Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 7 sur 7 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Église paroissiale Sainte-Madeleine
    Église paroissiale Sainte-Madeleine Troyes - rue de la Madeleine - en ville
    Copyrights :
    (c) Ministère de la culture (c) Conseil général de l'Aube
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale recensement du patrimoine mobilier des églises de l'Aube
    Historique :
    Cette église fut jadis succursale de Saint-Rémi. L'église mentionnée en 1157 a été reconstruite , dont on a conservé la porte sur rue, œuvre de Martin de Vaulx datée de 1525 (on y voit la salamandre de vers 1200 pour la nef, le transept et la première travée de chœur, vers 1500 pour le chœur. L'hypothèse récemment soutenue, selon laquelle l'église de 1200 avait un plan en croix grecque, encore reconnaissable Mauvoisin sur un projet de Nicolas Cordonnier ; elle a été achevée à partir de 1548 par Jean et Girard François Ier). La façade date de la fin du 17e siècle. Mal bâtie, l'église a été plusieurs fois restaurée  : en 1609, en 1778, et surtout de 1868 à 1878 par l'architecte Fléchey : celui-ci a en particulier refait entièrement, à l'imitation de l'élévation droite, l'élévation gauche du vaisseau central, qui
    Observation :
    Fragilités au niveau de certaines voûtes. Toîture non entretenue (mousses). Sacristie confinée, pas
    Référence documentaire :
    p. 8, 90-93 Les églises de Troyes. Cathédrale, collégiales et églises paroissiales DUCOURET , Bernard, BOUDON-MACHUEL, Marion, MINOIS, Danielle et al. Les églises de Troyes. Cathédrale, collégiales et
    Précisions sur la protection :
    Eglise : classement par liste de 1840.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    prolongement du bas-côtés nord du chœur  ; abside à 3 pans ; chœur à 2 travées accompagné de bas-côtés doubles
    Localisation :
    Troyes - rue de la Madeleine - en ville
    Titre courant :
    Église paroissiale Sainte-Madeleine
    Vocables :
    Sainte-Madeleine
    Texte libre :
    L’église paroissiale Sainte-Madeleine L’architecture La création de la riche paroisse Sainte quartier marchand. Elle constitua une succursale de Saint-Remy jusqu’à la Révolution. La construction de tribune du grand orgue établie en 1540 par Martin de Vaulx, fut refaite en 1778-1780. D’une grande ressemblance de ce chœur avec celui de Saint-Pierre de Coutances (Manche), un peu antérieur (vers 1493), dont la nef, puis s’est achevée par le bras nord au début du XIIIe siècle. Bâtie en matériaux de mauvaise qualité et minée par les excavations funéraires (les riches bourgeois de la paroisse y élisaient volontiers leur dernière demeure), elle dut être restaurée à plusieurs reprises, et notamment de 1861 à 1878 , par Fléchey et Bailly, architectes de la ville, qui suivirent les recommandations de l’architecte parisien Henri Labrouste. Lors de cette dernière intervention, des pans de mur entiers ont été remontés (en étaient en majeure partie remplacées. Les architectes prirent soin toutefois de reproduire exactement les
    Illustration :
    Vue générale de l'angle nord-ouest. IVR21_20141000479NUCA Enfilade du bas-côté nord, de la nef, et du bas-côté sud. IVR21_20141000489NUCA
  • Église paroissiale Saint-Martin
    Église paroissiale Saint-Martin Contreuve - en village - Cadastre : 1985 AB 10
    Copyrights :
    (c) Ministère de la culture
    Historique :
    Le chœur et le transept de l'église Saint-Martin datent des environs de 1500. La nef a été l'archevêque de Reims.
    Observation :
    Choeur et transept homogènes des environs de 1500.
    Référence documentaire :
    n° 25, 29 juin 1885, pp. 292-294 Bulletin du Diocèse de Reims, 1893 Bulletin du Diocèse de Reims p. 16 Sur les terres des abbayes rémoises de St-Remy et de St-Denis : ruban d'églises terres des abbayes rémoises de St-Remy et de St-Denis : ruban d'églises. L'automobilisme ardennais, mai cahier 2, p. 30 Images de verre, images de guerre. Les vitraux commémoratifs des trois guerres dans Départementales des Ardennes, 2004]. Images de verre, images de guerre. Les vitraux commémoratifs des trois t. III, p. 100 Dictionnaire historique de l´arrondissement de Vouziers. Editions Terres ardennaises , 1997-2004 GUELLIOT, Octave. Dictionnaire historique de l´arrondissement de Vouziers. Charleville
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    L'église Saint-Martin est implantée au choeur du cimetière en périphérie nord-ouest du village . Elle présente un plan en croix latine. La nef à trois vaisseaux de trois travées est suivie par un partie occidentale du faîtage de la nef. Le choeur et le transept sont élevés en pierre de taille de calcaire crayeux en moyen appareil avec soubassement, encadrements et contreforts en pierre de Dom-le -Mesnil (des soubassements ont été restaurés en brique) ; la nef met en oeuvre de la pierre de taille de Dom-le-Mesnil en grand appareil pour les soubassements et de la brique pour le reste de l'élévation . Le sol de la nef et du transept sont couverts de tomettes et celui du choeur d'un damier de marbre de brisé pénétrant dans des colonnes cylindriques ; ses murs sont percés de vastes baies en arc brisé intérieurs sont entièrement voûtés d'ogives. L'ensemble des couvertures de l'édifice est en ardoise. La nef
    Titre courant :
    Église paroissiale Saint-Martin
    Vocables :
    Saint-Martin
    Illustration :
    Le bas-côté nord et les piliers de la nef IVR21_20130865941NUC2A Le bas-côté sud et les piliers de la nef IVR21_20130865943NUC2A Nervures, départ de voûte et culot de l'un des piliers de la nef IVR21_20130865954NUC2A
  • Verrière historiée : Histoire de la Genèse et Rédemption (baie n°1)
    Verrière historiée : Histoire de la Genèse et Rédemption (baie n°1) Troyes - rue de la Madeleine - en ville
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de l'Aube
    Inscriptions & marques :
    personnages de Caïn, Abel, saint François et saint Claude ; dans un phylactère du sacrifice d'Abraham ; dans
    Cadre de l'étude :
    département de l'Aube
    Historique :
    Verrière réalisée vers 1500. Les inscriptions sous les panneaux de la Création du monde datent du 19e siècle ainsi que le troisième registre (scènes du sacrifice d'Abraham, de Joseph et la citerne et de Moïse avec le serpent d'airain presque entièrement du 19e siècle). La scène du déluge est très du 19e siècle notamment les panneaux de la création des astres et de la création du ciel. [Données
    Référence documentaire :
    p. 285-286 Corpus vitrearum, Vitraux de Champagne-Ardenne, 1992 CALLIAS BEY, Martine, CHAUSSE ARCHIVES DE L'AUBE. La création des astres : Troyes, église Sainte-Madeleine, verrière de la Genèse . [en ligne] ARCHIVES DE L'AUBE. La création des astres : Troyes, église Sainte-Madeleine, verrière de , Véronique, FINANCE, Laurence de, LAUTIER, Claudine. Les vitraux de Champagne-Ardenne. Paris : CNRS, 1992 la Genèse. [en ligne]. Troyes : Archives de l'Aube. [consulté le 10 novembre 2016]. Accès Internet : sainte-madeleine -verriere-de-la-genese-/>
    Représentations :
    . Tympan : Christ en croix entouré de la Vierge (à gauche) et de saint Jean (à droite), flanqué du fond de paysage colline montagne arbre herbe rivière création de la terre création de la mer sacrifices de Caïn et Abel rencontre d'Abraham et de Melchisédech saint Jean saint François saint Claude . Registre inférieur (de gauche à droite) : Dieu crée le ciel ; la terre ; les eaux ; les astres. Deuxième
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Baie en arc brisé composée de quatre lancettes divisées en quatre registres. Tympan en forme de fleur de lys. Verres gravés dans les costumes de Melchisédech et d'Abraham au tympan.
    Localisation :
    Troyes - rue de la Madeleine - en ville
    Titre courant :
    Verrière historiée : Histoire de la Genèse et Rédemption (baie n°1)
    États conservations :
    grillage de protection altération chromatique de la surface plombs de casse Inscription sous les panneaux de la Création du monde du 19e siècle ; scènes du sacrifice d'Isaac , de Joseph et la citerne et de Moïse avec le serpent d'airain presque entièrement du 19e siècle ; déluge très restauré ; mise en plomb défectueuse. En 2016 : grillage de protection. Assombrissement et altération chromatique. Plombs de casse.
    Illustration :
    Histoire de la Genèse : Dieu sépare la terre et les eaux. Vue d'ensemble. IVR21_19931000073XA Registre inférieur de la lancette droite et la 3ème lancette. IVR21_19851000239ZA Histoire de la Genèse : Création des poissons et des oiseaux, des autres animaux. 2ème registre Histoire de la Genèse, du péché originel et de la Rédemption. Vue d'ensemble. IVR21_19851000155X Histoire de la Genèse : Dieu crée la terre et les eaux. Vue d'ensemble. IVR21_19931000066X Histoire de la Genèse : Création des poissons et des oiseaux, des autres animaux. 2ème registre Histoire de la Genèse : Dieu crée le ciel. Vue d'ensemble. IVR21_19931000068X Registre inférieur de la lancette gauche et la 2ème lancette. IVR21_19851000238ZA Histoire de la Genèse : Dieu crée la terre et les eaux. Vue d'ensemble. IVR21_19931000067XA Histoire de la Genèse : Dieu crée sépare la terre et les eaux. Vue d'ensemble. IVR21_19931000072X
    Structures :
    jour de réseau
  • Église paroissiale Saint-Martin
    Église paroissiale Saint-Martin Hauteville - en village - Cadastre : 1999 B 163
    Copyrights :
    (c) Ministère de la culture
    Historique :
    Le chœur de l'église Saint-Martin semble remonter au 12e siècle d'après les modillons subsistants , d'après la baie du sud de la nef et un arc obturé au mur nord, doivent remonter au 14e ou au 15e siècle. A la fin du 15e siècle ou au début du 16e siècle, une petite chapelle fut ajoutée au flanc sud de la inscrite au-dessus de celui-ci.
    Référence documentaire :
    cahier 3, p. 21 Images de verre, images de guerre. Les vitraux commémoratifs des trois guerres dans Départementales des Ardennes, 2004]. Images de verre, images de guerre. Les vitraux commémoratifs des trois
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    L'église Saint-Martin est implantée au centre du village et est orientée au nord-est. Elle présente de plan carré est campé au faîtage de la nef, du côté ouest, et repose à l'intérieur sur quatre colonnes en bois. L'échelle d'accès aux combles est située au revers de la façade occidentale. L'édifice est entièrement bâti en pierre de taille crayeuse en différentes hauteurs d'assise mais certaines parties ont été restaurées en brique. L'allée centrale de la nef est couverte de carreaux en céramique à motifs géométriques, ses parties latérales par des dalles de calcaire, les chapelles par des tomettes et celui du choeur d'un damier de marbre noir. Les faces intérieures des murs sont enduites. Les murs sont percés de baies en plein-cintre ou en anse-de-panier. La nef est plafonnée, les chapelles sont voûtées en anse-de-panier, la petite chapelle sud est plafonnée et le choeur est voûté en berceau. La façade occidentale comporte un portail à arc en anse-de-panier surmontée d'un grand oculus. L'ensemble des
    Titre courant :
    Église paroissiale Saint-Martin
    Vocables :
    Saint-Martin
    Couvrements :
    voûte en berceau en anse-de-panier
    Illustration :
    Intérieur de l'Eglise IVR21_20130854217NUC1A Plan de masse de l'édifice d'après le plan cadastral IVR21_20130854513NUD
  • Église paroissiale Saint-Martin
    Église paroissiale Saint-Martin Tournes - rue de Tourette - en village - Cadastre : 2013 AB 88
    Copyrights :
    (c) Ministère de la culture
    Historique :
    saint Nicolas et des armoiries de la famille d'Argy, seigneurs du lieu ; or il y eut bien un Nicolas qui aurait été réutilisée lors de la reconstruction de l'église. Sans pouvoir se prononcer sur ce fait , il est certain qu'il s'agisse de l'élément le plus ancien de l'édifice. Les murs de la nef ont dû d'Argy né en 1590 et décédé en 1627 (fils de Regnauld d'Argy dont la dalle funéraire est présente dans l'édifice). Cette phase vit probablement le percement des nombreuses bouches à feu sur le pourtour de portail latéral nord qui conduit à une petite construction (chapelle des Trépassés ?) portait la date de 1567. Les grandes baies en plein-cintre de la nef datent du 19e siècle. Restauration entre 1924 et 1931.
    Observation :
    Edifice fortifié par le biais de canonnières, arquebusières en forme de lunette et de bretèches
    Référence documentaire :
    Archives concernant les restaurations des édifices classés, provenant de la préfecture, service du ministère de l´instruction publique et des beaux arts Archives départementales des Ardennes, archives concernant les restaurations des édifices classés, provenant de la préfecture, service du ministère de l pp. 13-14 Eglises fortifiées de Thiérache. L´Automobilisme ardennais, n°97, juillet-août 1954 MANCEAU, Henri. Eglises fortifiées de Thiérache. L´Automobilisme ardennais, n°97, juillet-août 1954. . Editions de l´O.D.T. des Ardennes, 1969. 178 p. p. 121 Dictionnaire des églises de France. Volume 5 : Champagne, Flandre, Artois, Picardie. 1969 Dictionnaire des églises de France. Volume 5 : Champagne, Flandre, Artois, Picardie. Paris : Robert Laffont , Martine (dir.). Dictionnaire historique des communes des Ardennes. Beaumont-en-Argonne, Bourg-Fidèle pp. 32-33 L´église de Tournes. Terres ardennaises, hors-série, Route des fortifications, avril
    Représentations :
    Une voûte à clé pendante ornée d'un saint Nicolas présente les armoiries de la famille d'Argy qui
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Description :
    L'église Saint-Martin est implantée au centre du village. Elle présente un plan allongé. La nef de trois vaisseaux à trois travées est précédée par la tour du clocher de section ronde à la base et carrée murs sont élevés en moellon calcaire. Le sol est couvert de dalles de marbre noir ou de damiers de marbre noir et gris veiné. Les faces intérieures des murs sont enduites. Les murs de la nef sont percés de deux types de baies en plein-cintre, les premières assez réduites et les secondes beaucoup plus vastes (deux similaires sont présentes à l'abside), et les parties orientales de grandes baies en arc brisé à remplage. La base et le sommet des murs comportent de nombreuses ouvertures de tir et des d'ogives à pénétration dans des colonnes et dotées de clés pendantes dont certaines sont ornées de rondes -bosses. La couverture de l'édifice est en ardoise. La nef et la travée droite du choeur et celle de la sacristie sont couverts de toits à longs pans, les bras du transept de longs pans à pignons découverts
    Localisation :
    Tournes - rue de Tourette - en village - Cadastre : 2013 AB 88
    Titre courant :
    Église paroissiale Saint-Martin
    Annexe :
     ; Charenton-le-Pont ; Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, 22602 (1)
    Vocables :
    Saint-Martin
    Illustration :
    Le clocher de Tournes IVR21_20130854394NUC1A Plan de masse de l'édifice IVR21_20130854486NUD
  • Église paroissiale Saint-Nicolas
    Église paroissiale Saint-Nicolas Renneville - en village - Cadastre : 1998 C 161
    Copyrights :
    (c) Ministère de la culture
    Historique :
    , et l'abbaye de Saint-Martin de Laon. La nef et son arc triomphal doivent remonter à l'origine de la fondation du village, soit aux environs de 1205. En 1451, l'édifice fut déclaré en mauvais état. La reconstruction du choeur et de ses chapelles dut intervenir peu de temps après. D'après certains clichés, le clocher avec ses tourelles devait dater de la même époque. Au 17e siècle intervinrent des restaurations en brique du clocher. Les murs des bas-côtés ont été reconstruits vers 1840 en retrait vers l'intérieur de l'édifice. En 1905, les l'édifice : le premier tiers occidental fut complètement détruit. Les travaux de restauration débutèrent en fidèlement le massif occidental fortifié mais il supprima une tourelle basse (tour Saint-Michel dans l'angle sud-ouest) ainsi que des échauguettes et modifia tout de même la composition de la façade qui comportait des échauguettes. Le village fut fondé en 1205 ou 1206 par accord entre Roger, seigneur de Rozoy
    Observation :
    Edifice qui fut puissamment fortifié par le biais de nombreuses échaugettes et tourelles dont il
    Référence documentaire :
    pp. 161-210 Le village et l´église de Renneville (Ardennes). Revue de Champagne et de Brie, 1900 JADART, Henri. Le village et l´église de Renneville (Ardennes). Revue de Champagne et de Brie, 1900. pp. 353-353 Le village et l´église de Renneville. Revue historique ardennaise, 1901, tome VIII JADART, Henri. Le village et l´église de Renneville. Revue historique ardennaise, 1901, tome VIII. p. 12 Quelques anciennes statues des églises rurales du diocèse de Reims (Marne et Ardennes ). Travaux de l´Académie Nationale de Reims. Reims : année 1904-1905, tome I, 117e volume JADART, Henri . Quelques anciennes statues des églises rurales du diocèse de Reims (Marne et Ardennes). Travaux de l ´Académie Nationale de Reims. Reims : année 1904-1905, tome I, 117e volume. p. 18 Inventaire des cuves baptismales recensées de 1963 à 1965. Etudes ardennaises, 1966, n°47 PLAT-TAINTURIER, Claude. Inventaire des cuves baptismales recensées de 1963 à 1965. Etudes ardennaises
    Représentations :
    Dallage de toute l'église, la nef, la croisée, le choeur, les bas-côtés en mosaïque colorée (rouge
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    L'église Saint-Nicolas est implantée au centre du village et du cimetière et est orientée au nord -est. Elle présente un plan en croix latine. La nef à trois vaisseaux de trois travées est précédée par un massif occidental composé d'un clocher accompagné de sa tourelle d'escalier, au nord, et une l'angle sud-est, et d'une échauguette dans l'angle nord-est. La sacristie est adossée au mur est de la chapelle sud. L'édifice est majoritairement édifié en pierre calcaire (de Dizy d'après les sources) mais bas-côtés sont couverts de plafonds à la française, les chapelles de fausses voûtes d'ogives, le choeur et l'avant-choeur de voûtes d'ogives. L'ensemble des couvertures de l'édifice est en ardoise. La par des toits en appentis, les tourelles et échauguettes de toits coniques et le clocher par une
    Titre courant :
    Église paroissiale Saint-Nicolas
    Vocables :
    Saint-Nicolas
    Illustration :
    Eglise de Renneville. Ardennes. Plan / Pierre Paquet architecte. 1 : 200. 1909. 1 plan : lavis, en noir (Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine : 22569 (2)) IVR21_20130868830ZZ Eglise de Renneville. Ardennes. Plan / Pierre Paquet architecte. [1er quart 20e siècle]. 1 plan : calque, encre, en noir (Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine : 22569 (1)) IVR21_20130868831ZZ Plan de masse de l'édifice IVR21_20130854524NUD Vue d'ensemble de la façade IVR21_20130867454NUC2A Fausse voûte d'ogives de la chapelle sud-ouest IVR21_20130867461NUC2A
  • Ancienne collégiale actuellement église paroissiale Notre-Dame
    Ancienne collégiale actuellement église paroissiale Notre-Dame Carignan - place du Docteur Gairal - en ville - Cadastre : 1985 AN 320
    Copyrights :
    (c) Ministère de la culture
    Historique :
    remparts, à gauche de la voie romaine en direction d´Arlon. L´archevêque de Trèves, saint Maximin, visita la ville au 4e siècle, ainsi que saint Martin en 385 ou 386. A cette première église, succéda la L'église Notre-Dame fut endommagée au cours des deux sièges de 1542 et 1552, surtout au cours du second, et elle fut restaurée. Lors de la guerre entre la France et l'Espagne commencée en 1595, elle fut portail que Louis de Pontis, officier de Louis XIII, lui demanda d´épargner car il y trouva les armes de sa maison. L'édifice ne fut restauré qu'à partir de 1661 pour une durée de vingt ans (Louis XIV avait accordé 15000 livres pour ces travaux). En confrontant l'historique et la lecture architecturale de dater des alentours de 1500 (la date de 1630 est inscrite au-dessus de l'ancienne porte des Trépassés forme de la baie du bras sud du transept démontrent une reconstruction de ces parties vraisemblablement après le siège de 1552. Le reste de l'édifice a été entièrement reconstruit à partir de 1661, y compris
    Observation :
    Ancienne collégiale ; I : 01 03 1926 (arrêté), aux 3/4 démolie en 1940, reconstruite de 1958 à 1973.
    Référence documentaire :
    p. 105 Inscriptions de cloches ardennaises . Revue d'Ardenne et d'Argonne , mars-avril 1895, n°3 COLLINET, P., BOURGIGNAT, H. Inscriptions de cloches ardennaises . Revue d'Ardenne et d'Argonne , mars pp. 99-101 Les paroisses du doyenné de Carignan, d´après un registre de visite de 1570 . Revue historique ardennaise , 1896, tome III NOEL, Albert Dom. Les paroisses du doyenné de Carignan, d´après un registre de visite de 1570 . Revue historique ardennaise , 1896, tome III. pp. 11-13 Grandeurs et misères des vieilles pierres ardennaises : le pays de Carignan pierres ardennaises : le pays de Carignan. L'automobilisme ardennais, novembre-décembre 1955, n°105. Ardennes. Editions de l´O.D.T. des Ardennes, 1969. 178 p. , 1991, Fac-similé de l´édition de 1855 HUBERT, Jean. Département des Ardennes : dictionnaire historique et géographique . Paris : Res universis, 1991. 512 p. Fac-similé de l´édition de 1855, Géographie
    Représentations :
    Clé de voûte du choeur aux armes d´Eugène-Maurice de Savoie qui a fait reconstruire la collégiale
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    un plan allongé. La nef à trois vaisseaux de cinq travées est suivie par un transept saillant d'escalier polygonale est adossée au bras nord du transept. L'édifice est entièrement élevé en pierre de couvert de dalles calcaire excepté celui du choeur qui reçoit des dalles de marbre noir. L'édifice ne comporte qu'un seul niveau percé de larges baies en arc brisé aux parties orientales, de baies à remplage gothique flamboyant aux chapelles nord et de grandes baies en anse-de-panier au collatéral sud. La façade intérieurs sont entièrement voûtés d'ogives à pénétration. L'ensemble des couvertures de l'édifice est en ardoise. Le vaisseau central de la nef, la travée droite du choeur et les bras du transept sont couverts de toits à longs pans brisés (à croupe brisée du côté ouest de la nef), l'abside par une croupe polygonale brisée, les collatéraux de toits en appentis à croupe, la sacristie par une croupe polygonale, le clocher de la croisée et la tourelle d'escalier d'une flèche polygonale peu élancée et le clocher
    Illustration :
    Carignan - Intérieur de l'Eglise (style ogival tertiaire ou flamboyant, XVe et XVIe siècles Intérieur de l'Eglise IVR21_20130854119NUC1A pellicule, n. et b. (Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine : AP69P00544) IVR21_20130839703P , support pellicule, n. et b. (Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine : AP69P00542 pellicule, n. et b. (Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine : AP69P00543) IVR21_20130839704P [Intérieur de l'abside vers le nord-est] / Jean Gourbeix photographe. 1969. 1 photogr. neg . : gélatino-bromure, support pellicule, n. et b. (Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine : AP69P00548 . : gélatino-bromure, support pellicule, n. et b. (Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine : AP69P00547 , support pellicule, n. et b. (Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine : AP69P00546 , support pellicule, n. et b. (Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine : AP69P00545
1