Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 33 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Scierie Roux, puis des Ets A. Roux et Cie
    Scierie Roux, puis des Ets A. Roux et Cie Gudmont-Villiers - isolé - Cadastre : 1986 ZK 8, 30 1990 ZE 117, 118
    Historique :
    témoignage de M. Roux, patron lors de l'enquête initiale de 1989). Cessation d'activité dans les années 2000.
    Observation :
    Site à cheval sur les communes de Gudmont-Villiers (ouest) et Donjeux (est).
    Description :
    Site industriel desservi par voie particulière. En 2013 (complément d'enquête), l'ensemble bâti a
    Titre courant :
    Scierie Roux, puis des Ets A. Roux et Cie
    Appellations :
    dite scierie des Ets A. Roux et Cie
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Verrière à personnages (façade occidentale) : Saint Martin évêque, Saint Hilaire
    Verrière à personnages (façade occidentale) : Saint Martin évêque, Saint Hilaire en village
    Inscriptions & marques :
    Armoiries : (à gauche) du pape Léon XIII (Vincenzo Gioacchino Pecci), pape de 1878 à 1903, et épiscopales (à droite). Transcription (panneau 1) : S. MARTINUS TITULARIS / ECCLESIAE VETERIS QUAE ANNO / 1834
    Précision dénomination :
    verrière à personnages
    Représentations :
    Scène représentée sous une arcade à deux colonnes. Le Bon Pasteur figure dans le médaillon circulaire du registre inférieur, sur fond de damassé vert à motifs de feuilles de lierre.
    Description :
    Large barge verrière à persontre. Verrière à plein cintre composée de treize panneaux d'inégales
    Titre courant :
    Verrière à personnages (façade occidentale) : Saint Martin évêque, Saint Hilaire
    États conservations :
    désolidarisées à de nombreux endroits.
    Annexe :
    verrières représentent 1/ St Roch, 2/ Apparition du Christ à Ste Madeleine après la Résurrection, 3/ le Temple ; 3/ Jésus au Temple à l'âge de 12 ans au milieu des docteurs ; 4/ Tradition des clefs à St Pierre préfet au sous-préfet on apprend que le curé de Ramerupt a adressé le 27 octobre 1861 une demande « à l'effet d'obtenir un secours pour aider cette commune à établir une verrière dans son église. A cette demande est jointe une souscription volontaire des habitants s'élevant à 1233,50 francs et il résulte de la lettre de M. le curé que la fabrique pourrait, dans une certaine mesure, concourir au paiement de la dépense qu'il évalue à 2000 francs environ ». (Pas de suites dans le dossier). . Courrier du 3 avril 1953 : le démontage se fera le 7 avril. Marché de gré à gré signé le 25 mars 1953
  • Usine de préparation de produit minéral (moulin à couleurs) Beck-Mormeaux
    Usine de préparation de produit minéral (moulin à couleurs) Beck-Mormeaux Montigny-sur-Vence - 1 rue du Moulin - en ville - Cadastre : 2009 AL 174
    Historique :
    Lecuyer et est vendu comme Bien National à M. Thomas, boulanger de Mézières. En 1837-1839, la famille Un moulin à blé est présent sur la carte de Cassini. A la Révolution il appartient à Jean-Jacques Mormeaux, qui extrait du minerai à Montigny obtient l'autorisation de Louis-Philippe de créer un patouillet de deux lavoirs à bras en remplacement du moulin à blé. En 1875, il est transformé en moulins à kilomètres. La production est arrêtée en 1948 suite au décès accidentel de Mme Beck. A une époque d'habitation. Le patouillet était constitué d'une roue à augets entraînant un axe muni de pales tournant dans verticale du moulin à couleurs entraînait deux jeux de meules et la terre était calcinée dans un four à trois calcinateurs. Tout le matériel a été démonté à la fermeture.
    Référence documentaire :
    p. 14 et 24 COISTIA. M. Les moulins à couleur des Ardennes, collection Terres ardennaises, 1991.
    Précision dénomination :
    moulin à couleurs
    Description :
    L'atelier de fabrication est installé le long de la Vence. La structure est en brique à un étage carré et supporte un toit à longs pans à charpente métallique couverte de tôle ondulée. La vanne est se développe les anciens magasins qui servaient à entreposer les couleurs prêtes à la vente ainsi moulin excepté pour la charpente en bois à longs pans et demi-croupe et la couverture en tuile mécanique.
    Titre courant :
    Usine de préparation de produit minéral (moulin à couleurs) Beck-Mormeaux
    Illustration :
    Vue générale du site depuis la route départementale : le moulin à gauche et le magasin à droite Le moulin et la Vence (à droite). IVR21_20090804675NUCA Les anciens magasins et le logement ouvrier (à gauche). IVR21_20090804680NUCA
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Ensemble de 4 verrières figurées et à personnages (baies 0, 1, 2 5) : Christ de l'Eucharistie ; Sacré-Coeur de Marie ; Sacré-Coeur de Jésus ; Résurrection du Christ
    Ensemble de 4 verrières figurées et à personnages (baies 0, 1, 2 5) : Christ de l'Eucharistie ; Sacré-Coeur de Marie ; Sacré-Coeur de Jésus ; Résurrection du Christ Prix-lès-Mézières - en village
    Inscriptions & marques :
    Inscription baie 5 : EGO SUM RESURRECTIO ET VITA // LA PAROISSE / de / PRIX / A SES ENFANTS MORTS POUR LA FRANCE / E. BEAUCHOT / R. DOR / E. FROGNET / H. L'HOSTE / P. HUART / M. HULOT / R. HULOT / E
    Historique :
    Verrières des baies du choeur réalisées à la fin du 19e siècle ou au début du 20e siècle ; verrière
    Précision dénomination :
    verrière à personnages
    Description :
    à verre coloré et peint ; grisaille et sanguine sur verre pour les modelés des scènes.
    Titre courant :
    Ensemble de 4 verrières figurées et à personnages (baies 0, 1, 2 5) : Christ de l'Eucharistie
  • Ensemble de 3 verrières hagiographiques (transept) : Épisodes de la vie de saint Nicolas ; du Christ ; de la Vierge et Apparition du Sacré-Cœur à sainte Marguerite-Marie Alacoque
    Ensemble de 3 verrières hagiographiques (transept) : Épisodes de la vie de saint Nicolas ; du Christ ; de la Vierge et Apparition du Sacré-Cœur à sainte Marguerite-Marie Alacoque Avirey-Lingey - Avirey-le-Bois - en village
    Inscriptions & marques :
    Baie 5 : CETTE VERRIERE A ETE OFFERTE PAR P. BABEAU EN MEMOIRE / DE LA NAISSANCE DE SES PETITS , coin inférieur droit de la scène de la Sainte Famille) ; CETTE VERRIERE A ETE OFFERTE PAR P. BABEAU EN
    Historique :
    Verrières réalisées par l'atelier Latteux-Bazin du Mesnil-Saint-Firmin dans l'Oise à la fin du 19e
    Représentations :
    Apparition du Sacré-Coeur à sainte Marguerite-Marie Alacoque ornement à forme végétale ornement à forme architecturale de la lancette gauche) ; Sainte Famille à Nazareth (bas de la lancette centrale) ; Jésus au milieu : Apparition du Sacré-Cœur à sainte Marguerite-Marie Alacoque devant la basilique de Paray-le-Monial en
    Description :
    ajouré. Verrière à verre coloré et peint. Grisaille pour les modelés et les traits.
    Titre courant :
    Christ ; de la Vierge et Apparition du Sacré-Cœur à sainte Marguerite-Marie Alacoque
    Annexe :
    – L'église contient quatre grands vitraux revendiqués par M. Babeau. Estimation non donnée ».
    Illustration :
    Baie 8 : apparition du Sacré-Coeur à sainte Marguerite-Marie Alacoque IVR21_20161004800NUC2A
  • Ciboire n°2 (style néo-gothique)
    Ciboire n°2 (style néo-gothique) Machault - en village
    Représentations :
    ornement à forme minérale Ornement à forme minérale stylisée.
    Auteur :
    [orfèvre] M. F.
  • Ensemble de 7 verrières historiées (baies 1 à 4, 6, 8, 10) : Enfance du Christ ; Résurrection du Christ ; Jardin des oliviers ; Assomption ; Nativité ; Sacré-Coeur ; mort de saint Joseph
    Ensemble de 7 verrières historiées (baies 1 à 4, 6, 8, 10) : Enfance du Christ ; Résurrection du Christ ; Jardin des oliviers ; Assomption ; Nativité ; Sacré-Coeur ; mort de saint Joseph Montcheutin - en village
    Inscriptions & marques :
    Inscription baie 2 : DON DE M. LE CURE L. S. D. Inscription baie 4 : L. de Troeyer et Mlles . Inscription baie 6 : L. de Troeyer et Mlles Reims 1927. Inscription baie 8 : DON DE M. ET MME CENSIER-PLIS // L. de Troeyer et Mlles Reims 1939. Inscription baie 10 : DON DE M. ET MME JOSEPH ETIENNE // Vve et
    Historique :
    Les vitraux du chœur et de la baie 3 ont été installés à la fin du 19e siècle ou au début du 20e
    Représentations :
    Christ. Baie 4 : l'Assomption. Baie 6 : la Nativité. Baie 8 : apparition du Sacré-Coeur à sainte
    Description :
    Baie libre en plein cintre organisée en une seule scène. Vitrerie à verre coloré et peint
    Titre courant :
    Ensemble de 7 verrières historiées (baies 1 à 4, 6, 8, 10) : Enfance du Christ ; Résurrection du
  • Usine métallurgique, puis Forges de Champagne, puis Aciéries de Micheville, puis Sidelor, puis tréfilerie (pointerie) Trefilunion et usine de treillis soudé A.C.O.R., actuellement tréfilerie ArcelorMittal et usine de construction métallique Manhattan
    Usine métallurgique, puis Forges de Champagne, puis Aciéries de Micheville, puis Sidelor, puis tréfilerie (pointerie) Trefilunion et usine de treillis soudé A.C.O.R., actuellement tréfilerie ArcelorMittal et usine de construction métallique Manhattan Saint-Dizier - Marnaval - en écart - Cadastre : 1861 C 2070 à 2115 1987 AW 25, 26, D 174 à 178, 197 à 237, DT 14, EK 9 à 18, 47, 48, EL 33 à 56, 70, EM 30 à 61, 79, 80, 145, 192, 193, EN 1 à 51, 81 à 103, 112 à 169
    Historique :
    Forge autorisée par Henri IV en 1603, à 2 km en amont du Clos-Mortier (IA52070353), sur la rive Giros qui la reprend en 1871, sous l'appellation de Compagnie des Forges de Champagne. Une autre forge à , puis de façon éphémère de 1939 à 1940, et sont ensuite détruits ; la nouvelle tréfilerie est construite à partir de 1935 (atelier de fabrication G) et devient l'activité principale de l'usine. Dans le cockerie (X1 à X8) a été rasée en 1998. Introduction de fours à puddler en 1829 ; 12 roues à aubes force 53 exclusive de minerai de fer lorrain à partir de 1922, date de fermeture des mines de fer de Pont-Varin
    Hydrographies :
    la); Marne à la Saône Marne
    Référence documentaire :
    Saint-Dizier. Moulins et usines AD Haute-Marne : 130S 192 à 200. Saint-Dizier. Moulins et usines. p. 52-53 La métallurgie à Saint-Dizier d'après la série du journal ''L'Ancre'' conservée aux ° 220-221 La métallurgie à Saint-Dizier d'après la série du journal ''L'Ancre'' conservée aux Archives
    Localisation :
    Saint-Dizier - Marnaval - en écart - Cadastre : 1861 C 2070 à 2115 1987 AW 25, 26, D 174 à 178, 197 à 237, DT 14, EK 9 à 18, 47, 48, EL 33 à 56, 70, EM 30 à 61, 79, 80, 145, 192, 193, EN 1 à 51, 81 à 103, 112 à 169
    Annexe :
    , la géographie, l'économie, l'histoire et bien d'autres domaines. Cependant et singulièrement à Saint -Dizier remonte en effet au XIXe siècle et plus particulièrement à la révolution industrielle bâtie autour une industrie du bois prête à un nouvel essor. Quant à la main-d'oeuvre, il ne faut pas oublier que communes à caractère rural 70 000. Recensement des industries à Saint-Dizier Parmi les diverses sources donc, classées par codes A.P.E. et par tranche de salariés, les activités industrielles à Saint-Dizier second tableau (II) a été élaboré afin de donner une image plus concrète de l'activité industrielle à systématiquement nommées, et dans certains cas, les entreprises de plus de 10 salariés, à l'exclusion des 3 appartenant à un même ensemble. Les 29 entreprises citées nommément à Saint-Dizier regroupent 7 578 salariés de 500 salariés. Quant à Ortiz-Miko, c'est près de 1 000 personnes qui sont employées à la maison -mère de Saint-Dizier. Le groupe avec plus de 5000 salariés est, grâce à un chiffre d'affaires d'1,5
    Illustration :
    Plan de site 1 (A et B), état en 2013 (côté Saint-Dizier) IVR21_20145202846NUDA Plan de site 1 (C à F), état en 2013 (côté Ancerville) IVR21_20145202847NUDA Plan de site 1 (A à I), état en 1989 IVR21_20145202848NUDA Plan de site 2 (J à T), état en 2013 IVR21_20145201905NUDA Plan de site 3 (S, U à Y), état en 2013 IVR21_20145201906NUDA Plan : disposition générale de l'usine de Marnaval. Plan de la forge associée à deux hauts France et à l'étranger / Cyriaque Helson, 1894 IVR21_19955200244X Marnaval. Les Fours Martins. Au fond, la Centrale à Gaz / F. Carlier photographe ; Edition et Passerelles de Pont-roulant de 27 m. de portée, Ciment Armé. Système Demay Frères, Constructeurs 1460. - Saint-Dizier. Les Hauts-Fourneaux de Marnaval / A. Gauthier éditeur ; O.I. photographe
    Couvertures :
    toit à longs pans toit à longs pans brisés
  • Moulin, puis scierie J.B. Couturier S.A., actuellement logements
    Moulin, puis scierie J.B. Couturier S.A., actuellement logements Langres - le Moulin Rougé - isolé - Cadastre : 1825 C 220 1987 A 221, 1980 AC 2 à 7, 13 2012 000 AC 01 2 à 5, 87, 2014 000 AI 01 244 à 246
    Historique :
    exploite une scierie à partir de 1872 et y construit un bâtiment. En 1882, Couturier achète le Moulin Rougé grâce à l'argent du moulin de Saint-Ciergues dont il a été exproprié. En 1893, Couturier exploite aussi Couturier repose au milieu de ses ouvriers, dans un cimetière qu'il a créé à proximité de l'usine initiale), présence d'une chaudière à vapeur portant deux inscriptions : Jule Rietsch entrepreneur de fumisterie industriel à Belfort, et Scheidecker et Khol Lure Thann 1917 ; cette machine de 1917 est venue en remplacer une autre qui sert toujours à l'étuvage.
    Référence documentaire :
    Un grand chantier à la fin du XIXe siècle en pays Langrois. La digue de Saint-Ciergue, 1988 CATHERINET, Alain. Un grand chantier à la fin du XIXe siècle en pays Langrois. La digue de Saint-Ciergue
    Description :
    , un étage de comble, toit en zinc. En 2013, l'ancienne cheminée d'usine (A) en brique, à base octogonale, ainsi que la salle des machines (N), n'existent plus ; l'atelier de fabrication (C) a été profondément modifié ; le bâtiment principal (B, ancien moulin) a été restauré en logements ; le logement patronal (L) est conservé, mais peu visible derrière les végétations ; le bâtiment (M), rue du Moulin, est
    Localisation :
    Langres - le Moulin Rougé - isolé - Cadastre : 1825 C 220 1987 A 221, 1980 AC 2 à 7, 13 2012 000 AC 01 2 à 5, 87, 2014 000 AI 01 244 à 246
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Illustration :
    Plan de site (A à J), état en 2013 (côté Langres) IVR21_20145202842NUDA Plan de site (A à N), état en 1989 IVR21_20145202844NUDA Plan de site (M), état en 2013 (côté Langres) IVR21_20145201793NUDA Plan de site (M), état en 1989 IVR21_20145204674NUDA Bâtiment à structure en bois IVR21_20145201524NUCA Vue intérieure de la salle des machines : une chaudière à vapeur IVR21_19895200498Z
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Moulin du Val des Choux, puis scierie
    Moulin du Val des Choux, puis scierie Chaumont - le Val-des-Choux - isolé - Cadastre : 1826 B 210 1980 AL 41 à 43
    Historique :
    destruction du site a eu lieu en février 2000.
    Description :
    toujours en place rue Charles Husson (à l'est du canal) ; le parc de la maison est envahi par la végétation
    Localisation :
    Chaumont - le Val-des-Choux - isolé - Cadastre : 1826 B 210 1980 AL 41 à 43
    Élévations extérieures :
    élévation à travées
    Illustration :
    Chaumont (Haute-Marne) - Scierie du Val-des-Choux. M. Fouilloux, propriétaire-exploitant. [1er
    Couvertures :
    toit à longs pans toit à longs pans brisés
  • Filature de soie dite La Schappe, puis usine de produits chimiques dite Société rémoise de linoleum, actuellement usine d'éléments en matière plastique pour le bâtiment dite Forbo Sarlino
    Filature de soie dite La Schappe, puis usine de produits chimiques dite Société rémoise de linoleum, actuellement usine d'éléments en matière plastique pour le bâtiment dite Forbo Sarlino Reims - 63 rue Gosset rue Léon Faucher - en ville - Cadastre : 1974 BC 9 à 13, 322
    Historique :
    d'enquête) et y fabrique à cette date essentiellement des sols PVC (7 M de m2 par an), mais aussi des sols Sarlino déjà en place en 1988, lors de l'enquête initiale, a été créée en 1970 ; les productions de linoleum et remoleum ont été abandonnées depuis cette date au profit de produits plus élaborés, à base de à l'état solide. Forbo Sarlino est toujours en activité dans cette usine en 2013 (complément textiles (1,2 M de m2 par an). Les ateliers nord ont été reconstruits en 1995 ; les logements de contremaîtres ont été vendus à une société HLM. Destruction des séchoirs en béton après inventaire. L'usine emploie environ 600 ouvriers vers 1940, 280 à la fin des années 1980 et 370 en 2013. Existence d'un fonds
    Référence documentaire :
    Linoleum Sarlino (dépôt de benzine, 1939) ; S.A. Rémoise du Linoleum Sarlino (réservoir souterrain à Sarlino (réservoir souterrain à essence, 1936-1937). 1900 à 1978. La Vie en Champagne, n° 57, 2009 FIEROBE, Nicole. Une mutation réussie dans l'industrie textile : Sarlino, entreprise européenne rémoise de 1900 à 1978. La Vie en Champagne, n° 57, 2009, p. 46
    Description :
    Site desservi par embranchement ferroviaire et voie particulière. Le logement patronal à un étage , dont une partie du toit est en pavillon brisé et l'autre à longs pans brisés, possède une charpente en bois apparente. Le bâtiment des séchoirs, situé à l'est de celui des calandres, est élevé en parpaing de béton avec ossatures en béton. Le bâtiment le plus à l'est de celui de la production de remoleum , élevé en parpaings de béton, a un toit bombé surmonté d'un lanterneau car il est construit sur le modèle des hangars à dirigeable. Il abritait en 1988 la production de revêtement en colovinyl et abrite en . Le site a incorporé un nouvel espace au sud qui héberge une école de pose, ainsi qu'un nouveau bâtiment d'accueil face à l'entrée. Surface bâtie en m2 : 7000.
    Localisation :
    Reims - 63 rue Gosset rue Léon Faucher - en ville - Cadastre : 1974 BC 9 à 13, 322
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Annexe :
    de linoléum, 1924-1932) ; Société Anonyme Rémoise du Linoléum ''Sarlino'' (réservoir souterrain à 44 plans figurent dans cette liasse : - Un plan général de l'usine, éch. 0,002/m ; - Un plan des abords de l'usine dans un rayon de 250 m, éch. 0,001/m ; - Plan d'ensemble dit n° 2 ; - Une carte d'Etat . Bâtiment 7 : - Imprimerie. Bâtiment 8 : - Plan, façade et coupe du bâtiment des réservoirs à huile  ; - Charpente métallique. Bâtiment 9 : - Cuisine à huile : plan, façade et coupe. Bâtiment 11 : - Maison à ciment : plan, façade et coupe. Bâtiment 12 : - Maison et moulin à liège : plan, façade et coupe
    Illustration :
    Sarlino. Maison à ciment. 1 : 100. 1 plan : en coul. (AD Marne : 31 X 400) IVR21_19925100410X [Machine à enlever les poils de la toile de jute]. [vers 1960]. 1 photogr. : n. et b. (Collection [Calandre à linoléum]. [vers 1960]. 1 photogr. : n. et b. (Collection particulière [Bas de la calandre à linoléum]. [vers 1960]. 1 photogr. : n. et b. (Collection particulière [Bas de la calandre à linoléum]. [vers 1960]. 1 photogr. : n. et b. (Collection particulière [Imprimeuse à rémoleum]. [vers 1960]. 1 photogr. : n. et b. (Collection particulière [Imprimeuse à rémoleum]. [vers 1960]. 1 photogr. : n. et b. (Collection particulière Maison patronale (A) IVR21_20145101927NUCA Machine Gemran à découper la pâte IVR21_19925100181X Bâtiment à calandres vu depuis le sud-est IVR21_19885101065Z
    Couvertures :
    toit à longs pans toit à longs pans brisés
  • Usine métallurgique, puis usine de produits chimiques (usine de minium) et usine de menuiserie, actuellement ferme
    Usine métallurgique, puis usine de produits chimiques (usine de minium) et usine de menuiserie, actuellement ferme Poissons - la Forge - C.D. 427 - isolé - Cadastre : 1838 E 1244 à 1246 1987 ZM 2, 80 à 84
    Historique :
    autorisée en 1763, d'un bocard à crasses, d'un bocard et d'un patouillet ; les écuries portent la date 1793 . Production en 1818 : 400 tonnes de fonte et 300 tonnes de fer à partir de 1000 tonnes de minerai lave et 1170 tonnes de charbon de bois. Vers 1834, De Maupas introduit l'affinage champenois ; la production passe à machine à vapeur en 1839. En 1818 : 30 ouvriers internes, 62 forestiers, 24 transporteurs ; en 1827 : 21
    Localisation :
    Poissons - la Forge - C.D. 427 - isolé - Cadastre : 1838 E 1244 à 1246 1987 ZM 2, 80 à 84
    Élévations extérieures :
    élévation à travées
    Illustration :
    [Le cours du Rongeant de Thonnance-les-Moulins à Poissons : détail d'un projet de route]. 1786. 1 Ecuries (m), façade IVR21_20145201997NUCA
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Usine de transformation des métaux dite Manufacture de cuivre Contamine, puis Estivant frères, puis Compagnie Française des métaux, actuellement maison
    Usine de transformation des métaux dite Manufacture de cuivre Contamine, puis Estivant frères, puis Compagnie Française des métaux, actuellement maison Fromelennes - La Manufacture - rue de la Manufacture - en écart - Cadastre : 1997 A3 918 à 941, 947
    Historique :
    Gédéon de Contamine fonde en 1806 une manufacture de cuivre à Fromelennes au lieu-dit la Houillette bâtiment central encadré par deux roues de 8,50 m de diamètre, d´une tréfilerie dans le bâtiment ouest et ´adjoint les services d´un spécialiste du cuivre, M. Maus épaulé par ses cinq fils, qui avait auparavant travaillé en Angleterre puis à la Manufacture de Landrichamps dès son retour. L´usine de Fromelennes était bateaux. En 1811, Contamine est obligé de vendre la Manufacture à Raymond de Montagnac de Chauvence qui la loue en 1814 à Pierre Saillard. Vendue en 1830 à Jean- Baptiste Aufrère de la Treuille, Saillard et 1878, au décès de son frère Félix, Edouard vend son groupe composé de toutes les usines à cuivre de la vallée de la Houille à Pierre Eugène Secretan qui les intègre à son groupe, la Société Métallurgique du l´activité de la Houillette jusqu´à l'arrêt définitif en 1940. La Manufacture est depuis fractionnée constructions de 1806 excepté le petit bâtiment qui accueillait une roue, à l´est du laminoir. Le bâtiment qui
    Référence documentaire :
    . A. Deux wallons dans la pointe de Givet ou les débuts de la métallurgie non-ferreuse. Revue p. 106-113 COLINET, René. Compte-rendu du mémoire d'A. Paris. Revue historique ardennaise. T. XXIII
    Description :
    Le plan d´ensemble est symétrique avec au centre les trois bâtiments de production et à chaque toits brisés en pavillon alors que les ateliers de production ont des toits à longs pans et demi-croupe . A l´arrière, un bassin de quarante mètres de forme elliptique servait de retenue aux eaux de la
    Localisation :
    Fromelennes - La Manufacture - rue de la Manufacture - en écart - Cadastre : 1997 A3 918 à 941
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Annexe :
    creusé perpendiculairement à l´alignement des édifices ... 45 sur 65 m. qu'il s'agit de l'un des premiers sites français à avoir travaillé le cuivre et le laiton. Le plan est  : demande, par pétition du 19 brumaire de l'an 14, de construction d´une usine de cuivre à Fromelenne sur la pour affiches. Usine à cuivre à l'instar des Anglais (avec laminoir, tréfilerie, batterie, etc Rosée de construire une forge et un laminoir pour le fer / forge à deux affineries projetée dans la . Arrête : autorisation accordée à Contamine de faire construire à la Houillette, commune de Fromelennes , une manufacture à traiter le cuivre jaune et rouge laminé, avec batterie, tréfilerie. La demande de que le 2e rendrait impossible celui de M. de Contamine infiniment préférable sous les rapports d enlever à l´Angleterre. - Pièce 152 du 16 octobre 1806 (avant autorisation définitive) : demande  : J. de Rosée, maître de forges demeurant à Anthée, a présenté le 27 pluviôse an 12 une pétition
    Illustration :
    Compagnie française des métaux de Fromelennes, vue d'ensemble de l'usine depuis l'entrée à la fin De gauche à droite : le pavillon est, le bâtiment des batteries et martinets, l'emplacement d'une De gauche à droite : le pavillon ouest, la tréfilerie (cette façade a été prolongée à hauteur de Le pavillon est et le bâtiment des batteries et des martinets ; cette partie n'a pas été remaniée et le bâtiment de production est en décrochement par rapport à ce pavillon et à ce qu'on trouve du côté ouest qui a été ragrandi IVR21_20090805164NUCA
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Ensemble des autels secondaires du Sacré-Coeur et de la Vierge
    Ensemble des autels secondaires du Sacré-Coeur et de la Vierge Bourg-Fidèle - en village
    Inscriptions & marques :
    Lettre M sur le devant d'autel de l'autel de la Vierge.
    Précision dénomination :
    retable à niche
    Représentations :
    Retable à décor néogothique flanqué de chaque côté d'une colonne surmontée d'un pinacle.
    Description :
    colonnettes. Retable à niche en bois monochrome à rehauts dorés.
  • Savonnerie Chotin
    Savonnerie Chotin Charleville-Mézières - 5 rue des Forges-Saint-Charles - en ville - Cadastre : 2008 AP 76
    Historique :
    activité pendant la Seconde Guerre mondiale. A la Libération le site est transformé en dépôt de ferrailles par M. Chotin puis repris en 1980 par l´entreprise de chauffage Cophignon qui occupe toujours les
    Observation :
    Jean Chotin, savonneries à charleville (rue des forges st charles).
    Description :
    . La toiture à longs pans avec charpente en bois apparente est couverte d´ardoise. Le logement patronal situé entre l´atelier de fabrication et la rue comporte un étage carré et un de comble, son toit est à
    Illustration :
    Vue du logement patronal, à droite, et de l'atelier de fabrication en partie masqué, au fond de la La partie sud de l'atelier de fabrication et les logements ouvriers, à droite IVR21_20090805099NUCA
    Couvertures :
    toit à longs pans toit à deux pans
  • Ensemble des fonts baptismaux et des autels secondaires de la Vierge et de saint Joseph
    Ensemble des fonts baptismaux et des autels secondaires de la Vierge et de saint Joseph Noyers-Pont-Maugis - Pont-Maugis - en village
    Inscriptions & marques :
    Monogramme peint sur le devant d'autel de l'autel de la Vierge : M. Monogramme peint sur le devant
    Précision dénomination :
    cuve baptismale à infusion
    Représentations :
    Fonts baptismaux : Fût composé de 4 colonnes à chapiteau de feuillage et crochets. Cuve décorée
    Description :
    Fonts baptismaux en calcaire de plan polygonal. Fût reposant sur un pied à 3 degrés et composés de
  • Bannière de procession, de l'Immaculée Conception
    Bannière de procession, de l'Immaculée Conception Thilay - en village
    Inscriptions & marques :
    O MARIE / CONCUE SANS PECHE / PRIEZ POUR NOUS. Lettres A et M.
    Description :
    Bannière rectangulaire verticale, à 3 lobes inférieurs. Bannière en satin de soie à fond blanc . Bordure à galons et à franges en fils de métal doré. Broderie en passé plat polychrome, broderie à la
  • Ensemble de 2 verrières décoratives (chœur)
    Ensemble de 2 verrières décoratives (chœur) en village
    Représentations :
    nord (baie 1) : I.H.S. (monogramme du Christ). Médaillon au sud (baie 2) : A-M (monogramme de la Vierge). ornement à forme végétale
    Annexe :
    verrières représentent 1/ St Roch, 2/ Apparition du Christ à Ste Madeleine après la Résurrection, 3/ le Temple ; 3/ Jésus au Temple à l'âge de 12 ans au milieu des docteurs ; 4/ Tradition des clefs à St Pierre préfet au sous-préfet on apprend que le curé de Ramerupt a adressé le 27 octobre 1861 une demande « à l'effet d'obtenir un secours pour aider cette commune à établir une verrière dans son église. A cette demande est jointe une souscription volontaire des habitants s'élevant à 1233,50 francs et il résulte de la lettre de M. le curé que la fabrique pourrait, dans une certaine mesure, concourir au paiement de la dépense qu'il évalue à 2000 francs environ ». (Pas de suites dans le dossier). . Courrier du 3 avril 1953 : le démontage se fera le 7 avril. Marché de gré à gré signé le 25 mars 1953
  • Usine de transformation des métaux Ch. Moreaux et fils puis usine métallurgique Moreaux Fils, puis Jubert-Moreaux et Cie, puis EDF, actuellement Imprimerie SOPAIC
    Usine de transformation des métaux Ch. Moreaux et fils puis usine métallurgique Moreaux Fils, puis Jubert-Moreaux et Cie, puis EDF, actuellement Imprimerie SOPAIC Charleville-Mézières - 16-22 avenue Général-de-Gaulle - en ville - Cadastre : 2008 AS 426, 427, 428, 430, 644, 645, 659, 660, 664
    Observation :
    Usines Moreau & Fils, avenue nationale à charleville : fonderie aluminium ; 91 pers en 11 42 . Société Jubert-Moreaux & Cie, 22 rue de Longueville à Charleville et ruelle Moreaux ; société fondée en
    Référence documentaire :
    tribunal de commerce de Charleville de 1860 à 1914 COLINET. R. Au coeur de l'industrialisation de l'Ardenne du nord, ou l'étude des archives du tribunal de commerce de Charleville de 1860 à 1914. Revue p. 167-168 Les années 1900 CART. M., Les années 1900. Revue Historique Ardennaise, tome XXXIII
    Description :
    L´élévation de l´usine donnant sur l´avenue Charles-de-Gaulle présente, à l´ouest, une entrée encadrée par un logement et la conciergerie et, à l´est, une seconde entrée bordée par les bureaux. Ces derniers sont en brique à deux étages carrés, toit à longs pans et croupe à charpente en bois apparente couverte d´ardoise. A l´arrière se développe un atelier de fabrication en moellon calcaire avec encadrements en pierre de taille couvert en ardoise. A l´est de cet atelier d´autres bâtiments, en rez-de -chaussée ou a étage carré, sont élevés en moellon calcaire ou en brique avec des toits à longs pans à construits en brique et les anciens bâtiments à l´arrière de ceux-ci ont été remplacés par des bâtiments (magasins ?) à étage carré à pan de béton armé hourdé de parpaing surmontés de toits à longs pans à
    Illustration :
    Forges à main fabriquée par Moreaux IVR21_20090805452NUCA Les bureaux, à gauche, et les ateliers de fabrication au fond de la cour IVR21_20090805109NUCA Les logements de contremaitre, à gauche, et la conciergerie, à droite, encadrant une entrée de Magasins (?) situés à l'arrière des logements de contremaître IVR21_20090805119NUCA Magasins (?) avec quais de chargement situés à l'arrière de la conciergerie IVR21_20090805118NUCA
    Couvertures :
    toit à longs pans toit à longs pans brisés
  • Fonts baptismaux
    Fonts baptismaux Reims - 33 avenue Jean-Jaurès - en ville - Cadastre : 2016 BH 484
    Référence documentaire :
    Église Saint-André. Fonts baptismaux, M. Sandoz, 1936. Église Saint-André. Fonts baptismaux : couvercle de la cuve baptismale, élévation / [M. Sandoz (?). 10/11/1936. 1 dessin sur calque, encre (AMC
    Représentations :
    ornement à forme géométrique ornement à forme végétale