservations :
    reconstruit à l'identique
    Texte libre :
    De la fin du 12e siècle à l'époque moderne : construction, agrandissements et restaurations La la paroisse de Bourgogne. Cette construction a semble-t-il remplacé un édifice plus ancien, dont il clocher, puis le transept et se poursuit au 13e siècle par la nef. A la fin de ce siècle ou au 14e siècle est édifiée la chapelle sud. A la fin du 15e ou au début du 16e siècle sont aménagées le portail sud ainsi que la baie du bras du transept voisin (MAP, 81/51/0018/36-1). La région a subi de nombreux allemande en 1592. Aussi, l’église de Bourgogne n’a pas été épargnée par les pillages et les dégradations volontaires. En 1698, d’importantes réparations sont effectuées au chœur, au clocher et à la nef. Les Henriet) ; en 1765, réparations à la nef et au portail ; en 1780, reconstruction des combles et de la porche du portail sud ainsi que de la chapelle dédiée à Sainte Anne (AD Marne, C 1812, dans l’article de Jacques Henriet). Cette dernière campagne, conséquente, assure à l’édifice une stabilité qui ne
    Couvertures :
    toit à longs pans pignon découvert toit à longs pans pignon couvert
  • Église paroissiale Saint-Nicaise
    Église paroissiale Saint-Nicaise Fagnon - en village - Cadastre : 1982 C1 174
    Historique :
    Un texte de la visite d'église daté de 1696 rapportait à environ 200 ans l'édification de l'église (disparu) du frontispice portait la date de 1583. Suite à une visite de 1676, l'archevêque décida de paroissiens s´opposèrent à l´interdit qui fut finalement levé. Des réparations durent être conduites car on conflit se solda finalement par un procès en 1768 où l'abbaye fut condamnée à réaliser des travaux. Le contenu de ces derniers n'est pas connu mais il est possible que le clocher fut également réalisé à cet
    Référence documentaire :
    FF2 ; M 5 ; P 3 Archives communales Archives départementales des Ardennes, Archives communales, AC. M 5 Archives communales Archives départementales des Ardennes, Archives communales, AC.
    Description :
    nord-est. Elle présente un plan allongé. La nef à vaisseau unique est suivie par le choeur sans rupture structurelle ; ce dernier se compose d'une travée droite et d'une abside à trois pans. Le clocher est implanté est en ardoise. La nef et le choeur sont couverts par un toit à longs pans, l'abside par une croupe polygonale, la sacristie par un toit à longs pans et croupe et le clocher par une flèche polygonale.
    Illustration :
    Vestibule d'entrée. A gauche, l'échelle menant aux combles par une trappe IVR21_20130864614NUC2A
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Pierre d'autel (fragment)
    Pierre d'autel (fragment) Bourgogne - - rue de la Collinette - en village - Cadastre : 2014 AA 01 103
    Inscriptions & marques :
    6 lignes de texte en graphie majuscule : CETTE PIERRE D'AUTEL DÉDIÉE A LA GLOIRE DE DIEU EN L'EGLISE SAINT PIERRE DE BOURGOGNE A ÉTÉ POSÉE PAR MONSIEUR REMY FAVART DOCTEUR EN THÉOLOGIE PROFESSEUR DE
    Historique :
    Cette pierre, datée 1696, d'autel a été découverte par un habitant en 1999 lors d'une démolition.
    Référence documentaire :
    BEIX. L'église Saint-Pierre-Saint-Paul de Bourgogne BEIX, J-M. L'église Saint-Pierre-Saint-Paul de
  • Église paroissiale Saint-Ouen
    Église paroissiale Saint-Ouen Sapogne-sur-Marche - en village - Cadastre : 1998 AB 40
    Historique :
    L'église Saint-Ouen a été réédifiée en 1688 et réparée en 1752. En 1769 eut lieu l'adjudication de chênes dans les bois communaux pour financer la construction d´un clocher à l´église et la cloche fut achetée en 1775. Un incendie survenu le 6 décembre 1936 obligea à reconstruire la charpente et les voûtes
    Référence documentaire :
    DD1 ; DD2 ; H 11 ; M 4 Archives communales Archives départementales des Ardennes, Archives M 4 Archives communales Archives départementales des Ardennes, Archives communales, AC.
    Description :
    un plan allongé. La nef à vaisseau unique est précédée par un clocher dont la base tient lieu de abside à trois pans. La sacristie est accolée au flanc nord du choeur. L'édifice est élevé en moellon et le sol a été bétonné dans la nef et pavé de carreaux de ciment polychromes dans le choeur en ardoise. La nef et le choeur sont couverts par un toit à longs pans, l'abside par une croupe
    Illustration :
    Passage menant du porche à la nef IVR21_20130864393NUC2A
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Dalle funéraire de Jean de Saint-Louis
    Dalle funéraire de Jean de Saint-Louis Mouzon - place de l' Abbatiale - en ville
    Inscriptions & marques :
    Epitaphe : [ICY GIST] HONORABLE HOME M. JEAN DE [ST ...IS], CONSEILLER DU ROI ET SON ADVOCAT [EN LA
    Référence documentaire :
    p. 109 Inscriptions mouzonnaises. Revue historique ardennaise, 1900, tome VII FREZET, A
  • Cloche
    Cloche Rances - en village
    Inscriptions & marques :
    Transcription : CETTE CLOCHE A ESTE BENISTE EN L'AN 1690 PAR M[ESSI]R[E] JOSEPH BUGLET PRESTRE CURE [ESSI]R[E] RENE NEROT ESTANT POUR LORS PROVOST DUD[IT] LIEU. NOBLE H. PAUL DE VILETTE, M[ESSI]R[E] A DE RANCES AVECT POUR PARAIN M[ESSI]R[E] JEAN BAPTISTE DUMETZ ESCUIER SEIGNEUR DUD[I]T RANCE CORBEIL ET AUTRES LIEUX, POUR MARAINE DEMOISELLE MAGDELAINE DUMETZ FILLE DE M[ESSI]R[E] . JACQUES DUMETZ CHEVALLIER SEIGNEUR DE SAINT-UTIN ET AUTRES LIEUX ET DE DAME ANTOINETTE DE LA VEUFVE, SES PERE ET MERE. M MARGUILLIER. M[ESSI]R[E] FRANCOIS MUTEL ET JEAN MILLARD M'ONT FAICT.
  • Dalle funéraire de Jean Mathieu
    Dalle funéraire de Jean Mathieu Chémery-sur-Bar - en village
    Inscriptions & marques :
    [...] / DE M PONCELET BIDA QUI DECEDA LE [...] AV / RIL 1675 ET A FONDE DEUX OBIT AU IOUR DE / SON DECED L UN Transcription de l'épitaphe : CI DESSOUS REPOSE LE CORPS DE M IEAN / MATHIEU NATIF DE ST MENGE
  • Plaque commémorative (plaque obituaire) de Hierosme Berthelin
    Plaque commémorative (plaque obituaire) de Hierosme Berthelin Saint-André-les-Vergers - en village
    Historique :
    Hiérosme Berthelin, agent des affaires de M. Guichon (seigneur de Rosières et trésorier des fortifications de France), est mort en 1685. Le contrat pour les messes à son intention a été passé à Troyes le
  • Autel, retable, tabernacle
    Autel, retable, tabernacle Troyes - rue Mignard - en ville
    Inscriptions & marques :
    tabernacle. Transcription : + CE TABERNACLE . EST . FAICT . DU . TEMPS . DE . M. JEAN . CAPPE CURE . DE
    Historique :
    En 1691, la confrérie du Saint-Sacrement commande un nouvel autel du Saint-Ciboire à François Révolution, sont remontés à leur ancien emplacement en 1862 par le sculpteur Valtat. L'autel proprement dit
    États conservations :
    Descellement du 2e degré d'autel. L'oxydation du cuivre a migré dans le marbre environnant (taches
  • Dalle funéraire
    Dalle funéraire Hampigny - en village
    Inscriptions & marques :
    Transcription : CY GIST LE CORPS DE FRANCO/ IS BARBOLAI, NATIF DE HAMPI/ GNY, M[AIT]RE CHIRERGIEN LEQUEL/ A FAICT EDIFIER CETTE CHAPE/ LLE ET EST DECEDE LE SECOND/ JOUR DE JANVIER 1681. PRIEZ/ DIEU POUR SON AME./ LE CORPS AUSSY DE HONNESTE/ FEMME NICOLE CHEVILSON/, EPOUSE, A ETE INHUME EN/ CETTE CHAPELLE.
  • Plaque commémorative n°2
    Plaque commémorative n°2 Bazancourt - - place de la mairie - en village - Cadastre : 2014 AC 01 184
    Inscriptions & marques :
    22 lignes CY DEVANT GIST M PIERRE BOURSIER / PRESTRE CURE DE BAZENCOURT, PENDANT / 45 ANS QUI A FONDE A PERPETUITE 4 / MESSES HAULTES O.QUATRE TEMPS DE / L'ANNEE. ET A DE PROFUNDIS A LA FIN POUR LE / REPOS DE SON AME, ET DE CELLE DE ME JEAN / MARY SON ONCLE, ET PREDECESSEUR ET A POUR / CE SUJET A LA / LANDOUSY NOTAIRE A ISLE ET EST DECEDE / LE 9 SEPTEMBRE 1693. AGE DE 87 ANS / DY GIST AUSSY ME NICOLAS LE TOURNEUR / NATIF DE REIMS, CURE DE CEANS PENDANT / 6 ANS ET EST DECEDE AGE 34ANS LE 27/ AVRIL 1694 LEQUEL A LEGUE A CETTE / EGLISE LA SOE DE 60 ES LIVRES ; A CHARGE / DE 2 MESSES A PERPETUITE L'UNE LE / IOUR ET
    Historique :
    Dédiée à Pierre Boursier, la plaque commémorative portant la date de 1697 était incrustée dans le
    Illustration :
    Plaque commémorative dédiée à Pierre Boursier. IVR21_20165115278NUCA
  • Statue (4) : 2 anges photophore, 2 anges porte-phylactère
    Statue (4) : 2 anges photophore, 2 anges porte-phylactère Cauroy-lès-Hermonville - - place du Maréchal de Lattre de Tassigny - en village - Cadastre : 2014 AC 01 145
    Représentations :
    traités en camaïeu pour leur tunique, le phylactère est doré et à inscription ; les carnations sont
    États conservations :
    phylactères commence à s'effacer, coulures sur le visage de l'un d'eux, revers comme brûlé, soulèvements Pruha ; la restauration a consisté dans un nettoyage des statues en particulier les visages et les yeux
    Annexe :
    trouvait encadrée une peinture sur toile de grandes dimensions. La peinture originale a été enlevée en 1841 , et remplacée par une copie exécutée par M. Rève-Perseval, peintre rémois. La Vierge, couverte d'un tableau primitif sont indiquées par un texte encore inscrit à la frise supérieure, en lettres capitales : ALEXANDRE BOVILLY, NATIF DE CAUROY, A APPORTE CESTE DEVOTION DE ROME, DU TEMPS DU PAPE PAUL V ROMAIN, L'AN 1614. On lit encore à la base des colonnes la confirmation de cette date : FAICT DU TEMPS DE Me JEHAN Notre-Dame du Rosaire. En 1887, le retable a été percé pour donner jour à une fenêtre flamboyante. La toile a été enlevée et reportée dans une chapelle. Plusieurs statues d’anges et de saints décorent en écusson d'azur à un agneau passant d'argent, accompagné d'une branche de lis aussi d'argent au naturel. Le
  • Autel, retable, bas-relief de sainte Beline
    Autel, retable, bas-relief de sainte Beline Landreville - en village
    Historique :
    Une importante commande fut passée à Jean-Baptiste Bouchardon par le curé de la paroisse Joseph par une copie conservée par M. Jean Mercier ; il fait une description de la demande : iconographie les travaux. A cela, s’ajoutent les quittances des règlements de 1716, 1717 et 1718.
    Description :
    Le retable architecturé de sainte Beline a été exécuté selon le dessin daté de1735 et signé de répondre à ses avances. On ne connaît rien de plus sur cette sainte légendaire, si ce n’est qu’une contraignit vraisemblablement Bouchardon à tout inventer pour la scène de son martyre, en l’absence de , quant à elle très riche, d’Abraham et Isaac, sans que l’on puisse faire référence à un artiste précis jeunesse interrompue par la mort. Une note de réalisme est apportée par les deux vaches à droite du panneau sculptée en bas-relief sur bois, polychrome, s’inscrit entre deux colonnes cannelées à chapiteau corinthien de fleurs ne figurent pas sur le projet, mais sont ajoutés dans le marché alors que les pots à feu et