Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 3 sur 3 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Eglise paroissiale Saint-Denis de Champlat-et-Boujacourt
    Eglise paroissiale Saint-Denis de Champlat-et-Boujacourt Champlat-et-Boujacourt - en village - Cadastre : 2014 B 105
    Référence documentaire :
    , coupe, façade / Gaston Grivet architecte. 1:100. Dressé à Paris le 25 février 1920. 1 plan papier (AD
    Représentations :
    sculptées, à la représentation de visages humains, de formes géométriques ou florales.Le fronton du porche décoration en métal à trois nœuds, un coq et une pointe. Intérieure : Les deux fermes principales de la nef reposent sur des culots à motifs géométriques.
    Description :
    L’église est à nef unique, sans transept, recouverte d’un plafond à trois pans aux deux fermes apparentes, en bois, à entraits retroussés. Son abside est à cinq pans. Lors de l'enquête au mois d'octobre 2016, il a été constaté une attaque virulente et très active d'insectes xylophages, essentiellement clocher et à la cloche manque d'entretien régulier, les escaliers comme les paliers sont envahis de
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Texte libre :
    , les contreforts sont à reprendre en 1739. D’importants travaux de restauration conduits par le maître entièrement reconstruit suivant un modèle propre à la période de la reconstruction, à l'emplacement de mobilier, entièrement renouvelé, est fourni en 1934 d’une part par M. Becart (ou Bécard) de Villedommange , d’autre part par Maurice Diemert à Reims. Description Les murs de l'église sont en moellons apparents avec des bandeaux de briques pleines à hauteur des arcs des baies en façades nord et sud, le long des nord et celles de la façade sud. La façade occidentale, sur un niveau, à toiture à deux pans, est moellons enduits, plein-cintre, comprenant un bandeau de briques à mi-hauteur, surmonté d’un fronton en pierre, sculpté. Il est recouvert d’un chaînage de pierres, à ressauts, comportant un entablement au faîtage. Cette façade comprend, chaque côté du portail, deux petites baies à linteau droit. La façade nord, sur un niveau, est pourvue de trois baies plein-cintre à chaînages de briques en partie est et
    Illustration :
    Peinture murale : frise de rinceaux, peinte à environ 1,50 m de hauteur sur l'ensemble des murs
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Église paroissiale Notre-Dame
    Église paroissiale Notre-Dame Sorcy-Bauthémont - en village - Cadastre : 1998 B 195
    Historique :
    clocher a été réalisé dans la seconde moitié du 12e siècle. Le choeur et la chapelle sud du faux-transept séparées de quelques années ; l'arc triomphal et la voûte de la croisée ont également été reconstruits à cette époque. La chapelle nord est plus difficile à dater mais elle pourrait remonter au 13e siècle l´ordre de Prémontré et dans le pouillé de Bauny datant de 1780 le seigneur était, M. de Collorgues à Paris et les décimateurs, les religieux de Septfontaines, l´abbé d´Elan, les religieux de Saint
    Représentations :
    A l'intérieur, présence d'une litre funéraire sous l'enduit (dégagée au niveau de la travée d'avant porcs. Chapiteaux feuillagés en façade et à l'intérieur de la travée d'avant-choeur.
    Description :
    plan en croix latine. La nef à trois vaisseaux de quatre travées est suivie par un faux-transept ; ce dont celle au nord comporte une travée droite et une abside à trois pans. Le chœur est édifié sur le sont percés de baies à remplage, celle de la chapelle nord de grandes baies en plein-cintre et celle de par un portail à voussures et colonnettes à chapiteau encadré de colonnettes géminées sur trois à feuilles d'acanthe plates, frises végétales rythmant les niveaux, soulignant les volumes. Le portail d'entrée est à tympan nu, où l'on peut encore voir des traces de polychromie très effacées. Un oculus quadrilobé à large remplage surmonte le portail. La nef et la chapelle nord sont plafonnées et les parties orientales sont voûtées d'ogives retombant sur des colonnettes à chapiteaux sculptés. De chaque couvertes par des toits à longs pans, la chapelle sud par un toit à longs pans à pignon découvert, la
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Eglise paroissiale Saint-Remi de Pourcy
    Eglise paroissiale Saint-Remi de Pourcy Pourcy - en village - Cadastre : 2014 AA 25
    Historique :
    à pans coupés éclairés par des baies en plein cintre, protégeant une abside en cul de four remonte à cette période. La chapelle orientée est construite à la période moderne, au 16e ou 17e siècle. La nef romane a disparu au profit d'un vaisseau unique plus large et plus profond, plafonné, éclairé par de larges baies cintrées et ébrasées, probablement aménagé au cours des 16e et 17e siècles ; c'est à cette
    Référence documentaire :
    AD Marne. 7 J 20. Visites canoniques pour les doyennés classés par ordre alphabétique de A à V doyennés classés par ordre alphabétique de A à V. (1948-1950).
    Représentations :
    À l'extérieur, on trouve en haut à droite du portail axial en façade occidentale une pierre posée un axe métallique. Une frise de modillon orne le pan sud du chevet. À l'intérieur, les nervures des croisées d’ogives reposent sur des culots à motifs géométriques.
    Description :
    L'édifice est à une nef à un seul vaisseau plafonné ; l'abside est à trois pans éclairés par deux
    Texte libre :
    plus tard, le Conseil municipal accepte de se conformer à la nouvelle proposition soumise par M . Thiérot et son confrère M. Lamy, consistant à « déraser le clocher jusqu'au niveau de la voûte, en L'église Saint-Remi remonte au 2e siècle. Le chevet à trois pans coupés protégeant un chœur à abside en cul-de-four se rattache à cette période, ainsi que la base du clocher dont les contreforts probablement au 17e siècle que la nef a été reprise, élargie et peut-être allongée ; plafonnée, elle est 20e siècle après la première guerre mondiale. À la fin du 17e siècle, une visite canonique décrit sont entreprises à la suite de ce constat (demandes concernant l'état de l'église et de la paroisse de du 19e siècle. En 1842, la commune est autorisée à s'imposer extraordinairement la somme de 100 francs « pour acquitter la fin des réparations à exécuter à l'église », mais la nature desdits travaux paru les plus convenables, et s'est borné avec regret, à indiquer des travaux de consolidation dont
    Couvertures :
    toit à longs pans
1