Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Résultats 1 à 18 sur 18 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Moulin à farine Charbonneau
    Moulin à farine Charbonneau Justine-Herbigny - Justine - rue du Moulin - en village - Cadastre : 1998 C 510, 636
    Historique :
    Moulin implanté au milieu du 19e siècle par M. Charbonneau et dont l'activité a subsisté jusque
    Observation :
    Moulin Charbonneau : M Charbonneau, 1857-66 ; remplacement du repère définitif, 1905 ; vérification
    Dénominations :
    moulin à farine
    Description :
    Le moulin et le logement patronal attenant à deux étages carrés sont construits en pan de bois avec des toits à longs pans à croupe et demi-croupe et charpente en bois apparente couverte d'ardoise. A gauche, dans la cour, un logement est bâti en brique avec un toit à deux pans à demi-croupe couvert d'ardoise et une écurie du même modèle excepté pour le toit à longs pans.
    Titre courant :
    Moulin à farine Charbonneau
    Illustration :
    Moulin à farine Charbonneau de Justine-Herbigny : vue depuis l'aval. [1er quart du 20e siècle]. 2 Moulin à farine Charbonneau de Justine-Herbigny : vue depuis l'amont. [1er quart du 20e siècle]. 2 Le vannage côté aval : à gauche la salle des turbines. IVR21_20090804816NUCA
    Couvertures :
    toit à longs pans toit à deux pans
  • Chaire à prêcher
    Chaire à prêcher Sévigny-Waleppe - en village
    Historique :
    Chaire à prêcher du milieu du 19e siècle. D'après la documentation dans l'édifice, cette chaire , don de M. Yverneau aurait été posée en 1862.
    Dénominations :
    chaire à prêcher
    Description :
    tournant à rampe pleine ; dorsal plat surmonté d'un abat-voix polygonal avec groupe sculpté ; décor sculpté
    Titre courant :
    Chaire à prêcher
  • Statue : Vierge à l'Enfant
    Statue : Vierge à l'Enfant Cuchery - - - en village - Cadastre : 2014 AE 138
    Historique :
    ; cet exemplaire a du remplacer une effigie plus ancienne, lors des importants travaux survenus en 1867 -1868 (AD Marne. 2 O 1523). Dans son recensement sommaire établit le 20 février 1928, M. Ed. Herbé mentionne la statue de la Vierge à l'Enfant "dans la partie rendue au culte" (AD Marne. 1338 W 17).
    Représentations :
    Vierge à l'Enfant en pied de face La Vierge est représentée debout, le visage légèrement tourné à senestre ; elle est vêtue d'une longue robe couvrant bras et jambes et retenue à la taille par une ceinture dorée ; un manteau recouvre ; son bras gauche a disparu. Sa robe couvrante est serrée à la taille par une ceinture. Les deux personnages sont emprunts d'une certaine rigidité à la fois dans la posture, la façon dont les plis retombent sur le corps de la Vierge, et dans le traitement des visages ; ces traits laissent penser à une
    Titre courant :
    Statue : Vierge à l'Enfant
    Illustration :
    Statue : Vierge à l'Enfant, cliché CRMH F3822,23. IVR21_20165116632NUCB Vierge à l'Enfant, vue d'ensemble. IVR21_20165116625NUCA Vierge à l'Enfant, visage de la Vierge. IVR21_20165116626NUCA
  • Statue (demi-nature) : Vierge à l'Enfant
    Statue (demi-nature) : Vierge à l'Enfant Blagny - en village
    Historique :
    Statue en pied de la Vierge à l'Enfant en bois doré datant du milieu du 19e siècle. Entrée au dépôt par le maire de Blagny M. Maigret). Numéro d'entrée : n°114. Retour souhaité par la commune, effectué
    Matériaux :
    bois en plusieurs éléments taillé peint polychrome doré à la feuille doré à la feuille argent
    Référence documentaire :
    pp.153-155 L'évolution de la statuaire mariale du Moyen-Age à nos jours. L'exemple des Ardennes . SERY, Jean. L'évolution de la statuaire mariale du Moyen-Age à nos jours. L'exemple des Ardennes
    Représentations :
    Vierge à l'Enfant
    Description :
    Statue polychrome en bois taillé, sans socle. Le sceptre et l'Enfant sont rapportés. Dorure à la feuille d'or pour le manteau, le voile, les ceintures et les galons. Dorure à la feuille argent pour les
    Titre courant :
    Statue (demi-nature) : Vierge à l'Enfant
    Illustration :
    Vue à mi-corps IVR21_20130847720NUC2A
  • Verrière figurée (baie 10) : Vierge à l'Enfant
    Verrière figurée (baie 10) : Vierge à l'Enfant Renwez - en village
    Inscriptions & marques :
    Inscription dans les phylactères en commençant en haut à droite et en tournant dans le sens des
    Référence documentaire :
    Rocroi, automne 2005, n°17 BOUCHE, M. Notice sur l'église de Renwez, arrondissement de Mézières
    Représentations :
    Vierge à l'Enfant Vierge à l'Enfant au centre.
    Description :
    Baie triangulaire à jour de réseau. Vitrerie à verre coloré et peint ; grisaille et sanguine sur
    Titre courant :
    Verrière figurée (baie 10) : Vierge à l'Enfant
  • Église paroissiale Saint-Rémy
    Église paroissiale Saint-Rémy Montier-en-Der - 10 place de l'Hôtel de Ville - en ville
    Historique :
    673 par saint Berchaire sur des terres données par le roi Childéric II. A la Révolution, l'ancienne retrouvèrent un lieu de culte dans l'abbatiale inoccupée qui était alors dédiée à Notre-Dame et où ils continuèrent à célébrer leur ancien patron, saint Rémy. L'abbé Adson (960-982) entreprit la reconstruction de moitié du 11e siècle, on dota la nef de tribunes et d'un massif antérieur à tours et à la fin 12e on de clôture de l'abbaye avec quatre tours à canonnière, un pont-levis et une herse à l'entrée. En Bouchardon qui l'avait construite au 18e siècle et non ceux de Boeswilwald qui l'avait reconstruite à la fin
    Référence documentaire :
    Boeswillwald (0,45 mx 0,63 m), s.d.. AD Haute-Marne. 1 Fi 749. Gravures reçues en don en 2001. Eglise de Montier-en-Der : façade latérale restaurée par Emile Boeswillwald (0,45 mx 0,63 m), s.d.. (0,44 m x 0,63 m), s.d.. AD Haute-Marne. 1 Fi Gravures reçues en don en 2001. Eglise de Montier-en-Der : coupe latérale par Emile Boeswillwald (0,44 m x 0,63 m), s.d..
    Représentations :
    Chapiteaux à crochet et culots ornés de têtes humaines dans le choeur. Vitraux de l'abside par Max
    Statut :
    édifice de la fin du 10e siècle. Remarquable élévation du choeur des alentours de 1200 à quatre niveaux.
    Description :
    Edifice à plan allongé. La nef est à trois vaisseaux de huit travées : le vaisseau central est se prolonge à l'ouest d'une travée supplémentaire (occupée par la tribune d'orgue). Le flanc sud de sont couverts de toits individuels. Le choeur se compose d'une travée droite suivie par une abside à cinq pans :la première travée est couverte à moitié par une voûte d'ogives à trois quartiers et l'autre moitié de cette travée avec le reste du choeur sont couverts par d'une voûte d'ogives à huit quartiers . L'étage est également occupé par un triforium voûté d'ogives s'ouvrant par des baies à double colonnes. Le sont composées d'une travée droite suivie d'une abside à trois pans et sont couvertes d'une voûte d'ogives à six quartiers ; la chapelle axiale est plus développée puisqu'elle comporte une travée droite supplémentaire et est couverte d'une voûte d'ogives à huit quartiers. Le flanc nord des deux dernières travées de travées droites et d'une abside à trois pans. La sacristie à plusieurs salles voûtées d'ogives est accolée
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Couvertures :
    toit à longs pans croupe ronde
  • Moulin, puis minoterie Sassot frères, puis S.A. des Grands Moulins de Nogent-sur-Seine, puis Minoteries de l'Est, puis S.A. des Moulins de Nogent, actuellement Groupe Soufflet
    Moulin, puis minoterie Sassot frères, puis S.A. des Grands Moulins de Nogent-sur-Seine, puis Minoteries de l'Est, puis S.A. des Moulins de Nogent, actuellement Groupe Soufflet Nogent-sur-Seine - rue de la Poterne à sel - en ville - Cadastre : 1985 AA 164
    Historique :
    Le moulin de Nogent-sur-Seine est d'origine ancienne (11e siècle). Vendu comme bien national à la Révolution, il prend de l'importance sous la propriété de la famille Chassériau, de 1830 à 1859, qui an. Pierre Sassot, meunier, l'acquiert en 1880 et y introduit des appareils à cylindres. En 1883-1884 , les anciens moulins sont équipés de trois moteurs hydrauliques, de deux roues à aubes et d'une turbine pour une force motrice totale de 300 à 350 chevaux. Un silo est construit en 1901, alors que la raison produisant une force motrice de 450 chevaux, la capacité d'écrasement passe alors à 80 tonnes par jour. En du site est désaffecté. Les passerelles des magasins à blé installées depuis 1895 sont retirées en d'une trentaine d'ouvriers spécialisés. L'envergure du moulin de Nogent est comparable à celle des
    Description :
    , actuellement visible, développe une façade de 70 m de long et de 28 m de hauteur. Présence d'un château d'eau forgé au bas de la tour. A l'extrémité nord, silo en béton armé portant la date 1901. 5 vannages abritait les opérations d'ensachage des farines. Les magasins à blé sont construits face à l´usine, à
    Localisation :
    Nogent-sur-Seine - rue de la Poterne à sel - en ville - Cadastre : 1985 AA 164
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
  • Tuilerie
    Tuilerie Aulnoy-sur-Aube - R.D. 20 - isolé - Cadastre : 1984 ZI 5
    Historique :
    Tuilerie autorisée en 1853 au bénéfice de M. Silvestre. En 1883, Ronot exploite la tuilerie et en
    Description :
    En 1989, atelier de fabrication (A), magasin industriel (B) et four industriel en ruine. En 2013
    Élévations extérieures :
    élévation à travées
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Calice n° 3
    Calice n° 3 Reims - place du Chanoine Ladame - en ville - Cadastre : 2016 DM 69
    Inscriptions & marques :
    Poinçon partiellement effacé : M
    Représentations :
    ornement à forme végétale ornement à forme géométrique composé d’arcades végétales à fond amati abritant une ove. Les bagues sont godronnées.
  • Haut fourneau, puis fonderie dite S.A.R.L. Fonderie de Farincourt, puis habitation
    Haut fourneau, puis fonderie dite S.A.R.L. Fonderie de Farincourt, puis habitation Farincourt - route de Voncourt - isolé - Cadastre : 1839 A 210 à 217 1986 A 27 à 32, 257, 258
    Historique :
    d'activité vers 1980. Certains locaux signalés à usage de maison en 1989 (enquête initiale). En 2013 (complément d'enquête), l'activité du site n'a pas été définie ; la propriété apparaît entretenue. Machine à
    Localisation :
    Farincourt - route de Voncourt - isolé - Cadastre : 1839 A 210 à 217 1986 A 27 à 32, 257, 258
    Annexe :
    tonnes de fonte par an. En 1818, la production passe à 250 tonnes par an grâce à une consommation de 840 tonnes de minerai et 550 tonnes de charbon de bois. M. Buisson en assure alors l'exploitation. Il occupe  : 33 ouvriers occupés. 1852 : De Tricornot et A. Dufournel prennent possession de l'usine qui se importantes. 1854 : Le haut-fourneau produit 500 tonnes de fonte mais le cubilot n'est destiné qu'à refondre production de fonte de deuxième fusion atteint 125 à 150 tonnes par an et consomme 20 à 24 tonnes de minerai venu de la Loire. 6 août 1857 : Une machine à vapeur de 15 C.V. est autorisée à fonctionner. Il semble qu'à cette date cubilot et haut-fourneau fonctionnent en même temps puisqu'il est précisé que la chaudière de la machine à vapeur bénéficie des gaz du haut-fourneau. Vers 1860 : L'usine consiste en un haut -fourneau, un cubilot, deux halles à charbon, 1 magasin, des bureaux, des logements et un atelier (cf plan ). 1878 : Halles à charbon converties en bâtiment rural. 1883 : De Tricornot fait travailler 50 hommes et
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Filature Berthélémy, puis usine de bonneterie Les Tricoteries de l'Abbaye, actuellement usine d'articles en matière plastique SOCOTEP et collège
    Filature Berthélémy, puis usine de bonneterie Les Tricoteries de l'Abbaye, actuellement usine d'articles en matière plastique SOCOTEP et collège Signy-l'Abbaye - rue de l'Abbaye - en ville - Cadastre : 1983 BE 175
    Historique :
    La filature fondée au milieu du 19e siècle par M. Berthélémy- Delvigne est vendue après la Première Guerre mondiale à P. Saucourt-Harmel, bonnetier troyen (Aube), pour devenir Les Tricoteries de l'Abbaye l'usine par une extension à proximité avec la constructions d'ateliers de fabrication, probablement dans personnes en 1957 et 30 ouvriers travaillent actuellement à la SOCOTEP.
    Observation :
    Cinq filatures de Signy l´abbaye : rapports proposant d´autoriser Barthélémy-Delvigne à effectuer
    Référence documentaire :
    M. Jacques Saunier, préfet des Ardennes a visité les principales entreprises de Signy-l'Abbaye
    Description :
    A l'entrée du site se trouve la conciergerie, maison sur un étage carré en brique et toit à longs pans en charpente en bois apparente couverte de tuiles mécaniques. En vis à vis, les bureaux en rez-de -chaussée sont élevés sur le même mode de construction. Les petits entrepôts situés à gauche en entrant ont des murs en pan de bois à remplissage en briques et des sheds couverts de tuiles mécaniques. Les à ces derniers, l'extension du troisième quart du 20e siècle, bâtie en parpaing de béton et
    Illustration :
    remplacés par le collège. La maison de maître est à l'arrière plan. [n.d.]. 1 carte postale Usine de bonneterie Les Tricoteries de l'Abbaye de Signy-l'Abbaye : vue aérienne (au centre à Vue du site depuis la route : à gauche la conciergerie et à droite les bâtiments de la bonneterie Harmel ; à l'arrière plan , le collège qui a remplacé la filature. IVR21_20090804767NUCA Vue panoramique des bâtiments de la bonneterie Harmel : à droite l'atelier de production, au centre les bureaux, au fond et à gauche, des entrepôts. IVR21_20090804768NUCA Entrepôts, à gauche en entrant dans le site. IVR21_20090804769NUCA Conciergerie à l'entrée à droite. IVR21_20090804770NUCA Vue des ateliers depuis l'est ; à droite l'agrandissement des années 1950-60. IVR21_20090804771NUCA Maison de maître de la filature Berthelémy située à proximité et au nord du site ; actuellement
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Peinture monumentale : Scènes de l'Ancien et du Nouveau Testament ; Martyre de saint Sébastien
    Peinture monumentale : Scènes de l'Ancien et du Nouveau Testament ; Martyre de saint Sébastien Puilly-et-Charbeaux - Puilly - en village
    Inscriptions & marques :
    DELOZANNE / DURANT L'ADMINISTRATION / DE / M. RONDACHE / cette église a été repeinte / ENTIEREMENT / APRES tombales en bas à gauche du Jugement dernier. Transcription (en bas à gauche du Jugement dernier) : Durant l'administration de Mr Lambin Maire / et le ministère de l'Abbé Leclercq / Cette église a été restaurée par les
    Historique :
    1951 et 1952 puis à nouveau en 2007. Des sondages ont été réalisés en 1986 par le restaurateur Hisao
    Matériaux :
    enduit support (?) peinture à la chaux papier support marouflé peinture à l'huile toile support peinture à l'huile
    Référence documentaire :
    p.97 A mon village : Puilly-Charbeaux. Charleville, 1938 GOBERT, Gustave. A mon village : Puilly
    Représentations :
    présence de défunts en cours de résurrection à gauche de la composition et la Chute aux enfers à droite. Au
    Description :
    Les murs de l'église sont partiellement peints à la chaux (?). Les murs occidentaux et est sont marouflés de papier peint à l'huile, sur des feuilles de 50 cm de largeur. Les voûtes de la sacristie sont partie de la sacristie. Peinture à la chaux (?) et à l'huile sur papier marouflé. Le remplissage entre
    Illustration :
    Inscription concernant une restauration (2007) : en bas à gauche du mur occidental, scène du Inscription concernant une restauration (1952) : mur occidental, en bas à gauche de la scène du
  • Chandelier pascal n° 2
    Chandelier pascal n° 2 Reims - place du Chanoine Ladame - en ville - Cadastre : 2016 DM 69
    Historique :
    Objet façonné vers 1848, à la suite des restaurations de l'édifice conduites par M. Brunette
    Représentations :
    ornement à forme végétale ornement à forme géométrique
  • Usine de céramique (usine de pipes) Jean Gambier, actuellement collège
    Usine de céramique (usine de pipes) Jean Gambier, actuellement collège Givet - 17, 19 rue André-Bouzy - en ville - Cadastre : 1982 AP 396, 404, 406, 801
    Historique :
    . Vers 1846, il ouvre des bureaux à Paris. La guerre de 1870 suspend la production. M. Hasslauer décède Jean Gambier, originaire de Dieppe (Seine-Maritime), s'installe à Givet en 1780 pour produire des Hasslauer puis en collaboration avec Georges Louis Quentin sous le nom Quentin et Cie. A la mort de Mme ans on continue à émailler un stock de pipes dans l'émaillerie. L´usine de pipes est un temps reprise bâtiment à deux étages carrés élevé vers 1850 et ce qui s'apparente aux restes des fours. La terre dans les caves par des malaxeurs à terre auparavant mus par des chevaux puis électrifié avant 1914. En 1909 et 40 en 1923. De 1850 à 1926, la production totale est évaluée à deux milliards de pipes.
    Description :
    Le bâtiment à deux étages carrés (atelier dit la Nouvelle usine) comporte deux façades en brique et façades sur rue en moellon calcaire à chaînage en pierre de taille. Son toit est à longs pans à charpente construction dont la partie détruite pouvait avoir accueilli des fours (une cheminée est visible à cet endroit sur un cliché allemand datant de la Première Guerre mondiale). Une construction en brique à étage
    Illustration :
    La Nouvelle Usine, face est, et les restes du four, à droite. IVR21_20090805154NUCA Vue panoramique de l'usine depuis la rue Bouzy ; de gauche à droite : la Nouvelle usine, les fours Les restes du four, à gauche, et le bâtiment qui lui était accolé. IVR21_20090805157NUCA
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Fabrique de porcelaine et de faïence Mauger, puis Manufacture F. Tessier et Cie, puis Manufacture de Villenauxe, puis Manufacture Claude Tessier, puis Manufacture C et D, puis Manufacture de Villenauxe
    Fabrique de porcelaine et de faïence Mauger, puis Manufacture F. Tessier et Cie, puis Manufacture de Villenauxe, puis Manufacture Claude Tessier, puis Manufacture C et D, puis Manufacture de Villenauxe Villenauxe-la-Grande - place du Château rue des Tryolits - en village - Cadastre : 1970 L 875, 1071
    Historique :
    , installée depuis peu dans les dépendances du château de Villenauxe. Après que Félix Tessier l'eut acquise à Manufacture Claude Tessier de 1972 (année du décès de Félix Tessier) à 1988. De 1988 à 1992, l'activité se
    Référence documentaire :
    ULRICH, M. Rapport sur la création projetée d'une manufacture de porcelaine à Villenauxe. Société
    Description :
    Atelier de fabrication de construction assez récente à deux étages carrés, couvert d'un toit en élevés en moellons, couverts de toits à longs pans en tuiles plates. Les réutilisations de bâtiments
    Illustration :
    Magasin à moules vu depuis le nord-est IVR21_20141003778NUCA Magasin à moules vu depuis le nord-est IVR21_20141003779NUCA Bureau et magasin à moules vus depuis le nord IVR21_20141003781NUCA Magasin à moules vu depuis le sud IVR21_19921000001X Magasin à moules. Détail IVR21_19921000003X Magasin à moules. Détail IVR21_19921000002X Garage à vélos fait d'anciens moules. Détail IVR21_19921000020X Vue intérieure de l'émaillerie. Détail des niches destinées à l'émaillage des pièces de céramique Vue intérieure de l'atelier d'émaillage : machine à enlever l'émail IVR21_19921000010X
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Croix d'autel
    Croix d'autel Raucourt-et-Flaba - Raucourt - en village
    Inscriptions & marques :
    prêtre malade qui le remet à M. l'abbé Bailly / curé doyen de Raucourt (1840-1883) / celui-ci en fait don à la famille / Ledant-Leque (1883). Leurs / héritiers M. et Mme Lallement-Savignac l'offrent à la Inscription sur une étiquette à l'arrière du socle : Christ sculpté au couteau / vers 1850 par un
  • Usine de verres optiques F. Benoist, L. Berthiot et Cie, puis B.B., actuellement B.B.G.R
    Usine de verres optiques F. Benoist, L. Berthiot et Cie, puis B.B., actuellement B.B.G.R Sézanne - 67 rue Haute - en ville - Cadastre : 1980 H 3177
    Historique :
    . L'établissement adopte alors la raison sociale "F. Benoist, L. Berthiot et Cie", qui perdure jusqu'en 1922. A vers 1950, ce qui permet à l'usine de produire 50 000 paires de verres mensuelles. La société fusionne 2012 (complément d'enquête), le site abrite toujours la même activité. Une machine à vapeur est signalée en 1859. A la fin du 19e siècle, l'usine utilise un moteur hydraulique de 4 chevaux et deux machines à vapeur totalisant la force de 45 chevaux vapeur. La fabrique de verres d'optique emploie 80
    Référence documentaire :
    description du moulin en 1850 Archives notariales. Inventaire après décès de M. Berthiot AD Marne  : 4E 18 483. Archives notariales. Inventaire après décès de M. Berthiot, description du moulin en 1850. description du moulin en 1851 Archives notariales. Inventaire après décès de M. Berthiot AD Marne  : 4E 18 522. Archives notariales. Inventaire après décès de M. Berthiot, description du moulin en 1851.
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Verrière figurée (baie 9) : les apôtres et les disciples
    Verrière figurée (baie 9) : les apôtres et les disciples Renwez - en village
    Référence documentaire :
    Rocroi, automne 2005, n°17 BOUCHE, M. Notice sur l'église de Renwez, arrondissement de Mézières
    Description :
    Baie triangulaire à jour de réseau. Vitrerie à verre coloré et peint ; grisaille et sanguine sur
1