Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 9 sur 9 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Église paroissiale Saint-Laurent
    Église paroissiale Saint-Laurent Tailly - Barricourt - en village - Cadastre : 1996 050 AD 108
    Historique :
    L'église Saint-Laurent de Barricourt a été édifiée aux alentours de 1200. Dès l'origine le chœur est fortifié par le biais d'archères ménagées au niveau du comble. Le niveau du sol du chœur a été de même eut lieu : le mur-pignon occidental a été rabaissé car le faîtage était auparavant plus haut larges ont été percées (une d'origine obturée est encore visible dans le mur nord). Cette campagne est peut-être intervenue en 1809 comme l'indique le millésime sculpté au linteau du portail d'origine. La sacristie date de 1633. Une tradition rapporte qu'au 18e siècle, le parvis comptait quelques marches qu'il disparu, le portail a perdu un peu de sa hauteur et on doit descendre maintenant cinq marches à
    Observation :
    Intéressant édifice des environs de 1200 dont le comble refuge du choeur a été fortifié dès
    Référence documentaire :
    p. 157 Les églises d´Argonne. Le guide de l´Argonne. Lyon, 1987 BECHARD, Eliane, JANNIN, Francois , et al. Les églises d´Argonne. Le guide de l´Argonne. Lyon : La Manufacture, 1987.
    Représentations :
    le choeur et au portail occidental.
    Description :
    suivie par une travée d'avant-choeur supportant le clocher et le choeur composé d'une travée droite et principale est élevée en pierre de taille calcaire de grand et moyen appareil et le reste de l'édifice est en moellon avec chaîne en pierre de taille. Les murs intérieurs sont enduits et le sol du choeur est couvert percé de larges baies en plein-cintre dans la nef et de baies plus étroites en lancette dans le choeur unique. Le vaisseau central de la nef est couvert d'une fausse voûte en berceau plein-cintre, les collatéraux sont plafonnés et le choeur est voûtés d'ogives. L'ensemble des couvertures de l'édifice est en ardoise. Le clocher est couvert par un toit en pavillon, la nef et le choeur par un toit à longs pans
    Illustration :
    Vue générale depuis le sud-ouest IVR21_20130863793NUC2A Vue sur le chevet à l'est IVR21_20130863794NUC2A Le chevet sur l'angle nord-est IVR21_20130863796NUC2A géminée en plein cintre qui interrompt le cordon à mi-hauteur, et la plaque de l'ancien cadran solaire Le clocher vu depuis le nord ouest. On voit le niveau de l'ancienne toiture dans le mur ouest Angle sud est, le clocher au-dessus du choeur, la sacristie IVR21_20130863804NUC2A Le portail occidental porte la date de 1809. Le niveau de l'entrée est bas en raison d'une Le choeur IVR21_20130863813NUC2A Vue depuis le sanctuaire IVR21_20130863823NUC2A Derrière le maître-autel, lavabo en niche du choeur, creusé dans le mur est IVR21_20130863825NUC2A
  • Église paroissiale
    Église paroissiale Éguilly-sous-Bois - en village
    Contributeur :
    Griot François
    Historique :
    Eguilly appartint au 16e siècle aux Foissy. Le dernier seigneur fut François-Charles Le Blanc, qui habitait le château d'Eguilly. Église fin 12e-début 13e siècle. Les voûtes de la nef en bois et le clocher
  • Église paroissiale Saint-Pierre-et-Paul de Chamery
    Église paroissiale Saint-Pierre-et-Paul de Chamery Chamery - en village - Cadastre : 2014 AA 267
    Historique :
    d'une cathédrale, p. 698). L'église actuelle a été construite à la limite des 12e-13e siècles : le 1999 affaiblit considérablement l'édifice, amenant la commune à étayer notamment le plancher haut du
    Référence documentaire :
    Étude préalable à la restauration de l’église Saint-Pierre-et-Paul de Chamery CHATILLON François / François Châtillon, 14 juin 2007. 3 plans numériques. 1 :100 ; 1 :150. Tiré de : CHATILLON François. Étude Extérieur, clocher vu du nord ouest, état le 26 juillet 1936 / Henri Deneux. (MAP. DNX-03355-V ) Extérieur, clocher vu du nord ouest, état le 26 juillet 1936 / Henri Deneux. 26 juillet 1936. 1 photogr. nég Eglise de Chamery. Vues extérieures. (A Musée Hôtel Le Vergeur. Localités hors Reims Carton Ca-Cha . (A Musée Hôtel Le Vergeur. Localités hors Reims, carton Ca-Cha). SCHERPEREEL, Jean-François. L'archevêque de Reims vient inaugurer l'église restaurée. SCHERPEREEL , Jean-François. L'archevêque de Reims vient inaugurer l'église restaurée. L'Union, 23 octobre 1999. PARDESSUS, Antoine. Patrimoine rural : il faut sauver le clocher de Chamery ! PARDESSUS, Antoine . Patrimoine rural : il faut sauver le clocher de Chamery ! L'Union, 20 juin 2005.
    Représentations :
    de l'élévation du chœur présentent chacune un modillon décoré d’un visage humain. Le clocher présente clé de voûte du chœur présente un ornement feuillagé. Le bras sud du transept présente un décor de
    Description :
    et le transept et le chœur sont voûtés d’ogives. Les bras du transept, le chœur et la nef sont flèche du clocher est en ardoise, le passage du plan carré de la tour à la forme polygonale étant marqué
    Texte libre :
    le paysage. Elle est entourée par un jardin public aménagé en remplacement de l’ancien cimetière. Les inférieure du clocher, élevé au-dessus - remontent à la limite du 12e et du 13e siècle. Le transept est achevé au 13e siècle. Le vaisseau central et les collatéraux de la nef, le bras nord du transept et le portail sud sont repris au 15e siècle ; le tympan occidental se rattache à ce siècle (Hollande, Sur les routes de Champagne). Au milieu du 16e siècle, le chœur est refait, ainsi que l'étage supérieur du . Il faut également changer le paratonnerre (AD Marne. 10 R 3209). Mais l’édifice présentant un intérêt architectural remarquable, il est classé monument historique le 10 décembre 1919, et les travaux de restauration sont conduits par le service de l’État : de 1922 à 1943 par Bernard Haubold, de 1942 à 1943 par A.L . Détruit dans les années 1940, le système de protection contre la foudre est totalement repensé par A.L du transept, le pilier portant les arcs ouest et nord du passage sont endommagés, l’escalier reste
    Illustration :
    Le chevet lors des travaux de reconstruction de la chapelle nord, 1951. IVR21_20175101118NUCA Vue aérienne depuis le nord-est. IVR21_20165108745NUCA Vue aérienne depuis le nord-ouest. IVR21_20165108750NUCA Élévation sud ; le bas-côté de la nef. IVR21_20175101127NUCA Vue lointaine depuis le nord ; la flèche du clocher. IVR21_20175101129NUCA Vue lointaine depuis le sud ; la flèche du clocher. IVR21_20175101130NUCA Le clocher de croisée ; vue nord-ouest. IVR21_20175101131NUCA Le clocher de croisée ; vue nord-est. IVR21_20175101132NUCA Vue de la nef depuis le chœur. IVR21_20175101133NUCA Vue de la nef vers le chœur. IVR21_20175101136NUCA
  • Église paroissiale Sainte-Madeleine
    Église paroissiale Sainte-Madeleine Troyes - rue de la Madeleine - en ville
    Historique :
    vers 1200 pour la nef, le transept et la première travée de chœur, vers 1500 pour le chœur. L'hypothèse dans l'état actuel, s'appuie sur le fait que le courte nef, buttant sur la rue, n'aurait pu être allongée. Le projet du chœur est attribué sans preuve à Jean Gailde, l'auteur du jubé. En 1519 on procédait Faulchot. Le portail du bras droit a été élevé en 1550 par Jean Rousseau : il ouvrait sur le cimetière François Ier). La façade date de la fin du 17e siècle. Mal bâtie, l'église a été plusieurs fois restaurée vaisseau central et repris le bras gauche.
    Description :
    Église à plan allongé ; déambulatoire et 3 chapelles dont celle du nord tronquée par le
    Texte libre :
    l’église remonte à la fin du XIIe siècle : commencée par le chœur et le bras sud, elle s’est poursuivie par la nef, puis s’est achevée par le bras nord au début du XIIIe siècle. Bâtie en matériaux de mauvaise particulier dans la nef et le côté occidental du bras nord), les voûtes hautes jadis en maçonnerie furent primitivement un plan en croix grecque, le tout bordé de bas-côtés. Une flèche en charpente, sans doute encore en place, le chœur comportait deux travées et son vaisseau central était couvert d’une voûte sobriété – le rez-de-chaussée formant soubassement à l’étage rythmé par un ordre toscan – elle se distingue ouvertures à travers les piliers ont été murées par la suite). Dans le chœur, partie la plus ancienne qui s’étend à la première travée orientale du bras nord (à droite de l’image), le triforium est faux, se réduisant à trois arcades plaquées contre le mur et une seule fenêtre au lieu de deux ouvre le troisième niveau. Dans les autres travées, le passage est interrompu par les piliers, l’entrée se faisant, pour
    Illustration :
    Élévation latérale nord depuis le nord-est. IVR21_20141000533NUCA Bas-côté sud depuis le bras sud du transept. IVR21_20141000520NUCA La nef (partie gauche), et le bras nord du transept (partie droite). IVR21_20141000485NUCA La nef, depuis le bras nord du transept. IVR21_20141000471NUCA Enfilade du bas-côté nord, depuis le bras-nord du transept. IVR21_20141000488NUCA Le choeur : vue générale. IVR21_20141000483NUCA Le choeur : vue générale. IVR21_20141000482NUCA
  • Église paroissiale Saint-Etienne
    Église paroissiale Saint-Etienne Launois-sur-Vence - place de Eglise - en village - Cadastre : 2013 AB 80
    Historique :
    Les trois premières travées du vaisseau central de la nef (et le clocher ?) pourraient remonter au central de la nef, la croisée du transept et la chapelle orientée de ce dernier ainsi que le chœur datent des environs de 1200. Le bras sud du transept a été reconstruit : le contrefort sud-est comporte une date gravée qui semble être 1510 (mais il a été voûté plus tard dans le 16e siècle). Le bras nord du transept a été rebâti vers 1550. Le bas-côté sud qui présente une corniche similaire à celle du bras nord a cette occasion un contrefort boucha une porte. Le bas-côté nord a été rebâti en 1570 (date portée sur un la chapelle orientée sud (ancienne sacristie) et le chœur, et entre la sacristie (ancienne chapelle des seigneurs) et le chœur, création des arcatures à la base du chœur, reprise du clocher, suppression d'éléments défensifs (la façade était crénelée, ainsi que le chœur et les tourelles). L'église était
    Référence documentaire :
    p. 219 Le guide du patrimoine de Champagne-Ardenne, 1995 PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie (dir .). Le guide du patrimoine de Champagne-Ardenne. Paris : 1995. 432 p. p. 68 Les Ardennes religieuses. Douzy, 2010 PINARD, Jean-François. Les Ardennes religieuses. Douzy
    Description :
    leurs murs gouttereaux. Le transept est saillant et comporte une chapelle orientée (Saint-Nicolas), au sud. Le choeur se compose de deux travées droites et d'une abside à cinq pans ; la sacristie est appareil. Le sol de la nef est couvert de dalles de calcaire et ceux du transept et du choeur sont couverts et le choeur de hautes et étroites baies en arc brisé. Le vaisseau central de la nef est couvert d'une fausse voûte d'ogives en plein-cintre et le reste de l'édifice de voûtes d'ogives. La nef comporte par une croupe polygonale, la sacristie et la chapelle orientée par un toit en appentis et le clocher
    Illustration :
    [Intérieur vers le nord et chaire à prêcher] / Jean Gourbeix photographe. 1969. 1 photogr. neg [Intérieur vers le sud-est] / Jean Gourbeix photographe. 1969. 1 photogr. neg. : gélatino-bromure Bras nord du transept depuis le nord-ouest IVR21_20130862053NUC2A Le chevet et la sacristie depuis le nord-est IVR21_20130862054NUC2A Le chevet depuis le sud-est IVR21_20130862055NUC2A
  • Église paroissiale Saint Jean-Baptiste
    Église paroissiale Saint Jean-Baptiste Briquenay - en village - Cadastre : 1996 ZK 103
    Historique :
    Les piles antérieures du transept remontent à la 2e moitié du 12e siècle, le chœur et le reste du concerna la reprise intégrale de la nef (peut-être en conservant le style antérieur), de toutes les l'église Saint-Denis de Reims mais au 14e siècle le droit de présentation était à un chanoine de la
    Référence documentaire :
    p. 158 Les églises d´Argonne. Le guide de l´Argonne. Lyon, 1987 BECHARD, Eliane, JANNIN, Francois , et al. Les églises d´Argonne. Le guide de l´Argonne. Lyon : La Manufacture, 1987.
    Description :
    vaisseaux de trois travées est suivie par le transept saillant sur les bras duquel sont greffées des chapelles orientées. Le choeur encadré par ces dernières est constitué par une travée droite et une abside à murs-pignons des bras du transept. La tourelle d'escalier à demi-hors-oeuvre est implantée sur le mur ouest du bras nord du transept. L'édifice est bâti en pierre de taille calcaire de type Dom-le-Mesnil en moyen et grand appareil. Le sol est couvert de larges dalles de calcaire beige. L'édifice comporte deux niveaux : la nef présente des arcades en arc brisé surmontées de petites baies, le choeur des arcatures des baies géminées. Le portail occidental est à voussures. L'édifice est entièrement voûté d'ogives (à six quartiers dans le choeur). L'ensemble des couvertures de l'édifice est en ardoise. Le clocher est couvert par un toit en pavillon surmonté d'un petit clocheton à flèche polygonale, la nef et le choeur par
    Illustration :
    Vue générale depuis le nord IVR21_20130863660NUC2A Le clocher, angle nord-est IVR21_20130863661NUC2A Façade sud : envahissement par le lierre IVR21_20130863662NUC2A Vue générale depuis le nord-est IVR21_20130863664NUC2A Portail occidental, reconstruit au 19e siècle dans le style médiéval IVR21_20130863668NUC2A Vue générale depuis le sud-ouest IVR21_20130863669NUC2A La nef et le bas-côté sud IVR21_20130863674NUC2A Le bas-côté nord, en direction du choeur IVR21_20130863675NUC2A Le bas-côté sud, en direction du choeur IVR21_20130863676NUC2A Le choeur, vu depuis la chaire à prêcher IVR21_20130863677NUC2A
  • Eglise paroissiale Saint-Jacques
    Eglise paroissiale Saint-Jacques Le Chesne - en village - Cadastre : 1987 ZY 56
    Historique :
    Le vaisseau central de la nef pourrait remonter au 12e siècle ; le mur nord du chœur pourrait également être de cette époque. Le clocher, d'après les chapiteaux de ses baies géminées, a dû être édifié milieu du 15e siècle, les bras du transept et la base du clocher furent revoûtés et le portail du clocher fut également modifié. Vers 1510, les collatéraux furent reconstruits et le vaisseau central voûté . Dans la seconde moitié du 16e siècle, le chœur et la croisée du transept furent presque entièrement , près d'un quart de siècle pour le restaurer (les voûtes des parties orientales et la sacristie nord ne furent pas restituées). Au Moyen Age, le droit de patronage était à l'abbaye de Saint-Rémi de Reims et à l'origine le saint patron était Martin.
    Référence documentaire :
    p. 165 Les églises d´Argonne. Le guide de l´Argonne. Lyon, 1987 BECHARD, Eliane, JANNIN, Francois p. 279 Les anciennes croix de chemin, de carrefours, de cimetière dans le pays rémois et les carrefours, de cimetière dans le pays rémois et les Ardennes. Travaux de l´Académie de Reims, 1888, tome 81 , et al. Les églises d´Argonne. Le guide de l´Argonne. Lyon : La Manufacture, 1987.
    Description :
    (impraticable actuellement). Le transept est saillant et le choeur se compose d'une longue travée droite, d'une seconde plus courte et d'une abside à trois pans. La sacristie est campée dans l'angle formé par le bras sud du transept et le choeur, et l'escalier en vis hors-oeuvre est adossé au mur nord du bras nord du transept de baies en arc brisé surmontées de vastes oculi. Le clocher comporte un portail à voussures en ardoise. La nef et le transept sont couverts par des toits à longs pans (à croupe aux bras du transept ), la sacristie par une terrasse, la tourelle d'escalier et le clocher par un toit en pavillon et
    Localisation :
    Le Chesne - en village - Cadastre : 1987 ZY 56
    Illustration :
    Le Chesne - Bas-côtés après le bombardement / Ch. Brunel photographe, [ca 1918]. 1 impr. photoméc Vue générale depuis le sud-ouest IVR21_20130869005NUC2A Vue générale depuis le sud-ouest IVR21_20130869009NUC2A Flanc sud de la nef et clocher depuis le sud-est IVR21_20130869010NUC2A
  • Église paroissiale Saint-Rémy
    Église paroissiale Saint-Rémy Montier-en-Der - 10 place de l'Hôtel de Ville - en ville
    Contributeur :
    Griot François
    Historique :
    673 par saint Berchaire sur des terres données par le roi Childéric II. A la Révolution, l'ancienne édifia le choeur et la tour de façade qui furent probablement achevés aux alentours de 1200. Au 14e commendataire François de Dinteville modifia la partie antérieure de l'église (reconstruction de la façade et transaction fut passée le 6 février 1556 entre le cardinal Charles de Lorraine, archevêque de Reims et abbé l'abbaye (maisons abbatiales, trésorerie, chantrerie, aumônerie, étables, prévôté) et reconstruire le mur 1860. Sous l'impulsion de Prosper Mérimée, le choeur, la chapelle axiale et le déambulatoire furent entre 1896 et 1901. L'édifice fut bombardé et incendié le 14 juin 1940 ce qui entraîna un grand
    Référence documentaire :
    p.550-553 ROUSSEL, Charles. Le diocèse de Langres : histoire et statistique, 1875 ROUSSEL, Charles . Le diocèse de Langres : histoire et statistique. Langres, 1875, tome II.
    Représentations :
    Chapiteaux à crochet et culots ornés de têtes humaines dans le choeur. Vitraux de l'abside par Max
    Description :
    Edifice à plan allongé. La nef est à trois vaisseaux de huit travées : le vaisseau central est un triforium lambrissé s'ouvrant sur le vaisseau central par des baies géminées. Le vaisseau central se prolonge à l'ouest d'une travée supplémentaire (occupée par la tribune d'orgue). Le flanc sud de sont couverts de toits individuels. Le choeur se compose d'une travée droite suivie par une abside à moitié de cette travée avec le reste du choeur sont couverts par d'une voûte d'ogives à huit quartiers . L'étage est également occupé par un triforium voûté d'ogives s'ouvrant par des baies à double colonnes. Le supplémentaire et est couverte d'une voûte d'ogives à huit quartiers. Le flanc nord des deux dernières travées de à cette chapelle. La façade occidentale, la tour du clocher et le choeur sont en pierre de taille et la nef est enduite. Nef prolongée par le choeur et abside entourée d'un déambulatoire sur lequel
    Illustration :
    Vue partielle (le choeur au sud) IVR21_20065229718NUCA Vue partielle (depuis le triforium au sud) IVR21_20065229728NUCA Vue partielle (dans le triforium au sud) IVR21_20065229729NUCA Vue partielle (depuis le triforium dans l'axe, vue sur le voûtement de la nef Vue partielle (vue sur le sanctuaire depuis le triforium au sud) IVR21_20065229732NUCA Vue partielle (le vaisseau central) IVR21_20065229733NUCA Vue partielle (vue sur la nef et le choeur, côté nord) IVR21_20065229734NUCA Vue partielle (depuis le choeur, vue sur l'entrée sud) IVR21_20065229735NUCA Vue partielle (vue sur le déambulatoire nord du choeur) IVR21_20065229738NUCA Vue partielle (humidité dans le bas-côté sud) IVR21_20065229778NUCA
  • Collégiale Notre-Dame et Saint-Ermel, actuellement église paroissiale Notre-Dame et Saint-Ermel
    Collégiale Notre-Dame et Saint-Ermel, actuellement église paroissiale Notre-Dame et Saint-Ermel Vireux-Molhain - Molhain - en village - Cadastre : 2013 AD 363
    Historique :
    , aquitain réfugié à la cour de Pépin le Bref. Ada apportait les reliques de saint Ermel, un évêque anglo mosanes du 11e, a été remaniée par l´établissement de voûtes d´ogives sur le transept surhaussé et sur le base des murs et le mode de fonctionnement de la crypte (proche de celui de Saint-Médard de Soissons et
    Référence documentaire :
    pp. 330-331 Le retable de Ham-sur-Meuse . Revue historique ardennaise , 1903 BOUILLET, A. Le p. 21 Les Chronogrammes . Ardenne Wallonne , mars 1992, n°48 PINARD, Jean-François. Les p. 226 Le guide du patrimoine de Champagne-Ardenne, 1995 PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie (dir .). Le guide du patrimoine de Champagne-Ardenne. Paris : 1995. 432 p.
    Description :
    petits dégagements permettant l'accès direct aux bras du transept. Le transept est saillant et précède le choeur à deux travées et chevet plat. Une crypte se développe sous le choeur et les deux sacristies qui transept). Le clocher en charpente de plan carré est campé au faîtage de la nef, à l'aplomb de la façade chapiteaux nus. La couverture est en ardoise. La nef, le transept et le choeur sont couverts de toits à longs pans, les sacristies et les dégagements de la nef de toits à deux pans et le clocher par un toit en
    Annexe :
     ; Charenton-le-Pont ; Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, n° 4011 20130842919NUC : 94 ; Charenton -le-Pont ; Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, n° 4012 20130868860ZZ : 94 ; Charenton-le
    Illustration :
    Vue générale depuis le sud-ouest IVR21_20130862205NUC2A Vue générale depuis le sud-est IVR21_20130862208NUC2A Vue sur le bras nord du transept depuis la nef IVR21_20130862217NUC2A Vue intérieure depuis le choeur IVR21_20130862221NUC2A
1